Égypte

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Égypte
  4. Comment circuler

Égypte : Comment circuler

Se déplacer en Égypte

Se déplacer en avion

EgyptAir est la principale compagnie pour les vols intérieurs. Nile Air propose également des liaisons à partir du Caire vers les villes principales, mais elles sont moins fréquentes. Les deux proposent parfois des tarifs étonnamment bas (aller simple pour un vol intérieur sur EgyptAir à partir de 650 £E). Pour obtenir le meilleur tarif pour un vol intérieur sur le site Internet d’EgyptAir, indiquez systématiquement l’Égypte comme lieu de résidence. Les prix s’afficheront alors en livres égyptiennes et ils seront souvent moitié moins élevés.

Se déplacer en bateau

Il n’y a pas de voyage en Égypte sans croisière sur le Nil. De nombreux bateaux de catégorie moyenne à haut de gamme naviguent entre Assouan et Louxor. Assouan est en général le point de départ des excursions de plusieurs jours en felouque (bateaux à voile égyptiens). Pour plus de renseignements concernant les croisières sur le Nil. La compagnie High Jet  propose un service de navire à grande vitesse “La Pespes” 3 fois par semaine entre Charm elCheikh et Hourghada. .

Se déplacer en bus

Les bus desservent la plupart des villes et villages d’Égypte à prix modique. C’est la meilleure solution (et parfois la seule) pour les longs trajets au-delà de la vallée du Nil. Les bus ne sont pas particulièrement rapides pour autant ; si vous partez du Caire ou arrivez à la capitale, vous perdrez au moins une heure dans les embouteillages. Les retards sont fréquents, surtout en fin de journée.

Compagnies

  • Go Bus Nouvelle compagnie de bus qui étend le réseau routier du Nord de l’Égypte et le long de la mer Rouge jusqu’à Charm el-Cheikh, et de Louxor à Hourghada. Les prix dépendent de la catégorie de bus mais tous sont climatisés. Les billets et les sièges sont réservables en ligne.
  • Super Jet Effectue les principaux trajets dans le pays ainsi que des trajets internationaux. Plutôt efficace et fiable, avec des sièges confortables. Les bus sont très climatisés, prévoyez une petite laine ou une couverture.

Les 3 plus grandes compagnies régionales sont gérées par la même entité mais couvrent différentes parties du territoire et offrent différentes qualités de service :

  • East Delta Travel Co Relie Le Caire, le canal de Suez et le Sinaï. Les bus sont vieux mais plutôt en bon état et la climatisation fonctionne. Préférez plutôt Super Jet.
  • West & Mid Delta Bus Co Dessert Alexandrie et la côte méditerranéenne. Ces bus se sont, de loin, révélés les pires lors de notre passage (pannes très fréquentes).
  • Upper Egypt Bus Co Bus en assez bon état desservant la vallée du Nil.

Bus deluxe

Les bus “deluxe” avec air conditionné relient les principales destinations du pays. La plupart sont totalement non-fumeurs. Certains ont des sanitaires à bord (en cas de longs trajets), mais ils sont rarement propres. La règle en vigueur impose des arrêts de 15-20 min toutes les trois heures environ. Des vidéos sont généralement diffusées à plein volume sonore : prévoyez des bouchons d’oreille si vous voulez dormir, ainsi qu’une épaisseur en plus pour les bus de nuit qui sont souvent très climatisés.

Bus standards

Ces bus sont un petit peu moins chers et roulent sur de plus courtes distances que les bus deluxe. Ils sont nettement moins confortables, bondés, bruyants et font de fréquents arrêts. Pour les trajets de deux heures environ, préférez les minibus.

Billetterie

Réservez vos billets bien à l’avance. Gardez vos tickets jusqu’à votre arrivée ; un contrôleur est souvent présent à bord pour les vérifier. Ayez votre passeport sur vous car le bus s’arrête souvent au poste de contrôle militaire pour des vérifications d’identité aléatoires. Ces dernières sont notamment fréquentes entre Assouan et Abou Simbel.

Se déplacer en train

Le réseau ferroviaire égyptien, hérité des Britanniques, compte plus de 5 000 km de rails reliant presque toutes les grandes villes du pays. Sachez que le réseau est vétuste, les trains sont souvent sales et usés et de graves accidents se sont produits ces derniers temps, dont une collison entre deux trains en août 2017 à Alexandrie qui a fait au moins 41 morts et 179 blessés. Seules les deux lignes principales (Le Caire-Alexandrie et Le Caire-Assouan) ont été modernisées. À moins d’être un véritable passionné du rail, mieux vaut prendre les bus deluxe. Toutefois, pour les trajets aux alentours du Caire, le train est plus rapide que la voiture ou le bus, pris dans d’énormes embouteillages. Pour connaître les horaires des trains et acheter vos billets, consultez le site Internet d’Egyptian Railways.

Classes

1re (darga ula). À privilégier quel que soit le trajet. Les trains sont climatisés (takiif), les sièges rembourrés, les toilettes assez propres, thé et en-cas sont proposés aux passagers.
2e (darga taniya). Sièges en vinyle usé. Si la climatisation est une option payante, ne la prenez pas (elle fonctionne rarement). La propreté des toilettes laisse à désirer.
3e (darga talta). Des bancs de mauvaise qualité tiennent lieu de sièges. Trains très lents et bondés mais beaucoup d’animation à bord. En tant que touriste, attendez-vous à être l’attraction du wagon.

Trains de nuit

Itinéraire La compagnie privée Watania Sleeping Trains (02-3748-9488 ; Ramses Train Station, Midan Ramses, centre-ville du Caire ; 9h-20h), aussi appelée Ernst, propose plusieurs trains de nuit par jour du Caire à Louxor et à Assouan.

Billets

Ils coûtent un prix raisonnable et deux repas sont inclus en général. Il faut réserver son billet avant 18h le jour du départ mais le mieux est de s’y prendre quelques jours à l’avance.

Compartiments

Les compartiments comportent deux couchettes : les sièges sont transformables en lit et on abaisse la couchette supérieure pour en faire un lit. Des draps propres, oreillers et couvertures sont fournis. Petit lavabo avec eau courante dans le compartiment. Les couchettes sont un peu courtes. Les compartiments du milieu de wagon (les plus éloignés des portes) sont un peu plus calmes. Les toilettes partagées sont propres en général et pourvues de papier toilette. La nuit, la climatisation est parfois trop puissante.

Repas

Des plateaux-repas pratiques sont servis dans les compartiments pour le petitdéjeuner et le dîner. Un membre du personnel passe servir des boissons (il y a parfois de l’alcool). Wagon-bar dans le train.

Se déplacer en transports locaux

Bus municipaux

La plupart des grandes villes égyptiennes disposent d’un réseau de bus. En pratique, vous verrez surtout des bus au Caire et à Alexandrie. Les bus ne sont pas faciles à prendre pour les touristes, les numéros de ligne sont affichés en chiffres arabes, les itinéraires ne sont pas consultables et les bus sont souvent ultra bondés. On ne monte pas dans le bus en faisant la queue de manière ordonnée. Aussi, les bus marquent rarement l’arrêt de manière nette, que ce soit pour embarquer ou débarquer des passagers. Si vous arrivez à prendre un bus, un contrôleur présent à bord viendra à vous pour vous faire payer le ticket.

Métro

Le Caire est la seule ville du pays à posséder un réseau de métro.

Microbus

Les microbus (prononcer “microbas”), souvent simplement appelés micros ou minibus, sont des vans de marque Toyota, la plupart du temps, et peuvent accueillir 14 passagers. Ils appartiennent à des particuliers et ne comportent pas d’indications de direction en général. Leurs itinéraires sont souvent calqués sur ceux des bus, mais le voyage à leur bord coûte un peu moins cher. Aussi, ils s’arrêtent au point de votre choix sur le trajet et ramassent des passagers le long de la route en fonction des sièges disponibles. Dans certaines parties du pays (dans le sud de la vallée du Nil, par exemple), les étrangers ne sont pas autorisés à emprunter les minibus pour se rendre d’une ville à l’autre.

Services

Les “services” (taxisservices) sont les prédécesseurs des microbus (minivans) et fonctionnent selon le même principe : on paye pour un siège et la voiture démarre quand elle a fait le plein de passagers. Les services sont souvent des Peugeot 504 accueillant 7 passagers, mais on en voit de moins en moins en circulation. Comme les microbus, les services attendent près des gares ferroviaires et routières. Libre à vous de payer des sièges supplémentaires pour avoir plus de place ou accélérer le moment du départ.

Taxis

Vous trouverez des taxis dans toutes les villes, même les plus petites. Ils constituent un moyen de transport peu cher et efficace même si dans certains endroits, les voitures ne sont pas de la première jeunesse.

Prix

Les taxis avec compteur sont légion au Caire, ailleurs, le prix des courses est prédéterminé et les locaux le paient sans vraiment négocier. Renseignez-vous auprès d’eux pour avoir une idée des prix (ces derniers varient en fonction de ceux du pétrole).

Héler une voiture

Mettezvous sur le bas-côté et levez la main, cela devrait suffire à faire arrêter une voiture. Il faut annoncer sa destination au chauffeur avant de monter : en fonction du trafic et de la distance, il acceptera la course ou non.

Négocier le prix

Essayer de fixer le prix d’une petite course trahira votre ignorance du fonctionnement des taxis locaux. En revanche, pour les courses plus longues (de l’aéroport au centre ville, par exemple), vous devez convenir d’un prix avec le chauffeur avant de monter à bord et vérifier que vous vous êtes bien compris : certains chauffeurs ont tendance à annoncer un prix différent à l’arrivée.

Taxis collectifs

Il se peut qu’un taxi comportant déjà des passagers s’arrête pour vous prendre ou que votre taxi prennent d’autres passagers. Si vous êtes un homme et que cela ne vous dérange pas, prenez place à l’avant à côté du chauffeur et laissez la banquette arrière pour les autres passagers (il est assez mal vu que les femmes s’asseyent à l’avant).

Tramways

Le Caire et Alexandrie sont les seules villes à disposer d’un réseau de tramways. Il est assez dense, mais lent, à Alexandrie tandis qu’il se limite à quelques lignes dans la capitale.

Tuk-tuk

Ces scooters pratiques équipés de sièges qu’on trouve partout en Thaïlande et en Inde ont fait leur apparition en Égypte. Les locaux les appellent aussi tuk-tuk et les utilisent très largement dans les petites villes. Une course à leur bord coûte environ la même chose qu’en taxi ou un peu moins cher (comptez par exemple 15 £E pour une course de 15 minutes), la musique chaabi (musique populaire) entêtante en cadeau. Les tuktuk sont souvent conduits par de jeunes (voire trop jeunes !) chauffeurs qui aiment personnaliser leurs engins avec des enceintes puissantes et autres accessoires peu discrets. Il est avisé de négocier le prix avant de prendre place dans le tuk-tuk.

Vélo

Le tourisme à vélo est rare à cause des grandes distances et des fortes chaleurs. Cela pourrait être envisageable en hiver mais même au printemps et en automne, il faut partir à l’aube et finir son trajet en début d’aprèsmidi pour éviter la chaleur. Emportez avec vous un kit de réparation, il y a peu de pièces de rechange. Cela dit, certains Égyptiens sont d’excellents “mécaniciens improvisés”.
Le club Cycle Egypt  au Caire dispose d’une page Facebook très bien alimentée. C’est un bon début pour une prise de contact local et pour glaner des conseils avisés sur vos achats et matériels.

Voiture et moto

Soyez prudent : conduire au Caire n’est pas une mince affaire. S’il est moins éprouvant de conduire au Caire plutôt que dans le reste du pays, c’est aussi plus dangereux. Évitez de conduire de nuit. Certains voyageurs intrépides préfèrent conduire leur propre voiture plutôt que de visiter le pays dans un bus touristique.
La moto est une bonne option en Égypte, mais il faudra apporter la vôtre ; les formalités administratives sont toutefois fastidieuses et la conduite peut être plus dangereuse qu’en voiture. Renseignez-vous sur les réglementations en vigueur auprès de votre pays et de l’ambassade d’Égypte. On trouve facilement de l’essence et du diesel à très bon prix (les pénuries arrivent parfois). Les stations-service sont rares en dehors du Caire, faites donc le plein quand vous en croisez une.

Permis de conduire

Le permis de conduire international est obligatoire pour conduire en Égypte. À défaut de le présenter, vous risquez une forte amende. Assurez-vous d’avoir également tous les papiers du véhicule sur vous.

Location de voiture

Il est quasi impossible de faire une bonne affaire dans une agence de location locale. Mieux vaut réserver sur Internet et s’adresser à des agences internationales. Lisez les conditions d’assurance avec attention et vérifiez s’il vous est interdit d’emprunter les routes en mauvais état.

Code de la route

On conduit à droite. La vitesse est en général limitée entre 70 et 90 km/h en dehors des villes et à 100 km/h sur les autoroutes. En cas d’infraction, la police confisquera votre permis de conduire. Il vous faudra le récupérer au poste du contrôle de la circulation local. L’autoroute Le CaireAlexandrie et le tunnel sous le canal de Suez sont payants. Les postes de contrôle sont nombreux ; gardez vos papiers d’identité et votre permis à portée de main. En ville, l’automobiliste qui vous précède (même de quelques centimètres) est prioritaire. Faites attention aux personnes et au bétail sur les routes de campagne. Il existe un risque de vol de voiture, en particulier sur les routes de la vallée du Nil et de nuit. En cas d’accident, rendez-vous au plus vite au poste de police le plus proche pour déclarer votre sinistre.

Mis à jour le : 3 octobre 2019

Articles récents

Guide de voyage

Un guide au format de poche très pratique et parfaitement adapté au voyage, pour vivre l'aventure en V.O. !

Paramètres des cookies