1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. 10 points à checklister pour réussir vos photos de voyage
Astuces voyage

10 points à checklister pour réussir vos photos de voyage

Texte par

Rodolphe Bacquet

Carte

Voyager est une fête du regard. La meilleure façon de rendre compte de cette avalanche de sensations appartient à chacun : carnets, croquis, ou simplement la mémoire ! La photographie est cependant l’un des moyens les plus forts, les plus évocateurs. L’avènement du numérique et des smartphones a fait de chacun de nous des photographes en herbe. Mais, quel que soit le matériel que nous emportons avec nous en voyage, la différence entre une photo dont nous serons contents et une photo ratée tient à un petit réseau de considérations techniques et intimes : allier patience et réactivité, partir avec le bon matériel, … Voici dix points à checklister pour mettre toutes les chances de votre côté !

1. Posez-vous cette question : voyagez-vous pour faire des photos, ou faites-vous des photos pendant que vous voyagez ?

Les deux mon capitaine ! Bon, d’accord, mais on penche toujours plus d’un côté que de l’autre. Et répondre à cette question n’a rien d’oiseux : cela vous permettra de choisir votre matériel en conséquence et de vous organiser au mieux (et accessoirement de ne pas regretter tout du long de porter un sac trop lourd). Partir faire un trek au Ladakh ne demande pas du tout la même organisation selon qu’on part avant tout pour marcher, ou plus spécifiquement pour y photographier la chaîne de l’Himalaya. Dans le premier cas, un bon bridge, un compact ou bon smartphone suffira, dans l’autre il faudra mûrement choisir son trépied, ses objectifs et la meilleure façon de les transporter : ça fait une différence lorsqu’on doit tout porter sur son dos ! Mais nous allons y revenir.  

2. Ne vous cantonnez pas au mode automatique 

Evidemment, cela dépend du type d’appareil que vous utilisez, mais aujourd’hui – à moins que vous partiez avec un smartphone – même le compact le plus basique permet de régler a minima la sensibilité, l’ouverture et la vitesse. Ces trois paramètres de réglage d’une photo n’ont rien de sorcier : il faut simplement prendre le temps de mettre le nez dans un manuel ou de regarder un tuto en ligne… Et le meilleur moment pour le faire, c’est avant de partir, pas pendant le voyage ! Idem pour la profondeur de champ, le jeu entre netteté et flou. Prenez donc un moment pour vous familiariser avec ces réglages, faites des essais en bas de chez vous : mieux vaut rater des photos de votre rue, où vous passez tous les jours, que du Kalahari, où vous ne mettrez probablement pas les pieds tous les ans !

3. Choisissez le matériel adapté à votre destination

Ça y est, vous êtes prêt à partir, et surtout vous savez quelle place, au sens propre comme au sens figuré, vous comptez donner à la photographie dans votre voyage. Si vous êtes un photographe chevronné mais un voyageur très occasionnel, ne faites pas l’erreur de partir avec tout votre matériel. C’est tentant, mais au-delà du supplément bagage, n’oubliez pas que, sur place, vous ne pourrez pas vous trimballer en toute occasion avec votre collection d’objectifs macro et grand-angle !
Evidemment, si vous partez avec un boîtier réflex, la meilleure solution consiste à prendre un, voire deux objectifs maximum, répondant à cette question : qu’aurez-vous le plus l’envie et/ou l’occasion de photographier ? Si ce sont des animaux au cours d’une randonnée, le choix du téléobjectif se défend ! Le principal est d’être paré en fonction des besoins que vous aurez prévus : si vous faites une croisière en pirogue sur l’Amazone, chargez (voire achetez) des batteries de rechange (prenez aussi de l’anti-moustique, mais nous sortons du sujet) puisque les occasions de les recharger risquent d’être rares ; une recommandation encore plus importante en altitude ou en hiver, car les batteries au lithium se déchargent plus vite avec le froid ! Cette remarque vaut également pour les smartphones : songez à investir dans des piles rechargeables afin de pouvoir tout de même alimenter votre appareil lorsque vous n’avez accès à aucune prise de courant. Vous choisissez une destination ensoleillée ? Pensez au filtre polarisant et au pare-soleil pour votre objectif !

4. Trouvez le bon combo matériel / accessoire de transport !

Choisissez un accessoire de transport non seulement adapté à votre appareil, mais surtout adapté aux circonstances dans lesquelles vous le transporterez ! Si vous partez dans le grand nord canadien (ou dans toute autre destination glaciale), optez pour une protection qui ne flinguera pas votre appareil, en néoprène par exemple. Ce matériau est d’une manière générale efficace pour protéger votre appareil des chocs, mais il offre aussi une assez efficace isolation thermique : utile par -20°C ! De même, si vous savez que vous allez souvent vous retrouver sur l’eau (ou sous la pluie), choisissez un accessoire de transport à l’étanchéité éprouvée ! Si vous partez avec un compact, un smartphone ou une tablette, prévoyez également un accessoire de transport pouvant en protéger efficacement les écrans, souvent fragiles, mais aussi les mini-trépieds éventuels que vous emporterez. 

5. Regardez, avant de photographier

C’est une scène à laquelle vous avez forcément assisté. Et que vous avez peut-être vous-même vécue. Arrivé dans un très bel endroit, beaucoup de gens ont le réflexe de sortir immédiatement leur appareil et de mitrailler littéralement le paysage ou le monument auquel ils font face. Certains touristes repartent même au pas de course sitôt la série conventionnelle de photos effectuée, sans même avoir pris le temps de véritablement regarder. Pas de précipitation ! Le Taj-Mahal, le lac Titicaca ou même cette étonnante façade d’immeuble dans un quartier excentré de Budapest sont là depuis des années, des siècles, parfois des millénaires : ils ne vont donc pas s’envoler de sitôt ! Prendre un moment pour simplement regarder n’est jamais une perte de temps, y compris pour prendre des photos : vous pourrez distinguer des détails à côté desquels vous seriez passés, choisir un angle qui vous semblera plus riche, plus énigmatique, ou plus dynamique ! Mais ce n’est pas tout…

6. Exercez-vous à la divination

Prendre en photo un paysage, une personne, une situation, à la hauteur de l’objet ou du regard que vous portez dessus peut demander de la patience. Soyez observateur, et en embuscade, afin d’être prêt à ce que Cartier-Bresson appelait « l’instant décisif ». Cela consiste à faire preuve d’imagination et d’anticipation : regardez le ciel et selon la lumière dont vous souhaitez bénéficier, observez le passage des nuages. Selon la vie et le dynamisme que vous souhaitez donner à votre image, observez le passage, également… des gens ! Un passant au bon endroit et au bon moment peut transfigurer une photo ! Une seule silhouette humaine au sein d’un paysage permet de donner à celui-ci une échelle, une perspective supplémentaire.

7. Soyez toujours prêt

À l’inverse, il est des moments où il faut savoir faire preuve de réactivité, et par conséquent être prêt à dégainer votre appareil. Être prêt ne consiste pas forcément à avoir toujours son appareil en bandoulière à l’épaule ou autour du cou : outre que cela vous identifie immédiatement comme touriste, c’est tout à fait déconseillé dans certaines villes où les vols à l’arraché sont fréquents, comme Caracas ou Bangkok. Optez plutôt pour un sac de rangement à la fois pratique – duquel vous pourrez rapidement sortir votre appareil en un temps record – et discret. Autant que possible, gardez votre appareil sur les réglages adaptés au moment de la journée. Si vous utilisez un compact, vous pouvez avantageusement le garder en poche… mais la lanière attachée au poignet. Si vous utilisez un smartphone, idem : les lanières sont rarement fournies avec le téléphone, mais il en existe des adaptables que l'on peut acheter séparément. 

8. Portraits : faites des rencontres avant de faire des photos 

C’est une règle basique, non seulement de la photographie, mais aussi de politesse : ne pas faire de portrait d’inconnu(e), sans leur accord, même tacite. Chacun peut avoir ses raisons de ne pas vouloir être photographié : des raisons religieuses, d’amour-propre, ou tout simplement d’humeur ! Mais, surtout, un portrait sera toujours plus réussi s’il rend compte d’une rencontre, même fugace. Songez au célèbre portrait de l’Afghane aux yeux verts réalisé par Steve McCurry pour le National Geographic : la rencontre du photographe avec son sujet n’a duré que quelques minutes, et il ne sut même pas son nom. Mais le « regard-caméra » - celui-là même que les codes du cinéma de fiction proscrit – est l’un des plus beaux gages de réussite de portrait d’un inconnu, et à ce titre la photo de la jeune Afghane témoigne d’une rencontre photographique certes fugace, mais franche et intense. Si vous avez le temps et l’envie d’échanger avec la personne face à laquelle vous vous trouvez, et que celle-ci en a également le temps et l’envie, le temps de la rencontre démultiplie vos chances de saisir un regard, une expression, authentiques. 

9. Pensez au retour ! 

L’avènement du numérique a révolutionné le rapport à la photographie, et en particulier en voyage. Il y a encore une quinzaine d’années, pour être sûr de ne pas revenir avec trop peu de photos – et surtout trop peu de photos réussies ! – il fallait prévoir d’emporter ou d’acheter sur place bon nombre de pellicule. Aujourd’hui, une bonne carte-mémoire suffit. Mais, surtout, ne pas être très satisfait de votre photo sur le moment ne signifie pas qu’elle sera ratée ! Les logiciels de retouche d’image permettent non seulement de « rattraper » une photo décevante, mais aussi et surtout de rendre mieux justice à votre regard sur l’objet photographié. Un appareil photo reste un outil, et tout performant qu’il soit, il ne saura rendre parfaitement compte de ce qui vous a plu dans ce jeu d’ombre, dans la teinte de ce crépuscule ; et vous avez, pour cela, un auxiliaire dans ces outils de l’après-voyage que sont photoshop et consorts ! 

10. Faites des photos qui vous ressemblent !

C’est probablement mon conseil le plus tarte à la crème, mais c’est également celui qu’on a le plus tendance à oublier. Vous trouverez toujours toutes sortes de règles et d’astuces pour faire de « belles photos » : perspectives, nombre d’or, règle des tiers, etc. Toutes sortes de blogs et de manuels vous renseigneront à l’envi sur ces « trucs »… qui ne vous seront d’aucune utilité si vous ne mettez pas, avant toute technicité et « professionnalisme », votre propre désir et votre propre curiosité. Faire des photos léchées et de magazines, cela s’apprend, mais à ce compte-là mieux vaut encore acheter des cartes postales ! Les photos que vous prendrez plaisir à montrer, et à vous-même regarder dans plusieurs années, ne seront pas celles qui ressemblent le plus aux clichés qui remplissent les pages des catalogues de voyage, mais celles qui vous rappelleront votre propre expérience, ce qui a aiguisé votre regard, ce qui a suscité votre intérêt, et fait de vous un voyageur heureux ! 


Article réalisé en partenariat avec Lowepro