1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. La Colombie hors des sentiers battus
Idées de voyage

La Colombie hors des sentiers battus

Mis à jour le : 31 janvier 2019

Carte

Sommets andins majestueux, côte caribéenne préservée, forêt amazonienne énigmatique, sites archéologiques fascinants et charmantes villes coloniales : la Colombie concentre tous les attraits de l’Amérique du Sud, et bien plus encore.

1. Capurgana et Sapzurro

Un duo de villes tranquilles à la frontière panaméenne : atmosphère caribéenne décontractée, mer d'huile et plages ourlées de forêt vierge. 

L’extraordinaire côte caribéenne colombienne se termine en beauté, avec deux des sites les plus séduisants – et les moins visités – du pays. Ces deux villages idylliques à l’ambiance détendue et leurs plages se cachent dans un secteur isolé du Nord- Ouest, à seulement quelques pas de la frontière panaméenne. Adossés à des montagnes boisées et baignés par une eau d’un bleu profond, ils sont fréquentés par des habitants de la région et des routards en quête de tranquillité. Comme eux, allez-y pour vous couper de la vie colombienne trépidante.
Le trajet fait partie intégrante de l’aventure : Capurganá et Sapzurro ne sont accessibles que par un long trajet en bateau depuis Turbo ou Necoclí, ou bien à bord d’un minuscule avion au départ de Medellín. En conséquence, leurs plages sont les moins fréquentées du pays. Cela devrait pourtant changer avec l’arrivée des routards qui découvrent ces destinations exceptionnelles et l’essor constant du tourisme.

adobestock_88014119.jpeg

Capurgana : atmosphère caribéenne décontractée, mer d'huile et plages ourlées de forêt vierge

2. Mocoa

Mocoa est la capitale du Putumayo. La ville elle-même est un centre agricole assez chaotique et peu attrayant, mais les alentours recèlent des merveilles naturelles : rivières aux eaux limpides, trous d’eau et cascades, dont l’imposante Fin del Mundo (Km 6 Via Mocoa-Villagarzón ; 3 000 COP ; h7h-12h) et celle d’Hornyaco (Vereda Caliyaco, Via Mocoa- Villagarzón), au débit spectaculaire. Mocoa a fait les gros titres début 2017 lorsque, suite à un impressionnant glissement de terrain, des coulées de boue se déversèrent subitement en pleine ville, détruisant des quartiers entiers et tuant 329 personnes. La ville et ses habitants ne se sont pas encore complètement remis de la catastrophe, mais les superbes paysages qui l’environnent n’ont pas été touchés, et le tourisme est absolument essentiel à la reprise d’une économie locale profondément affectée par le désastre.

3. Punta Gallinas

Accrochée à des falaises arides dominant les eaux azur des Caraïbes, cette minuscule communauté wayuu est entourée par certaines des plages les plus reculées de Colombie.  À l’extrémité septentrionale de l’Amérique du Sud, Punta Gallinas offre l’un des paysages les plus impressionnants du continent. On y accède par la Bahía Hondita, une baie émeraude entourée de falaises orange brûlé et frangée d’une large plage sauvage aux abords peuplés de flamants roses. Seulement huit familles wayuus ont élu domicile dans ce paysage désertique ponctué de végétation, qu’elles partagent avec les chèvres et les sauterelles.

Là où le continent cède la place à la mer des Caraïbes, d’imposantes dunes de sable de 60 m de haut surgissent au pied d’une mer turquoise miroitante. C’est Playa Taroa, la plus belle plage de Colombie, et aussi la moins piétinée. On y accède en dévalant une immense dune de sable qui plonge directement dans l’eau.

adobestock_227758624.jpeg

Là où le continent cède la place à la mer des Caraïbes, d’imposantes dunes de sable de 60 m de haut surgissent au pied d’une mer turquoise miroitante.

4. Choco

Depuis les plages peu fréquentées du Chocó, remontez la rivière en pirogue et rejoignez des communautés amérindiennes isolées et des cascades dissimulées.

Le Chocó est couvert d’une forêt dense et, avec en moyenne 16 à 18 m de précipitations annuelles, affiche l’une des plus importantes pluviosités au monde. Cette pluie a façonné la région, ses habitants et leur culture. Lorsque le soleil brille, il fait trop chaud pour se presser, et quand il pleut – à savoir, presque tous les jours – nul ne souhaite sortir et se faire tremper. De ce rythme lent, à la limite de l’indolence forcée, les Colombiens ont tiré des plaisanteries sur la hora chocoana (l’heure du Chocó).
Le Chocó n’est pas une destination bon marché. Les déplacements, principalement à bord de petits bateaux, y reviennent beaucoup plus cher qu’un trajet comparable en bus. L’hébergement y est aussi bien plus onéreux que dans le reste du pays. Cependant, les voyageurs à petit budget ne doivent pas se décourager. Avec un peu d’organisation, un itinéraire flexible et en préparant soi-même ses repas, il est possible de découvrir cette fabuleuse région sans se ruiner.

5. Mompos

Édifiée le long du Río Magdalena, cette ville paisible est restée figée dans le passé. Elle se distingue par ses rues étroites, ses maisons coloniales et ses orfèvres talentueux.  Mompós (également connue sous son nom espagnol d’origine, Mompox) est l’une des villes coloniales les mieux conservées du pays. Située en retrait dans les terres, sur les berges du Río Magdalena, elle a connu un important déclin avec la modification des axes de transports fluviaux au milieu du XIXe siècle, se retrouvant alors reléguée au second plan. La ressemblance avec le village de Macondo imaginé par Gabriel García Márquez est frappante. Mompós est d’ailleurs l’endroit idéal pour se faire une idée de l’atmosphère décrite dans Cent ans de solitude – bien plus qu’Aracataca, la ville natale de l’auteur. Il fallut attendre le XXIe siècle pour que ce petit bijou renaisse de ses cendres : depuis quelques années, les boutiquehôtels et les restaurants se multiplient. C’est de loin la ville la plus séduisante du nord de la Colombie ; ses façades délavées et ses églises multicolores rappellent davantage La Havane que les rues pimpantes et impeccables de Cartagena.

adobestock_69565604.jpeg

Mompos se distingue par ses rues étroites, ses maisons coloniales et ses orfèvres talentueux.

6. La Playa de Belén

Parmi les villes coloniales les mieux préservées de Colombie, La Playa est aussi la porte d'entrée de l'Área Natural Única Los Estoraques, une minuscule réserve naturelle jalonnée de fascinantes colonnes de pierre.

À l’extrême nord du Norte de Santander, le petit pueblo patrimonial de La Playa de Belén est installé dans un paysage étonnant, créé par l’érosion de formations rocheuses. Cette municipalité, belle et endormie, est adossée à l’Área Natural Única Los Estoraques, l’une des plus petites zones protégées de Colombie, et tout dans la ville – architecture, rues, trottoirs – semble soigneusement pensé, jusqu’aux pots de fleurs qui ornent les bâtiments. La Playa de Belén n’est pas une destination secrète, mais peu d’étrangers poursuivent aussi loin au nord du département. Si vous y allez, vous trouverez une ville accueillante épargnée par le tourisme.  

7. Desierto de la Tatacoa

À mi-chemin entre Bogotá et San Agustín surgissent d’étonnants paysages arides et ravinés par les rares précipitations : le désert de la Tatacoa. Quoi qu’en dise le thermomètre, qui peut occasionnellement afficher ici 50°C, ce n’est pas stricto sensu un désert : il s’agit d’une forêt tropicale sèche, qui n’enregistre en moyenne que 1 070 mm de précipitations. De fait, des montagnes l’encadrent, et les sommets du Nevado del Huila (5 750 m) captent l’essentiel des pluies. Les 330 km2 du désert de la Tatacoa forment ainsi un écosystème sans égal en Colombie, où cohabitent scorpions et belettes, où poussent des cactus fructifères, et où sont recensées pas moins de 72 espèces d’oiseaux. Pour vous rendre dans la Tatacoa, vous devrez passer par Neiva, brûlante capitale du département de Huíla, traversée par le Río Magdalena. Ici, prenez un colectivo pour Villavieja, à une heure vers le nord ouest. Vous pourrez passer la nuit à Villavieja ou dans le désert. Munissez-vous de bonnes chaussures (le sol est jonché d’épines de cactus) et d’une lampe torche.

tatacoa.jpeg

Le désert de la Tatacoa révèle un fabuleux paysage de sable ocre et gris, de falaises sculptées et de massifs de cactus.

8. Macizo Colombiano

Explorez les sommets vertigineux et le páramo (plaines de haute montagne) de cette région isolée, à cheval sur le Cauca et le Huila, qui abrite la source de trois grands fleuves. Il y a 5 000 ans, deux cultures s’épanouissaient dans les vallées voisines du Río Magdalena et du Cauca, séparées par d’infranchissables sommets. Les fleuves, leurs grands axes de communication, prenaient chacun leur source à quelques jours de marche : c’est par ici, près de San Agustín, que ces deux peuplades se retrouvaient pour commercer, rendre un culte à leurs dieux et enterrer leurs morts. 

9. Guadalupe

La paisible bourgade rurale de Guadalupe, à une heure de route de l’axe principal entre Bogotá et Bucaramanga, est en train de devenir une destination touristique prisée, alimentée en visiteurs par des cars de touristes colombiens et un flot ininterrompu de baroudeurs, tous se déversant sur sa jolie place parsemée de palmiers. La ville doit son succès récent à la Quebrada Las Gachas, surnommée le “Caño Cristales du Santander”, une rivière peu profonde aux eaux ponctuées de pierres rougeâtres et de dizaines de trous d’eau où l’on peut se baigner. Les amoureux de la nature pourront également découvrir d’autres cours d’eau, bassins naturels et cascades moins fréquentés. La ville elle-même est plaisante mais très tranquille ; une fois que vous aurez fait le tour des sites naturels des environs, vous vous en lasserez rapidement.

adobestock_100613632.jpeg

Guadalupe, une ville paisible qui attire de plus en plus de touristes


Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Colombie

Paramètres des cookies