1. Accueil
  2. Magazine
  3. Cuisine
  4. Bordeaux : manger et boire à la Bordelaise
Cuisine

Bordeaux : manger et boire à la Bordelaise

Mis à jour le : 8 décembre 2016

Carte

Capitale mondiale du vin, Bordeaux ravira également les amateurs de bonne chère. Bien évidemment les produits de la région tels le magret de canard, le foie gras, l'agneau de Pauillac et les huîtres du bassin d’Arcachon figurent en bonne place sur les cartes aux côtés des spécialités bordelaises. Découvrez Bordeaux comme un habitant à travers les plats typiques et les meilleures adresses culinaires de la ville.

Le calendrier du fleuve

Entre avril et juin, c’est d’abord l’alose, excellent poisson migrateur pêché dans l’estuaire, qui vient garnir les cartes. Puis vient le tour de l’antique lamproie, poisson sans mâchoire ni écailles et doté d’une grosse et curieuse bouche-ventouse. Préparés au gril sur des sarments de vigne, ou mijotés de longues heures et accompagnés d’une sauce au vin et de poireaux, ces mets nécessitent une préparation soignée.

L’entrecôte bordelaise

Ce serait impardonnable de quitter Bordeaux sans avoir savouré une entrecôte bordelaise, cuite sur les sarments de vigne, arrosée de vin et couverte d’échalotes.

Le Lillet, apéritif bordelais

Ne manquez pas de goûter au Lillet, un apéritif local fait d’un assemblage de vins et de fruits. 

Les cannelés de Bordeaux

À la fois moelleux et croustillant, le cannelé (Canelé, n. déposé) est un petit gâteau caramélisé et parfumé à la vanille et au rhum. Il doit son nom au moule en bronze cannelé, autrefois appelé “canelats”, dans lequel il cuit. Sa recette fut concoctée par les religieuses annonciades du couvent de la Miséricorde, durant l’Ancien Régime. On raconte qu’elles récupéraient la farine et le sucre qui tombaient des sacs débarqués sur le port pour le fabriquer. Disparu après la Révolution, il est réapparu dans les années 1830.

Des spécialités mises en boîte

Le Lou Gascoun, un pâté de foie de porc fabriqué dans la banlieue de Bordeaux, qui séduit les Gascons et les autres depuis des générations avec sa célèbre boîte jaune.
La Crème Jock régale les petits et les grands Bordelais depuis 1938. À base de céréales, ce dessert est toujours fabriqué à Bordeaux, sur les quais de la rive droite.
Le Cacolac est né d’une idée simple, après un voyage en Hollande : ajouter du cacao et du sucre dans le lait. D’abord vendue en camionnette itinérante, la boisson “pour la soif et pour le plaisir” a vite dépassé les frontières de Bordeaux.

Cuisine régionale à Bordeaux

  • Café Napoléon 3 : cet établissement logé dans un édifice du XIXe siècle est diplômé des cafés historiques et patrimoniaux d’Europe. Le patron, Patrick Urtizvéréa, n’a pas hésité à mettre à la carte les spécialités de son pays Basque natal mais aussi les classiques bordelais.
  • Le Parlement des Graves : la région est à l’honneur, et ce n’est pas le décor qui nous contredira : cave voûtée et bouteilles de vin disséminées un peu partout. Vous l’aurez deviné, en matière de vin, les graves sont à l’honneur.
  • Le Bouchon Bordelais : le Bouchon Bordelais, c’est une cuisine du marché et des produits régionaux. La carte change régulièrement selon les saisons et les envies du chef, Frédéric Vigouroux. On s’y sent bien, on aime le mic-mac du midi et les desserts comme le cheese-cake pomme-citron ou le chocolathérapie.
  • Le Passage Saint-Michel : Très bel endroit au décor années 1950. Dans la salle de restaurant, attenante à un magasin d’antiquités, on déguste entrecôtes à la bordelaise, huîtres et autres spécialités du Sud-Ouest. Avec son vieux comptoir et son miroir piqué, le bar mérite aussi le coup d’œil.
  • Chez Dupont : Déco vieille France et cuisine bourgeoise font de cette adresse l’une des plus réputées des Chartrons. Préparés à partir de produits locaux de qualité, les plats (trilogie de canards d’Auros, salade de caille rôtie et foie gras poêlé) ne sont pas donnés, mais feront la joie des gourmets à la recherche d’un restaurant chic et cosy. 
  • La Petite Gironde : Avec sa vue exceptionnelle, La Petite Gironde officie en bord de Garonne, et propose une cuisine du terroir élaborée, bien évidemment avec des produits frais et de saison (cassolette de foie de volaille, sauté d’agneau sucré-salé, huîtres de Cap-Ferret et ananas rôti au miel).

Où manger des huîtres à Bordeaux ?

  • Le Rince Doigts : Dès l’apéro, la formule AfterWork à 5 € donne le ton. Pas de chichis, crevettes-mayo, soupe de poisson, palourdes farcies. Les coquillages peuvent s’acheter au poids, les huîtres à l’unité. Tous les produits sont frais et dégustés sur un parterre de sable fin, ambiance cabane de pêcheur.
  • Le Petit Commerce : Le menu est renouvelé chaque jour dans cet établissement proposant poissons, coquillages et crustacés en provenance directe de Cap-Ferret, Royan, etc. Une affaire qui marche pour Fabien Touraille qui, dans la foulée, a ouvert un écailler juste en face : La Pêcherie.
  • Chez Jean-Mi : Les amateurs de fruits de mer connaissent bien ce bistrot situé dans le marché des Capucins : sa terrasse, calée entre les étals des maraîchers, est l’un des meilleurs endroits de Bordeaux pour déguster une assiette d’huîtres ou de bulots. 

Gourmandises

  • Saunion (chocolats) : Voici une institution bordelaise, créée en 1893. Thierry Lalet fait aujourd’hui partager avec brio sa passion pour le chocolat. Guinettes, marrons glacés, fruits déguisés et bien d’autres douceurs sont présentés dans de superbes boîtes. Des gourmandises certes chères, mais l’excellence n’a pas de prix. 
  • Cadiot-Badie (chocolats) : Le plus grand chocolatier de Bordeaux propose aux gourmands toute une gamme de spécialités : le Bordelais (ganache de raisins macérés à la fine de Bordeaux), la Guinette ou encore la feuille de San Cristobal (chocolat au lait aux épices, couvert d’éclats d’amandes). 
  • Baillardran (cannelés) : Si vous devez rapporter des cannelés de Bordeaux, achetez-les chez Baillardran, qui possède plusieurs boutiques dans le centre-ville.
Vizeat