1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 10 sites immanquables malgré la foule
Idées de voyage

10 sites immanquables malgré la foule

Mis à jour le : 28 janvier 2019

Carte

Ce n’est pas pour rien si des hordes d'envahisseurs s’y précipitent. Au lieu de les maudire, joignez–vous à eux et ne passez pas à côté de ces musts !

1. Angkor Vat (Cambodge)

Les touristes envahissent Angkor au Cambodge comme les fourmis une nappe de pique-nique. Vous ne regretterez cependant pas de vous être joint à eux lorsque vous aurez aperçu le fascinant temple principal du monumental ensemble d’Angkor, Angkor Vat : c’est le plus grand édifice religieux de la planète, doté de tours en forme de lotus et de bas-reliefs stupéfiants. La cité d’Angkor fut sculptée dans le grès entre le IXe et le XIIIe siècle pour satisfaire l’ego des devaraja (dieux-rois) et offrir à l’Empire khmer la plus somptueuse capitale qui soit. Outre Angkor Vat, le site abrite des centaines de temples, certains encore recouverts par la jungle qui les avait envahis après leur abandon au XVe siècle.

Angkor Vat est sublime en début de soirée. Les vestiges de Banteay Srei, récemment ouverts au public, à 25 km du site principal, sont moins fréquentés.

2. Vieille Ville de Prague (République tchèque)

La Staré Město (Vieille Ville) de la capitale tchèque, Prague, est bondée de jour comme de nuit. Les restaurants et bars autour de la place de la Vieille-Ville en profitent pour pratiquer des prix astronomiques. Les jours de pluie, la balade dans les ruelles historiques se transforme en slalom pour éviter de se faire éborgner par les parapluies, tandis que le soir débarquent des hordes de jeunes hommes célébrant toutes sortes d’événements à grands renforts d’alcool. Mais tous ces désagréments sont vite oubliés devant les délires baroques de Notre-Dame-de-Týn, la splendeur Art nouveau de la Maison municipale et la sublime silhouette du château de Prague de l’autre côté de la Vltava.

Des promenades guidées de 4 heures sont proposées toute l’année à 11h et 14h pour découvrir tous les secrets du Vieux Prague.

3. Palais d’été (Chine)

C’est dans cet immense domaine royal, avec son lac étincelant, ses jardins, ses temples, ses pavillons et ses galeries, que la cour impériale échappait à la touffeur de la Cité interdite de Pékin. Envahi par les groupes de touristes, ce site, agrandi et embelli par l’empereur Qianlong au XVIIIe siècle, est parsemé de beaux édifices aux noms évocateurs et poétiques : le palais de la Bienveillance et de la Longévité, la Longue Galerie, le pavillon des Fragrances bouddhiques, le pavillon des Nuages ordonnés, le temple de la mer de Sagesse ou encore celui du Roi Dragon.

Des bateaux mènent à une île du lac, que traversent de gracieux ponts. Du centre de Běijing on s’y rend par le métro, à vélo ou même en bateau.

Vue du Palais d'été, Pékin. Toon Laurent

4. Florence (Italie)

La capitale toscane, Florence, peut mettre à rude épreuve le plus endurant des voyageurs. Ses places bruissent en permanence du cliquetis des appareils photo numériques, ses boutiques de cuirs et bijouteries donnent le tournis et les portefeuilles peuvent y disparaître en un clin d’oeil. Il n’empêche : Florence est aussi le berceau de la Renaissance italienne et peu de villes peuvent rivaliser avec sa beauté. Tombez en pâmoison devant le David de Michel-Ange à la galerie de l’Académie, la coupole sublime du Duomo de Brunelleschi et les agencements parfaits du jardin de Boboli, à moins que vous ne préfériez simplement, installé dans un café, vous pâmer devant la beauté des Italien(ne)s.

L’hiver, Florence se vide quasi de ses touristes et baisse ses prix.

5. Grand Canyon (États-Unis)

Les étendues désertiques de l’Arizona, dans l'Ouest américain, voilà bien le dernier endroit où vous penseriez tomber dans un embouteillage : ce sera pourtant votre lot si vous vous rendez dans le Grand Canyon. Reste qu’une fois franchi l’encombrement, à vous de majestueuses vues sur cette gigantesque faille creusée dans la roche par le Colorado, longue de 446 km et mesurant jusqu’à 29 km de largeur et 1 500 m de profondeur. La merveille géologique est à voir d’en haut depuis le South Rim (bord sud) ou d’en bas, par une randonnée au fond du canyon – les paresseux pourront le faire à dos de mule.

Le North Rim reçoit dix fois moins de visiteurs que le South Rim. Organisez votre voyage sur www.nps.gov/grca.

Grand Canyon. B Rosen

6. Chutes Victoria (Zimbabwe et Zambie)

Les chutes Victoria offrent un spectacle saisissant : le fleuve Zambèze, large ici de 1,7 km, plonge dans une faille dans le plateau basaltique et se trouve rétréci à 50 m pour passer dans une gorge étroite. En 1855, l’explorateur britannique David Livingstone eut le toupet de leur donner le nom de sa reine, mais ces cascades portent un nom local plus évocateur, Mosi-oa-Tunya (“fumée qui gronde”). Préférez la saison des pluies, pendant laquelle ce tonnerre fluvial est à son comble. Et quelle que soit la saison, veillez à bien organiser votre voyage, car le contexte politique et social du Zimbabwe et de la Zambie est malheureusement aussi tourmenté que les eaux du Zambèze.

Le côté zimbabwéen du site est bien moins fréquenté, moins cher et plus sûr : rendez-vous à Victoria Falls Town, et n’oubliez pas de faire le plein de dollars américains.

7. Pyramides (Égypte)

À en juger par la démesure des pyramides élevées dans le désert aux abords du Caire, à Gizeh, le mot “modestie” ne faisait pas partie du vocabulaire des pharaons égyptiens. Et certainement pas de celui de Kheops, qui vers 2560 av. J.-C. fit ériger la Grande Pyramide d'Egypte, qui éclipse ses deux voisines. La sépulture gigantesque de Kheops est la seule des Sept Merveilles du monde antique qui existe encore, ce qui justifie largement qu’on aille se mêler à la foule au milieu des sables égyptiens. Pour briller dans les dîners, sachez que ce ne sont pas les pharaons qui ont les premiers parlé de “pyramides”, mais les Grecs.

Le Mena House Oberoi (www.oberoimenahouse.com) est à deux pas des pyramides. Comptez environ 240 $US la nuit pour une chambre avec vue.

Pyramides, Mathelium

8. Taj Mahal (Inde)

Le Taj Mahal fut érigé à Agra en 1653 par l’empereur Chah Djahan pour honorer la mémoire de sa chère et tendre disparue. Que faut-il voir dans ce merveilleux mausolée flanqué de minarets, surmonté d’une somptueuse coupole, orné de calligraphies gravées dans le marbre blanc et doté de salles incrustées de pierres fines ? L’opulente preuve d’un amour infini ou bien une folie somptuaire qui a réduit en esclavage quelque 20 000 ouvriers pendant plus de 22 ans ? À vous de juger. L’histoire d’amour et d’architecture du monument le plus célèbre d'Inde a déjà été portée à l’écran par le réalisateur de Bollywood Akbar Khan, mais il semblerait qu’une version hollywoodienne soit en préparation.

Dînez à l’hôtel Taj Khema (à 200 m de l’entrée est) un soir de pleine lune pour une vue unique sur le “Taj”.

9. Machu Picchu (Pérou)

Les magnifiques pierres ouvragées de l’ancienne cité inca de Machu Picchu se cachent dans les hauteurs des Andes du Pérou. Érigée au milieu du XVe siècle, la ville fut abandonnée seulement un siècle plus tard, alors qu’arrivaient quelques visiteurs espagnols apportant avec eux l’esclavage et la variole. L’archéologue Hiram Bingham redécouvrit le site en 1911 – le tourisme péruvien lui dit encore merci. Les ruines de la cité et le chemin de l’Inca menaçaient à nouveau de disparaître sous des flots de touristes il y a quelques années, jusqu’à l’installation de toilettes et la limitation du nombre des visiteurs à 500 par jour.

Les treks organisés pour le Machu Picchu se réservent au moins 30 jours à l’avance, et l’accès au site, non remboursable, est fixé à 50 $US.

Des visiteurs au Machu Picchu. wanderlass

10. Dubrovnik (Croatie)

Que l’on voie Dubrovnik en Croatie d’un oeil neuf ou que l’on y revienne, cette cité suscite toujours une émotion esthétique aussi vive : sa beauté enchanteresse a pour écrin un paysage tout aussi sublime. Une beauté qui n’a rien de secret, bien au contraire, comme en témoignent les milliers de touristes qui flânent à longueur d’année dans son avenue principale, le Stradun. En même temps, on imagine mal qui pourrait se lasser des rues dallées de marbre et des édifices baroques de la ville, ou rester indifférent à longer ces remparts qui, cinq siècles durant, protégèrent la république de Raguse (l’ancien nom de Dubrovnik).

Plus d’infos pour préparer votre voyage sur www.tzdubrovnik.hr (office du tourisme de la ville) et www.visitdubrovnik.hr (office du tourisme de la région).

 

Photo : Foule à Prague devant l'Horloge Astronomique, par Patrick Gonzales


Paramètres des cookies