-->

Piccadilly Circus

L'avis de l'auteur Lonely Planet

place

Dans les années 1820, John Nash avait souhaité faire de Regent Street et Piccadilly les zones les plus élégantes de la ville, mais les urbanistes refrénèrent ses ambitions. Aujourd’hui, l’architecte serait certainement aussi étonné que déçu : Piccadilly Circus est embouteillé, englué dans la foule des touristes et flanqué de néons publicitaires.

Piccadilly Circus est le décor de carte postale londonienne typique, et son effervescence symbolise tout le piquant d’un séjour dans la capitale britannique. Le nom de “Piccadilly”, qui remonte au XVIIe siècle, garde le souvenir des cols empesés (les piccadils) d’alors, qui firent la fortune d’un tailleur des environs. Le mot de “Circus” vient du latin signifiant “cirque” (cercle).

Au centre de la place se dresse une statue en aluminium appelée Éros, indûment puisqu’elle représente en fait son jumeau Antéros. Portant le nom officiel de “Angel of Christian Charity” (Ange de la Charité chrétienne), le monument est dédié à lord Shaftesbury, philanthrope et réformateur social. D’abord moulé dans l’or puis dans de l’aluminium dernier cri, c’est la première statue d’extérieur dans ce métal léger.

Piccadilly Circus)