Égypte

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Égypte
  4. Comment circuler

Égypte : Comment circuler

Se déplacer en Égypte

Il est très facile de se déplacer en Égypte, même si le confort n'est pas toujours au rendez-vous. 

prendre l'Avion en égypte

Compagnies aériennes

EgyptAir est la principale compagnie pour les vols intérieurs. Les avions, si vétustes qu'ils puissent paraître, offrent une alternative pratique aux longs trajets en train ou en bus. Il faut dire aussi qu'ils sont étonnamment bon marché. Les tarifs varient énormément selon la saison et la disponibilité, mais vous trouverez parfois des allers pour la modique somme de 35 $US. En haute saison (octobre-avril), les prix peuvent s'enflammer et il est plus prudent de réserver longtemps à l'avance en raison de la forte demande.

prendre le bateau en égypte

Aucun séjour en Égypte n'est complet sans une croisière sur le Nil. Les Égyptiens sillonnent ses eaux troubles depuis des générations, et les voyageurs ont le choix entre une promenade en felouque ou un circuit en dahabiyya, en bateau de plaisance ou en paquebot. Les voyageurs se rendant dans le Sinaï peuvent éviter des heures d'embouteillages et d'arrêts stressants aux postes de police en prenant une navette de Hourghada à Charm el-Cheikh. S'il est possible de souffrir du mal de mer sur ce trajet, la traversée est sûre et assez bon marché.

prendre le bus en égypte

Les bus desservent pratiquement tous les villages, bourgades et villes d'Égypte. Le prix du billet se rapproche généralement de celui du train en 2e classe. Les bus interurbains, en particulier en Haute-Égypte et pour les trajets les plus courts, sont souvent bondés. Même si vous avez la chance de dénicher une place assise, vous risquez fort de vous retrouver avec quelqu'un ou quelque chose sur les genoux. Les tarifs des billets des bus empruntant le même itinéraire varient habituellement en fonction des critères suivants : installation ou pas de la climatisation, d'écrans vidéo, vétusté du véhicule et durée du trajet. Plus cher vous payez, plus vous voyagez vite et confortablement.
Les bus "deluxe" climatisés circulant entre Le Caire, Alexandrie, Ismaïlia, Port-Saïd, Suez, le monastère Sainte-Catherine, Charm el-Cheikh, Hourghada et Louxor sont relativement confortables. Les billets coûtent un peu plus cher que dans un bus standard mais restent très bon marché. Superjet (%au Caire 02-2290 9017) est la meilleure compagnie de bus "deluxe". Dans la mesure du possible, voyagez avec elle.
Les innombrables bus desservant les autres itinéraires sont inconfortables, sales et bruyants. Qu'il s'agisse de vidéos en arabe, de musique ou de chants coraniques, le volume est toujours très fort (voire à peine supportable). Emporter des boules Quiès est une bonne idée. De même, il est pratique d'avoir à portée de main un pull ou un foulard pour les trajets nocturnes, car la climatisation fait beaucoup baisser la température.
Aujourd'hui, il est strictement interdit de fumer dans la plupart des bus. Sur certains trajets, on propose de l'eau aux passagers (c'est gratuit mais n'oubliez pas qu'il s'agit de l'eau du robinet). Dans les bus "deluxe" ou de catégorie supérieure, il y a parfois du thé et des en-cas à disposition (dont le prix est en supplément). Ces bus-là sont parfois équipés de toilettes, lesquelles sont souvent très sales. Mieux vaut en général attendre que le bus fasse étape.
Les billets sont en vente dans les gares routières et souvent dans les bus eux-mêmes. Gardez bien votre billet jusqu'à la descente du bus, car les contrôles sont très fréquents. Nous vous conseillons également de toujours avoir sur vous votre passeport : les bus sont fréquemment arrêtés aux postes militaires pour des contrôles d'identité pratiqués au hasard. C'est particulièrement courant dans le bus reliant Assouan et Abou Simbel, et dans tous les bus circulant dans le Sinaï. Il est préférable de réserver votre place à l'avance, du moins sur les itinéraires les plus fréquentés (notamment du Caire au Sinaï) et sur ceux où les bus sont plus rares (du Caire aux oasis du désert Libyque, par exemple). Sur certains trajets, les détenteurs d'une carte d'étudiant internationale (ISIC) peuvent bénéficier d'une réduction. Dans les bus où l'on peut acheter son billet à la montée, on se retrouve généralement debout si l'on n'a pas réservé sa place. Pour les courts trajets, on ne peut pas réserver ; les premiers arrivés sont donc les mieux assis.

faire du stop en égypte

Où que ce soit dans le monde, l'auto-stop présente toujours un certain risque, et nous le déconseillons à nos lecteurs. Les voyageurs qui décident de faire du stop doivent bien comprendre qu'ils prennent un risque, minime, certes, mais bien réel. Dans ce cas, il est plus sûr de se déplacer à deux et de faire connaître à un tiers sa destination. Les femmes ne doivent jamais faire d'auto-stop toutes seules, car il est communément acquis que c'est un comportement adopté par les seules prostituées.

prendre le vélo en égypte

En raison des longues distances et des fortes chaleurs, rares sont les cyclotouristes en Égypte. La chaleur atteint son summum entre juin et août, mais, même de mai à mi-juin et de septembre à octobre, mieux vaut partir tôt et s'arrêter dès le début de l'après-midi.
Il est recommandé de se munir d'un kit complet de pièces de rechange, car celles-ci sont difficiles à trouver, même si les Égyptiens se révèlent de coutume assez ingénieux dans l'art de la réparation improvisée.
D'après les membres du club Cairo Cyclists (www.cairocyclistsclub.com), le meilleur endroit de la capitale pour les réparations est Ghoukho Trading and Supplies, près de la cathédrale Saint-Marc, à 800 m au sud de Midan Ramses. La boutique étant difficile à trouver, vous devrez sans doute demander votre chemin.

prendre le train en égypte

Le réseau ferroviaire égyptien a nettement besoin de modernisation. Les bus de luxe sont bien préférables à la plupart des trains, souvent sales et en mauvais état. Font toutefois exception les lignes vers Alexandrie et les services touristiques pour Louxor et Assouan (dans ce cas, mieux vaut prendre le train que le bus). Avec une carte internationale d'étudiant (ISIC), vous bénéficiez d'une réduction sur tous les tarifs, excepté ceux des wagons-lits.

Classes et prestations

Les wagons-lits, de la compagnie Abela Egypt, figurent parmi les trains les plus confortables et les plus rapides d'Égypte. Les wagons sont les mêmes que ceux des trains européens. Au moins un train-couchette circule entre Alexandrie, Le Caire, Louxor et Assouan tous les jours. Pour plus de détails, reportez-vous à la rubrique Depuis/vers de ces villes.
Les wagons-lits Abela n'existent qu'en 1re classe, et il faut y réserver sa place bien à l'avance. Les compartiments sont équipés d'un siège convertible en lit, d'oreillers, de draps et de couvertures propres et pliés, et d'un petit lavabo avec eau courante. Les lits sont assez courts, aussi les personnes de haute taille passeront-elles sans doute une nuit assez inconfortable. Demander un compartiment situé au milieu du wagon vaut la peine dans la mesure où ceux des extrémités sont près des toilettes, et donc parfois bruyants. Les toilettes communes sont généralement propres et dotées de papier hygiénique. On sert le dîner et le petit-déjeuner (plateau-repas). Ne vous attendez donc pas à faire bonne chère. Les boissons (alcool y compris) sont servies par un steward. Emporter de l'eau minérale avec soi pour se désaltérer et se laver les dents est très utile.
Des trains de nuit réguliers, avec ou sans voitures-couchettes et repas compris, desservent quotidiennement Louxor et Assouan et coûtent beaucoup moins cher que les wagons-lits. Il faut impérativement réserver à la gare Ramsès du Caire. Sauf indication contraire, le billet que l'on vous remet inclut les repas à bord, mais peut-être préférerez-vous faire fi des règlements et apporter vos propres provisions. Les compartiments de 1re et 2e classes étant climatisés, prévoyez un vêtement chaud pour la nuit.
Viennent ensuite les trains non climatisés, soit en 2e classe ordinaire avec généralement des sièges rembourrés, soit en 3e classe avec des banquettes en bois. Ces trains s'arrêtent souvent très longtemps dans d'innombrables gares et sont très lents.

prendre la Voiture et la moto en égypte

Conduire au Caire est une folie, aussi réfléchissez bien avant de louer une voiture dans cette ville. En revanche, conduire dans les autres régions du pays ne présente guère de difficultés, du moins pendant la journée (mieux vaut s'épargner les trajets interurbains de nuit). Disposer d'un véhicule, ou mieux encore d'un 4x4, donne accès à des régions entièrement dépourvues de transports en commun.
Lors de notre séjour, les convois policiers avaient pris fin (voir l'encadré page précédente), ce qui permet de visiter de grandes parties de la vallée du Nil et le long de la côte de la mer Rouge qui étaient auparavant difficiles d'accès. Bien que les infrastructures touristiques soient limitées en dehors des destinations principales, nous avons reçu de nombreux courriers de voyageurs intrépides nous assurant qu'être motorisé est un merveilleux moyen de fuir les circuits organisés en bus. La moto serait le moyen idéal pour voyager en Égypte. Le hic, c'est qu'il faut apporter la vôtre et donc accomplir d'innombrables formalités, que vous indiqueront l'automobile-club de votre pays ou l'ambassade d'Égypte.
L'essence et le gas-oil sont très bon marché et l'on s'en procure facilement. On ne trouve d'essence sans plomb que dans quelques rares stations-service au Caire (principalement à Mohandisine, Zamalek et Ma'adi), et à Alexandrie. En dehors du Caire, les stations-service n'étant pas toujours très nombreuses, faites le plein dès que vous pouvez.

Transport de véhicule

Les automobilistes et les motocyclistes doivent être en possession des papiers d'enregistrement de leur véhicule et d'une assurance en responsabilité civile, ainsi que d'un permis de conduire international en sus de leur permis national. Vous devez aussi vous munir d'un carnet de passage en douane, véritable passeport du véhicule faisant office de décharge temporaire pour la taxe d'importation. Ce carnet doit également répertorier les pièces de rechange coûteuses que vous projetez d'emporter avec vous (boîte de vitesses, par exemple). Pour plus de renseignements à ce sujet, contactez votre association automobile.
À la frontière égyptienne, on vous délivrera un permis valable 3 mois (ou moins, selon la durée de votre visa). Il peut être renouvelé tous les 3 mois pendant 2 ans au maximum, à condition de payer des droits différents à chaque fois. Le droit de douane s'élève à environ 200 $US, auxquels s'ajoutent 50 $US pour la plaque d'immatriculation.
Si vous avez l'intention de venir avec votre propre véhicule, renseignez-vous à l'avance quant aux pièces détachées disponibles sur place. Certaines pourraient être difficiles à trouver.

Permis de conduire

Pour prendre le volant en Égypte, vous aurez besoin d'un permis de conduire international. Conservez-le toujours sur vous lorsque vous conduisez. Sinon, vous risquez une forte amende et la police peut vous confisquer votre véhicule jusqu'à ce que vous le présentiez. De même, ne conduisez jamais sans les papiers d'enregistrement de votre voiture.

Location de voiture

Plusieurs sociétés internationales de location sont implantées en Égypte, notamment Avis, Hertz, Europcar et Budget. Voir p. 170 pour les agences de location au Caire. Leurs prix s'alignent sur les tarifs internationaux et il est quasi impossible d'obtenir des tarifs plus avantageux auprès de loueurs locaux – vous pouvez même prévoir de louer un véhicule avant votre arrivée via Internet. Quel que soit votre choix, lisez attentivement toutes les clauses du contrat. Si vous louez une voiture, sachez que les tarifs sont d'environ 50-100 $US/jour pour une petite Toyota à 100-200 $US/jour pour un 4x4.
Pour louer une voiture, le conducteur doit être âgé de plus de 25 ans et posséder un permis de conduire international, sous peine de se voir infliger une forte amende en cas de contrôle de police.

Code de la route

En Égypte, on roule à droite. En dehors des agglomérations, la vitesse est officiellement limitée à 90 km/h (souvent moins dans certaines régions) et à 100 km/h sur les routes à quatre voies, comme celle qui relie Le Caire à Alexandrie. Si vous vous faites arrêter pour excès de vitesse, la police confisquera votre permis de conduire et il faudra aller le récupérer au bureau de la circulation de la région – une longue et laborieuse procédure. Quelques routes, comme la Cairo-Alexandria Desert Hwy, la route du Caire à Al-Fayoum et celle qui emprunte le tunnel Ahmed Hamdi (sous le canal de Suez, près de Suez), sont soumises à un péage. Sur de nombreux axes existent des postes de contrôle où la police demande à voir vos papiers d'identité. Si vous n'avez pas votre passeport et votre permis de conduire international, vous risquez une amende de 100 $US, payable immédiatement.
La conduite en ville est certes très chaotique, toutefois, il existe une règle d'or : le véhicule qui vous précède a toujours la priorité. Même si une voiture ne se trouve qu'à 1 cm devant vous, au cas où elle vous couperait brutalement la route et que vous l'emboutissiez, c'est vous qui serez considéré comme responsable. Si vous circulez dans la campagne, faites attention aux enfants et aux adultes qui se promènent sur la route. En cas d'accident, rendez-vous dès que possible au commissariat le plus proche.

prendre les Transports urbains en égypte

Outre les options décrites ci-dessous, certaines localités possèdent leurs propres moyens de transport, en général des variations sur le thème de la charrette tirée par un cheval.

Bus et minibus

Le Caire et Alexandrie sont les seules villes à posséder un réseau de bus urbains, mais emprunter ce réseau pour se déplacer n'a rien d'une partie de plaisir. Il faut d'abord arriver à monter à bord. La chose donne généralement lieu à une mêlée générale alors que les passagers se ruent sur la porte d'entrée avant même que le bus ait ralenti. N'attendez pas l'arrêt pour monter, car la mêlée se transforme alors en une véritable foire d'empoigne. Bien souvent, quelques malchanceux qui n'ont pas réussi à monter font le trajet suspendus à la porte arrière, accrochés à la carrosserie ou agrippés à un autre passager.
À l'intérieur du bus, l'ambiance évoque une tentative pour battre le record mondial du plus grand nombre de personnes entassées dans un espace donné. Pendant le trajet, un contrôleur réussit on ne sait comment à parvenir jusqu'à vous pour vous vendre le billet.
Il est rare que le bus s'arrête complètement pour vous laisser descendre. Debout devant la porte, il faut attendre le moment opportun pour sauter sur la route. Prendre un minibus est plus facile. Les passagers n'ont pas le droit de rester debout (bien que la règle soit souvent enfreinte) et le véhicule part dès que chaque siège est occupé.

Métro

Le Caire est la seule ville d'Égypte à posséder un métro.

Microbus

Version légèrement plus grande du taxi collectif, le microbus est une camionnette Toyota dans laquelle tiennent normalement 12 personnes mais qui, en Égypte, peut en contenir jusqu'à 22. Des minibus privés, généralement dépourvus de signe distinctif, circulent dans toutes les grandes agglomérations.
Pour le commun des voyageurs, ils ne sont pas évidents à utiliser, car il est difficile de savoir où ils vont : heureusement, vous verrez souvent un jeune garçon se pencher à la porte pour annoncer à haute voix la destination. Au Caire, vous aurez peut-être l'occasion de prendre un microbus pour aller voir les pyramides. À Alexandrie, ils parcourent Tariq al-Horreyya et la Corniche jusqu'à Montazah. La plupart des villes secondaires disposent également de services de microbus qui suivent un trajet fixe.
Les microbus fonctionnent selon le même principe que les taxis collectifs et coûtent à peu près le même prix mais desservent moins de destinations.

Pick-up

Des pick-up Toyota et Chevrolet circulent fréquemment entre les bourgades et les villages, à l'écart des grands axes. Généralement, jusqu'à 12 personnes tiennent dans la partie arrière couverte de la camionnette au milieu de toutes sortes de marchandises. D'autres font le trajet sur le toit ou agrippés à l'arrière.
En plus de faire la navette entre les petites bourgades, des pick-up couverts servent parfois de taxis à l'intérieur des villes. C'est particulièrement le cas dans certaines oasis et dans les petites localités le long du Nil. Pour indiquer au chauffeur que vous voulez descendre, tapez du pied sur le sol, sinon demandez à l'un des passagers à l'avant de frapper au carreau situé derrière le chauffeur. Dernière solution : appuyez sur la sonnette (rien ne garantit cependant qu'elle fonctionnera).

Taxi collectif

Voyager en servis reste l'un des moyens les plus rapides pour circuler d'une ville à l'autre. Les taxis collectifs sont généralement de grosses 504 Peugeot qui suivent les grands itinéraires interurbains. Les chauffeurs attendent près des gares ferroviaires et routières et annoncent leur destination à haute voix pour attirer les passagers. Ils partent quand leur véhicule est plein, à moins que vous et/ou les autres passagers acceptiez de payer davantage. Leurs tarifs sont généralement moins élevés que ceux des bus et des trains, mais ils n'ont pas d'horaires fixes.

Taxi

Les taxis (avec enseigne ou non) représentent pratiquement la moitié du parc automobile d'Égypte, et ils constituent le moyen le plus pratique pour circuler en ville. Debout au bord de la route, faites signe de la main, annoncez à voix forte votre destination et préparez-vous à une conduite des plus sportives.
L'usage veut que vous sachiez en montant combien vous devez payer et que, une fois arrivé, vous sortiez de la voiture avant de tendre l'argent par la fenêtre. Si vous donnez l'impression de ne pas connaître le tarif, vous voilà désigné comme le parfait pigeon. La plupart des voyageurs ne parlant pas couramment l'arabe, il est sans doute préférable de vous mettre d'accord sur un prix avant de monter dans le taxi.
Souvent, au moment de négocier, le chauffeur vous demandera un montant exorbitant. Ne vous laissez pas intimider et ne discutez pas. Ce manège n'est que du bluff, le chauffeur misant sur le fait qu'il a affaire à un khwaga (étranger). Le chauffeur finira par accepter si votre offre est correcte. Si vous pensez que le taxi essaie de vous escroquer, vous pouvez toujours vous éloigner et tenter votre chance avec un autre véhicule.

Tramway

Le Caire et Alexandrie sont les deux seules villes du pays dotées d'un système de tramways. Alors que le réseau d'Alexandrie reste relativement important et efficace, celui du Caire ne dessert plus que quelques lignes.

 

Mis à jour le : 1 décembre 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le guide qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur de l'Egypte

Paramètres des cookies