Sardaigne : Environnement

Nature, géographie et écologie en Sardaigne

Géographie

Avec 24 090 km², en comptant les îles alentour, la Sardaigne est la plus grande île méditerranéenne après la Sicile. Plus proche de l'Afrique du Nord que de l'Italie, elle est parfois qualifiée de plate. S'il est vrai que son sommet le plus élevé, Punta La Marmora, culmine à 1 834 m – ce qui est peu comparé à la Corse dont plusieurs cols dépassent 2 500 m –, le relief sarde est tout sauf monotone : les plaines et les plages ne représentent en effet que 20% de sa superficie.
L'intérieur des terres est formé de collines qui créent un relief escarpé entrecoupé de profondes gorges ou de petites vallées enclavant les villages. Les côtes offrent aussi bien des falaises dominant la mer que de larges bandes sur lesquelles s'égrènent des plages de sable blanc bordées d'eaux turquoise.
La Sardaigne compte également de nombreuses rivières et plusieurs fleuves, notamment le Tirso et le Coghinas qui traversent les deux plus grands lacs artificiels de l'île, respectivement le Lago Omedeo (22 km²) et le Lago Coghinas (13 km²).

Faune et flore

La végétation présente de nombreux contrastes : des côtes sauvages bordées de pins, des maquis broussailleux, des poches de forêts (chênes-liège), des champs de lavande ou des montagnes arides enluminées de pivoines. Les amateurs de fleurs sauvages choisiront de partir en avril afin de profiter de l'explosion de couleurs qui se tarit déjà en mai. Le climat permet la présence d'arbustes : genévrier, bruyère, arbousier, thym et surtout myrtille avec laquelle les Sardes font une liqueur. Les palmiers sont assez fréquents mais pour la plupart importés, à l'exception des palmiers nains.
Côté faune, les terres abritent des sangliers – souvent originaires d'Italie afin de pallier leur extinction résultant de la chasse –, des daims, des mouflons et des petits chevaux sauvages (ces animaux sont en général plus petits que leurs homologues continentaux). Il n'y a pas de serpents venimeux. La richesse ornithologique est impressionnante avec plus de 360 espèces dont certaines sont endémiques à l'île (pic épeiche, mésange charbonnière ou geai des chênes). En hiver, la province d'Oristano et les environs de Cagliari accueillent des flamants roses en transit entre l'Afrique et la Camargue. On observe également nombre de canards sauvages, hérons ou grues. Côté "résidents", les aigles royaux et les faucons pèlerins dominent les cieux. L'île compte trois parcs nationaux, deux parcs régionaux et des réserves naturelles et marines.
Les fonds marins, pour la plupart encore intacts, abondent en coraux, poissons, crustacés (dont la fameuse langouste) et mollusques. On assiste depuis quelques années au retour du phoque moine tandis que dauphins et petites baleines peuvent être parfois observées en bateau.

Mis à jour le : 19 mars 2018

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Sur la route, itinéraires clés en main : tout pour partir à l'aventure au volant le long de routes mythiques

Paramètres des cookies