1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées week-end
  4. 18 choses à savoir avant de visiter Édimbourg
Idées week-end

18 choses à savoir avant de visiter Édimbourg

Texte par

James Smart (traduit de l'anglais par Vincent Guilluy)

Mis à jour le : 14 janvier 2022

Carte

Avec son château imposant et son célèbre festival, Édimbourg attire beaucoup de touristes. Mais la capitale de l’Écosse est plus qu’une série de grands sites touristiques. Bâtie sur un ensemble de volcans éteints, avec ses ruelles médiévales encaissées et ses places publiques grandioses, sa splendeur n’est pas qu’apparente.

Son histoire est visible à chaque coin de ses bâtiments de grès taillé, bien sûr, mais elle offre aussi une vie animée dans ses parcs, pubs et faubourgs. Édimbourg ne vaut pas simplement une visite, elle mérite qu’on s’y jette à corps perdu. Voilà ce qu’il faut savoir avant de vous y plonger : quand y aller, qu’emporter, un peu d’argot à connaître, tout sur ses odeurs et sur les billets de banque qui y ont cours.

Préparer son voyage 

1. Arriver à Édimbourg

L’aéroport est à 8 miles (13 km) de la ville. Des bus (meilleur marché), des trams (plus rapides si les routes sont encombrées) et des taxis (préférables si vous voulez être déposé à un endroit précis) relient l’aéroport et le centre. Si vous arrivez d’un autre pays que la Grande-Bretagne et que vous n’êtes pas citoyen britannique, il vous faudra remplir un passenger locator form.
Les trains arrivent à la gare d’Edinburgh Waverley – les voyageurs venant d’Angleterre profiteront en chemin de vues superbes sur la côte. Les bus arrivent à St Andrew’s Square, dans New Town, juste au nord du centre.

2. Venez l’été pour avoir une chance de profiter du soleil

La plupart des visiteurs préfèrent l’été, quand les jours sont longs, lumineux et que le vent est en général doux. Mais si des épisodes de dreich weather (mauvais temps) ne vous rebutent pas, venez quand il fait plus froid, pour passer des pubs et des musées bien chauffés aux vivifiantes balades dans les rues pleines de cachet.

3. Évitez le festival (sauf si vous venez pour le festival)

Le plus grand festival artistique du monde envahit la ville chaque année en août. Pour y assister, retenez votre hébergement des mois à l’avance, et réservez tôt aussi pour les principaux spectacles. Si vous n’y allez pas, évitez le mois d’août. Il y a aussi beaucoup de monde aux alentours de Hogmanay (juste avant le nouvel an), mais la folie dure alors moins longtemps.

4. Il peut être utile de réserver longtemps à l’avance

Mieux vaut réserver votre hébergement le plus tôt possible, surtout pendant le Festival. Réservez aussi assez tôt pour les plus gros spectacles, comme le Tattoo. L’Edinburgh City Pass est intéressant si vous allez visiter des sites touristiques comme le Château et le Royal Yacht Britannia à Leith ; il donne aussi accès aux bus proposant les amusants circuits touristiques de la ville.
Sinon, il est conseillé de réserver en ligne au moins la veille pour visiter le château, pour peut-être payer un peu moins cher et attendre moins longtemps.

5. Emportez des vêtements imperméables

Il vous faudra un blouson quelle que soit la période de l’année. Il fait rarement très froid à Édimbourg mais le temps peut passer en quelques minutes d’un soleil radieux à une averse sous un ciel d’encre. Vous allez sûrement marcher beaucoup et donc il est important d’avoir une paire de chaussures confortables. Il n’est pas nécessaire d’emporter des vêtements très habillés.

istock-1162354198.jpg

Old Town et New Town sont séparées par une vallée où se niche l’élégant Princes Street Gardens

6. Pourquoi y a-t-il deux villes ?

Le centre d’Édimbourg est coupé en deux. Mais ce n’est pas l’inimitié qui divise la ville : Old Town et New Town sont séparées par une vallée où on trouve le joli Princes Street Gardens et Waverly Station, la gare ferroviaire. Old Town est le quartier médiéval, avec de hauts immeubles serrés, des rues pavées et des wynds (ruelles) qui descendent du célèbre Royal Mile. New Town (qui a quand même près de 250 ans, tout est relatif) offre de larges boulevards et des places au cordeau qui suivent un plan géométrique. Alentour, on trouve le West End (plutôt élégant), Leith (quartier populaire ayant servi de cadre à Trainspotting, qui se gentrifie peu à peu) et le Southside (simple, plutôt étudiant).

7. Combien de temps consacrer à Édimbourg ?

Comptez une journée pour une visite-éclair du Royal Mile et une balade autour du Château, deux pour avoir un avant-goût de ce qu’offrent Old Town et New Town. Quatre jours permettent d’avoir un bel aperçu de la ville, de pousser vers le nord jusqu’à l’ancien port de Leith et vers l’ouest jusqu’à la Gallery of Modern Art, tout en visitant les principaux monuments du centre.

Passer du temps à Édimbourg

8. Quelle est la monnaie en vigueur ?

L’Écosse dispose de ses propres billets, mais les billets de banque anglais sont acceptés partout en Écosse. (En Angleterre, certaines boutiques ne pratiquent pas la réciproque.) Le paiement par carte ou sans contact est maintenant plus courant qu’en espèces, et c’est le moyen le plus facile de payer dans les transports en commun : si vous payez en espèces dans le bus, il vous faut avoir l’appoint, sinon, un pass est une bonne solution.

9. Le monde LGBTQ+ d’Édimbourg se rassemble dans le “Pink Triangle”

Le milieu gay d’Édimbourg tourne autour du “Pink Triangle”, au nord-est immédiat de Princes Street. Le CC Blooms en est un pilier. On y mange (plutôt cher) le jour, soirées cabaret et DJ l’animent la nuit. Un peu plus loin dans Abbeyhill, le Regent est une alternative décontractée. Le mariage homosexuel est légal en Écosse depuis 2014.

10. Les odeurs d’Old Reekie

“Old Reekie” est un des surnoms qu’on donne depuis longtemps à la ville. Il date du XVIIe siècle, quand les rues étroites et encaissées d’Old Town associées au Nor Loch (marais occupé aujourd’hui par Princes Street Gardens) dégageaient une forte odeur, mélange de fumées et d’effluents. Aujourd’hui, Édimbourg a la même odeur que beaucoup d’autres villes, même si la brasserie du West End dégage parfois de légers effluves d’alcool.

istock-470523494.jpg

Il n’y a pas de métro, mais les bus permettent facilement d’aller à Leith (sur la photo) ou dans le Southside

11. Comment circuler dans Édimbourg

Le site est vallonné mais la marche est le meilleur moyen de circuler dans Édimbourg : on y découvre des points de vue inattendus et on est plus en prise avec le rythme de la cité. Si vous allez à l’autre bout de la ville, un taxi (Central Taxis, par exemple) ou une appli de voitures avec chauffeur (comme Uber) n’est pas une mauvaise idée. Il n’y a pas de métro, des trams relient le centre ville et le West End à l’aéroport, et les bus sont pratiques pour aller à Leith ou dans le Southside.

Savoir-vivre local

12. N’offensez pas les Édimbourgeois

Si vous rencontrez quelqu’un dans un cadre social, un “Hi” informel ou une poignée de mains sont les salutations les plus courantes. Il y a peu de risques que vous offensiez quelqu’un par mégarde mais les sujets comme la politique ou la religion sont en général à éviter dans une conversation polie. L’indépendance écossaise et le Brexit sont également des sujets assez clivants.
Rappelez-vous qu’Édimbourg est en Écosse, qui fait partie de la Grande-Bretagne, mais que vous n’êtes pas Angleterre. Si beaucoup d’Anglais vivent heureux à Édimbourg, l’équipe de football d’Angleterre est par tradition chaleureusement huée ici.

13. Payez votre tournée au pub

La règle ici est la même qu’ailleurs en Grande-Bretagne et en Irlande : une personne va généralement commander au bar pour votre groupe, paye la tournée (round) et rapporte les verres à table. Chacun prend son tour pour aller commander et payer. Les bars les plus chics ont un service à la table, et presque partout, on vous proposera un plateau si vous avez beaucoup de verres à emporter. La plupart des endroits acceptent les espèces, mais les paiements par carte ou par téléphone sont plus usuels. Les pubs restent ouverts plus longtemps qu’au sud de la frontière, en général jusqu’à minuit ou 1 heure.

istock-1311324512.jpg

14. Quand laisser un pourboire, et combien ?

Les pourboires ne sont vraiment requis que lorsqu’on est servi à table dans un restaurant (10-15 %), mais les Édimbourgeois arrondissent souvent le prix d’une course en taxi. Si un portier d’hôtel vous aide à porter vos bagages, un pourboire d’une livre ou deux par bagage est la norme.

15. Tenez votre langue !

À Édimbourg, ville cosmopolite, on entend beaucoup d’accents différents, mais vous ne reconnaîtrez peut-être pas tous les mots que vous entendez. Pensons par exemple à haar (une brume venue de la mer), Jambos (les supporteurs du club de foot local, Hearts), Hibbies (hy-bees, les supporters du club rival, Hibernian), Weegies (habitants de Glasgow) ou salt’n’sauce (délicieux condiment vinaigré pour les frites). Et vous devez ken (savoir) que Cockburn Street se prononce “Co-beurn”, Édimbourg “Édine-brou”, ou même “Emm-bra”.

Dangers et désagréments d’Édimbourg

16. La ville est sûre – mais attention où vous mettez les pieds

Édimbourg est relativement sûre. Des quartiers avec beaucoup de pubs comme Cowgate (Old Town), Rose Street (New Town) et Lothian Road (West End) sont très animés les vendredis et samedis soir, mais les problèmes y sont rares. Calton Hill offre de beaux panoramas la journée mais est plutôt à éviter la nuit. Suivez les précautions d’usage dans toutes les grandes villes et prenez des applications reconnues pour vos voitures avec chauffeurs ou, en cas de doute, des black cabs, la nuit.
Les arnaques de rue sont rares, mais faites attention en vous promenant : les pavés des rues en pente d’Old Town sont glissants quand il pleut. Et en traversant une rue, n’oubliez pas qu’on circule à gauche.

julia-solonina-nsfou92bd_y-unsplash.jpg

La vue depuis Calton Hill

17. L’eau est-elle potable ?

Absolument. À Édimbourg, l’eau du robinet est tout à fait potable – et gratuite si vous dînez au restaurant. L’eau de la région est douce (peu minéralisée) et a meilleur goût que dans une bonne partie de la Grande-Bretagne.

18. Les sites touristiques sont dans l’ensemble accessibles à tous

La plupart des hôtels et des attractions modernes sont accessibles aux voyageurs à mobilité réduite, mais nombre de bâtiments anciens – certains pubs, pensions ou restaurants – n’ont ni rampes d’accès ni ascenseur. New Town, avec ses rues larges, est plus commode pour les personnes en fauteuil roulant qu’Old Town, avec ses rues pentues et parfois pavées. L’office du tourisme, Visit Scotland, propose un guide utile des hébergements accessibles.
 



Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Écosse