Italie

  1. Accueil
  2. Europe
  3. Italie
  4. Comment s'y rendre

Italie : Comment s'y rendre

Transports pour aller en Italie

Il est aisé de rejoindre l’Italie en voiture ou en train depuis la France, la Belgique et la Suisse. Si vous préférez l’avion, à condition de réserver assez tôt, vous trouverez facilement des billets à des prix intéressants. La péninsule est également desservie par des bus longue distance, de moindre intérêt. Enfin, des ferries relient le pays à tout le bassin méditerranéen. Trouvez un vol, un séjour ou un hôtel en quelques clics dans la rubrique Réservations de www.lonelyplanet.fr.

 

Entrer en Italie

 Les Français, les Belges et les Suisses doivent posséder une carte d’identité ou un passeport en cours de validité. Le permis de conduire n’est pas une pièce d’identité valable. Pour les Canadiens, un passeport en cours de validité suffit (pas de visa) pour un séjour touristique n’excédant pas 90 jours. 

  • En Italie, la loi requiert que vous ayez votre passeport ou votre carte d’identité sur vous à tout moment.
  • Vous devrez présenter votre carte d’identité ou votre passeport à votre arrivée dans votre hôtel ou B&B.
  • En théorie, les passeports ne sont pas contrôlés aux postes-frontières terrestres d’Italie, mais des contrôles aléatoires ont parfois lieu.
 

Voie aérienne

Depuis la France

La principale compagnie italienne, Alitalia et Air France proposent de multiples vols à destination de toute l’Italie (Rome, Milan, Turin, Gênes, Florence, Venise, Vérone, Naples, Pise), au départ de Paris et de nombreuses villes de province (Bordeaux, Marseille, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, etc.). À titre indicatif, en classe économique, les tarifs débutent entre 100 et 130 euros pour un vol direct aller-retour entre Paris-Charles-de-Gaulle et l’aéroport Leonardo da Vinci (Fiumicino) de Rome (2 heures 05). Ils sont similaires entre Lyon-Saint Exupéry et l’aéroport Marco Polo de Venise (1 heure 25).

  • Transavia assure de nombreux vols directs entre la France et l’Italie, avec notamment des liaisons allerretour entre Paris-Orly et Naples (2 heure 20) à partir de 45 euros environ l’aller, ainsi que des liaisons au départ de Nantes pour Venise (à partir de 39 euros environ l’aller). Les low cost affichent des prix bas en période creuse – qui tendent à s’envoler pendant les mois les plus demandés.
  • Ryanair offre des liaisons entre la France (départ de Paris Beauvais, Bordeaux, Lourdes et Marseille) et diverses villes italiennes (Bari, Bologne, Brindisi, Milan-Bergame, Pise, RomeCiampino, Venise-Trévise). À titre indicatif, les tarifs d’un aller entre Paris-Beauvais et Trévise (1 heure 40) commencent à 9,99 euros environ en basse saison.
  • easyJet assure des vols au départ de Paris et des régions (Bâle-Mulhouse, Bordeaux, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Toulouse) et à destination de toute la péninsule (Bari, Bologne, Brindisi, Milan-Linate, Naples, Pise, Rome et Venise), avec des Paris-Venise à partir de 50 euros environ aller-retour hors saison.
  • Volotea propose des vols directs à destination de plusieurs villes italiennes depuis Bordeaux, Marseille, Nantes et Toulouse. Les tarifs pour un allerretour entre Bordeaux et Naples (2 heures environ) démarrent à 80 euros environ.

Autres adresses utiles :

 

Depuis la Belgique

  • Alitalia assure des vols directs aller-retour entre Bruxelles et Rome ou Milan à partir de 80 euros. La compagnie propose des vols avec escale à destination de nombreuses villes italiennes, à partir de 150 euros environ.
  • Brussels Airlines propose au départ de Bruxelles des vols directs à destination de Bologne, Florence, Milan, Naples, Rome, Turin et Venise. Selon la destination, les tarifs les plus intéressants pour un aller-retour en classe économique oscillent entre 70 et 100 euros environ.
  • Ryanair assure des vols directs au départ de Bruxelles-Zaventem vers Rome-Fiumicino, Pise, Milan et Trévise. De Bruxelles-Charleroi, elle dessert Ancône, Bari, Bologne, Brindisi, Lamezia, Milan-Bergame, Naples, Pérouse, Pescara, Pise, Rome-Ciampino, Turin, Venise, Trévise et Vérone. En période creuse, on trouve des allers-retours à partir de 20 euros environ (compter beaucoup plus le reste de l’année).

Quelques adresses utiles en Belgique :

 

Depuis la Suisse

  • Au départ de Zurich, Swiss dessert par des vols directs Florence, Milan, Rome, Venise, Brindisi, Bari et Naples – certains vols sont opérés en partenariat avec la Lufthansa ou Helvetic Airways. Pour un Zurich-Florence (1 heure 15), les tarifs commencent à 190 FS environ aller-retour. La compagnie propose aussi des vols directs entre Genève et Brindisi, Bari, Rome, Florence, Milan et Naples, pour certains également en partenariat avec Helvetic Airways ou la Lufthansa.
  • Alitalia assure des vols directs pour Rome au départ de Zurich/Genève à partir de 100/80 FS environ – nombreux vols avec escale également.
  • easyJet propose des liaisons directes au départ de Zurich et à destination de Venise et Naples. De Genève, la compagnie propose des vols directs pour Brindisi, Naples, Rome et Venise. Les tarifs débutent à 60 FS pour un aller-retour Genève-Rome (1 heure 30). Des vols directs sont également assurés depuis l’aéroport de Bâle-Mulhouse pour Brindisi, Lamezia, Naples, Rome et Venise.

Vous pourrez vous renseigner auprès de : STA Travel

 

 

Depuis le Canada

Il n’existe pas de vol direct pour l’Italie au départ du Canada.

  • À titre indicatif, Alitalia propose des vols Toronto-Venise avec 1 escale à partir de 1 000 $CA environ (comptez au minimum 11 heures de voyage).
  • Sur Air Canada, il faut également compter un minimum de 1 000 $CA pour un vol Toronto-Venise avec escale. Les tarifs sont similaires au départ de Montréal. Comptez plutôt 2 000 $CA pour un aller-retour Montréal-Rome (23 heures de vol, 1 escale).

Vous pourrez consulter notamment :

 

Voie terrestre

Que ce soit en voiture, en train ou même en bus, ce n’est pas le choix qui manque pour rejoindre l’Italie. 

Passage des frontières

À l’exception des routes côtières qui relient l’Italie à la France et à la Slovénie, l’entrée dans le pays se fait surtout par des tunnels (ouverts toute l’année) et des cols (fermeture saisonnière et port de chaînes obligatoire) qui franchissent les Alpes. Voici les principaux points d’entrée :

  • France De Nice à Vintimille par l’A10/E80, de Modane à Turin par l’A32/E70 (tunnel du Fréjus), de Chamonix à Courmayeur par l’A5/E25 (tunnel du Mont-Blanc)
  • Suisse De Martigny à Aoste par la SS27/E27 (tunnel du Grand-Saint-Bernard), de Lugano à Côme par l’A9/E35
  • Autriche D’Innsbruck à Bolzano par l’A22/E45 (col du Brenner), de Villach à Tarvisio par l’A23/E55
  • Slovénie De Sežana à Trieste par la SS58/E70

 

Bus

Face à la concurrence du train et de l’avion, les liaisons en bus internationales à destination de l’Italie présentent un intérêt limité. Eurolines était auparavant une des compagnies les plus intéressantes car elle desservait toute l’Italie, mais elle a été rachetée par l’allemand Flixbus en 2019.

  • Vous pouvez toujours réserver quelques destinations sur le site d’Eurolines, mais vous serez renvoyé sur le site de FlixBus, la compagnie qui relie Rome à Paris (à partir de 35 euros), Lyon (39 euros), Nice (29 euros), Zurich (30 euros) et Genève (25 euros) ; et Venise à Lyon (29 euros) et Paris (39 euros), entre autres destinations. Le pass InterFlix (99 euros) est valable pour 5 trajets au choix, dans toute l’Europe, pour une durée de 3 mois.
  • Renseignez-vous également sur l’offre de Blablabus (ex-Ouibus), qui propose plusieurs liaisons à destination de l’Italie.

 

Train

  • Sur certaines distances, le train reste très compétitif – d’autant que même en famille, un trajet de nuit en train-couchette ne revient pas nécessairement plus cher qu’une nuit à l’hôtel dans une grande ville italienne. En outre, les gares sont bien plus facilement accessibles que les aéroports et les formalités y sont nettement plus simples. Le train vous amène directement au cœur de la ville de destination. À Venise, l’arrivée est tout simplement… magique.
  • Les liaisons ferroviaires sont aussi plus écologiques que les trajets aériens : à distance égale, le train génère dix fois moins de CO2 par voyageur que l’avion.
  • La réservation sur les trains internationaux à destination de l’Italie est conseillée, voire obligatoire.

 

Depuis la France
  • La SNCF assure chaque jour des liaisons directes en TGV au départ de Paris-Gare-de-Lyon et à destination de Turin (7 heures) et Milan (5 heures 50) – prévoir une correspondance dans l’une de ses deux villes pour rejoindre Rome (pas de TGV direct depuis Paris). En réservant tôt, on trouve des allers-retours à 90 euros pour ces deux villes.
  • De Turin ou Milan, vous devrez empruntez un train de Trenitalia ou d’Italo pour rejoindre d’autres villes italiennes.
  • Thello assure chaque jour, dans les deux sens, une liaison de nuit entre Paris-Gare de Lyon et Venezia Santa Lucia, via Dijon, Milan, Brescia, Vérone, Vicence, Padoue et Venise Mestre. Il existe plusieurs niveaux de confort ; comptez entre 35 et 130 euros l’aller (petit-déjeuner inclus) dans un compartiment de 6 couchettes, selon disponibilité, et entre 95 et 190 euros dans une cabine pour 2 personnes. Dans une tout autre gamme, le Venice Simplon Orient-Express circule de mars à novembre. Il assure la liaison Paris-Gare de l’Est-Venezia Santa Lucia – à partir de 2 200 euros environ en cabine double.

 

Depuis la Belgique 
  • Il n’existe pas de train direct entre la Belgique et l’Italie. Le plus simple est de prendre le Thalys jusqu’à Paris, puis de rejoindre l’Italie depuis la France.
  •  SNCB Europe 

 

Depuis la Suisse
  • Des liaisons ferroviaires directes sont assurées entre la Suisse et l’Italie. Au départ de Zurich et de Genève, pour rejoindre Milan, comptez entre 3 heures 30 et 4 heures de trajet et un minimum de 100-150 FS aller-retour. De Milan, il est possible de prendre des correspondances vers d’autres villes du pays.
  • La liaison entre Genève et Venise est assurée quotidiennement (8 heures ; changement à Milan, à partir de 150 FS aller). Il existe également des trains directs au départ de Zurich.
  • SBB/CFF 

 

Voiture et moto

Depuis les autres pays d'Europe
  • Rome est à 1 420 km (13 heures 30) de Paris en passant par la Suisse, à 700 km (7 heures) de Nice, à 990 km (9 heures 40) de Lyon, à 1 500 km (14 heures 30) de Bruxelles, à 890 km (8 heures 50) de Genève et à 870 km (8 heures 30) de Zurich.
  • Si vous voyagez avec votre véhicule, vérifiez que vous êtes couvert à l’étranger. Vous devrez obligatoirement être en possession de la carte verte – certificat d’assurance automobile reconnu en Europe.
  • Tout véhicule traversant une frontière doit porter la plaque du pays où il a été immatriculé.
  • Une assistance routière en cas de panne en Europe est un bon investissement. Vous pourrez en souscrire une auprès de l’association automobile nationale, l’Automobile Club d’Italia.
  • L’Italie est le pays rêvé pour les motards, qui sont nombreux à sillonner ses routes panoramiques en été. Une moto vous permettra d’embarquer sur les ferries sans réserver et de vous faufiler dans les embouteillages. Permis et casque sont obligatoires.


Voie maritime

 

  • Diverses compagnies de ferries relient l’Italie à tout le bassin méditerranéen. Certaines liaisons ne fonctionnent qu’en été – qui marque par ailleurs une hausse des prix. Le tarif pour un véhicule dépend de sa taille.
  • Le site Direct Ferries est pratique pour comparer les meilleurs prix. Le moteur de recherche TraghettiOnline recense toutes les compagnies qui opèrent en Méditerranée et permet d’effectuer une réservation en ligne. Vous pourrez également consulter le site www.ferries.gr, utile pour connaître les liaisons entre l’Italie et la Grèce. 
  • Depuis la Corse, Corsica Ferries assure des liaisons par car-ferries entre la Corse (Bastia et L’Île-Rousse) et les ports italiens de Savone et Livourne.
Mis à jour le : 15 septembre 2020

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l’Italie

Paramètres des cookies