1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Kaohsiung : la ville taïwanaise où fleurit la culture
Idées de voyage

Kaohsiung : la ville taïwanaise où fleurit la culture

Texte par

Piera Chen (traduit de l'anglais par Vincent Guilluy)

Mis à jour le : 23 juillet 2018

Carte

À Kaohsiung, le printemps est dans l'air – métaphoriquement du moins. La deuxième plus grande ville de Taïwan se réinvente, et ce port industriel devient un centre culturel. Les entrepôts à proximité du port se transforment en galeries ou en théâtres. Une architecture de premier plan surgit le long du rivage, de la superbe bibliothèque publique à une spectaculaire salle de concerts qui, une fois achevée, devrait être une des meilleures d'Asie. L'accès à ces bijoux en bord de mer se fait par un métro léger élégant, conçu en Espagne, lancé en plusieurs étapes.

Moins voyants mais non moins importants, des “bus culturels” permettent aux visiteurs de découvrir les nombreux vestiges du passé récent ou lointain de la ville. L'agenda culturel est plein de nouveaux festivals passionnants, et de jeunes chefs apportent des idées neuves à la cuisine du sud de Taïwan.
Kaohsiung, avec ses larges avenues (parmi les plus larges de Taïwan), ses grands parcs qui longent le fleuve et un milieu LGBT très actif, peut nourrir de plus grands espoirs encore : elle découvre tout son potentiel et s'ouvre à des possibilités infinies. Voici quelques-unes des choses à faire et à voir à Kaohsiung, qui continue de s'épanouir comme une des grandes villes les plus passionnantes d'Asie.

Renouveau culturel

"La rencontre de l'art et de l'industrie", voilà une formule qui sied au Pier-2 Art District. Cet ensemble en évolution constante de dizaines d'anciens entrepôts regorge de boutiques, de galeries, de cafés et de salles de spectacles, bordant deux larges boulevards proches du port où s'amarrent les bateaux. Le quartier est plutôt centré sur la mode, le style et un bric-à-brac culturel, mais on y trouve aussi de l'art contemporain et des sculptures Pop Art ornant pelouses et allées. Au delà des derniers entrepôts, des voies ferrées désaffectées envahies de fleurs, où on vient faire du cerf-volant et admirer le coucher du soleil.

pier2artdistrict3-762ecfd86c50.jpg

D'étranges sculptures Pop Art ornent le Pier-2 Art District.

Connu dans le monde entier pour ses études sur l'art malayo-polynésien, le musée des Beaux Arts de Kaohsiung abrite une superbe collection d'œuvres d'artistes indigènes contemporains. Peintures, sculptures et installations démontrent une maîtrise de styles et de médiums différents, et sont intéressantes non seulement en tant qu'œuvres, mais aussi parce qu’elles permettent de briser les stéréotypes qu'on peut entretenir sur les populations tribales. De superbes œuvres d'artistes non indigènes du sud du pays sont exposées dans une autre galerie.

Spiritualité ancienne et moderne

L'île de Cijin est à dix minutes en bateau de Kaohsiung. On peut y passer une journée à visiter des villages de pêcheurs, à nager dans la mer de Chine méridionale et à se gorger de produits de la mer. Un parc qui longe sa côte ouest permet de faire de délicieuses balades à vélo, cheveux au vent. Le temple de Cijin Tianhou, fondé en 1673, cœur spirituel de l'île, est le plus vieux temple de Kaohsiung consacré à Mazu.

shutterstock_547062838-ad60c8d00e68.jpg

Moines et nonnes qui vivent sur place offrent des visites guidées de Foguangshan.

Foguangshan, le centre du bouddhisme dans le sud de Taïwan, est à 45 minutes en voiture du centre de Kaohsiung. Fondé en 1967 par le maître Hsing Yun, promoteur d'un bouddhisme humaniste, ce grand centre accueille des moines et des nonnes qui parlent anglais : ils vous le feront visiter et enrichiront votre compréhension du bouddhisme. On peut aussi découvrir seul les salles, les sanctuaires et les jardins. Par contraste, son musée du Bouddha - ajouté en 2011 - fait sensation avec ses pagodes faussement anciennes et sa statue géante dorée du Bouddha. Il comprend un musée, petit mais intéressant, d'objets bouddhiques.

Cuisine gourmande

On trouve à Kaohsiung de très bons produits de la mer car c'est le centre d’approvisionnement en fruits de l'océan pour tout le sud de Taïwan. On y trouve de tout, du bol de soupe de poisson revigorant au festin pantagruélique de créatures marines, accompagné de whisky, la boisson préférée des habitants de la ville. Les restaurants de fruits de mer s'appellent 海產店 (hǎichǎn diàn), littéralement : “boutique de produits de la mer”.

grilledsquid-52ab726161bf.jpg

On trouve dans tout Kaohsiung, et notamment à l'île de Cijin, des restaurants de la mer proposant des mets comme le poulpe grillé.

De plus en plus de jeunes chefs et restaurateurs de la ville œuvrent à moderniser la cuisine du sud de Taïwan tout en mettant en valeur les produits locaux. Gien Jia s'inspire de la cuisine européenne en préparant des produits taïwanais : une simple assiette de légumes grillés s'accompagne de “confiture de prune”, une salade de gourde et de poulet s'assaisonne de sauce au poisson volant et des crevette locales fraîches croisent du bacon taïwanais dans des raviolis.
On trouve à Kaohsiung tous les mets délicats typiques de Taïwan, quelle que soit leur ville d'origine. Porc braisé au riz, omelettes aux huîtres, soupes aux boulettes, crêpes aux oignons et délices glacés de toute sorte : tout cela, et bien d'autres choses, se trouve dans les marchés de nuit, véritables cacophonies sensorielles. Il y en a une dizaine à Kaohsiung, et le marché de nuit de Ruifeng est celui que les habitants préfèrent. On dirait que tout y arrive en même temps : manèges de foire, colporteurs vendant vêtements et articles divers, quelqu'un se met à chanter… mais la cuisine, dans son étourdissante variété, reste au centre des débats.

gettyimages-523273641-10bdf6373292.jpg

Allez dans un des marchés de nuit de Kaohsiung faire des achats ou manger un en-cas.

Pléthore de festivals

Le Kaohsiung Spring Arts Festival, inauguré en 2010, est une orgie de musique, de théâtre et de danse, avec un mélange de genres soigneusement étudié : classique et contemporain, conventionnel et expérimental, taïwanais et occidental. Les artistes viennent d'Asie, d'Amérique et d'Europe ; les spectacles se déroulent dans les excellents théâtres et lieux de concerts de la ville, ainsi qu'en extérieur et dans des librairies et des restaurants, reflet de la volonté des organisateurs de (littéralement) porter l'art dans tous les coins de Kaohsiung. Le festival court de février à juillet, avec une concentration d'événements entre avril et juin.

shutterstock_666202762-9fcd59030d51.jpg

Le nouveau métro léger de la ville reliera entre eux les principaux sites culturels.

L'exaltant Megaport Festival, en mars, est un festival musical qui se déroule sur plusieurs scènes extérieures, dans le Pier-2 Art District. Durant deux jours pleins, plus de 80 groupes rock, punk, électro ou métal, pour la plupart taïwanais et quelques-uns venant de Hong Kong ou du Japon, jouent devant des fans en délire venus de toute l'île et des régions voisines.

Musique et littérature

Nombre des meilleurs concerts, projections de films ou événements littéraires de la ville se déroulent dans des lounges moites ou des cafés sombres qui proposent un excellent café (ou un shot d'absinthe). Méconnu, le Marsalis est un des meilleurs bars jazz de Taïwan, les R.Ruyo Deli Cafe et Ruh Cafe sont des hauts lieux de la musique indé, expérimentale ou techno. In Our Time accueille des concerts de jazz et de rock indé, dans un ancien entrepôt. Pour les meilleurs adresses mêlant caféine et littérature, allez au Cafe Strada, appelé avec humour le “berceau des gens de lettres de Kaohsiung”, ou à Takao Books, organisateur de nombreux événements littéraires de la ville.
Les lanceurs de tendance de Kaohsiung se retrouvent souvent au Hsiao Ti Cafe, dans le district paisible de Yancheng, qui attire du monde avec son décor de maison de café japonaise des années 1970, son propriétaire qui raconte des histoires de l'âge d'or du quartier et son petit-déjeuner gratuit (avant 10 heures).

Étrange et merveilleux

Le temple de pierre de Tiánliáo est l'œuvre de plusieurs centaines d'ouvriers venus d'Asie du Sud-Est qui furent, dit-on, hébergés par le prêtre du temple lorsque le chantier de construction sur lequel ils devaient travailler tourna mal et qui se retrouvèrent sans rien à Taïwan. Pour remercier les moines, ils bâtirent ce temple fantastique à l'aide de pierres, de coquillages et de coraux. On honore surtout ici la déesse taoïste Cundi Bodhisattva, dont la statue et celles des autres dieux qui bordent les couloirs sinueux rappellent Park Güell à Barcelone.

stonetemple3-65b39fcc4e71.jpg

Le temple de pierre de Liánliáo : Park Güell, version Kaohsiung.

Vous avez peut-être déjà vu “Manhattanhenge”, ce grand coucher de soleil doré entre les silhouettes des gratte-ciel de New York. Grâce à son plan en damier, Kaohsiung connaît un phénomène solaire identique. Ce “Kaohsiunghenge” se produit deux fois par an durant deux ou trois jours, vers fin janvier et mi-novembre. Durant ces jours magiques, la ville ne ressemble à aucune autre – les grues qui se détachent sur l'horizon, l'or qui se répand sur les boulevards et tout le reste est sublimé durant de brefs instants par la proximité apparente du soleil. Les meilleurs endroits pour l'observer sont des rues orientées est-ouest, comme Qingnian 1st Road dans le district de Lingya.

Guide de voyage

Toutes les clés pour découvrir Taipei le temps d'un petit voyage

Paramètres des cookies