Lisbonne : Si vous aimez

Que vous aimiez la mode, la fête, la grande cuisine, le design ou la botanique, Lisbonne ne vous décevra pas. Ici, vous écouterez du vrai fado, plongerez dans l'ambiance gay du Príncipe Real, admirerez des Rembrandt, des édifices manuélins et de splendides azulejos. Sexy et nostalgique, cultivée et branchée, Lisboa possède de multiples facettes.

Shopping

Le shopping lisboète répond à toutes les envies : vêtements vintage et glamour dans le Bairro Alto, grands couturiers dans l'Avenida da Liberdade, fripes rétro dans le Baixa et le Rossio, boutiques élégantes au Rato et à Saldanha. Chaque quartier possède une ambiance et un style différent.
Temple des jeunes créateurs et du vintage chic, le Bairro Alto regroupe les boutiques les plus tendance de Lisbonne. Happy Days ressuscite les années 1950 avec ses robes de bal, El Dorado regorge de fringues psychédéliques des années 1960, tandis qu'Agência 117 vous relooke avec ses robes éclatantes et ses coupes de cheveux glamour. Si les pantalons à pattes d'éléphants ne sont pas votre genre, optez pour les créations modernes de Lena Aires et de Fátima Lopes ou les Adidas de collection de Sneakers Delight. Les nouveaux designers présentent leur travail à Fabrico Infinito, des lustres recyclés aux sacs La.Ga, de Jorge Moita.
Dans le quartier huppé du Chiado, les grands noms de la mode et les couturiers portugais sont installés dans de beaux bâtiments restaurés des XVIIIe et XIXe siècles vers la Rua do Carmo (carte). Découvrez les lignes audacieuses et féminines d'Ana Salazar, les gants fabriqués main de Luvaria Ulisses et les vêtements enchanteurs de Story Tailors. Pour des souvenirs insolites, voyez The Wrong Shop.
La Baixa, le Rossio et l'Alfama offrent un retour dans le temps avec leurs boutiques d'époque et leur service à l'ancienne : merceries dans la Rua da Conceição, conserves de sardines à la Conserveira de Lisboa, chapeaux à Azevedo Rua. Les gourmets achètent du fromage et de la pata negra (jambon sec) à Silva & Feijó, ainsi que des vins et portos à Napoleão. Dans la Rua Augusta, les boutiques de souvenirs kitsch vendent des coqs ou des tramways miniatures.
Les élégantes s'habillent dans les boutiques chichiteuses de l'Avenida da Liberdade ou hantent le grand magasin espagnol El Corte Inglés, un peu plus au nord.
Les magasins ouvrent généralement de 9h30 à 19h du lundi au vendredi et jusqu'à midi le samedi. Dans le Bairro Alto, ils sont ouverts de 14h à 22h ou minuit. Le dimanche, tout est fermé. Après Noël et en juillet/août, les soldes permettent de faire jusqu'à 70% d'économies.

Les meilleures boutiques vintage

  • Agência 117
  • A Outra Face da Lua
  • El Dorado
  • Feira da Ladra
  • Happy Days

Les meilleurs magasins spécialisés

  • A Carioca
  • Azevedo Rua
  • Conserveira de Lisboa
  • Luvaria Ulisses
  • Napoleão

Les meilleures boutiques design

  • Articula
  • Fabrico Infinito
  • Loja CCB
  • Margarida Pimentel
  • Yron

Les meilleures boutiques de mode

  • Ana Salazar
  • Fátima Lopes
  • Story Tailors
  • The Loser Project
  • Zed's Dad

Cuisine

Autrefois, le poulet au piri-piri était omniprésent à Lisbonne. Aujourd'hui, grâce à ses chefs inventifs et à ses produits de qualité, la capitale explore d'autres territoires gastronomiques. Les sardines grillées de l'Alfama et les pastéis de nata servis dans les vieux cafés sont toujours un délice, mais allez découvrir les nouvelles tentations qu'offrent les restaurants branchés et les bars à sushis.
Pour dîner en plein air, cap sur le Bairro Alto, l'Alfama et la Baixa. Demandez le menu do dia pour choisir un plat du jour à petit prix. Les tables portugaises de qualité comprennent la Cervejaria Trindade pour ses bières mousseuses et son ragoût d'écrevisses, O Barrigas pour sa cuisine légère d'inspiration méditerranéenne, et le Pap'Açorda pour son plat homonyme, l’açorda (soupe de pain et de coquillages ;).
Le Bairro Alto, le Chiado et les Doca de Alcântara permettent de manger de la cuisine du monde entier. Le Tamarind excite les papilles avec ses épices indiennes, et le Nood avec ses spécialités japonaises. Le Café Buenos Aires sert des steaks argentins et le Viagem de Sabores de l'agneau marocain. Sur les quais, l'Estado Líquido, attire les branchés qui grignotent des sushis et écoutent de la house en se faisant masser.
Une nouvelle génération de chefs renouvelle la gastronomie portugaise en jouant avec les textures et les saveurs. Voyez par exemple l'Olivier Avenida, le Panorama Restaurant, en haut du Sheraton, et l'Eleven, étoilé au Michelin. Le Bica do Sapato, restaurant de John Malkovich, se distingue par son cadre futuriste et sa cuisine inventive.

La meilleure cuisine ethnique

  • Café Buenos Aires
  • Luca
  • Nood
  • Tamarind
  • Viagem de Sabores

La meilleure cuisine portugaise

  • Cervejaria Trinidade
  • O Barrigas
  • O Faz Figura
  • Pap'Açorda
  • Tavares Rico

Fado

Demandez à 10 Lisboètes de vous expliquer le fado et vous aurez 10 versions différentes. Comme nous l'a dit l'un d'eux : « Le fado est inexplicable, c'est tout, c'est la vie à travers le cri d'une voix qui est souvent heureuse aussi. » Issu des chants maures et des balades des marins du XVIe siècle souffrant du mal du pays, le fado peut être sombre et puissant comme un espresso ou léger et sucré comme un café au lait. Imprégné de saudade (nostalgie), il parle d'amour, de destin, de corrida et de remords.
Cet art musical plonge ses racines dans le dédale d'allées du quartier ouvrier de l'Alfama. La grande Amália Rodrigues (1920–1999) l'a rendu célèbre grâce à ses trilles déchirants, son âme et sa poésie. Revivez cette époque en écoutant des enregistrements grésillants au Museu do Fado et à la Casa de Amália Rodrigues.
Aujourd'hui, la nouvelle génération de fadistas redéfinit et élargit le genre, lui conservant son essence tout en ajoutant un zeste de blues, de son cubain ou de tango argentin. Parmi les grands noms figurent Cristina Branco, Joana Amendoeira, Ana Moura et Mariza, nominée aux Grammy latinos. Pour étoffer votre collection, voyez la Discoteca Amália.
La nuit, l'Alfama résonne des accords tristes du fado. Les fadistas professionnels se produisent au Clube de Fado et à Parreirinha de Alfama, mais on peut aussi entendre des concerts de fado vadio (fado amateur), notamment à A Baîuca et Mesa de Frades : la qualité varie fortement, mais les spectacles sont toujours sincères et amusants.

Les meilleurs disques de fado

  • The Art of Amália (1998), Amália Rodrigues
  • Fado Em Mim (2002), Mariza
  • Á Flor da Pele (2006), Joana Amendoeira
  • Existir (1990), Madredeus
  • Cristina Branco (2001), Post-Scriptum

Les meilleurs clubs de fado

  • Clube de Fado
  • Parreirinha de Alfama
  • Porta d'Alfama
  • Mesa de Frades
  • A Baîuca

Architecture

Fortifications maures ou gratte-ciel en verre, l'architecture lisboète présente un extraordinaire mélange d'ancien et de nouveau. Victime du séisme de 1755, la ville a cependant échappé aux bombardements qui ont ravagé d'autres capitales européennes durant la Seconde Guerre mondiale.
Commencez le livre de l'histoire lisboète par l'époque romaine, dans les ruines deux fois millénaires du Museu do Teatro Romano. Ensuite, faites un saut de mille ans pour rejoindre le Castelo de São Jorge, fortifié par les Maures puis assiégé par les croisés en 1147, et l'Alfama aux allures de médina, dont le dédale d'allées étroites résista au séisme grâce à ses fondations ancrées dans la roche.
Dans le chapitre manuélin, Vasco de Gama découvrit l'Inde en 1498, assurant de nouvelles richesses utilisées par Manuel Ier pour financer la créativité de l'architecte Diogo de Boitaca. Le Mosteiro dos Jerónimos et la Torre de Belém foisonnent de motifs organiques, d'entrelacs en pierre, de colonnes en spirale et de voûtes nervurées.
Après le séisme de 1755, le marquis de Pombal redessina Lisbonne avec des lignes tirées au cordeau, des édifices résistants et une esthétique fonctionnelle. Sa vision transparaît dans les rues en damier de la Baixa et des places monumentales telles que la Praça da Figueira et la Praça do Comércio.
Et l'histoire n'est pas finie. Le Parque das Nações réhabilité abrite aujourd'hui des bâtiments avant-gardistes en verre et acier, comme la Gare do Oriente de Santiago Calatrava et l’ Oceanário de Peter Chermayeff, tandis qu'au bord du fleuve, les entrepôts se transforment en boîtes et restaurants futuristes, tels que le Lux et le Bica do Sapato.

Les plus beaux édifices classiques

  • Mosteiro dos Jerónimos
  • Castelo de São Jorge
  • Igreja de São Vincente da Fora
  • Cathédrale Sé
  • Aqueduto das Águas Livres

Les plus beaux bâtiments d'avant-garde

  • Gare do Oriente
  • Pavilhão Atlântico
  • Oceanário
  • Bica do Sapato
  • Centro Cultural de Belém

Musées

Si les musées lisboètes ont échappé au feu des projecteurs, c'est parce que la ville préfère rester discrète sur ses charmes. Pourtant, elle accumule depuis des décennies des chef-d'œuvres artistiques et culturels. Brillamment gérés, éclectiques et rarement bondés, ses musées renferment des toiles de Rembrandt ou des carrosses baroques dont même Paris et Londres seraient jaloux.
Le lieu phare est le Museu Calouste Gulbenkian, rempli de masques mortuaires égyptiens, de tableaux de Renoir et de bijoux de Lalique. À côté, le Centro de Arte Moderna expose les œuvres contemporaines de Paula Rego ou d'Anthony Gormley. L'incontournable et sublime Museu Nacional de Arte Antiga renferme une riche collection allant de gravures originales de Dürer à de précieux calices. À Belém, le Museu Colecção Berardo permet d'admirer gratuitement des Warhol et des Lichtenstein, tandis que le Museu do Chiado présente des sculptures de Rodin et des expositions avant-gardistes.
Parmi les musées spécifiques à Lisbonne figurent le Museu Nacional dos Coches, avec ses carrosses dignes de Cendrillon, le Museu de Marinha, dont les bateaux et les boulets de canon rappellent l'âge des Grandes Découvertes, et le Museu do Oriente qui ouvre une fascinante fenêtre sur l'Asie. Le MUDE, ou Museu do Design, ouvrira dans la Baixa fin 2009.

Les meilleurs musées culturels

  • Museu do Oriente
  • Museu Nacional do Azulejo
  • Museu de Artes Decorativas
  • Museu Nacional dos Coches
  • Museu de Marinha

Les meilleurs musées d'art

  • Museu Colecção Berardo
  • Museu Nacional de Arte Antiga
  • Museu Calouste Gulbenkian
  • Centro de Arte Moderna
  • Museu do Chiado

Vie nocturne

Avec sa vie nocturne débridée, son horizon urbain digne de San Francisco et ses discothèques rivalisant avec celles de Berlin, Lisbonne est un must sur le circuit européen de la fête. Dans le Bairro Alto, la tournée des bars démarre après minuit, tandis que sur les docks, les entrepôts se sont transformés en boîtes de nuit. Allez écumer les lieux gays de Príncipe Real, écouter du fado dans l'Alfama, et assister à des concerts survoltés à Cais do Sodré.
Dans le Bairro Alto, animé et sensuel, on danse sur du R'n'B, et tout le monde se retrouve dans la rue pour discuter autour d'un verre de Sagres ou une caipirinha à Portas Largas, véritable institution du quartier. Plus bas, Santa Catarina compte des bars plus avant-gardistes, comme Bicaense, tandis que la Music Box accueille les DJ et les groupes de demain.
Vers 3h, les fêtards commencent à rejoindre les quais. Si vous ne « faites » qu'une discothèque, choisissez le Lux, la boîte de John Malkovich où de célèbres DJ balancent de la house et de la musique électronique jusqu'à l'aube. Sur les Doca de Alcântara, on se presse au Kapital pour écouter du garage ou au Kremlin pour entendre de la house. Soignez votre tenue et joignez-vous à un groupe pour franchir le service d'ordre.
Vous préférez les ambiances plus calmes ? Essayez les cocktails de l'élégant Cinco Lounge, les portos millésimés du Solar do Vinho do Porto ou le décor kitschissime du Pavilhão Chinês. Pour admirer Lisbonne la nuit, choisissez la terrasse du Noobai Café.

Les meilleurs bars

  • Noobai Café
  • Bicaense
  • Cinco Lounge
  • Pavilhão Chinês
  • Portas Largas

Les meilleures discothèques

  • Music Box
  • Frágil
  • Kapital
  • Kremlin
  • Lux

Azulejos

Imprégnant la vie quotidienne de leurs couleurs, les azulejos, dont le nom vient de l'arabe az-zulayj (« pierre polie »), sont partout, dans les stations de métro, les cloîtres, les bars à bière ou les auberges de jeunesse. Les premiers furent importés de Séville par Manuel Ier au XVe siècle.
Le Museu Nacional do Azulejo présente cet art dans l'ordre chronologique, depuis les dessins géométriques jusqu'aux scènes rococo de la Renaissance. On peut voir des azulejos de style islamique au Palácio Nacional de Sintra, des majoliques en pointe de diamant dans l'Igreja de São Roque et de superbes carreaux bleu et blanc dans l'Igreja de Jesús, à Setúbal. Dans l'Igreja de São Vicente da Fora, de magnifiques panneaux du XVIIIe siècle dépeignent les Fables de La Fontaine.
Promenez-vous en ville en guettant les façades bleu électrique du Bairro Alto, les sobres créations de l'époque de Pombal dans la Baixa et le merveilleux trompe-l'œil de la Casa do Ferreira das Tabuletas, dans le Chiado. Buvez une bière sous les azulejos de la Cervejaria Trindade, puis allez acheter quelques carreaux décoratifs à la Fábrica Sant'Anna, ouverte depuis 1741.
Le métro est décoré d’azulejos contemporains créés par des artistes comme Maria Keil ou Friedensreich Hundertwasser : créatures animalières à Jardim Zoológico, fruits juteux à Laranjeiras (« Les Orangers »), lapin blanc d’Alice au pays des merveilles à Cais do Sodré, carreaux sur le thème de l'âge des Grandes Découvertes à Parque, hiboux et philosophes à Cidade Universitária, et taureaux en train de charger à Campo Pequeno. Les plus beaux azulejos se trouvent à la Gare do Oriente.

Les azulejos les plus intemporels

  • Museu Nacional do Azulejo
  • Palácio Nacional de Sintra
  • Igreja de São Vicente da Fora
  • Igreja de São Roque
  • Fábrica Sant'Anna

Les plus beaux azulejos du métro

  • Gare do Oriente
  • Campo Grande
  • Cais do Sodré
  • Cidade Universitária
  • Campo Pequeno

Football

Les Lisboètes adorent le futebol, ce qui n'est guère surprenant vu la force de leurs deux grandes équipes rivales : le SL Benfica, baptisé Os Águias (les Aigles) et le Sporting Clube de Portugal, alias Os Leões (les Lions).
Le football portugais se distingue particulièrement sur le plan international. Classé quatrième lors de la Coupe du monde 2006 et arrivé en quart de finale de l'Euro 2008, le Portugal brille par ses performances. Parmi ses meilleurs joueurs figurent Nuno Gomes, du Benfica, Deco, de Chelsea, mais surtout Cristiano Ronaldo : éblouissant de vitesse, d'agilité et d'astuce, Abelhina (la petite abeille), comme on le surnommait au Sporting, est parti bourdonner à Manchester United en 2003.
Les stades de Lisbonne ont bénéficié d'une rénovation de plusieurs millions d'euros pour l'Euro 2004 et l'ambiance lors des matchs est sensationnelle. Le SL Benfica joue à l'Estádio da Luz, où un aigle survole le stade avant de se poser sur l'emblème de l'équipe avant chaque match. Pas moins impressionnant, l'ultramoderne Estádio José Alvalade accueille le Sporting Clube de Portugal. Il vaut la peine d'aller voir Os Belenenses à l'Estádio do Restelo, à Belém, ne serait-ce que pour la vue sur le fleuve depuis la tribune ouest.
La saison va de septembre à mi-juin et la plupart des matchs se déroulent le dimanche. Les billets (20–55 €) s'achètent au stade le jour même. Pour connaître le programme et les scores, voyez le www.afutebollisboa.org et le www.abola.pt (en portugais), ou, si vous parlez anglais, le www.portuguesesoccer.com et le www.portugoal.net.

Parcs et Jardins

Lisbonne est plus verte qu'on pourrait le penser, mais au lieu des parcs classiques, on trouve plutôt des oasis plantées de palmiers, des praças (places) où les fontaines gargouillent, de verdoyants miradouros (belvédères) et des jardins botaniques tropicaux. Partout, le passé colonial du Portugal revit dans les palmiers omniprésents, les banians et les fleurs pourpres des jacarandas.
Quand la température monte, allez arpenter le très britannique Parque Eduardo VII, avec ses haies bien taillées et sa vue sur l'horizon urbain, ou encore le Jardim da Estrela, ponctué de saules, de châtaigniers et de bassins. Au bord du fleuve, dans le Parque das Nações, le Jardim Garcia de Orta abrite des espèces comme le kapokier du Brésil ou le dragonnier des Canaries, tandis le Caminho da Água offre une promenade rafraîchissante. Les places réservent aussi des surprises, que ce soit la Praça do Príncipe Real et ses cèdres ou la luxuriante Praça da Alegria.
Si vous aimez la botanique, allez voir le Jardim do Ultramar, à Belém, avec ses bambous et ses palmiers, flânez parmi les fougères, les cactus et les grottes des estufas (serres ;), ou explorez le Jardim Botânico da Ajuda du XVIIIe siècle, ses parterres symétriques et ses serres regorgeant d'orchidées. Le petit bijou sylvestre qu'est Sintra offre de vastes forêts de pins parsemées de gros rochers.

Les meilleurs points de vue arborés

  • Miradouro de São Pedro de Alcântara
  • Miradouro de Santa Catarina
  • Miradouro de Santa Luzia
  • Parque Eduardo VII
  • Quinta da Regaleira

Les meilleures escapades botaniques

  • Jardim da Estrela
  • Jardim do Ultramar
  • Jardim Botânico da Ajuda
  • Estufas
  • Jardim Botânico

Corrida

Rien à Lisbonne ne suscite plus de controverse que la tauromaquia (tauromachie). En 2006, le Campo Pequeno, une arène néomauresque de 9 000 places, a rouvert après six ans, provoquant la joie des uns et la colère des autres. Les jeudis soirs, de Pâques à octobre, la place fourmille de spectateurs excités et de manifestants vociférants. Mais qu'on l'aime ou qu'on la déteste, la tauromachie reste pour l'instant incontournable.
La tourada (corrida) comprend trois parties. D'abord arrive le cavaleiro (cavalier), vêtu d'atours du XVIIIe siècle et d'un tricorne à plumes, qui parade sur un étalon lusitanien sous les applaudissements, au son d'une fanfare tonitruante. Soudain, on entend un bruit métallique, et le touro (taureau) surgit. Avec la grâce d'une ballerine et la force d'un jockey, le cavaleiro virevolte à quelques centimètres de lui en le piquant avec des bandarilhas (banderilles), tandis que retentissent des hourras et que la fanfare se déchaîne. Entrent ensuite les bandarilheiros (hommes à pied) qui provoquent l'animal avec une cape. Enfin, c'est le tour des forcados, huit casse-cou qui l'attrapent par les cornes lors de la pega (prise) et le sortent de l'arène alors que le public fait pleuvoir sur le cavaleiro des bouquets de fleurs.
Qu'on soit pour ou contre, la corrida est une institution nationale et un spectacle encore très populaire. On la décrit souvent comme moins sanglante que dans d'autres pays, car une loi portugaise interdit la mise à mort du taureau devant le public (il est abattu plus tard, hors de vue des spectateurs). Cependant, pour beaucoup de défenseurs des animaux, elle est barbare, immorale, não é arte nem cultura (ni art ni culture), et elle suscite l'opposition d'associations telles que la SPA portugaise (www.lpda.pt) ou Animal (www.animal.org.pt) ; cette dernière organise d'ailleurs des manifestations hebdomadaires

Avec des enfants

Des trajets brinquebalants dans les trams jaunes aux pipocas (popcorn) couleur vive, Lisbonne a de quoi enflammer l'imagination des enfants. Ici, les bambins ne sont pas oubliés : demi-tarifs dans les sites, demi-portions (uma meia dose) dans les bistros et transports gratuits pour les moins de cinq ans. Beaucoup d'hôtels logent les tout-petits dans votre chambre sans supplément. Si les pavés sont peu praticables avec une poussette, les funiculaires permettent de se déplacer facilement.
Le Parque das Nações figure en tête de liste des sorties : après un tour à l'Oceanário pour voir les requins, emmenez vos physiciens en herbe lancer des fusées et marcher sur la Lune au Pavilhão do Conhecimento, puis se rafraîchir dans les jeux d'eau du Jardins d'Água. À l'ouest, le Museu de Marinha, à Belém, donne l'occasion de découvrir toutes sortes de bateaux.
Dans le centre-ville, le Castelo de São Jorge reste une valeur sûre, de même que le Museu da Marioneta. Même les adolescents blasés retrouveront leur enthousiasme en faisant les boutiques du Bairro Alto, comme Sneakers Delight et Agência 117.
Trop chaud à Lisbonne ? Allez faire une croisière d'observation des dauphins à Setúbal, profiter de la plage à Cascais ou découvrir des jardins et des palais de conte de fées à Sintra.

Les meilleures distractions

  • Oceanário
  • Pavilhão do Conhecimento
  • Museu da Marioneta
  • Museu de Marinha
  • Observation des dauphins à Setúbal

Les meilleurs sites en plein air

  • Jardins d'Água
  • Parque Eduardo VII
  • Jardim da Estrela
  • Praça do Príncipe Real
  • Jardim do Ultramar

Communauté gay

Sa tolérance accrue a doté Lisbonne d'une scène gay florissante. En 2004, le Portugal a été l'un des premiers pays d'Europe à interdire la discrimination contre les gays, et les couples homosexuels possèdent aujourd'hui les mêmes droits que les hétéros.
Le principal quartier gay est centré sur la Praça do Príncipe Real (carte), avec des bars tranquilles comme le Bar Água No Bico et le Bar 106, et des lieux de drague comme le Trumps ou le Memorial, une institution lesbienne. La place elle-même est propice aux rencontres.
Le Chiado et le Bairro Alto renferment aussi des bars, restaurants et boutiques accueillant tant les homosexuels que les hétéros. Prenez un café à Mar Adentro ou dînez à Pap'Açorda. Le soir, gays et hétéros boivent des caipirinhas à Portas Largas et écoutent de la house au Frágil, avant de se rendre sur les quais pour danser au Kremlin ou au Lux. Le Bairro Alto compte un hôtel gay, l'Anjo Azul.
Vous pouvez faire coïncider votre séjour avec la Lisbon Pride en juin ou le Festival de Cinema Gay e Lésbico en septembre. Pour en savoir plus sur les sorties, consultez le www.portugalgay.pt, le www.ilga-portugal.pt ou le http://timeout.sapo.pt (en portugais).

Les meilleures discothèques

  • Frágil
  • Lux
  • Trumps
  • Kremlin
  • Kapital

Les meilleurs bars

  • Bar Água No Bico
  • Bric-a-Bar
  • Bar 106
  • Portas Largas
Mis à jour le : 1 août 2014
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Portugal