1. Accueil
  2. Magazine
  3. Randonnée
  4. Camping sauvage : le guide indispensable pour préparer son voyage
Randonnée

Camping sauvage : le guide indispensable pour préparer son voyage

Texte par

Sarah Bennett et Lee Slater (traduit de l'anglais par Vincent Guilluy)

Mis à jour le : 13 août 2020

Carte

Se réveiller dans la splendeur de la nature et découvrir la solitude loin des villes, c’est ce qui pousse le voyageur à pratiquer le camping sauvage. Si cela semble très romantique, il existe cependant des règles à respecter pour que votre aventure reste gratifiante et sans danger, tout en respectant ces endroits uniques, pour la faune et pour ceux qui vous suivront.

Que vous ayez randonné et campé partout en Nouvelle-Zélande ou que vous prépariez votre toute première randonnée avec une nuit en extérieur dans les Highlands d'Écosse, les règles restent les mêmes. Voici une check-list pour bien vous préparer au camping sauvage. 

1. Préparez soigneusement votre excursion

Que ce soit votre première expérience ou la centième, bien vous préparer est impératif car il peut survenir beaucoup de choses en pleine nature – cela arrive souvent. Le temps peut changer subitement, des sentiers devenirs impraticables, des rivières être en crue, d’autres voyageurs peuvent s’être installés avant vous à votre emplacement de camping préféré… Alors planifiez toujours votre voyage bien à l’avance.
Prenez une bonne carte pour organiser un itinéraire qui est à votre portée, et vérifiez plutôt deux fois qu’une sa faisabilité, auprès du centre d’information du parc national que vous allez découvrir ou d’une association locale de randonnée, quand c’est possible. Estimez la durée de votre excursion – mieux vaut être trop prudent plutôt que de viser un rythme de marathonien – et repérez deux ou trois endroits où il sera possible de camper.

daan-weijers-psaemiiuo84-unsplash.jpg

Vérifiez les endroits où le camping est autorisé avant de partir

2. Campez là où c’est autorisé

Aussi appelé “camping libre” ou “camping en liberté”, le camping sauvage a un sens légèrement différent selon votre destination : dans certains pays, il signifie planter sa tente dans des endroits créés tout exprès, mais avec des installations sommaires ; dans d’autres, cela veut dire choisir librement son emplacement dans une vaste étendue naturelle.
La législation sur le camping sauvage varie également d’un pays, d’un État et même d’une région à l’autre. En Angleterre et au pays de Galles, il est assez strictement réglementé car la plupart des terres sont propriétés privées, mais il reste des régions ou il est autorisé, essentiellement les parcs nationaux. Le camping sauvage est légal en Écosse, et toléré en Irlande, à certaines conditions.
En Australie et en Nouvelle-Zélande, le camping libre est courant mais dans les limites de réserves spécifiques et de certaines parties des parcs nationaux, tout comme au Canada et aux USA. Quelle que soit la région du monde où vous souhaitez camper, ne vous contentez pas de suppositions. Renseignez-vous et demandez conseil aux offices du tourisme locaux et aux bureaux des parcs nationaux.

3. Ce qu’il faut emporter

Si fuir la civilisation fait partie de l’attrait du camping sauvage, cela implique aussi être entièrement autosuffisant. Il y a de bonnes chances que la boutique la plus proche soit à des kilomètres, et il vous faudra emporter tout ce dont vous avez besoin, y compris de la nourriture en quantité suffisante. Emportez toujours de quoi tenir une nuit de plus, en cas d’urgence.
Faites une check-list. Outre les choses évidentes telles qu’une tente imperméable, un réchaud, du combustible et des vêtements d’extérieurs appropriés, pensez aussi aux objets plus petits mais vitaux tels que trousse de premiers secours, lampe torche avec piles de rechange, allumettes et répulsif à insectes. Un canif et de l’adhésif solide et imperméable, également, s’avèrent utiles pour les petites réparations.

joel-jasmin-forestbird-znol1m6md_k-unsplash.jpg

Gardez toujours l’œil sur la météo

4. Attention au mauvais temps

Le mauvais temps peut vous empêcher de rejoindre votre lieu de camping sauvage. Renseignez-vous au préalable en consultant les bulletins météo locaux, et apprenez à lire le ciel quand vous êtes en chemin, surtout si vous allez vers des hauts cols ou des sommets.
Un sentier facile peut devenir dangereux sous la pluie, et la neige ou l’absence de visibilité présentent de vrais risques en montagne, où le temps peut changer en quelques minutes. À l’inverse, les fortes chaleurs peuvent faire perdre toute énergie, être cause de déshydratation ou de coups de chaleur. Abritez-vous ou faites demi-tour si le temps se gâte.

5. Installez-vous convenablement

Essayez de planter votre tente sur un terrain drainant, en hauteur, suffisamment loin des bords des cours d’eau. Mieux vaut aussi bien examiner l’endroit pour voir si rien ne pourrait endommager votre tente. Les arbres peuvent sembler parfaits pour vous abriter des éléments mais attention aux branches qui pourraient casser par grand vent : campez suffisamment à l’écart. Faites également attention dans les zones où des rochers sont susceptibles de tomber.
Campez discrètement, en prenant soin de vous installez loin des routes ou des bâtiments, hors de vue des chemins et des routes. Les forêts humides peuvent paraître une bonne idée mais elles attirent souvent mouches et moustiques
Quand vous avez choisi votre endroit, plantez toujours votre tente solidement, et attachez ses haubans à des rochers ou à des arbres si le sol est trop dur.

mahir-uysal-0aguzq25dow-unsplash.jpg

Vérifiez si les feux de camp sont autorisés, et soyez toujours prudent

6. Trouvez de l’eau

L’eau est essentielle dans toute excursion en camping sauvage : pensez aux endroits où vous en trouverez, et vérifiez qu’elle sera potable. Votre carte ou votre guide devrait indiquer les points d’eau disponibles, que ce soit un robinet dans les toilettes ou un cours d’eau naturel, rivière ou ruisseau.
Si vous avez des doutes sur la qualité de l’eau, traitez-la. Faites-la bouillir au moins trois minutes, sinon utilisez un filtre ou un traitement chimique. Des petits kits de purification d’eau sont disponibles dans la plupart des boutiques d’équipements de plein air.

7. Attention au feu

Les feux de forêt sont un vrai danger dans les régions sèches, et le camping est interdit dans nombre d’endroits pour cette raison. Respectez toutes les interdictions de faire du feu. Là où le camping est autorisé, suivez bien toutes les règles, qu’elles recommandent d’utiliser les trous à feux, les foyers, ou de ne brûler que du bois mort provenant de sources autorisées.
Ne faites pas de grand feu là où un petit suffirait, et assurez-vous qu’il soit vraiment éteint en inondant les cendres d’eau ou en les recouvrant de terre ou de sable. Vérifiez que les cendres soient froides avant de partir.

paxson-woelber-8iuayiizfmi-unsplash.jpg

Croiser des animaux sauvages est un vrai plaisir, mais gardez vos distances

8. Faites attention à la faune

Croiser des animaux sauvages est toujours un temps fort d’une excursion en camping, mais certains sont moins bienvenus que d’autres. Renseignez-vous sur la faune locale et les risque qu’elle peut poser. Suivez bien les règles de l’interaction avec les animaux sauvages : gardez vos distances, mettez vos provisions à l’abri, et ne les nourrissez pas, aussi mignons et insistants soient-ils. Ce sont les plus petites bestioles – moustiques, tiques ou araignées, notamment – qui créent parfois les plus gros problèmes. Prenez toutes vos précautions, telles que vaccinations là où elles sont recommandées.

9. Préparez vous aux situations d’urgence

Ne partez jamais sans faire part à quelqu’un de vos projets et du moment approximatif de votre retour ; si quelque chose tourne mal, cette personne pourra donner l’alarme. Avant de partir, vérifier que votre trousse de premiers secours n’est pas périmée. Pour les excursions courtes, prenez au minimum des pansements et des antidouleurs. Pour les plus longues, prévoyez bandages, compresses stériles, antiseptique et produits de réhydratation. Essayez de trouver la place d’un sac ou d’une couverture de survie. Un sifflet est utile pour pouvoir attirer l’attention. Aux points de départ des randonnées les plus fréquentés, on peut souvent louer des balises de localisation personnelle (BLP), qui alerteront les services de secours en cas de problème grave.

felix-m-dorn-hcti0k5e2iw-unsplash.jpg

Soyez discret et laissez les lieux comme vous les avez trouvés

10. Ne laissez que des traces de pas

Il y a une raison pour laquelle les parcs nationaux et les réserves du monde entier proposent des sites de camping en pleine nature aux amateurs d’aventure : c’est qu’ils vous permettent de profiter des paysages naturels tout en prenant en charge votre impact sur l’environnement. Quand vous plantez votre tente en pleine nature sur un site non prévu à cet effet, c’est vous, et vous seul, qui avez la responsabilité de le laisser tel que vous l’avez trouvé. Enterrez vos déjections à au moins 20 cm de profondeur et à plus de 60 m de toute source d’eau, et remportez votre papier toilette (dans un sachet plastique refermable par exemple). Remportez tous vos déchets, faites du feu avec modération et ne laissez absolument aucune trace de votre visite, pour que d’autres puissent en profiter tout autant.
 

 



Guide de voyage

Du camping au bateau stop en passant par l'échange de maison, un guide Lonely Planet avec des centaines de conseils pour préparer son départ de façon astucieuse, économique et novatrice

Paramètres des cookies