Bretagne nord : Les Incontournables

Île d'Ouessant

« Qui voit Ouessant voit son sang », dit le dicton, en référence aux récifs acérés qui gardent ce véritable piège à marins. Plus grande île de la mer d'Iroise, Ouessant est un monde à part. Balisée par cinq phares, cette terre de marins au long cours, dont les épouses restées sur l'île travaillaient la terre, séduit les amoureux de nature vierge par ses côtes sauvages, ses falaises battues par les vents et les embruns, ses plages de sable ou de galets, ses landes tapissées de bruyères et d'ajoncs et son musée des Phares et Balises, unique en France.

Saint-Malo

Ville du corsaire Surcouf, du découvreur du Canada Jacques Cartier et de François-Mahé de La Bourdonnais, célèbre amiral de la Compagnie des Indes, Saint-Malo connut la prospérité grâce à la mer. Flaubert disait de la ville qu'elle sentait « Terre-Neuve et la viande salée, l'odeur rance des longs voyages ». Tout cela a certes disparu et la cité corsaire est devenue ô combien touristique, mais les remparts de la ville intra-muros, ses ruelles tortueuses et la vue sur le large au-delà de la tombe de Chateaubriand ont gardé leur magie.

Mont-Saint-Michel

Breton ? Normand ? La question ne date pas d'hier. Laissons de côté les points d'interrogation et concentrons-nous sur les certitudes : classé sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979, le Mont-Saint-Michel est un site unique réunissant un village, une abbaye et un espace naturel en une harmonieuse unité de lieu. Sublimement mis en scène par la nature, ce décor qui évolue selon les mouvements des nuages, de la mer et du sable a séduit les moines qui y bâtirent une abbaye contre vents et marées, avant de faire le bonheur des plus de 3 millions de visiteurs qui s'y rendent chaque année.

Cap Fréhel

Pointé vers le nord entre Saint-Malo et Saint-Brieuc, le cap Fréhel offre l'un des paysages naturels les plus grandioses du nord de la Bretagne : celui d'une langue de terre tannée par les vents et couverte d'une lande rase, qui semble comme suspendue soixante-dix mètres au-dessus des flots. Par beau temps, l'œil porte depuis ce promontoire jusqu'aux îles anglo-normandes. Réserve ornithologique, le cap fait le bonheur des amateurs de promenades iodées grâce au sentier qui en fait le tour. Quant à son phare, il se visite parfois sur réservation.

Château du Taureau

C'est la vigie de la baie de Morlaix. Bâti avec les fonds des bourgeois de la ville pour éviter qu'elle ne retombe aux mains des Anglais, comme ce fut le cas par une funeste nuit de 1520, le château du Taureau occupe l'intégralité d'un îlot rocheux qui disparaît pratiquement sous sa masse. Remanié par Vauban au XVIIe siècle – si bien que personne n'osa jamais l'attaquer ! – il servit tour à tour de prison, de lieu de villégiature et d'école de voile, avant d'être finalement ouvert au public, en 2006.

Dinard

Surnommée la « Nice du Nord » à la Belle Époque, Dinard a vu sa réputation monter en fl èche lorsque les visiteurs anglo-saxons — sans oublier quelques aristocrates et têtes couronnées — découvrirent ses plages. Enclave BCBG d'une Bretagne ailleurs volontiers canaille, elle réunit chaque été des familles d'habitués grâce à ses quatre belles plages, à sa situation idéale pour découvrir la région et à ses villas de vacances aux allures de castelets. Cette ville, dont l'atmosphère un peu surannée n'est pas le moindre des charmes, est labellisée Ville d'art et d'histoire.

Roscoff

Lieu d'embarquement des richesses agricoles du Léon depuis le Moyen Âge, Rosko est maintenant vantée pour ses instituts de thalassothérapie, les tourteaux que les pêcheurs débarquent sur les quais de son vieux port et les belles maisons d'armateurs de sa ville ancienne. Point de départ des navettes vers l'île de Batz, elle fut également, au XIXe siècle, le lieu d'embarquement des Johnnies, ces Roscovites partis en Angleterre vendre au porte-à-porte les oignons de Roscoff. Ne ratez pas le musée qui leur est consacré, ainsi que la belle église Notre-Dame-de-Croas-Batz.

Côte de granit rose

Blanc de l'écume, déclinaisons de gris du littoral et demi-teintes de la lande : telle est l'habituelle palette de la Bretagne. Avec une exception : à l'ouest du Trégor, la roche prend des teintes ocres tirant par beau temps sur le rose. Alternant plages et paysages granitiques à la beauté spectaculaire, le littoral bordant Perros-Guirec, Trégastel, Trébeurden et une poignée d'autres localités attire ainsi les vacanciers et amateurs de pleine nature. Les marcheurs trouveront leur bonheur au fil du superbe sentier des douaniers, qui suit la côte aux abords de Ploumanac'h.

Phare de l'île Vierge

Dressé dans le ciel face à l'aber Wrac'h, le plus haut phare d'Europe est un point de repère des marins comme des terriens. Pour les premiers, ce géant de granit qui s'élève à plus de 80 mètres, planté sur un îlot 2,5 km au large de la côte, jette un rai de lumière sur le Finistère cinquante kilomètres à la ronde. Pour les seconds, ce phare automatisé depuis fin 2010 est l'occasion de découvrir un stupéfiant panorama après avoir gravi… 397 marches. L'accès a lieu en bateau ou, lors des très forts coefficients de marée, à pied.

Forêt d'Huelgoat

Au cœur du parc naturel d'Armorique, cette forêt de plus de 1 000 ha est le berceau de nombreuses légendes. De la rivière d'Argent au trou du Diable, et de la roche Tremblante à la mare aux Fées, le visiteur est emporté dans un univers mythique qui rappelle celui de la célèbre forêt de Brocéliande. Selon la légende, le chemin de l'enfer y serait bordé de femmes de plus en plus séduisantes tentant d'attirer les hommes… Plus sérieusement, les marcheurs apprécieront de se promener entre les chaos granitiques qui parsèment la forêt.

Pléneuf-Val-André

Une plage blonde de plus de deux kilomètres de longueur, un ancien port de terre-neuvas reconverti dans la plaisance, un alignement de demeures balnéaires de caractère : Pléneuf-Val-André est l'archétype de la station de villégiature du nord de la Bretagne. Après avoir connu son heure de gloire au XIXe siècle, lorsque le gratin des lettres, des sciences et de la politique y avait ses habitudes, la ville attire de nos jours un public familial séduit par ses plages et sa digue piétonne où il fait bon flâner.

Binic

Paisible station balnéaire de la côte du Goëlo, Binic fait revivre chaque mois de mai avec son festival Morue en fête l'une des plus grandes aventures que la Bretagne ait connues : celle des terre-neuvas et de la pêche à la morue. Au milieu du XIXe siècle, Binig était en effet le premier port français pour ce que l'on appelait alors la « grande pêche ». Chaque année, les marins se pressaient sur ses quais pour embarquer pour de longs mois vers les bancs de Terre-Neuve et d'Islande. La plaisance a depuis remplacé la pêche, mais la ville garde précieusement cette mémoire.

Chapelle de Kermaria an Iskuit

Non loin de Plouha, cette chapelle du XIIIe siècle, dont le nom signifie « la maison de Marie qui rend la santé », est un exemple des splendeurs d'art religieux que renferme la Bretagne. Outre ses statues figurant les apôtres (photo), elle est célèbre pour ses fresques du XVe siècle représentant une danse macabre et mettant en scène le pape, l'empereur, le roi, mais aussi un écuyer, un astrologue ou encore un laboureur donnant la main à un squelette. Il n'existe en France que six autres exemples de ce symbolisme pictural très particulier.

Sillon de Talbert

Au nord de Lézardrieux, cette langue de sable et de galets large de quelques mètres, qui s'avance dans la mer sur 3 km, s'est formée grâce à l'action des marées et des courants issus de deux cours d'eau. Le sillon de Talbert, curiosité fragile, qui offre un habitat rare à plusieurs espèces d'oiseaux migrateurs, est classé réserve naturelle régionale depuis 2006.

Brignogan-Plages

Les congés payés, dans les années 1930, ont fait les grandes heures de cette station balnéaire au charme maintenant un peu désuet. Ourlée de dunes, la baie de Brignogan attire les amateurs d'activités nautiques tandis que le menhir de Men-Marz fait le bonheur des passionnés de mégalithes. Quant au phare de Pontusval, dressé sur une pointe face à un spectaculaire paysage d'écueils, il ponctue ce paysage infiniment breton tout en servant de lien entre les feux de l'île Vierge et ceux de l'île de Batz.

Calvaire de Plougastel

Certains connaissent la presqu'île de Plougastel grâce à ses fraises. Pour d'autres, elle est indissociable de son étonnant calvaire. Édifié suite à une épidémie de peste qui emporta le tiers de la population de la presqu'île en 1598, cet « évangile de pierre » compte pas moins de 181 personnages aux attitudes saisissantes. Il est l'un des nombreux témoignages de la surenchère à laquelle se livrèrent les cités du Finistère aux XVIe et XVIIe siècles pour se parer des plus beaux calvaires ou enclos paroissiaux.

Roc'h Trévezel (monts d'Arrée)

Avec un (très !) modeste 384 m, Roc'h Trévezel parvient à s'élever au rang de troisième point culminant des monts d'Arrée, derrière le Ménez Kador et le Roc'h Ruz voisin, élevé d'à peine plus d'un mètre au-dessus des flots et plus haut point de Bretagne. Quinze minutes de marche dans la bruyère mènent à ce sommet venteux qui offre un splendide panorama s'étendant, par temps clair, de la rade de Brest à la baie de Morlaix.

Côte d'Émeraude

Entre Ille-et-Vilaine et Côtes-d'Armor, cette portion de côte qui s'étale entre Cancale et le cap Fréhel doit son nom à la couleur de ses eaux. Autant dire qu'elle est synonyme de plaisirs balnéaires pour les nombreux vacanciers qui choisissent chaque année d'y passer quelques semaines. Cancale, la pointe du Grouin, Saint-Malo, Dinard et Saint-Briac comptent parmi ses sites les plus réputés.

Dinan

Un petit port surplombant l'estuaire de la Rance, des demeures médiévales qui confèrent une ambiance particulière au centre-ville, une histoire commerciale et religieuse dont la trace remonte jusqu'à l'an Mil… Dinan est un concentré des charmes des villes bretonnes. La basilique Saint-Sauveur, le château érigé entre les XIIIe et XVIe siècles et les remparts les plus longs de Bretagne sont les atouts maîtres de cette ville qui se découvre au fil d'une agréable balade. La contrepartie, on s'en doute, est une évidente surfréquentation en haute saison…

Île Louët

C'est l'une de ces images de carte postale dont la Bretagne a le secret. Posé dans la baie de Morlaix près du château du Taureau, ce minuscule îlot ponctué d'un phare semble avoir été créé pour la joie des photographes. Les amateurs d'hôtels insolites y trouveront également leur compte : il est en effet possible d'y séjourner dans l'ancienne maison de gardien du phare.

Château de la Roche-Jagu (Ploëzal)

Entre Pontrieux et Lézardrieux, cette forteresse du XVe siècle dont la haute stature de granit domine l'estuaire du Trieux est l'un des derniers vestiges encore debout de la chaîne de défense qui s'étendait naguère entre Pontrieux et Bréhat. À visiter en fin de journée, lorsque le soleil déclinant irradie le granit rose de ses façades. Le parc est classé « jardin remarquable » depuis 2005.

Artichauts de Bretagne

Rappelant que la Bretagne fut un pays d'agriculteurs avant d'être une terre de marins, la région du Léon reste plus marquée par les empreintes des tracteurs que par les sillages des chalutiers. L'artichaut est ici roi. La région est la première productrice française de ce légume qui aurait été introduit dans l'Hexagone par Catherine de Médicis.

Allée couverte de Mougau-Bihan (Commana)

Isolé au pied des monts d'Arrée, le village de Commana est notamment connu pour la proximité du site mégalithique de Mougau-Bihan. Cette allée couverte vieille de 4 000 ans, composée de plaques de granit et longue de 14 m, a vraisemblablement servi de lieu de sépulture collective. On remarquera notamment les gravures qui ornent certains piliers, représentant des poignards et des fers de lances, mais aussi la déesse-mère, figurée sous la forme de deux paires de seins.

Rennes

Implantée au confluent de l'Ille et de la Vilaine depuis le Ier siècle, Roazhon – son nom breton – n'est est pas moins une ville qui vit avec son temps. Étudiante et active, la capitale administrative et historique de la Bretagne séduit par son dynamisme, sa bonne humeur et sa joyeuse vie nocturne. On appréciera tout autant son patrimoine, des façades à colombages du vieux Rennes au palais du parlement de Bretagne, et des jardins du Thabor au quartier des Halles centrales. Sans oublier le vibrant marché de la place des Lices, lieu de rendez-vous incontournable du samedi matin.

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Paramètres des cookies