1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. La côte basque en 5 villes
France

La côte basque en 5 villes

Texte par

Marie Dufay

Mis à jour le : 2 avril 2019

Carte

Le printemps est de retour : voici le moment idéal pour découvrir la côte basque, au calme ! Vous rêvez de dompter les rouleaux de l’Atlantique en surf, de vous dorer sur de longues plages blondes, de faire des orgies de tapas, de flâner dans de petites villes pleines de cachet et d’histoire, à la riche architecture ? Les 30 kilomètres s’étirant entre Bayonne et Hendaye vous offrent tout cela, et bien plus encore. Voici nos 5 étapes préférées, du nord au sud.

Biarritz

Les aristocrates en firent leur QG jusqu’à la Belle Époque. Avec ses charmants rivages et ses somptueuses villas, cette cité balnéaire a de quoi séduire : les touristes s’y pressent en été, pour profiter de son élégante nonchalance, de sa culture surf, de ses bonnes tables et de sa vie nocturne. Promenez-vous sur la Grande Plage, admirez l’architecture de l'Hôtel du Palais puis poussez jusqu’au phare à la pointe Saint-Martin pour jouir d’un superbe panorama.  A la corniche, admirez le croquignolet port des Pêcheurs, le rocher de la Vierge (devenu l’emblème de la ville) et le Port-Vieux où venaient s’échouer les cétacés harponnés et aujourd’hui aménagé pour la baignade. Poursuivez jusqu’à la Côte des Basques pour y prendre un cours de surf. Découvrez aussi les trésors cachés de Biarritz : son église othodoxe bâtie en 1892, sa chapelle impériale de style mauresque et byzantin… S’il pleut, visitez le Musée de la Mer aux belles lignes Art déco, la Cité de l’Océan ou offrez-vous un soin dans l’un des nombreux établissements de thalasso.

biarritz_cote_des_basques.jpg

Plage de la Côte des Basques à Biarritz

Bidart

Juché sur une falaise, le village compte un centre piétonnier très typique. Avec ses 5 km de côtes, Bidart offre de belles plages sauvages et de superbes panoramas. Avant de céder de son influence au bénéfice de Biarritz ou de Saint-Jean-de-Luz, la commune fut un important relais de poste, du temps où celle-ci se faisait à cheval, et se distingua au XVIème siècle dans la chasse à la baleine, la pêche et la construction navale. Découvrez sa place centrale, son église du XVIe, son clocher-porche et le traditionnel fronton où se déroulent les parties de pelote à main nue. Les chapelles Sainte-Madeleine (dédiée aux marins) et Saint-Joseph embrassent toute la côte jusqu’à l’Espagne. Les six plages surveillées (Ilbarritz, Pavillon royal, Erretegia, plage du Centre, Uhabia et Parlementia) comptent chacune une ou deux écoles de surf. Depuis la plage d’Ilbarritz, observez le château du même nom, grande demeure à l’histoire étonnante rachetée en 2014 par le millionnaire Bruno Ledoux, propriétaire de Libération, qui projette d’en faire un hôtel-restaurant de grand luxe.
 

bidart.jpg

Si vous voulez apprendre le surf, Bidart est sans doute un très bon choix, ses plages accueillent de nombreuses écoles !

Guethary

Le plus petit village de la côte basque, ancien port de pêche et repaire des artistes depuis la Belle Époque, remporte toujours autant de succès, que ce soit auprès des surfeurs ou des people. Cette station balnéaire chic et branchée possède 4 plages : celle de Parlemantia est fameuse pour son spot de surf, celle du port - très jolie avec ses barques colorées - est désormais dévolue à la pêche de loisir (chipirons, langoustes, merlus…) -, celle d’Harotzen Costa est plus familiale, et celle de Cenitz (plus secrète) s’étend au pied de falaises couvertes de landes. Elles réservent à marée basse de vastes piscines naturelles qui font le bonheur des enfants. Au-dessus du port, la terrasse panoramique Pierre-Lious permet de contempler l’océan et les surfeurs. Au plus haut point du village, l’église Saint-Nicolas (XVIe siècle), à la décoration très riche, est dédiée au patron des marins et des pèlerins. Le musée de Ghétary expose la collection léguée par le sculpteur Swiecinski (1878-1958), ainsi que des vestiges romains. Du Madrid à Hétéroclito, les bonnes adresses ne manquent pas à l’heure de l’apéro !
 

guethary_le_port.jpg

Le port de Guethary

Saint-Jean-de-Luz

Saint-Jean-de-Luz, qui fit fortune grâce à la pêche à la baleine et à la morue au large de Terre-Neuve, donne sur une baie magnifique. Avec ses digues érigées par Napoléon III, son port pittoresque et ses belles maisons d’armateurs, sa Grande Plage où les enfants barbotent en toute sécurité, on s’y sent tout de suite bien. D’agréables rues piétonnes débouchent sur la place Louis-XIV (ne manquez pas la Maison de Louis XIV, très bel hôtel particulier qui accueillit le roi lors de son mariage avec Marie-Thérèse, l’infante d’Espagne, dans l’église Saint-Jean-Baptiste toute proche ; l’infante fut elle logée dans une superbe maison de style italien faisant face au port, que vous pouvez aussi visiter). Le plan d’eau de la baie est propice aux activités nautiques, du simple pédalo au parachute ascensionnel, en passant par la voile, la pirogue hawaïenne, le stand-up paddle ou le kayak de mer... et le surf bien sûr ! Le golf et la thalassothérapie font également partie des activités relaxantes disponibles à Saint-Jean-de-Luz, qui abrite de nombreux restaurants typiques, proposant sardines grillées, axoa d’Espelette, ou chipirons à l’encre. N’oubliez pas de tester les fameux macarons de la Maison Adam !
 

saint-jean-de-luz_maison_adam.jpg

Maison Adam à Saint-Jean-de-Luz

Ciboure

Un pont au-dessus de la Nivelle relie Saint-Jean-de-Luz et Ciboure. Au XVIIe siècle, Saint-Jean y logeait ses indésirables, gitans, vagabonds ou gens de mer, puis le port abrita corsaires et chasseurs de baleines. La ville comptait encore une vingtaine de conserveries de sardines dans les années 1960, mais s’est doucement embourgeoisée, tant elle compte de belles demeures du XVIIIe siècle - comme la maison Estebania -, de grosses maisons labourdines à colombages, et de splendides villas sur la colline Bordagain, dont la villa Leïhorra, chef-d’œuvre Art déco (au même endroit, la tour Bordagain offre une très belle vue sur la baie). Ne manquez pas le joli phare dessiné par André Pavlosky en 1936, à qui l’on doit aussi celui  de Saint-Jean-de-Luz. L’église Saint-Vincent est également remarquable. Fermant au sud la baie de Saint-Jean-de-Luz, le superbe fort de Socoa, construit sous Louis XIII (1610-1643), abrite un port de plaisance et une petite plage familiale, très appréciées des familles, tout comme celle du Carré. On y pratique toutes les activités nautiques, et vous vous y régalerez d’une soupe de poisson unique au monde. 


Guide de voyage

Le guide Lonely Planet qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur du Pays Basque et du Béarn

Paramètres des cookies