Crète : Environnement

Nature, géographie et écologie de la Crète

Géographie

Avec une superficie de 8 336 km2, la Crète est la plus grande île de l’archipel grec. Longue de 250 km, elle mesure environ 60 km à son point le plus large et 12 km à son point le plus étroit. Sa remarquable diversité géographique et écologique – chaînes de montagnes, gorges spectaculaires, vaste littoral, innombrables grottes – lui permet de regrouper une grande variété d’habitats naturels, notamment des marécages, sur une superficie relativement petite. Bordée au nord par la mer de Crète et au sud par la mer de Libye, elle est traversée d'ouest en est par trois massifs montagneux : les Lefka Ori (Montagnes blanches), le mont Psiloritis (ou Ida) et les monts Lassithi. De grandes plages de sable s'étendent sur tout le littoral et la côte orientale abrite la seule forêt de palmiers d'Europe. La plupart des zones urbaines de l'île sont situées sur la côte nord, au détriment de la côte sud, très escarpée.

Faune et flore

Avec son extraordinaire variété de plantes et de fleurs sauvages, la Crète est le paradis des amateurs de botanique. On compte 2 000 espèces de plantes, dont 160 sont spécifiques à l’île. Les gorges constituent des minijardins dont l’isolement contribue à préserver de nombreuses espèces endémiques. Pour profiter au mieux de cette richesse, venez en mars-avril. De nombreuses variétés d’orchidées (dont 14 espèces endémiques) et d’ophrys tapissent au printemps les pentes inférieures des montagnes, transformant collines et prairies en un tapis rose, pourpre et violet. La Crète est connue pour sa population de moutons et de chèvres, mais elle abrite aussi une faune endémique, notamment le rat épineux de Crète, ainsi que quantité de chauves-souris, d’insectes, d’escargots et d’invertébrés. L’animal le plus célèbre de Crète est l’agrimi ou kri-kri, une chèvre sauvage aux larges cornes. Seuls quelques spécimens survivent aujourd’hui dans les gorges de Samaria, sur l’île d’Agioi Theodori, au large de La Canée, et sur celle de Dia, au large d’Héraklion.

Espèces en danger

L’animal le plus célèbre de Crète est l’agrimi, ou kri-kri, une chèvre sauvage aux grandes cornes représentée dans l’art minoen. Seuls quelques spécimens survivent aujourd’hui dans les gorges de Samaria, sur l’île d’Agioi Theodoroi, au large de La Canée, et celle de Dia, au large d’Héraklion.Vous verrez peut-être un gypaète barbu – l’un des rapaces les plus rares d’Europe, d’une envergure de près de 3 mètres – dans les gorges de Samaria ou sur le plateau du Lassithi. On a également observé quelques aigles royaux et aigles de Bonelli dans ces parages, mais aussi ailleurs, comme dans les environs de Kato Zakros. Plusieurs organisations oeuvrent efficacement à la réinsertion de rapaces comme le gypaète barbu et l’aigle, dont elles ont relâché quelques spécimens dans les zones isolées des Lefka Ori (montagnes Blanches) et d’autres massifs.La Crète s’efforce de protéger sa population de tortues caouannes, présentes sur l’île depuis le temps des dinosaures. Elle abrite une petite population de phoques moines, espèce rare menacée qui se reproduit dans les grottes de la côte sud.

Mis à jour le : 11 août 2020

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la Crète

Paramètres des cookies