1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Grimpeurs débutants : partez à l'assaut de ces superbes montagnes !
Sports et activités

Grimpeurs débutants : partez à l'assaut de ces superbes montagnes !

Texte par

Steve Waters (traduit de l'anglais par Vincent Guilly)

Mis à jour le : 3 février 2020

Carte

Que ce soit la sensation d’avoir accompli un exploit ou un effet secondaire du manque d’oxygène, il y a quelque chose de grisant à se tenir au sommet d’une haute montagne, à regarder le monde d’en haut. Mais pourquoi tant de voyageurs se contentent-ils des sommets les plus connus quand bien d’autres sont souvent plus accessibles, tout aussi gratifiants et bien moins fréquentés ?

Alors oubliez le Kili et le Fuji, et préparez votre expédition vers un de ces sommets magnifiques et moins connus – d’une montagne anglaise célébrée par des écrivains à un mont chinois baigné de spiritualité – que presque tous peuvent conquérir.
Vêtements chauds, bonnes chaussures et état de forme raisonnable restent impératifs, mais si l’esprit d’aventure et la résistance au vertige ne sont pas inutiles, vous pouvez laisser le piolet et les crampons à glace à la maison.

Helvellyn, Angleterre

Aisément accessible depuis les jolis villages de Patterdale et Glenridding, au bord du lac Ullswater, le troisième plus haut sommet d’Angleterre offre une ascension bien particulière, où même le grimpeur novice peut se tenir fièrement au sommet et être de retour au pub assez tôt pour fêter son ascension une pinte à la main, près de la cheminée.
La voie d’approche la plus connue du Helvellyn, Striding Edge, offre une montée le long d’une crête aiguë qui fera battre votre cœur ; la moins réputée, Swirral Edge, est une ascension plus douce parmi rochers et éboulis. On dit que du sommet, par temps clair, on peut voir de l’Écosse au Pays de Galles. Arrêtez-vous pour méditer un moment, comme Samuel Taylor Coleridge et William Wordsworth (tous deux anciens montagnards), avant de revenir au pub par le St Sunday Crag.

Point fort : Un sommet qu’on peut escalader dans la journée
Altitude: 950 m
Saison : Du printemps à l’automne. L’hiver est pour les entraînements à l’alpinisme classique. Attention aux changements de météo, possibles toute l’année.
Comment s’y rendre : Le bus n°508 (Ullswater) qui part de la gare de Penrith dessert Patterdale et Glenridding. Il y a des trains pour Penrith au départ de Glasgow, Londres (Euston) et Manchester (aéroport).

shutterstock_1039654600-bb91106b9c6c.jpg

Il y a de nombreux refuges d’altitude, offrant accueil chaleureux et vue exceptionnelle, dans les montagnes du nord de la Styrie

Hochschwab, Autriche

Les Autrichiens savent bien ce qu’il vous faut après une longue journée en montagne : un lit chaud, un repas solide et des chansons traditionnelles ! Les montagnes du nord de la Styrie sont émaillées de hütten (refuges alpins) permettant de faire des treks de plusieurs jours. Schiestlhaus, à proximité du sommet du Hochschwab, est sans doute le plus beau d’entre eux.
Datant de 1884, le refuge est sur un col, proche de la paroi de la montagne, et on a une superbe vue panoramique depuis sa terrasse extérieure. Si la montée au refuge, par un long sentier verdoyant traversant des prairies, des bois de pins et quelques passages presque verticaux à Das G’hackte, vous donnera envie d’aller vite au lit, le paysage spectaculaire, les chants autrichiens traditionnels et le schnaps servi généreusement sont un bon antidote à la fatigue.

Point fort :  Une nuit sur place mémorable
Altitude : 2 277 m
Saison : Du printemps à l’automne ; ski de randonnée l’hiver.
Comment s’y rendre : Les aéroports internationaux les plus proches sont à Vienne et à Graz ; les trains Intercités entre ces deux villes s’arrêtent à Bruck An Der Mur. De Bruck, prenez le bus régional n°171 jusqu’à Thörl, où il vous faudra prendre un taxi jusqu’au point de départ du sentier, à Bodenbauer.

shutterstock_434829775-d5ebae6b960c.jpg

Des foules étouffantes aux monastères sereins, l’ascension de l’Éméi Shān est une expérience typiquement chinoise

Éméi Shān, Chine

On dit qu’un pèlerinage au sommet de l’Éméi Shān, la plus haute des quatre montagnes sacrées des bouddhistes de Chine, lave de ses péchés. Que ce soit pour cette promesse d’innocence, pour la biodiversité de ces montagnes ou pour les anciens monastères pleins de cachet qui les parsèment, près de 300 000 pécheurs montent au sommet chaque année (même si la plupart le font aujourd’hui en téléphérique).
Un esprit zen vous aidera à affronter les innombrables marches de pierre, les foules étouffantes, les rabatteurs insistants et les singes maraudeurs ; mais tout cela fait partie de cette aventure unique. Levez-vous tôt, prenez les sentiers les moins fréquentés et passez au moins deux nuits dans les monastères. Le lever de soleil au-dessus des nuages est spectaculaire. Notez que le véritable sommet, le Wanfo Si, est à 45 minutes de marche environ du sommet touristique, le Jinding Si (3 077 m).

Point fort : L’expérience spirituelle
Altitude : 3 099 m
Saison : Toute l’année, mais évitez les jours fériés. Le printemps et l’automne sont prisés. L’été (juillet-août) est la période de la mousson, tandis qu’en hiver, la glace peut rendre les marches de pierre glissantes.
Comment s’y rendre : Arrivez à Chengdu puis prenez un train rapide jusqu’à la gare d’Emeishan, d’où il faut prendre un bus pour arriver à l’ensemble de temples. Sinon, descendez à Leshan et visitez le Grand Bouddha, d’où il y a des bus directs pour Bàoguó, le temple situé au pied du mont Emei.

shutterstockrf_568468651-81eaabea18a6.jpg

Les habitants accueillants sont le grand atout de l’ascension du Kuh-e Alvand

Kuh-e Alvand, Iran

Les Iraniens aiment profondément la nature, comme en atteste la présence dans la plupart des grandes villes de clubs d’alpinisme. Le Kuh-e alvand est un sommet qui fait partie des monts Zagros, dans l’ouest de l'Iran. C’est un des sommets les plus populaires du pays pour la randonnée, et à juste titre.
Le trek jusqu’au sommet peut être accompli en une longue journée, mais il est plus amusant de passer une nuit parmi les habitants dans un des refuges de montagne où, en tant qu’étranger, vous serez aussitôt une célébrité : attendez-vous à de nombreux échanges de nourriture, selfies et autres verres de chaï (thé) sucré. Le chemin part des Ganjnameh et monte sur le plateau, où on trouve des refuges, avant de serpenter dans un alpage parcouru de ruisseaux et parmi des rochers, jusqu’au sommet. Ceux qui craignent de se perdre préféreront faire l’ascension le week-end, quand les nombreux randonneurs locaux leur indiqueront volontiers la bonne direction.

Point fort : L’échange culturel
Altitude : 3 580 m
Saison : Du printemps à l’automne
Comment s’y rendre : La plupart des visiteurs étrangers arrivent à Téhéran. De là on peut prendre une nouvelle ligne de chemin de fer, des bus express fréquents (5 heures) au départ du terminal ouest ou un vol intérieur, un peu périlleux, deux fois par semaine.

shutterstock_1011260608-54e5ea1db250.jpg

Admirer le plus grand lac de lave du monde est une belle récompense après la difficile montée du Nyiragongo

Nyiragongo, République Démocratique du Congo

Tout voyageur pensant qu’un nouveau sommet à gravir n’est pas une aventure suffisante devrait penser à faire l’ascension du Nyiragongo, volcan actif situé dans un pays restant lui-même hors des sentiers battus à cause de son histoire complexe. Mais pour ceux qui adorent les vrais défis, la vue de ce stratovolcan qui s’élève spectaculairement au-dessus de la ville de Goma, de ses fumées qui s’élèvent dans le ciel, justifie bien tous les dangers et les tracas potentiels.
Depuis la station de rangers de Kibati, dans le parc national des Virunga, à l’extérieur de Goma, l’itinéraire de 8 km jusqu’au sommet monte sur 1 500 m et traverse la forêt tropicale, jusqu’aux rochers volcaniques effilés comme des rasoirs du bord du cratère, où on trouvera divers bungalows basiques. L’ascension dure 4-6 heures, et on peut facilement rentrer dans la journée mais la plupart des gens passent la nuit là-haut, car c’est alors que le Nyiragongo est le plus impressionnant à voir, quand le feu du plus grand lac de lave du monde luit de toute sa splendeur dans l’obscurité.

Point fort : Une bonne dose d’adrénaline
Altitude : 3 470 m
Saison : Toute l’année.
Comment s’y rendre : Le plus facile est d’arriver à Kigali, au Rwanda voisin, puis d’aller en taxi jusqu’ à la frontière de la RDC (3 heures). Le parc national des Virunga, qui gère les treks, viendra vous chercher à la frontière. Consultez son site officiel pour en savoir plus. En République Démocratique du Congo, la sécurité est aléatoire et les gouvernements étrangers déconseillent de voyager dans certaines parties du pays. Renseignez-vous sur la situation actuelle avant de partir.

shutterstock_186293834-50a9e4f6d1cd.jpg

Le mont Temple est un des plus hauts sommets des Rocheuses canadiennes et un des plus photogéniques

Mont Temple, Canada

Rangez le bouchon de votre objectif, car vous ferez des photos presque tout le temps durant la grande ascension d’un des sommets les plus photogéniques des Rocheuses canadiennes. Avec un dénivelé de 1 690 m, la crête sud-ouest du mont Temple est le plus haut itinéraire sans difficulté technique des Rocheuses qu’un randonneur chevronné puisse parcourir en une (dure) journée – même s’il faut souvent plus de temps, à cause des nombreux points de vue qui exigent qu’on s’y arrête au moins un moment.
Au départ du lac Moraine, les grimpeurs traversent une épaisse forêt jusqu’au col Sentinelle, où on a une belle vue sur les sommets environnants, et notamment la paroi abrupte du mont Pinacle voisin. De là, on poursuit en traversant une série de champs d’éboulis abrupts, avec des montées et des descentes et quelques ascensions de rochers courtes mais exigeantes, jusqu’à la pente sommitale. La vue déjà superbe devient alors époustouflante, tandis que montagnes, glaciers et vallées accidentées s’étalent au dessous, en un panorama primitif.

Point fort : Points de vue photogéniques
Altitude : 3 543 m
Saison : Juillet-août, après la fonte des neiges. Attention aux chutes de pierres ; pensez à emporter un casque.
Comment s’y rendre : On peut rallier Banff en bus depuis Calgary, l’aéroport international le plus proche, ou, plus pittoresque, par le Rocky Mountaineer Train au départ de Vancouver. Des navettes relient la gare ferroviaire de Banff au village de Lake Louise, sinon vous pouvez louer une voiture. À Lake Louise, il vous faudra trouver quelqu’un pour vous emmener au départ du sentier de randonnée, au lac Moraine.

tp1160182-c94494824f47.jpg

Paysage vu depuis le sentier du mont Anne

Mont Anne, Australie

Rivières impétueuses, vastes plaines de button grass (herbe en bouton) et peut-être même un ou deux tigres de Tasmanie – censés avoir disparu –, le Southwest National Park est le cœur de l’intérieur sauvage de la Tasmanie, et le mont Anne son sommet le plus proéminent. Les courageux peuvent faire l’ascension de cette montagne imposante en un jour mais il est plus agréable – et plus facile – de camper une nuit en chemin.
Dans un décor changeant, le trek traverse une grande diversité de terrains. Du parking, une promenade de planches mène à une montée facile de deux heures jusqu’à High Camp Hut, presque à la limite des arbres – ne manquez pas le panorama spectaculaire sur le lac Pedder, depuis ses “toilettes avec vue”. Puis montez par un dédale de rochers jusqu’au mont Eliza, d’où la vue est encore plus belle, avant de traverser un haut plateau dénudé avec des bosquets de pandani, des groupes de plantes en coussin et des rochers, jusqu’à la base de la paroi sommitale du mont Anne. La dernière montée, simple, serpente entre des colonnes de dolérites jusqu’au cairn du sommet, où une vue fantastique sur la nature environnante vous attend.

Point fort : A walk on the wild side ("Une Balade dans la nature sauvage")
Altitude : 1 423 m
Saison : La météo est meilleure de novembre à mai (mais elle est capricieuse en toute saison).
Comment s’y rendre : Il n’y a pas de transports en commun. Louez une voiture à l’aéroport de Hobart et allez jusqu’à Maydena (1 heure 30), le dernier village avant le South West National Park. Continuez encore sur 30 km puis prenez à gauche dans Scotts Peak Dam Rd, route non goudronnée qui vous amènera, en 19,5 km, au parking de Condominium Creek et au départ du sentier.

snowdon_railway_s.jpg

Le Snowdon Mountain Railway emporte les voyageurs sur le plus haut sommet du Pays de Galles

Snowdon, Pays de Galles

Les jeunes randonneurs aimeront Snowdon, le plus haut sommet du Pays de Galles, pour deux raisons. La première est l’inspiration : la montagne est associée aux légendes fantastiques du roi Arthur, et on dit que le célèbre roi tua un terrible géant qui vivait sur ses pentes (il serait enterré au sommet !). La seconde est logistique : il est possible de prendre un train pour redescendre du sommet, et reposer ses jambes fatiguées.
Oui, un vieux chemin de fer crapahute (du printemps à l’automne) jusqu’au sommet, à 1 085 m, du Snowdon, mais les randonneurs qui préféreront y aller à pied feront une marche d’une journée (entre cinq et six heures) jusqu’en haut. Le sentier appelé Ranger Path, d’après John Morton, le “ranger de Snowdon” qui guidait les touristes de l’époque victorienne sur ce sentier jusqu’au sommet, est un bon itinéraire pour les plus jeunes marcheurs. Le chemin rocailleux monte graduellement du côté est, avant de rejoindre deux autres itinéraires dans la partie sommitale. La vue sur les montagnes et les lacs du Snowdonia National Park ravigote les marcheurs fatigués, tout comme la perspective de goûter le traditionnel oggie (tourte à l’agneau et aux poireaux) gallois au restaurant du sommet, l’autre particularité de cette montagne.

Point fort : faisable avec des enfants
Altitude :
1 085 m
Saison : On peut monter au Snowdon toute l’année, mais le train et le restaurant du sommet sont fermés l’hiver.
Comment s’y rendre : Les gares les plus commodes pour aller à Snowdon sont Bangor, avec des liaisons directes vers la plupart des grandes villes, dont Londres (Euston), Cardiff et Liverpool, et Betws-y-coed, également bien desservie (mais parfois avec un changement à Llandudno). De ces deux gares, il y a des bus pour Llanberis, à proximité du point de départ du sentier.


Guide de voyage

Destinations, conseils, infos pratiques : tout pour choisir la randonnée qui vous correspond

Paramètres des cookies