1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les 10 musées les plus étranges du monde
Idées de voyage

Les 10 musées les plus étranges du monde

Mis à jour le : 25 janvier 2019

Carte

Certains vont jusqu’à créer un musée pour partager leur étonnante passion. Tous les goûts sont dans la nature !

1. Musée des Égouts de Paris (France)

Plus qu’un musée, des égouts, ou plus précisément des galeries aménagées et inutilisées (si vous avez lu ou vu Les Misérables, vous vous en faites sans doute déjà une petite idée). Mais attention : on n’élimine jamais complètement des siècles d’eaux usées à Paris l’odeur est proprement (façon de parler) indescriptible. Outre les galeries, vous y verrez des photographies, des cartes et des rats d’égout empaillés. Et en prime, vous pourrez déambuler sur des passages aménagés au-dessus des eaux usées arrivant en temps réel des appartements parisiens. Ragoûtant, non ?

Le musée est ouvert du samedi au mercredi et accessible gratuitement avec le Paris Museum Pass.

Chris Yunker, Egouts de Paris 

2. Musée de Parasitologie du Meguro (Japon)

Une faune bien particulière est exposée dans ce musée du Japon : les coupelles et tubes à essais colorés qui s’alignent contre les murs contiennent chacun un parasite différent, de l’homme ou de l’animal – ver solitaire, ver rond et autres larves. Pour mieux comprendre la parasitologie, des planches anatomiques illustrent le cycle de vie de certains de ces pique-assiettes, et des clichés médicaux assez répugnants montrent les conséquences pour les organismes hôtes. Si vous en demandez encore, la boutique propose des T-shirts et porte-clés à l’effigie des charmantes bestioles. Dans sa publicité, ce musée tokyoïte se vante d’être le parfait lieu de rendez-vous pour les amoureux – si le vôtre s’appelle David Cronenberg, pourquoi pas ? Un conseil : mangez léger avant la visite.

L’entrée est gratuite, mais les dons sont bienvenus. La gare la plus proche est celle de Meguro : prenez la sortie ouest et marchez environ 15 minutes.

Guilhem Vellut, musée de parasitologie de Meguro 

3. Musée islandais de Phallologie, Reykjavik (Islande)

Riche d’une collection unique de pénis de mammifères, ce musée en Islande assure que la “phallologie est une science très ancienne” – ah bon ? De l’extérieur, l’endroit semble gentillet, un peu désuet même, mais c’est pour mieux nous surprendre : ses collections forment un univers incroyable, rassemblant plus de 150 spécimens de pénis et d’organes génitaux de toutes tailles sous vitrine, accrochés aux murs ou suspendus au plafond sous un éclairage éblouissant. Attention à ne pas vous faire éborgner au passage. Inutile de rappeler qu’on ne touche pas les pièces de musée.

Situé à Reykjavik, le musée est ouvert tous les jours de 10h à 18h ; l’entrée coûte 1000 couronnes. Consultez le site du musée, www.phallus.is pour en savoir plus.

JasonParis, musée de phallologie d'Husavik 

4. Parc Grutos à Druskininkai (Lituanie)

Empreint d’humour noir et d’ironie, ce Disneyworld du communisme est tout entier dédié à la Lituanie de l’ère soviétique : un jardin de sculpture rassemble des statues de grandes figures du communisme, et les reconstitutions de goulags sont réalistes jusqu’au bout des miradors et barbelés électrifiés. Il fut envisagé un temps d’acheminer les visiteurs par le rail dans des wagons à bestiaux, mais le projet a été abandonné face à une farouche levée de boucliers de l’opinion lituanienne. Des acteurs jouent parfois des reconstitutions durant lesquelles des pionniers du soviétisme chantent la dignité du travail, Staline agite sa pipe et fait d’ennuyeux discours et Lénine, assis sur un banc, taquine le goujon. Édifiant, non ?

L’entrée est à 6 €, auxquels on ne regrettera pas d’ajouter 46 € pour l’audioguide. Rendez-vous sur www.grutoparkas.lt pour plus de renseignements, notamment sur les transports.

Beny Shlevich, Parc Grutos 

5. Musée de l’art mauvais, Massachussets (États-Unis)

“Des oeuvres d’art trop mauvaises pour qu’on les ignore”, tel est le domaine de spécialité de ce musée du Massachusetts (USAqui rassemble plus de 250 pièces, notamment des peintures et sculptures, qui rivalisent de bon goût à coups de perspectives fantaisistes, corps aux bras gros comme des cuisses et couleurs plus criardes les unes que les autres. Autant "d'oeuvres exubérantes réalisées par des gens qui n’ont parfois pas la moindre idée de ce qu’ils font”, promet sans exagération le musée. Certaines sont des dons, d’autres ont été récupérées dans des poubelles, mais toutes sont du grand art.

Ouvert jusqu’à 21h ou 22h, le musée se trouve au sous-sol du Community Theatre de Dedham, à environ 13 km au sud de Boston. Plus d’infos sur www.museumofbadart.org.

Chris Devers, Musée du mauvais art 

6. Musée du Cheveu, Avanos (Turquie)

Le Turc Galip Körükçü est un potier pas comme les autres : il a décidé un jour de collectionner des mèches de cheveux de femmes du monde entier et d’ouvrir un musée. Une idée particulièrement tirée par les cheveux pour faire connaître ses cours de poteries. Situé à Avanos en Turquie, ce musée troglodytique contient aujourd’hui plus de 16 000 mèches suspendues au plafond et aux murs. On s’y sent comme dans l’antre secret d’un serial killer, surtout lorsque Galip Körükçü met son tablier et empoigne ses ciseaux.

Galip Körükçü (www.chez-galip.com) dispose d’une pension (chambre 12-20 € la nuit) et propose des cours de poterie, tissage, danse et musique.

Dust Mason, Musée du cheveu 

7. Musée La Specola, Florence (Italie)

Fantastique bric-à-brac zoologique ! La Specola est une surprise pour les voyageurs qui ne connaissent de Florence que ses chefs-d’oeuvre Renaissance. Des salles à n’en plus finir, et tous les animaux de la création, ou presque, empaillés, siégeant dans des vitrines. Un rien dérangeante, la collection de cires anatomiques représentant des corps humains disséqués devait permettre aux étudiants en médecine d’apprendre les secrets du corps humain sans avoir à disséquer des cadavres. Pierre-Léopold de Lorraine, grand-duc de Toscane, qui souhaitait rendre la science accessible à tous, ouvrit La Specola dès 1775 au grand public, une première en Europe.

La Specola occupe le deuxième étage de l’ancien palazzo Torrigiani (XVe siècle), à quelques pas du palazzo Pitti.

Russell McNeil, La Specola 

8. Musée de la tondeuse à gazon, Southport (Angleterre)

Certains assurent que la tondeuse manuelle Qualcast n’a pas d’égale parmi les tondeuses sans moteur, sans parler des engins motorisés, mais d’autres ne jurent que par l’Allen Scythe TS et son moteur Villiers Mk25 256cc à quatre temps. Venez frayer avec les fanatiques de la tondeuse à gazon dans ce musée qui lui est entièrement consacré, à Southport, dans le Lancashire, en Angleterre. On ne manquera pas la section “Tondeuses des gens célèbres” (celle du prince Charles s’y trouve), ni les tondeuses les plus rapides du monde, et moins encore le tout premier robot-tondeuse à énergie solaire.

Le musée est ouvert de 9h à 17h30. L’entrée (2 £) comprend une visite audioguidée. Plus d’infos sur www.lawnmowerworld.co.uk.

the justified sinner, Musée de la tondeuse à gazon 

9. Musée Sulabh International des toilettes, New Delhi (Inde)

Le cabinet d’aisances est le roi de cet étonnant musée de New Delhi en Inde qui nous invite à nous joindre à la “croisade pour les sanitaires”. Il est représenté sous toutes ses formes, avec de nombreuses pièces du monde entier, des latrines à la turque aux cuvettes quasi luxueuses. Le “code pour les mariés : un processus de défécation complexe prescrit par le Manusmriti Vishnupuran, texte aryen des plus respectés” mettra à l’épreuve votre endurance face à une envie pressante. Et n’oubliez pas de vous laver les mains en partant.

Le musée se trouve à Dabri Marg, à New Delhi, et ouvre du lundi au samedi. Consultez le site www.sulabhtoiletmuseum.org pour trouver le chemin du petit coin.

Nathan Cooke, Musée des toilettes 

10. Musée des relations brisées, Zagreb, Croatie

On a tous une histoire d'amour ou d'amitié qui fait partie du passé... Parfois, on en conserve les traces et les souvenirs avec un certain fétichisme. Dans ce musée de Zagreb (Croatie), vous pourrez admirer des centaines d'objets ayant joué un rôle dans une histoire passée. Chaque objet est accompagné d'un témoignage dans cette immense célébration de la mémoire et des sentiments humains. Conçue au départ comme une exposition artistique itinérante, elle a tant plu aux visiteurs qu'elle devint pérenne en 2011. 

Rendez-vous sur www.brokenships.com pour voir un aperçu de la collection. 

ruxandraale, musée des relations brisées 

 

Image : Parc Grutos, yeowatzup


Paramètres des cookies