Bavière : Les Incontournables

Munich

Difficile de dissocier Munich de la bière. D'innombrables brasseries et biergarten (jardins à bière) permettent d'en déguster les nombreuses variétés. Cependant, la capitale bavaroise, prospère, cosmopolite et bénéficiant d'un environnement naturel exceptionnel, opère un subtil mélange entre sophistication et art de vivre nonchalant.
Munich est une ville relativement peu étendue, mais qui regorge de centres d'intérêt de toute nature, des musées les plus beaux d'Europe aux jardins les plus agréables. C'est un vrai bonheur de musarder dans l'Altstadt (la vieille ville), sillonnée de larges avenues et de grandes places qui rappellent la grande époque de la monarchie bavaroise.
Munich mêle de façon pittoresque la sophistication d'une grande ville à la douce Gemütlichkeit du Sud. Plus concrètement, le visiteur aura le plaisir d'y trouver aussi bien de chaleureux beergartens et des pubs à la mode que des opéras de renommée mondiale, des concerts de musique classique ou du théâtre d'avant-garde. La ville abrite en outre un nombre incroyable de musées, parmi lesquels l'époustouflante nouvelle Pinacothèque, qui a ouvert ses portes en 2002.

Andechs

Ce monastère bénédictin perché en haut d'une colline fut reconstruit dans un style rococo en 1675, après avoir été détruit au cours de la guerre de Trente ans. C'est l'une des principales attractions touristiques de la région de Munich.
Le monastère accueille les pèlerins depuis des siècles mais, aujourd'hui, les dévots ont largement cédé la place aux gourmets, attirés par les superbes bières brassées par les moines depuis quelque 500 ans. L'endroit est extrêmement touristique et la salle du restaurant manque vraiment de charme mais les vues dont on jouit depuis la terrasse sont sensationnelles et la marche qui mène au sommet rend la Weissbier d'autant plus appréciable.
Que les moins courageux se rassurent : des bus permettent de parcourir sans se fatiguer les 3 km de montée qui séparent la gare de Herrsching du monastère.

Ratisbonne

Contemplez la ville depuis la rive nord du Danube : face à vos yeux se dresse une silhouette magnifique couronnée par les flèches en pointillés de la cathédrale Saint-Pierre, dansant au-dessus du méli-mélo harmonieux des toits de tuiles rouges et des robustes tours des maisons patriciennes.
Ratisbonne a pour principal atout touristique de n'avoir quasiment pas changé depuis le Moyen-Âge, époque à laquelle la ville était l'un des principaux centres commerciaux, politiques et culturels d'Europe.
Cela ne signifie pas pour autant que Ratisbonne soit figée dans le passé. Quatrième ville de Bavière par la taille, elle est le centre même du Haut-Palatinat (Oberpfalz) et les étudiants de sa prestigieuse université contribuent grandement à réchauffer l'atmosphère générale. Quant aux anciens édifices, ils renferment, à vrai dire, bien peu de musées. L'Altstadt (vieille ville) est étonnamment vivante et les hordes de touristes qui débarquent chaque année ne semblent pas entamer la sympathie et le naturel des habitants.
Ratisbonne mérite amplement qu'on lui consacre quelques jours de visite. En outre, elle constitue un excellent point d'ancrage pour partir à la découverte de la campagne environnante. Les amateurs de bière, enfin, ne manqueront pas de déguster les spécialités produites par les trois brasseries locales, la Bischofshofbrauerei, la Spitalbrauerei et Kneitinger.

Bamberg

Bamberg est la splendeur incarnée. Abritant un nombre incroyable de bâtiments historiques grandioses, elle cultive une diversité de styles qu'aucune construction moderne ne vient gâcher. Elle est inscrite à la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1983.
Évêché regorgeant d'églises, Bamberg fut construite sur sept collines, ce qui lui vaut parfois le titre de "Rome de la Franconie". Les canaux de son "Tibre", la Regnitz, lui donnent une allure décontractée et l'on se plaît à déambuler parmi ses splendides vestiges médiévaux et baroques.
Les plus beaux édifices sont la cathédrale et son célèbre Bamberger Reiter, l'Alte Hofhaltung (ancienne cour), toute proche de la cathédrale, et l'Altes Rathaus (ancien hôtel de ville), installé sur un minuscule îlot artificiel rattaché à la ville par deux ponts. Ne manquez pas non plus la Nouvelle Résidence, palais du XVIIIe siècle aux 40 pièces richement meublées et décorées de tapisseries. Enfin, le séjour serait incomplet sans une ascension du Michaelsberg et la visite du monastère bénédictin de St Michael, où sont exposées de superbes pièces d'art baroque. En outre, le jardin en terrasse jouit d'une vue magnifique sur la ville.
Bamberg est également une ville très jeune, où quelque 8 000 étudiants animent quotidiennement les rues, pubs et cafés de la ville. Célèbre à juste titre pour ses bières, la ville compte neuf brasseries dans ses murs auxquelles s'ajoutent 81 autres dans la région, brassant au total plus de 200 bières différentes. Spécialité notoire de la ville, la Rauchbier est une bière fumée qui développe des notes douces et un arrière-goût de bacon. Cela peut sembler peu engageant à la lecture mais le résultat est vraiment fabuleux, surtout lorsque la bière est dégustée dans l'un des merveilleux Biergarten installés sur les collines qui entourent la ville.

Rothenburg ob der Tauber

Joyau médiéval entouré de fortifications encore intactes, Rothenburg est un village pittoresque et le site le plus intéressant sur la "route romantique", au nord de la Bavière.
À l'intérieur du mur d'enceinte, l'entrelacs de ruelles pavées bordées de maisons bigarrées confère à Rothenburg un caractère désuet, comme s'il s'était figé dans un lointain passé. Malheureusement, le commerce et le tourisme sont de plus en plus présents et la ville tend à se transformer en parc d'attraction sur le thème du Moyen-Âge.
Pour jouir pleinement de la magie des lieux, il est préférable de s'y rendre un jour de semaine, en hiver ou au printemps, et, mieux encore, d'y passer une nuit. En effet, l'éclairage jaune ajoute encore au charme de Rothenburg qui, en général, ne s'illumine que longtemps après le départ des cars de touristes.
Avec le Rathaus gothique, la Jakobskirche ainsi que l'impressionnant ensemble du Markusturm (Tour de Markus) et de la Röderbogen (arche Röder), Rothenburg ne manque pas de monuments intéressants sur le plan architectural.
La ville abrite également des musées qui méritent une visite, en particulier le fascinant et très complet musée du crime médiéval (exposant des instruments de torture), le musée du jouet et le musée de Noël qui retrace l'évolution des coutumes allemandes autour de Noël.
Rothenburg est une destination très prisée pour les excursions d'une journée et les rues étroites sont rapidement engorgées (le nombre de visiteurs est estimé à près de 2,5 millions par an), surtout entre juin et octobre et pendant la période de Noël.

Le château de Neuschwanstein

Comme s'il s'agissait d'un mirage, Neuschwanstein, le château le plus connu au monde, se dessine au milieu des brumes de montagnes. La construction de cet édifice romantique, imaginé par Louis II de Bavière, a débuté en 1869 et n'a jamais été achevée.
Le monument en granit gris constituait un anachronisme au moment même où débuta la construction. Alors que Louis II de Bavière mourait, en 1886, les premiers gratte-ciels s'élevaient déjà à New York. En dépit des sommes englouties dans ce palais rêvé par le roi, il n'a pu y séjourner que 170 jours.
C'est la visite à Wartburg, un château médiéval au sommet d'une falaise dans la forêt de Thuringe, qui incita Louis II de Bavière à construire sa propre résidence excentrique au sommet d'une montagne. Il imagine alors un bâtiment qui constituerait une scène immense et lui permettrait de recréer le monde des légendes germaniques immortalisées dans les opéras de Richard Wagner, qu'il vénérait.
C'est un décorateur de théâtre et non un architecte qui élabora les premiers plans, ce qui explique le caractère romanesque du château. La principale curiosité est la luxueuse Sängersaal (salle des chanteurs) où les peintures murales représentent des scènes de l'opéra Tannhäuser. Bien que cette salle n'ait jamais servi du temps de Louis II, elle accueille maintenant des concerts tous les ans au mois de septembre.

Le château de Linderhof

Le château de Linderhof est le plus petit mais le plus merveilleux palais de Louis II de Bavière. Blotti au pied d'une chaîne de montagnes abrupte qui encercle la vallée isolée de Graswang, Linderhof est un monument intime, de style rococo. Ce fut le seul édifice commandé par Louis II à être achevé avant sa mort.
Linderhof était le lieu de villégiature de Louis II de Bavière. Il y passait beaucoup de temps et n'y recevait pratiquement aucun visiteur. Entouré de jardins à la française agrémentés de fontaines fantaisistes, de bassins et de bâtiments extravagants, le château est parsemé de superbes trésors qui donnent au visiteur une bonne idée des goûts du roi.
À l'instar du château de Herrenchiemsee, cet édifice s'est inspiré de Versailles et rend hommage à Louis XIV. L'entrée, dont la peinture au plafond représente un soleil éclatant et deux chérubins qui portent vers le ciel la devise des Bourbon, abrite une statue en bronze du Roi Soleil sur son cheval.
Si le palais est ouvert toute l'année, les curiosités extérieures ne sont accessibles que du mois d'avril à la mi-octobre. En effet, l'été, les voyageurs ont la possibilité de voir fonctionner les fontaines et de visiter certaines des magnifiques dépendances dispersées dans les jardins. Ne manquez pas le "kiosque mauresque" que Louis II se procura en 1876 à l'Exposition universelle de Paris. Il abrite un chef-d'œuvre, un trône somptueux, divan recouvert de soie et entouré de trois paons superbement colorés en fer forgé émaillé. Tout aussi impressionnante, la "grotte de Vénus", grotte artificielle avec des stalactites, servit de scène pour une représentation du Tannhäuser de Wagner.

Le château de Hohenschwangau

C'est dans ce château d'un jaune étincelant, situé dans le village de Schwangau, que Louis II de Bavière passa son enfance. Érigé au XIIe siècle, le château tel qu'il est aujourd'hui date des années 1830, période pendant laquelle Maximilien II, père de Louis II, fit construire sur les anciennes ruines un édifice de style néogothique.
Certaines pièces du château de Hohenschwangau surprennent tout autant que celles de Neuschwanstein. Ainsi, après le décès de son père, Louis II fit peindre des étoiles sur le plafond de sa chambre. On les faisait briller à l'aide de lampes à huile dissimulées dans la pièce pendant que son altesse dormait paisiblement.
C'est également à Hohenschwangau que Louis II rencontra pour la première fois Wagner : le compositeur divertissait le souverain en lui jouant les derniers morceaux de sa création sur un piano qu'il est possible d'admirer dans la Hohenstaufensaal. Certaines autres pièces abritent des peintures représentant la mythologie germanique (Lohengrin, le Chevalier au cygne).

Königssee

Entouré de parois montagneuses escarpées et couvertes de conifères, le magnifique Königssee (Lac du Roi) ressemble à s'y méprendre à un fjord égaré. Créé par les mouvements tectoniques, ce lac offre une eau limpide aussi bonne qu'une eau de source.
Les deux meilleurs moyens de découvrir la région sont les excursions en bateau électrique et les randonnées. Traversez directement le village touristique et bruyant qui s'étend du parking jusqu'au bord du lac avant de commencer une charmante promenade de 3,5 km (aller-retour) qui mène sans difficulté au Malerwinkel (Coin du peintre), un point d'observation retiré, célèbre pour la vue pittoresque qu'il offre du lac.
À partir de Malerwinkel, vous pouvez apercevoir St Bartholomä, chapelle romantique au dôme en forme de bulbe construite au bord d'une péninsule qui s'avance dans le lac. Cette chapelle a été édifiée en 1134 mais les ornements baroques qui l'agrémentent datent du XVIIe siècle.
Si vous choisissez l'excursion en bateau, vous pourrez contempler une falaise d'où plus de 70 pèlerins se noyèrent en 1688, une statue de St Nepomuk, ainsi qu'une cascade. L'attraction la plus attendue est le célèbre écho du Königssee. Une fois le bateau arrêté et le silence installé, le capitaine fait sonner sa sirène pour que les voyageurs puissent entendre l'écho se répercuter par sept fois sur les falaises de Watzmann et les pics environnants.
Dans la vallée, à une heure de marche environ du bassin de St Bartholomä, se trouve la Eiskapelle (chapelle de glace). Lorsque la neige s'accumule entre les rochers, un dôme de plus de 200 m émerge. En été, lorsque la neige fond, l'eau creuse des tunnels et crée une grande brèche dans la glace.

Chiemsee

Niché aux pieds des Alpes de Chiemgau, ce superbe lac est surnommé "la mer de Bavière" et tient une place toute particulière dans le cœur des Munichois. C'est d'ailleurs sur l'une des îles du lac que le roi Louis II de Bavière fit construire le Herrenchiemsee, réplique allemande de Versailles.
La Herreninsel (l'île des hommes), au milieu du Chiemsee, héberge le magnifique palais né de l'imagination fantasque de Louis II : le château de Herrenchiemsee. Ce château est le principal centre d'intérêt de l'île mais, pour profiter de la beauté naturelle du lac et des nombreuses possibilités de pratiquer des sports nautiques, un séjour d'une ou deux nuit s'impose.
La construction du château de Herrenchiemsee débuta en 1878, sur le site d'un monastère augustinien. L'objectif de Louis II de Bavière n'était pas d'en faire un lieu de résidence mais d'ériger un hommage à la Monarchie absolue, telle qu'elle était symbolisée par Louis XIV, le "roi Soleil" qu'il admirait. Ainsi, par la grandeur de ses pièces et la richesse de ses décorations, le palais est à la fois une copie et une version améliorée de Versailles.
La plupart des touristes viennent principalement sur la Herreninsel pour visiter la fantastique création de Louis II de Bavière mais la beauté naturelle du lac et les nombreuses possibilités de pratiquer des sports nautiques justifient un séjour d'une ou deux nuits.
Vous pourrez vous rendre sur la Herreninsel en prenant un ferry à Prien-Stock. Une fois sur l'île, il vous suffira de traverser le magnifique parc pour arriver au palais.
Fondé à la fin du VIIIe siècle, le couvent de Frauenwörth, l'un des plus vieux couvents de Bavière, se trouve sur la Fraueninsel (l'île des femmes), autre île du Chiemsee. Suite à la sécularisation, il fut fermé en 1803 puis reconstruit par Louis Ier en 1837. Des religieuses y vivent encore aujourd'hui. Datant du Xe siècle, l'église et son campanile au dôme en forme de bulbe méritent d'être visités. Face à l'église se trouve la Torhalle d'époque carolingienne construite en 860. Elle présente des objets d'art et des sculptures de l'époque médiévale, ainsi que des expositions temporaires d'art régional du XVIIIe au XXe siècles.

Nuremberg

Nuremberg (Nürnberg), seconde ville de Bavière par la taille, attire de nombreux voyageurs séduits par la splendide vieille ville (Altstadt) médiévale restaurée, le superbe château, les musées exceptionnels et le marché de Noël désormais célèbre dans le monde entier.
Les passionnés d'architecture trouveront de quoi satisfaire leur intérêt à Nuremberg. Toutefois, si vous ne souhaitez pas passer votre temps à étudier sculptures et statues, la vieille ville, par son raffinement, est l'endroit rêvé pour flâner sur les marchés ou goûter aux succulentes spécialités locales.
L'un des plus grands atouts de Nuremberg est sa cuisine. Vous ne pourrez résister aux Nürnberger Bratwürste (saucisses) ni aux Lebkuchen, petits pains d'épices préparés traditionnellement pour Noël mais que l'on peut trouver tout au long de l'année.
Le Hauptmarkt, marché principal, à l'activité incessante, accueille les marchés quotidiens et abrite également le célèbre Christkindlesmarkt. À l'extrémité est de la place du marché, se dresse la Pfarrkirche Unsere Liebe Frau, appelée aussi plus simplement Frauenkirche, église gothique très décorée. Édifiée par Peter Parler, qui a également construit la cathédrale de Prague, c'est la plus vieille église gothique de Bavière, bâtie sur les fondations de la première synagogue de Nuremberg. Près de l'office du tourisme, la Schöner Brunnen, réplique de 19 m de la fontaine originale du XIVe siècle, se dresse sur la place telle une flèche gothique.
Au nord du marché principal se trouvent la Rathausplatz, et le Altes Rathaus, incroyable construction avec, à l'intérieur, de magnifiques décorations Renaissance et des cachots souterrains. En face, se tient l'église Saint-Sébald (St Sebalduskirche), la plus vielle église de Nuremberg (XIIIe siècle) dont l'extérieur foisonne de sculptures et symboles religieux.
La maison d'Albrecht Dürer est un autre centre d'intérêt de la ville. Le célèbre peintre et graveur allemand de la Renaissance y vécut et y travailla de 1509 à sa mort, en 1528.
La Tiergärtnerplatz est une place entourée de superbes maisons à colombages, mise en valeur par la Tiergärtnertor, tour carrée médiévale datant du XVIe siècle. Elle mène à l'imposante Kaiserburg (château impérial), où les visiteurs peuvent admirer les appartements royaux, la salle impériale et la salle des chevaliers, ainsi que la chapelle double romane.

Mis à jour le : 12 novembre 2014

Articles récents