1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Voyage en Indonésie : les meilleures expériences à faire sur l'île de Sumatra
Idées de voyage

Voyage en Indonésie : les meilleures expériences à faire sur l'île de Sumatra

Mis à jour le : 18 janvier 2019

Carte

Peu de destinations sont synonymes d’aventure comme l’est le territoire sauvage de Sumatra, sixième île de la planète par la taille, dont les habitants vivent au rythme d’une nature extrême, à la fois source de richesses et de désastres. Cet écosystème particulièrement riche est soumis aux éruptions volcaniques, aux séismes, aux inondations et aux tsunamis. La végétation luxuriante est le refuge d’une faune abondante : l’orang-outan, mais aussi le tigre et le rhinocéros de Sumatra. Autres attraits : les plages et le surf, avec des rouleaux qui déferlent sur des rivages déserts. Sumatra rassemble une mosaïque de peuples : des musulmans fervents d’Aceh aux Batak chrétiens, en passant par la société matrilinéaire des Minangkabau de Padang. Tous coexistent la plupart du temps en bonne intelligence, unis par un même amour et une même crainte de leur terre farouche. On vous liste les meilleures expériences à faire sur l'île pour la découvrir. 

1. Observer les orangs-outans dans la jungle autour de Bukit Lawang

Le centre de réhabilitation des orangs-outans a été créé en 1973 pour réacclimater les orangs-outans à la vie sauvage après une période de captivité ou un déplacement dû à la déforestation. Deux fois par jour, les orangs-outans semi-dépendants sont nourris sur une plateforme surplombant les bureaux du parc, à laquelle on accède en 10 minutes via un escalier raide. Les bureaux sont situés en amont du village, sur la rive opposée. La traversée se fait en bateau gonflable. La plateforme de nourrissage permet d’observer de près ces magnifiques créatures. La présence d’un guide n’est pas requise.
Les orangs-outans sont faciles à observer mais sachez qu’ils ne se montrent pas systématiquement : à la saison des pluies, lorsque les fruits abondent dans la jungle, ils restent parfois cachés.

adobestock_200901052.jpeg

Orang-outan, Sumatra

2. Se croire au paradis face aux plus beaux récifs de Sumatra, au large des îles Banyak 

Si vous rêvez d’une île tropicale pour vous tout seul, avec palmiers, plages de sable fin et mer translucide, les îles Banyak combleront vos désirs. Cet archipel de 99 îles, pour la plupart inhabitées, est situé à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Singkil. Bien que très isolées, elles sont aujourd’hui sur le circuit des surfeurs et attirent un nombre croissant de voyageurs en quête de paradis terrestre. Outre les plus belles plages de Sumatra et quelques bons spots de surf, les îles Banyak abritent les meilleurs sites de snorkeling de Sumatra, notamment de somptueuses forêts sous-marines de corail coloré (là où il a été préservé de la pêche à la dynamite). Les clubs de plongée ne tarderont sans doute pas à s’y établir … Seules deux îles sont véritablement habitées. La plus grande localité de Pulau Balai est le principal point d’accès aux îles. Le discret Haloban, sur l’île de Pulau Tuangku, est l’autre village d’importance.

adobestock_238387966.jpeg

Vue paradisiaque sur les îles Banyak à Sumatra

3. Plonger avec les requins et les tortues dans le jardin de corail au large de Pulau Weh

Rocher tropical au large de la pointe de Sumatra, Pulau Weh est un morceau de plage et de jungle qui séduit les voyageurs las du tumulte de sa grande voisine. Après avoir exploré la jungle, les volcans et les lacs, vous pourrez vous détendre dans les eaux tièdes de l’océan Indien. Riche de somptueux fonds sous-marins, l’île se classe parmi les fleurons de Sumatra. Les plongeurs découvriront de grands récifs de gorgones ondulantes, de profonds canyons et des pitons rocheux. Ils seront éblouis par la diversité des créatures marines.
Pulau Weh a grossièrement la forme d’un fer à cheval. La partie nord-est abrite la ville portuaire de Sabang, où vivent la plupart des insulaires. Gapang et Iboih, les
principales plages touristiques, se trouvent à 20 km, vers la partie nord-ouest. Question palmiers et sable, Iboih est plus plaisante que Gapang ; toutefois, les plus belles plages sont Pantai Sumur Tiga, près de Sabang, et Long Beach, légèrement au nord d’Iboih. La plupart des voyageurs viennent à Weh pour la plongée et le snorkeling, deux activités exceptionnelles ici. Murènes, rascasses et raies pastenagues font partie de la faune commune ; les requins-baleines se montrent au moment de l’éclosion du plancton.

adobestock_237546153.jpeg

Pulau Weh, entre plage et jungle

4. Parcourir le parc national de Kerinci Seblat 

Le Taman Nasional Kerinci Seblat (TNKS), le plus grand parc national de Sumatra, s’étend sur 350 km dans le massif des Bukit Barisan et protège 13 791 km2 de forêt
équatoriale primaire répartis dans quatre provinces. Il est situé à près de 40% dans la province de Jambi. Sa difficulté d’accès en fait l’un des derniers bastions du harimau (tigre de Sumatra), une espèce menacée. Le parc abriterait la plus importante population de tigres à Sumatra. Des traces ont été relevées sur 80% de sa superficie.
En raison de l’altitude des Bukit Parisan, Kerinci possède une diversité unique en terme de flore et de faune. Des edelweiss et d’autres fleurs de haute altitude poussent dans la forêt. Plus bas, des plantes carnivores côtoient des orchidées, des rafflésies et de gigantesques arums titans. Le parc national reçoit relativement peu de visiteurs et ses rares infrastructures touristiques sont regroupées au nord, près du Gunung Kerinci et du Gunung Tujuh. Si le Nord est la partie la plus visitée, le secteur sud, le seul habité par des éléphants, comporte d’intéressants villages à la lisière du parc et offre d’excellentes randonnées à travers la forêt préservée.

adobestock_123377360.jpeg

Tigre de Sumatra

5. S'immerger dans la jungle autour de Ketambe, au coeur du parc national du Gunung Leuser

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le parc national du Gunung Leuser est l’une des zones protégées les plus importantes de la planète pour la biodiversité. Il est souvent comparé à un laboratoire, en raison de la richesse de ses habitats et de ses espèces. À l’intérieur du parc vivent certains des animaux les plus menacés de la planète : tigres, rhinocéros, éléphants et orangs-outans. Si les chances d’apercevoir les premiers sont très minces, vous verrez sans doute des orangs-outans et certainement quantité d’autres primates. Le semnopithèque de Thomas, le plus commun, se reconnaît à son ventre blanc et à sa crête iroquoise brillante. Ketambe, au coeur de la vallée de l’Alas, est le principal centre touristique du parc national. Quelques guesthouses sont installées au bord de la route, entre la rivière et la jungle. C’est l’un des endroits les plus détendus de Sumatra Nord ; quelques jours à paresser au bord de la rivière et à marcher dans la jungle vous laisseront sans doute des souvenirs impérissables.

adobestock_238644301.jpeg

Le semnopithèque de Thomas se reconnaît à son ventre blanc et à sa crête iroquoise brillante

6. Mettre un pied sur les îles Mentawai, paradis des surfeurs

Peu éloignées des côtes, les îles Mentawai (et donc leurs habitants) sont pourtant restés isolées jusqu’au XIXe siècle en raison des vents violents, des courants imprévisibles et des coraux tranchants. L’archipel, séparé de Sumatra il y a quelque 500 000 ans, possède une faune et une flore uniques qui le placent au même rang que Madagascar en ce qui concerne les primates endémiques. Le siamang kerdil ou gibbon de Kloss, une espèce rare de singe noir et jaune appelé localement simpai Mentawai, présente un intérêt particulier.
Siberut, la plus grande île, accueille la majeure partie de la population. Elle est la plus étudiée et la plus protégée de l’archipel, et reste couverte à près de 60% d’une forêt tropicale dont la richesse biologique lui a valu d’être désignée réserve de biosphère par l’Unesco. Le parc national de Siberut protège la moitié ouest de l’île. Les îles Mentawai évoluent rapidement. Le tourisme, la déforestation, la politique de transmigrasi (déplacement de populations provenant de régions surpeuplées encouragé par le gouvernement) et les tentatives d’acculturation soutenues par Jakarta ont éloigné les habitants de la jungle et facilité son exploitation. Si l’archipel a changé, il conserve encore, malgré tout, maintes particularités. Les surfeurs font notamment partie des inconditionnels des Mentawai, que beaucoup considèrent comme le spot de leur vie.

7. Randonner dans la région de Bengkulu, la ville la plus agréable de Sumatra

Coupée de ses voisines par la chaîne des Bukit Barisan, Bengkulu est la province la plus enclavée de Sumatra. Les voyageurs courageux qui s’aventurent jusqu’ici découvriront le quotidien indonésien dans son plus simple apparat. Ils observeront aussi de magnifiques paysages et des portions de jungle en grande partie inexplorée. La région de Bengkulu renferme des ressources d’une grande richesse, que les voyageurs commencent seulement à découvrir : treks de plusieurs jours sur les volcans et dans la jungle, sources thermales, escalade et sports nautiques sur les lacs et les rivières, ou encore participation à la protection des éléphants et interaction avec les habitants de villages reculés. Véritable joyau caché, la paisible capitale provinciale du même nom est sans doute la ville la plus agréable de Sumatra. Les rues piétonnes ne sont pas encombrées de véhicules, et la ville possède une plage bien entretenue et de bons restaurants qui, avec les quelques vestiges de l’époque coloniale, constituent ses principaux attraits.

adobestock_84828247.jpeg

Volcan Sibayak, nord de Sumatra

8. Partir à l'assaut d’un volcan actif près de Berastagi, à 1 300 m d’altitude

À 2 094 m, le Gunung Sibayak est le plus accessible des volcans indonésiens. Selon votre forme physique, il existe trois façons d’entreprendre l’ascension ; un guide s’impose uniquement pour l’itinéraire à travers la jungle, mais il est conseillé d’être accompagné si vous êtes seul. L’aller-retour peut s’effectuer en 5 heures ; partez le plus tôt possible.
L’ascension la plus facile consiste à emprunter la piste qui débute au nord-ouest de Berastagi, à 10 minutes de marche de la Sibayak Multinational Resthouse. Suivez le sentier à gauche de la hutte où l’on paie le droit d’entrée. De là, il reste 7 km (3 heures environ) assez faciles jusqu’au sommet, essentiellement le long d’une route. Il est un peu compliqué de repérer le chemin pour descendre. Quand vous arrivez au cratère, tournez sur 90° vers la droite (dans le sens contraire des aiguilles d’une montre), grimpez jusqu’à la crête et cherchez les marches de pierre sur l’autre versant de la montagne. Si vous ne les trouvez pas, revenez par le même itinéraire qu’à l’aller. Plutôt que de marcher à partir de Berastagi, vous pourrez prendre un minibus Kama vert (4 000 Rp) jusqu’à Semangat Gunung au pied du volcan, d’où le sommet se rejoint en 2 heures. Des marches couvrent une partie du trajet, mais le chemin est plus étroit et en moins bon état que celui qui part de Berastagi. Le parcours le plus long traverse la jungle depuis l’Air Terjun Panorama, une cascade sur la route de Medan, à 5 km au nord de Berastagi. De là, comptez au moins 5  heures de marche.
Les sentiers qui sillonnent le volcan sont mal balisés et mal entretenus, et il est facile de se perdre. À la saison des pluies, ils sont parfois très glissants, voire inondés.
Plusieurs personnes ont perdu la vie sur le Gunung Sibayak ; il est plus prudent d’avoir recours à un guide.



Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Indonésie

Paramètres des cookies