Berlin : Histoire

1237

Première installation connue à Cölln, une île au sud de l'actuelle Museumsinsel (île des Musée) sur la Spree. Le Berlin médiéval se développa autour de l'église Saint-Nicolas et s'étendit vers le nord-est, en direction de l'actuelle Alexanderplatz.

1432

Berlin et Cölln, reliées par le Mühlendamm, fusionnent.

Années 1440

Frédéric II, électeur de Brandebourg, fonde la dynastie des Hohenzollern qui règnera jusqu'à la fuite du Kaiser Guillaume II de Potsdam, en 1918. L'importance de Berlin s'accroît en 1470, lorsque l'électeur s'y installe et construit un palais près de l'actuelle Marx-Engels Platz.

1618-1648

La guerre de Trente Ans, qui enflamme tout le Saint Empire romain germanique, décime la population de Berlin ; il reste à peine 6 000 habitants dans une ville dont plus d'un tiers des maisons ont été détruites.

1640-1688

Sous la férule du Grand Électeur Frédéric-Guillaume, Berlin renaît de ses cendres, plus puissante qu'avant, et accueille les huguenots chassés de France après la révocation de l'édit de Nantes. La vision politique du Grand Électeur est la base de la puissance prussienne.

1701-1713

Fils du Grand Électeur, Frédéric I, le premier roi de Prusse, fait de Berlin sa capitale et celle-ci se développe rapidement. Avec sa femme, Sophie Charlotte, il encourage l'essor des arts et des sciences.

1713-1740

Frédéric-Guillaume I, à l'opposé de son père, n'est guère sensible à la culture. En 1716, il dissout l'orchestre de la cour et interdit le théâtre et les ballets. Frugal et passionné par l'art de la guerre, le Roi-Sergent forme une armée de 80 000 hommes et devient le véritable artisan de la Prusse forte.

1740-1786

Frédéric II le Grand marque son règne par la construction de bâtiments prestigieux (château de Sans-Souci). Le dramaturge Gotthold Ephraim Lessing et Friedrich Nicolai, libraire et philosophe, comptent parmi les personnalités importantes du siècle des Lumières et contribuent à faire de Berlin une ville internationale.

1786-1797

Frédéric-Guillaume II succède à son oncle. Il résiste aux aspirations visant à créer un État allemand centralisé, établit une législation répressive et laisse à son fils une Prusse proche de la banqueroute.

1797-1840

Frédéric-Guillaume III, fils du précédent, libéralise la censure, accentue la tolérance religieuse et améliore les finances. Sa défaite face à la France dans les guerres napoléoniennes entraîne l'occupation de Berlin de 1806 à 1813 et l'écroulement de la Prusse. Cette dernière ne retrouve son ancienne puissance qu'en 1815.

1840-1858

Frédéric-Guillaume IV réprime en 1848 une révolution bourgeoise, étouffant ainsi le développement politique né du siècle des Lumières. Son irrésolution l'empêche d'aller au bout des réformes promises et déçoit les espoirs mis en lui. Atteint de démence, il quitte le pouvoir en 1858.

1888-1918

Roi de Prusse et empereur d'Allemagne, Guillaume II, petit-fils de Guillaume I, règne à la mort de son père, Frédéric III, qui n'a survécu que quelques mois à son propre père. En 1900 la population de Berlin atteint les 2 millions d'habitants.

1918-1932

Le 9 novembre 1918, Philippe Scheidemann, leader des sociaux-démocrates, proclame la République allemande depuis le Reichstag alors que Guillaume II est contraint d'abdiquer. Quelques heures plus tard, d'un balcon de l'hôtel de ville, Karl Liebknecht annonce la création d'une république libre et socialiste. En janvier 1919, les spartakistes berlinois Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg sont assassinés par des membres de l'ancienne armée impériale. À la veille de la prise du pouvoir par les nazis, le parti communiste prédomine dans "Berlin la Rouge”, ayant recueilli 32% des suffrages en 1932.

1933

Hitler est fait chancelier en janvier; incendie du Reichstag ; début de la construction du camp de concentration de Sachsenhausen ; on brûle des livres sur Bebelplatz ; en juin, le parti national-socialiste devient le seul autorisé en Allemagne.

1936

Les Jeux olympiques de Berlin, en août, constituent pour le Troisième Reich une excellente occasion de propagande. Le caractère antisémite du régime nazi est gommé pour l’occasion.

1939-1945

Seconde Guerre mondiale : Hitler envahit la Pologne; la France, la Grande-Bretagne et, en 1941, les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne; lors de la conférence de Wannsee (1942), les hauts responsables du Troisième Reich organisent les modalités de la solution finale.

1945

Les troupes soviétiques avancent sur Berlin dans les derniers jours de la guerre et la bataille laisse la ville en ruine; Hitler se suicide le 30 avril ; les combats cessent le 2 mai et l’armistice est signé le 8 mai; les Alliés se partagent Berlin lors de la conférence de Yalta.

1948-1988

En juin 1948, Berlin est divisée lorsque les trois Alliés occidentaux introduisent une monnaie ouest-allemande et installent une administration indépendante dans leurs secteurs. Les Soviétiques isolent Berlin-Ouest. En octobre 1949, Berlin-Est devient la capitale de la RDA. La construction du Mur, en août 1961, stoppe la fuite de la population d'Allemagne de l'Est.

1989-1991

Une première brèche s'ouvre dans le mur le 9 novembre 1989 et il sera complètement abattu le 1er juillet 1990. Le traité de réunification des deux Allemagnes fait de Berlin la capitale du pays et, en juin 1991, le Bundestag décide de quitter Bonn et de s'y installer dans les dix ans à venir. Un énorme consortium d'entreprises publiques et privées rénove le cœur de la cité.

1999

En avril 1999, le Reichstag, entièrement restauré, rouvre pour accueillir le Parlement de l'Allemagne réunifiée. Berlin a reconquis son titre de capitale.

2001

En 2001, Klaus Wowereit, tête de liste du SPD, devient le nouveau maire de Berlin. Il est réélu lors des élections anticipées de 2002, puis en 2006.

2006

La première gare centrale de Berlin, la Hauptbahnhof, ouvre le 26 mai ; la ville accueille deux semaines plus tard la Coupe du monde de football qui s’achève par la victoire de l’Italie sur la France.

2009

Le 9 novembre, le 20e anniversaire de la chute du Mur a été célébré en grande pompe.

2010

Après la démission de Horst Köhler le 31 mai, Jens Bohrnsen devient président fédéral par intérim.

2011

Le Parti Pirate obtient 8,9 % des voix (15 sièges) aux élections législatives de septembre. Ce nouveau parti, né en Suède, se concentre sur la protection des données personnelles, et la liberté dans l'usage des nouvelles technologies. Le succès grandissant de ce mouvement a conduit à la création d'un Parti pirate international qui regroupe aujourd'hui les partis pirates officiels ou non de 33 pays.

Mis à jour le : 11 novembre 2012
evaneos

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet s’est associé à easyJet pour publier ce guide atypique couvrant deux destinations pour vous accompagner tout…