Corse

  1. Accueil
  2. France
  3. Corse
  4. Les Incontournables

Corse : Les Incontournables

Calvi et sa citadelle

Au pied de la citadelle, le port de plaisance de Calvi est l'un des grands pôles d'attractions touristiques de l'île. Cafés et restaurants s'alignent sur le quai, dont les vastes terrasses côtoient les yachts. La façade rose vif de l'église Sainte-Marie-Majeure, au-dessus du port, ajoute une note de gaieté.

Les paysages du cap Corse

Découvrez les paysages sauvages du cap Corse, cette « île dans une île » traversée par une crête rocheuse. Un maquis vert et odorant recouvre ses collines, montagnes et vallons. Avec ses tours génoises, ses marines, ses ports de pêche, ses villages perchés et ses « maisons d'Américains », le cap Corse est une étape incontournable de votre séjour sur l'île de Beauté.

Le golfe de Porto

Petit port de pêche devenu une station balnéaire sans grand charme, Porto conserve toutefois un site exceptionnel. Perchée sur un éperon rocheux, sa tour génoise, l'une des rares en Corse à être carrée, garde l'entrée du petit golfe de Porto, une merveille façonnée par la nature, encadré par les majestueux pics déchiquetés du Capo d'Orto, à 1 294 m.

Les aiguilles de Bavella

Les aiguilles de Bavella se dressent dans le massif boisé de l'Alta Rocca, l'un des plus beaux sites de la montagne corse. Ces étonnantes pointes de porphyre rouge sculptées par l'érosion culminent à 1 596 m. Si elles ne sont pas les plus hautes, elles sont sans doute les plus spectaculaires. On en oublierait presque la présence de l'homme tant cette nature fascine.

Ajaccio et les îles Sanguinaires

Devenue la première ville de Corse grâce à un décret de son enfant le plus célèbre, Napoléon Bonaparte, Aiacciu ne manque pas d'attraits. Certains ne jurent que par son atmosphère décontractée, d'autres par son musée Fesch ou par ses restaurants. Tous s'accordent sur un point : la ville fait la joie des amateurs de littoral avec son front de mer, la longue plage du Ricanto et les îles Sanguinaires. À quelques kilomètres du centre, ces îlots protégés qui ponctuent la pointe de la Parata doivent leur nom à la couleur rouge de la roche qui les compose et sont un refuge de choix pour les oiseaux marins.

Traversée de l'île avec le GR®20

C'est un véritable mythe auprès de milliers de randonneurs. Traversant l'île en diagonale, de Calenzana à Conca, le GR®20 offre un autre regard sur la géographie corse, quasi aérien et résolument montagnard – même si la côte se laisse souvent apercevoir à l'horizon. Flirtant avec les sommets, cherchant souvent la difficulté, cet itinéraire de haut vol est à réserver aux marcheurs aguerris. Les autres trouveront leur bonheur dans de nombreuses balades et sentiers moins sportifs, mais tout aussi riches de promesses, comme les Mare a Mare® et les Mare e Monti®.

Les falaises de Bonifacio

Bonifacio s'accroche toujours à ses spectaculaires falaises de calcaire blanc. Sculptées par le vent et les embruns, elles abritent des calanques, des criques et des plages au décor féerique. On aimerait ne pas trop en dire et ne pas trop en montrer pour garder intact votre émoi lorsque vous découvrirez la « Gibraltar corse ». Juste ceci : c'est depuis le pont d'un bateau qu'elle est la plus ravissante…

Les richesses de l'Alta Rocca

Beauté du décor, richesse du patrimoine, belles opportunités de loisirs sportifs… Le massif surplombant le sud de l'île est un monde à part qui se prête à toutes les envies. Aussi âpre sur ses sommets que doux sous le couvert de ses forêts de pins laricios, l'Alta Rocca est sillonné de sentiers de randonnée et de rivières propices au canyoning. Blottis dans ce décor, les villages de granite appellent à découvrir la culture insulaire et recèlent quelques trésors, comme le musée de Levie et sa Dame de Bonifacio, plus vieux vestige humain découvert en Corse.

Plongée et snorkeling aux îles Lavezzi

La Corse réserve des surprises jusqu'à ses extrémités les plus éloignées. Dernier bastion de terre corse avant la Sardaigne, les îles Lavezzi sont l'occasion d'un tour en mer à la journée jusqu'à ce petit paradis protégé entre ciel et mer. Érodée par le vent et par la mer, la roche claire prend ici des formes d'écailles de monstres marins se découpant sur des eaux oscillant entre le turquoise et le bleu outremer. L'idéal pour une sortie en snorkeling… Hormis l'île Cavallo, refuge de la jet-set, les Lavezzi sont accessibles en bateau depuis le port de Bonifacio.

Les plages de Porto-Vecchio

Ah ! les plages corses. Souvent comparées à celles de destinations beaucoup plus exotiques, elles justifient pleinement leur réputation. Aux abords de Porto-Vecchio notamment, les golfes et les plages déclinent à l'envi sable blanc et eaux turquoise. La plage idyllique de Palombaggia, bordée de pins d'un vert éclatant, déploie un long ruban de sable blanc ponctué de rochers rouges et baigné par une mer transparente. C'est la plus prisée de Corse du Sud. Lovée dans une magnifique baie circulaire de sable blanc, bordée de pinèdes, la plage de Rondinara est abritée des vents et attire les plaisanciers en saison.

Chapelles du Boziu

Aux portes de Corte, la région montagneuse du Boziu dissimule d'étonnantes chapelles nichées au bout d'étroites routes de montagne. L'une des plus remarquables est la chapelle San-Nicolao, à Sermano, décorée de fresques du XVe siècle d'une poignante sensibilité. Celle de San-Quilico se distingue par la finesse des sculptures de son schiste clair, tandis que la chapelle Santa-Maria-Assunta de Favallelo abrite des fresques que les connaisseurs apprécieront à leur juste valeur. L'occasion d'échapper aux foules pour découvrir une enclave montagneuse délaissée par les itinéraires touristiques.

La tour de l'île de la Pietra

S'ils ont laissé un souvenir amer et douloureux, les Génois ont également cédé à l'île l'un de ses éléments patrimoniaux les plus distinctifs : des dizaines de tours de surveillance, rondes ou carrées, hautes d'une quinzaine de mètres. Bâties pour prévenir les attaques par la mer, elles servaient de moyen de communication grâce à un système de feux, visibles de l'une à l'autre. À l'Île-Rousse, la tour de l'île de la Pietra est l'une des 67 tours encore visibles en Corse, sur les 85 construites à l'époque génoise. Les tours de Porto, Campomoro et Santa Maria, sur le cap Corse, comptent également parmi les plus belles.

Le village de Pigna

La désertification des villages n'est pas une fatalité. Pigna en est un exemple vivant. Perché sur les montagnes de Balagne, ce bourg doit son renouveau, depuis les années 1970, à une mairesse dynamique et à une poignée d'artistes et d'artisans, qui lui ont donné un nouveau souffle. Potiers, sculpteurs, peintres, luthiers, musiciens… la visite du village est un hommage vivant à la culture traditionnelle corse. Pigna serait par ailleurs un sérieux prétendant si le titre du plus beau village de Corse devait être décerné…

Le palais Fesch à Ajaccio

Oncle de Bonaparte, Joseph Fesch (1763–1839) était un homme d'église – il fut nommé cardinal en 1803 – mais aussi un amateur d'art éclairé. Ajaccio lui doit l'exceptionnel musée qui porte son nom, rouvert au public après plusieurs années de rénovation. Au cœur de la vieille ville, il abrite un millier des 16 000 toiles qui auraient constitué la collection du cardinal, qu'il céda à la ville à la fin de sa vie, après avoir été disgrâcié par Bonaparte. Des œuvres de Botticelli, Titien ou encore Véronèse y côtoient des toiles d'inspiration napoléonienne.

Baignades dans les vasques de rivière

Qui a dit que la baignade devait se limiter à la Grande Bleue ? L'île est sillonnée de dizaines de rivières dont les eaux fraîches sont un vrai bonheur en été, lorsque la côte est surfréquentée. Dans les vallées du Fango et de la Restonica, elles achèvent leur course vers la mer par de superbes vasques, véritables piscines naturelles, souvent accessibles par de courtes balades ou au fil des randonnées (attention aux glissades !). L'un des secrets de la Corse, et un refuge des insulaires pour éviter la foule estivale…

Notre-Dame-de-la-Serra

À la sortie de Calvi vers la pointe de la Revellata, l'église Notre-Dame-de-la-Serra fait face à la Méditerranée. L'atteindre nécessite une petite heure de marche, récompensée par la vue, particulièrement belle en fin de journée, lorsque les lumières de Calvi s'allument en contrebas.

Spécialités corses

Un voyage sur l'île ne saurait être complet sans goûter le brocciu, le figatellu et la pulenta… Parfumée comme le maquis, la cuisine corse doit son goût à ses savoir-faire ancestraux et à ses produits phares. Tête de liste, la charcuterie de montagne est traditionnellement élaborée à partir de la viande des cochons-coureurs, élevés aux glands et aux châtaignes. Le brocciu, de décembre à juillet, est un fromage frais fabriqué à partir de petit lait. Confitures, miels et vins sont aussi à découvrir.

Corte

Aussi éloignée de la mer qu'il est possible de l'être sur l'île, Corte fait figure de gardienne de l'identité corse. Pendant des siècles, sa magnifique citadelle a commandé le centre géographique de l'île. Juchée comme un nid d'aigle sur un promontoire rocheux, la ville a été de toutes les batailles et fut le principal bastion de résistance de l'intérieur de l'île contre l'occupation génoise, concentrée sur les côtes. Juste retour des choses, c'est dans cette ville historique, agréable et accueillante, que fut créée en 1981 l'Université de Corse.

Les sites archéologiques de Cauria

La région de Sartène abrite les plus anciens vestiges d'occupation humaine sur l'île. S'ils n'ont pas livré tous leurs secrets aux scientifiques – quelle était leur fonction ? Quelle est leur symbolique ? – les dolmens et les alignements de menhirs du plateau de Cauria n'en méritent pas moins la visite pour leur atmosphère particulière. Plus grand témoignage mégalithique de Corse, le dolmen de Funtanaccia est lourd d'une quinzaine de tonnes et aurait été érigé vers 4 000 avant J.-C. Les menhirs de Stantari, non loin, valent également le coup d'œil.

L'austère Sartène

Sartène, « la plus corse des villes corses » selon Prosper Mérimée – une citation qui fait la fierté de la ville –, dresse sur un éperon rocheux ses imposantes demeures de granite sombre, que relient passerelles, venelles et autres passages voûtés. Elle jette ainsi un regard lointain sur le golfe du Valinco.

Bastia

L'église Saint-Jean-Baptiste, qui domine le vieux port, est l'image la plus célèbre de Bastia. L'intérêt de la ville ne se limite cependant pas à cette imposante façade baroque. Bâti dans une crique étroite chargée d'histoire où pêcheurs et plaisanciers, Bastiais et touristes se retrouvent dans une joyeuse animation sur fond de façades colorées, le vieux port est le cœur de la deuxième ville de l'île. Gentiment anarchique, méditerranéenne et populaire, Bastia sait séduire ceux qui prennent le temps de se plonger dans son atmosphère.

Les plages de l'Ostriconi et des Agriates

Entre la Balagne et les Agriates, l'Ostriconi se distingue par ses longues plages, surveillées en été et particulièrement adaptées aux enfants. Certains avancent que le sable qui les couvre serait l'un des plus fins du monde… Il n'en fallait pas plus pour assurer la réputation des lieux, superbes mais très fréquentés en été. L'étonnant « désert » des Agriates, non loin, dissimule pour sa part deux autres sublimes plages, moins faciles d'accès : les plages du Lodo et de la Saleccia.

Nonza

La façade jaune et orangée de l'église Sainte-Julie de Nonza n'est que l'un des sites qui justifient un arrêt dans ce bourg du cap Corse. Bâti sur un spectaculaire piton rocheux flanqué d'une tour génoise, au-dessus d'une plage de galets noirs, Nonza est l'un des points forts du cap. Prenez le temps de découvrir les peintures et sculptures qui ornent les murs et le plafond de l'église, d'arpenter les ruelles pentues montant à l'assaut de la tour et de boire un verre sur la place ombragée du village.

La réserve de Scandola

Inscrite par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité, en même temps que les calanques de Piana et le site de Girolata, la réserve naturelle de Scandola doit une part de sa beauté à son isolement, qui l'a tenue à l'écart de la fréquentation et des promoteurs. Accessible principalement par la mer, cette réserve de 920 ha de terre et 1 000 ha d'espace maritime, créée en 1975, offre des paysages grandioses et des fonds marins d'une biodiversité remarquable.

 

Articles récents