Afrique du Sud : Comment circuler

Se déplacer en Afrique du Sud

Avion

Les vols intérieurs sont généralement abordables, mais tout dépend de l’itinéraire choisi. Un vol à bas coût de Johannesburg au Cap, un itinéraire populaire desservi par de nombreuses compagnies, coûte environ 1 000 R. En revanche, un vol du Cap à East London, un itinéraire desservi par moins de compagnies, doit coûter le double. Un grand nombre de compagnies à bas prix rallient toutes les grandes villes sud-africaines. Cela dit, cela revient rarement moins cher de voyager avec South African Airways (SAA), la principale compagnie aérienne du pays.
Vous ferez des économies en réservant vos billets en ligne plusieurs mois à l’avance, soit directement, soit en passant par des intermédiaires, comme Computicket Travel (0861 915 4000) et Travelstart.

Compagnies régionales

  • Airlink (086 160 6606). Partenaire de South African Airways disposant d’un bon réseau et desservant des destinations moins demandées, comme Upington, Mthatha et Maseru.
  • SA Express (086 172 9227). Partenaire de South African Airways doté d’un bon réseau et proposant trois vols hebdomadaires directs entre Le Cap et Hoedspruit (pour le Kruger National Park).
  • South African Airways (SAA ; 086 160 6606). La compagnie nationale ; réseau très complet couvrant les destinations intérieures et régionales.



Compagnies low cost

Les compagnies low cost sud-africaines proposent aussi la réservation d’hôtel, de voiture et des formules vacances.

  • CemAir (011-390 1110). Petite compagnie desservant, entre autres destinations, Port Elizabeth, Bloemfontein, George, Plettenberg Bay, Margate.
  • FlySafair (087 135 1351). Affiche des prix bas sur ses vols entre Johannesburg, Le Cap, Durban, Port Elizabeth, East London et George.
  • Kulula (086 158 5852). Compagnie low cost qui relie Johannesburg, Le Cap, Durban, George et East London. Propose aussi des réductions sur les vols intérieurs avec la compagnie mère British Airways.
  • Mango (086 100 1234). La filiale de South African Airways assure des vols entre Johannesburg, Le Cap, Durban, Port Elizabeth, George et Bloemfontein.



Bateau

Le transport maritime est plutôt rare en Afrique du Sud. C’est entre Le Cap et Durban ou entre Port Elizabeth et Durban que vous aurez le plus de chances de trouver un bateau. Les clubs de navigation de plaisance locaux sont un bon point de départ. Les paquebots de croisière naviguent aussi au large de la côte est, entre Le Cap et le Mozambique, avec des escales en chemin.

Bus

Afrique du Sud

Un bon réseau de bus, au confort et à la fiabilité inégaux, relie les principales villes.
Achat de billets 
Pour les principales lignes, achetez vos billets au moins 24 heures à l’avance, et le plus tôt possible si vous voyagez en période de pointe. Achetez vos billets aux guichets de bus, auprès de Computicket Travel (0861 915 4000) ou dans les supermarchés Shoprite/Checkers. Computicket est un service particulièrement pratique, dont le moteur de réservations permet de choisir parmi les principales compagnies et qui accepte généralement les cartes bancaires étrangères et les numéros de téléphone mobile. Si vous ne partez pas d’une grande ville, vous devrez récupérer votre billet papier dans un Shoprite ou un Checkers avant de prendre votre bus.
Classes 
Les bus n’ont en principe pas de classes, bien que les principales compagnies proposent généralement un service “luxe” avec climatisation, toilettes et vidéos. 
Sécurité 
Les lignes sont généralement sûres. Notez toutefois que beaucoup de trajets longue distance s’effectuent de nuit. Si tel est le cas, prenez garde à vos objets de valeur. Il est recommandé aux femmes de s’asseoir à l’avant du bus. 
Réductions 
Les principales lignes de bus proposent des réductions aux étudiants, aux voyageurs fréquents et aux seniors, ainsi que des formules spéciales ; consultez leurs sites Internet pour plus de détails. 
Tarifs 
Calculés en fonction de la distance, bien que les courts trajets reviennent proportionnellement bien plus cher. Le tarif peut aussi être calculé en fonction du trajet complet du bus (le trajet de Johannesburg à Bloemfontein par exemple revient alors au même prix qu’au départ de Pretoria). Les prix augmentent pendant les vacances scolaires.
Compagnies de bus 
City to City (086 158 9282). En partenariat avec Translux, cette compagnie parcourt les itinéraires tracés entre les homelands et les villes sous l’apartheid. Ses bus, moins coûteux que ceux des autres compagnies, rejoignent de nombreux endroits situés hors des sentiers battus, notamment les townships et les villes minières. Parmi les destinations, citons Mthatha (pour la Wild Coast), Nelspruit (pour le Kruger National Park), Zeerust (pour le Botswana), Le Cap et Durban.
Greyhound (service clients 24h/24 011-611 8000, réservations 087 352 0352). Vaste réseau national de bus confortables, allant notamment de Johannesburg à Durban via Richards Bay. Gère aussi d’autres compagnies, dont les bus Citiliner, moins chers.
Intercape (021-380 4400). Vaste réseau allant du Cap au Limpopo et au-delà. Pour des trajets plus longs (du Cap à Windhoek, de Namibie et Mossel Bay à Johannesburg), cela vaut la peine de payer un peu plus pour avoir un siège incliné dans un bus de nuit Sleepliner.
Translux (086 158 9282). Le principal prestataire longue distance dessert Le Cap, Durban, Bloemfontein, Port Elizabeth, East London, Mthatha, Nelspruit et la route des Jardins.

Lesotho

Billets
Dans les autocars locaux, même si l’on vous indique les tarifs longue distance, le mieux est de simplement prendre un billet pour la prochaine grande ville. C’est là que la plupart des passagers descendront, et vous serez coincé sur place à attendre que le véhicule se remplisse de nouveau, alors que d’autres bus et taxis collectifs se mettront en route. Acheter des billets par étape n’est pas beaucoup plus cher qu’acquérir un billet direct. Il n’est ni nécessaire (ni possible parfois) d’acheter un billet à l’avance.
Bus et taxis collectifs
Un bon réseau de bus, taxis-minibus (appelés simplement “taxis”), “sprinters” (bus longue distance) et taxis privés ou collectifs (appelés “four plus ones”) couvre la quasi-totalité du pays. Les taxis-minibus desservent les grandes villes et nombre d’agglomérations plus petites. Les bus (moins chers et plus lents) et les “sprinters” (plus rapides et plus chers) desservent les grandes villes. Il n’y a pas de classes et le service est résolument sans prétention.
Départs
La plupart des départs ont lieu le matin (plus le trajet est long, plus le bus part tôt).
Nord du Lesotho
Si vous allez vers le nord-est en taxi collectif au départ de Maseru, il faut généralement changer à Maputsoe. La correspondance se fait parfois en entrant à Maputsoe si votre véhicule en croise un autre.

Swaziland

Les taxis-minibus collectifs constituent le principal moyen de transport public. Ils desservent presque tout le pays et s’arrêtent fréquemment. Ils partent une fois pleins ; il n’est pas nécessaire de réserver. Les bus locaux relient villes et villages de tous les pays. La plupart arrivent et partent de l’arrêt principal du centre de Mbabane ; ils sont un peu moins chers que les minibus.

En stop

Il est déconseillé de faire du stop ou de prendre des auto-stoppeurs. Le covoiturage en revanche est assez répandu. Les panneaux d’affichage des auberges de jeunesse comportent souvent des annonces de covoiturage gratuit ou à frais partagés. Voyez aussi FindALift et Jumpin Rides.

Train

La compagnie sud-africaine Shosholoza Meyl (011-774 4555, 086 000 8888) assure des liaisons régulières entre les principales villes. Pour une vue d’ensemble et de précieux conseils sur les voyages en train, voir le site (en anglais) très utile de The Man in Seat Sixty-One.

Billets et tarifs

  • Lors de notre passage, le voyage de Johannesburg au Cap en classe touristique/ économique coûtait 690/440 R.
  • On peut acheter les billets jusqu’à 3 mois à l’avance, et au plus tard 48 heures avant le départ.
  • Les couchettes en classe touristique peuvent afficher complet 1 ou 2 mois à l’avance, surtout sur les itinéraires très fréquentés, comme Johannesburg-Le Cap.
  • Le plus simple est de les acheter chez l’agent de voyages African Sun Travel (086 584 6404). Il prend une petite commission (environ 100 R pour les billets Le Cap-Johannesburg et 80 R pour le trajet Johannesburg-Durban).
  • Il est possible de réserver dans les gares, par téléphone ou sur le site Internet de Shosholoza Meyl. Il faut ensuite payer et récupérer son billet dans les 2 jours dans une gare.
  • Autre possibilité plus compliquée et plus longue : virer le prix des billets sur le compte bancaire de Shosholoza Meyl puis adresser la preuve du paiement à l’agence. Il faut 4 jours pour que la somme soit créditée sur le compte de Shosholoza Meyl.



Classes

Les classes touristique et économique sont bon marché. Contrairement aux bus longue distance, les prix pour les courtes distances ne sont pas exagérés.
Classe touristique
Recommandé : pittoresque, authentique mais sûr, et plus confortable que le bus, bien que souvent plus lent. Le trajet de 2 jours entre Johannesburg et Le Cap donne un excellent aperçu de l’immensité du pays : on entre dans le Karoo au crépuscule, et l’on déjeune en traversant les Winelands. Wagon-restaurant et douches. Le prix comprend l’hébergement dans un compartiment à deux ou quatre couchettes. Selon les disponibilités, les couples sont logés dans des coupés (deux couchettes), tandis queles passagers seuls ou les groupes dorment dans les autres compartiments. Si vous souhaitez dormir seul, achetez deux tickets. Comptez 60 R supplémentaires pour le linge de lit. On peut faire transporter sa voiture sur les itinéraires Johannesburg-Le Cap, Johannesburg-Durban et Johannesburg-Port Elizabeth.
Classe économique
Pas de wagon-lit. Un moyen ni confortable, ni sûr de voyager de nuit.

Trains de banlieue

Cape Metro Rail (080 065 6463). Les trajets depuis Le Cap jusqu’à Simon’s Town, au sud, sont généralement sûrs de jour, aux heures de pointe.
Gautrain (0800 428 87246). Le train express Gautrain, sûr et rapide, circule entre l’aéroport international OR Tambo, Sandton, Rosebank, Park Station (centre-ville de Johannesburg), Pretoria et Hatfield. Les trains partent toutes les 12 minutes aux heures de pointe (5h30-8h30 et 15h-18h du lundi au vendredi), et toutes les 20-30 minutes le reste du temps. L’aller simple entre Pretoria et Park Station coûte 76 R.

Transports locaux

Bus

  • Beaucoup de zones urbaines, notamment au Cap, à Durban, à Pretoria et à Johannesburg, ont des réseaux de bus.
  • Les bus sont bon marché.
  • Ils effectuent de nombreux itinéraires.
  • Les bus cessent de rouler assez tôt dans la soirée sur la plupart des lignes ; le service est réduit le week-end.
  • En termes de sécurité et de commodité, seuls les bus MyCiTi du Cap et les People Mover de Durban sont recommandés.

Taxis collectifs

Les taxis collectifs vous permettront de vous déplacer aussi bien en ville que dans la banlieue et même de rejoindre les villes voisines. En les empruntant, vous aurez un aperçu plus authentique de la vie quotidienne des habitants, mais sachez qu’il existe des problèmes de sécurité.

  • Ils partent quand ils sont pleins.
  • En Afrique du Sud, “pleins” ne signifie pas “surchargés de passagers”, contrairement à d’autres pays d’Afrique.
  • La plupart prennent de 14 à 16 passagers.
  • Les “sprinters”, légèrement plus grands, peuvent charger une vingtaine de personnes.
  • Faute de trains et de bus, les taxis collectifs sont parfois les seuls modes de transport public.
  • Le week-end, le service est souvent réduit ou inexistant.
  • Dans certaines agglomérations et sur certains itinéraires longs, le taxi classique partagé est parfois le seul transport disponible.
  • Les taxis partagés sont plus chers que les taxis-minibus, et affichent un niveau de sécurité comparable.
  • Le site TaxiMap regroupe les itinéraires des taxis collectifs, les tarifs et d’autres informations.

Voyager en sécurité

L’argent économisé en prenant un taxi collectif ne vaut pas le risque pris en termes de sécurité. Dans l’ensemble, il n’est pas recommandé de prendre des taxis collectifs. Les chauffeurs conduisent plutôt mal et les véhicules sont en mauvais état. Les accidents sont fréquents. Il arrive parfois que des rixes violentes éclatent entre compagnies rivales. Les stations de taxis collectifs et leurs environs immédiats sont généralement peu sûrs. Agressions, pickpockets, harcèlement et autres incidents sont monnaie courante. Si vous voyagez en taxi collectif, évitez de le faire de nuit ; regardez dans les journaux les compagnies et les zones à éviter. À certains endroits, les taxis collectifs sont relativement sûrs en journée. C’est notamment le cas dans le centre du Cap, où les habitants de diverses classes sociales les empruntent. Ne voyagez pas avec des bagages, notamment parce que la plupart des taxis collectifs n’en prennent pas sur leur toit, et parce que caser son sac à dos peut être une vraie gageure.
Lesotho et Swaziland 
Les taxis collectifs ne brillent pas non plus par leur bilan en matière de sécurité routière, mais vous n’aurez parfois pas le choix et devrez les emprunter. Ils sont largement utilisés, aussi bien pour de courts trajets que pour de longs parcours. Sachez néanmoins que le voyage peut être long, avec de nombreux arrêts et de longues heures d’attente en attendant qu’ils se remplissent. 

Dans les grandes villes du Lesotho, vous trouverez des taxis “four-plus-ones” (“quatre plus un”), des taxis normaux qui prennent des passagers au fur et à mesure de leur itinéraire. Ils sont plus chers et plus confortables que les taxis collectifs, mais ne sont souvent utilisés que sur de courts trajets.

Taxis privés

Afrique du Sud

  • Les grandes villes disposent de services de taxis privés.
  • Des stations de taxis sont installées dans les quartiers fréquentés.
  • Il est souvent plus sûr d’appeler un taxi par téléphone ; il vous faudra attendre, mais le véhicule sera sûrement de meilleure qualité que ceux qui attendent aux stations.
  • Les tarifs varient selon les villes ; au Cap, comptez environ 10 R le kilomètre, avec un minimum de 30 R. 
  • Uber est répandu dans les grandes villes, en particulier au Cap, à Johannesburg, à Pretoria, à Durban et à Port Elizabeth.

Lesotho et Swaziland

  • On trouve des taxis privés dans les grandes villes.
  • Ils sont plus chers que les taxis collectifs, mais le tarif est souvent négociable.
  • Demandez à votre hébergement de vous commander un taxi plutôt que d’en héler un dans la rue : le véhicule sera probablement de meilleure qualité et vous pourrez demander à votre hébergement une compagnie de bonne réputation.

Vélo

Afrique du Sud

Si vous avez les mollets assez solides pour grimper ses collines, l’Afrique du Sud se prête bien au cyclisme. Vous serez séduit par la variété et la beauté de ses paysages, ses nombreux terrains de camping et ses routes secondaires, pour la plupart peu fréquentées. La principale difficulté consiste à partager le bitume avec les conducteurs sud-africains, dont la conduite est erratique et agressive.
Achat
On trouve un bon choix de VTT dans les plus grandes villes sud-africaines, surtout au Cap. Johannesburg et Le Cap sont les meilleurs endroits pour commencer votre recherche. Pour revendre votre vélo à la fin de votre voyage, essayez les tableaux d’affichage des auberges de jeunesse, les boutiques de cycles, les clubs et le site www.gumtree.co.za.
Climat
N’oubliez pas que la pluie tombe surtout en été (fin novembre-mars), parfois sous forme de violents orages, sauf dans Le Cap-Occidental et sur la côte ouest. Lorsqu’il ne pleut pas, la chaleur peut être accablante, notamment dans le lowveld, qui souffre, de surcroît, d’un fort taux d’humidité.
Dangers
Les distances entre les grandes villes sont souvent longues, mais hormis certaines régions isolées, comme le Karoo ou le Limpopo, vous n’êtes jamais très loin d’un village ou d’une ferme. Beaucoup de routes sont dépourvues de bande d’arrêt d’urgence ; quand elles en ont, elles sont souvent utilisées par les automobilistes comme une voie lente. Il est interdit de circuler à vélo sur les autoroutes, et les routes près des zones urbaines sont très fréquentées et dangereuses. Avant d’entreprendre un périple, mettez-vous en contact avec d’autres cyclistes par l’intermédiaire des clubs cyclistes locaux ou des magasins de vélos pour obtenir des informations récentes sur l’état des routes. Prenez garde aux vols : munissez-vous d’un bon cadenas, laissez votre vélo à l’intérieur de votre lieu d’hébergement (de préférence dans votre chambre) et attachez-le solidement.
Location
Certaines auberges de jeunesse louent des VTT a  la journée. En ville, certaines boutiques de cycles louent des VTT, mais il faut généralement laisser une caution avec une carte de crédit.
Meilleures régions
Les routes de la péninsule du Cap et des Winelands sont très appréciées, mais très fréquentées et balayées par le vent, en été. La Wild Coast est à la fois belle et ardue. Le lowveld du Nord déroule de vastes plaines.
Pièces détachées
En ville, on trouve des VTT et des pièces détachées un peu partout. Vous aurez cependant des difficultés pour vous procurer des pièces de remplacement pour les vélos de randonnée, surtout en dehors du Cap et de Johannesburg. Avant de vous aventurer dans le veld, prenez contact avec une bonne boutique en ville, au cas ou  vous auriez besoin de vous faire envoyer quelque chose.
Transports publics
Il est possible de prendre le train avec un vélo, mais la plupart des compagnies de bus refusent de les mettre dans leurs soutes et les taxis collectifs n’acceptent pas de bagages sur le toit.

Lesotho et Swaziland

Les deux pays sont d’excellentes destinations pour les vététistes. Faites le plein de pièces détachées en Afrique du Sud. Orages d’été et inondations peuvent cependant poser problème. Il n’est pas courant de transporter son vélo dans les transports publics, mais il est généralement possible de négocier avec le chauffeur.
Lesotho
Les voyageurs doivent apporter leur propre vélo, et vu le terrain, il leur faut des jambes en béton.
Swaziland
Évitez les grandes villes et l’Ezulwini Valley, où la circulation est intense. De courts circuits cyclistes sont possibles sur les pistes de VTT du Hlane Royal National Park (2383 8100, 2528 3943 ; 50 E ; 6h-18h) et du Mlilwane Wildlife Sanctuary (2528 3943 ; près de MR103 ; 50 E ; 6h-18h), qui proposent respectivement des sorties guidées et la location de vélos.

Voiture et moto

L’Afrique du Sud est une destination de choix pour un road trip. Pour un itinéraire loin des lignes de bus et de train, mieux vaut vous déplacer avec votre propre véhicule plutôt que de faire appel à un tiers. D’ailleurs, en groupe, louer une voiture est souvent l’option la plus économique. On trouve facilement des cartes routières en Afrique du Sud. 

Assurance

  • Il est fortement recommandé de contracter une assurance au tiers, ainsi que d’assurer votre véhicule contre le vol ou les dommages matériels, même si ce n’est pas obligatoire pour les propriétaires de véhicules privés.
  • La durée minimum d’assurance est généralement d’un an.
  • À la location, une assurance avec franchise est habituellement incluse.
  • Exonération ou réduction de la franchise avec supplément.
  • Vérifiez que l’assurance ou le contrat de location couvre les dégâts causés par la grêle, éventualité bien réelle en été dans le highveld et le lowveld.

Compagnies d’assurance :
Automobile Association of South Africa (AA SA)
Old Mutual iWyze 
Outsurance 
Sansure  

Code de la route

  • En Afrique du Sud, au Lesotho et au Swaziland, on roule à gauche.
  • La ceinture de sécurité est obligatoire pour le conducteur et tous les passagers.
  • Le code de la route connaît quelques variantes locales : la principale est le four-way stop, qui existe même sur les grandes routes. Lorsque vous arrivez à ce genre de carrefour à quatre voies, vous devez vous arrêter. S’il y a d’autres véhicules au croisement, ceux qui sont arrivés avant vous ont la priorité, même s’ils arrivent d’une route secondaire.
  • Au Lesotho, les barrages de police sont nombreux. Arrêtez-vous dès qu’on vous fait signe, et attendez qu’on vous invite à avancer. La plupart des policiers se contentent de rapidement vérifier vos papiers ou vous font simplement signe de continuer.
  • Si vous vous faites arrêter au Lesotho ou au Swaziland au volant d’une voiture louée en Afrique du Sud, vous devrez probablement montrer la lettre de l’agence vous autorisant à franchir la frontière avec le véhicule.
  • Au Swaziland, si vous voyez arriver un cortège officiel ou royal, rangez-vous sur le bas-côté et arrêtez votre moteur.

Limitation de vitesse

Respectez les limitations de vitesse même si, dans leur grande majorité, les Sud-Africains continuent de les ignorer. Les radars routiers et les pistolets radars sont pourtant de plus en plus courants en Afrique du Sud.
Afrique du Sud
100 km/h sur route ; 120 km/h sur la plupart des autoroutes ; 60 km/h en agglomération ; et 40 km/h dans les parcs et réserves naturels.
Lesotho
La vitesse est limitée à 80 km/h sur les routes principales et à 50 km/h dans les villages.
Swaziland
60 km/h dans les villes ; 80 km/h sur les routes principales et 120 km/h sur la plupart des grandes autoroutes.

Dangers de la route

  • Les routes sud-africaines sont dangereuses. Le pays accuse un taux d’accidents terriblement élevé, avec plus de 10 000 morts par an.
  • Voici des sections de routes notoirement dangereuses : la N1 entre Le Cap et Beaufort West, et entre Polokwane (Pietersburg) et Louis Trichardt (Makhado) ; la N2 entre Le Cap et Caledon, le long de la Garden Route, entre East London et Kokstad, et entre Durban et Tongaat ; la N12 entre Springs et Witbank ; la N4 entre Middelburg et Belfast.
  • Les principaux dangers sont les autres automobilistes, qui pour beaucoup conduisent mal et de façon agressive. Faites particulièrement attention aux chauffeurs de taxis collectifs, qui conduisent à toute allure des véhicules douteux ; ils manquent parfois de sommeil.
  • Les dépassements sans visibilité sont légion.
  • Sur les routes principales, les automobilistes arrivant derrière vous font des appels de phares et s’attendent à ce que vous vous mettiez sur la bande d’arrêt d’urgence pour les laisser passer, même avant un virage et quoi qu’il se passe sur le bas-côté. Ils vous collent jusqu’à ce que vous leur cédiez la place.
  • Sur les routes secondaires peu fréquentées, les conducteurs roulent souvent vite.
  • Soyez prudent dans les tournants sans visibilité.
  • Malgré les barrages routiers et les alcootests pratiqués en Afrique du Sud, surtout dans les zones urbaines, l’ivresse au volant est monnaie courante. Ne vous laissez pas fléchir par la grande décontraction ambiante face à l’alcool au volant ; si vous vous faites prendre, vous pourriez finir en prison. Mieux vaut désigner un conducteur qui ne boit pas.
  • Les animaux d’élevage, sauvages (surtout les babouins) et les piétons s’aventurent souvent sur la chaussée, particulièrement dans les zones rurales. Si vous percutez un animal dans une région où vous ne vous sentez pas en sécurité, ne vous arrêtez pas, mais signalez-le au poste de police le plus proche.
  • Sur les routes qui traversent les townships (par exemple la N2 entre l’aéroport international du Cap et la ville), des objets contondants sont parfois placés sur la route pour obliger les automobilistes à s’arrêter après avoir roulé dessus. C’est le moment que les agresseurs choisissent pour les voler. Si cela vous arrive, continuez jusqu’à un garage pour faire vérifier votre véhicule et signalez l’incident au poste de police.
  • À la saison des pluies, le brouillard épais risque de vous ralentir considérablement, surtout au KwaZulu-Natal et au Mpumalanga.
  • Dans le highveld et le lowveld, des chutes de grêle peuvent endommager votre voiture.



Essence et pièces détachées

  • Le sans-plomb coûte 12 R/litre.
  • Un pompiste remplira votre réservoir et nettoiera vos vitres – prévoyez 2-5 R de pourboire. S’il contrôle votre niveau d’huile, d’eau ou vos pneus, prévoyez 5-10 R.
  • De nombreuses pompes bordent les grands axes. Elles sont souvent ouvertes 24h/24.
  • Il y a des stations-service dans toutes les grandes villes sud-africaines.
  • Dans les zones rurales, faites le plein dès que vous le pouvez.

LESOTHO

  • Les principales stations-service sont à Maseru, vous en trouverez peu ailleurs.
  • Dans les autres grandes villes, on trouve peu de stations-service, où le carburant n’est pas toujours au rendez-vous.
  • Emportez toujours un jerrican avec vous.

SWAZILAND

  • Les principales stationsservice se trouvent surtout à Mbabane et à Manzini.
  • Manzini est le meilleur endroit pour trouver des pièces détachées.

État des routes

AFRIQUE DU SUD

  • Un bon réseau d’autoroutes sillonne le pays.
  • Les grandes routes sont généralement en bon état.
  • En dehors des villes, vous rencontrerez peut-être des pistes en terre, dont la plupart sont en pente douce et peu accidentées.
  • Renseignez-vous sur place sur l’état des routes de gravier et sur celui des routes tertiaires, qui peuvent se détériorer lorsqu’il pleut.
  • Dans les zones rurales, méfiez-vous des nids-depoule, des glissements de terrain ou des virages en épingle à cheveux non signalés, ainsi que de la présence de bétail, d’enfants ou de chiens sur les routes.
  • L’autoroute N2 traversant la région de la Wild Coast est en mauvais état.

LESOTHO

  • La conduite au Lesotho peut s’avérer ardue, notamment à cause des déclivités abruptes, des virages en épingle à cheveux et de la météo capricieuse.
  • De nouvelles routes sont construites et réaménagées ; beaucoup sont financées par les compagnies minières chinoises et par le Highlands Water Project.
  • Pendant les travaux, les routes gravillonnées et goudronnées praticables auparavant ne sont plus accessibles aux voitures classiques.
  • Une route goudronnée, praticable en voiture classique, se parcourt dans le sens des aiguilles d’une montre, de Qacha’s Nek à Mokhotlong, avec possibilité de poursuivre jusqu’au Sani Top (col Sani).
  • Des tronçons goudronnés et couverts de gravier de bonne qualité permettent également aux voitures classiques d’accéder à Semonkong (depuis le nord et le sud), à Thaba-Tseka (depuis le nord et l’ouest) et au Ts’ehlanyane National Park.
  • Hormis les problèmes causés par les travaux, les routes bitumées des hautes terres sont généralement en bon état, mais très escarpées par endroits.
  • La pluie vous ralentira et, en hiver, le verglas et la neige peuvent être dangereux.
  • Avec une voiture automatique, vous aurez besoin de garder le pied sur la pédale de frein pour négocier les virages serrés en descente.
  • Hors des principaux axes routiers, il y a des endroits où même les 4x4 ont du mal à passer, par exemple sur la route au nord du Sehlabathebe National Park.
  • Outre le mauvais état des routes, le plus grand danger provient des crues qui suivent les orages d’été.
  • Faites aussi attention aux personnes et aux animaux qui pourraient vous couper le chemin.
  • La police et l’armée établissent parfois des barrages routiers (roadblocks).

SWAZILAND

  • Le Swaziland possède un bon réseau routier, et la plupart des grands axes sont bitumés.
  • Les routes non bitumées sont généralement en assez bon état, excepté après de fortes pluies.
  • La MR3, qui traverse le Swaziland d’ouest en est, est une grande autoroute qui se prolonge jusqu’à Manzini à l’est.
  • Soyez prudent à Malagwane Hill, entre Mbabane et l’Ezulwini Valley, en particulier par temps pluvieux ou en cas de grosse circulation : la route figurait naguère dans le Livre Guinness des records comme le tronçon le plus dangereux du monde.
  • Loin des villes et des postes-frontières, vous croiserez très peu de véhicules, mais méfiez-vous des conducteurs ivres et des animaux, ainsi que des minibus roulant à tombeau ouvert, surtout sur les routes gravillonnées.

Location de voiture

  • La location de voiture, à partir de 200 R par jour pour les locations de longue durée, est bon marché en Afrique du Sud comparé à l’Europe et à l’Amérique du Nord.
  • De nombreuses compagnies facturent un supplément lorsque le conducteur a moins de 21 ans.
  • La plupart des agences de location demandent la carte de crédit du conducteur.
  • Vous obtiendrez des tarifs plus avantageux en réservant en ligne quelques mois à l’avance.
  • La plupart des agences imposent un kilométrage journalier limité, avec supplément pour chaque kilomètre supplémentaire, ce qui peut s’avérer gênant si vous envisagez de rouler beaucoup. Quatre cents kilomètres par jour est généralement suffisant. Si vous prévoyez une ou deux étapes, un kilométrage de 200 km pourra même suffire. Quelques agences locales proposent néanmoins un kilométrage illimité. Si vous avez recours à une compagnie internationale et réservez dans une filiale à l’étranger, on vous proposera peutêtre un kilométrage illimité sans frais supplémentaires, sauf en pleine saison, de décembre à janvier par exemple.
  • Assurez-vous que les tarifs annoncés comprennent les 14% de TVA.
  • Louer une voiture dans une ville et la rendre dans une autre est facturé en fonction de la distance entre les deux.
  • Il y a des agences de location dans les grandes villes et les aéroports, mais il est généralement moins cher de louer dans un grand centre urbain comme Johannesburg ou Le Cap.


Lesotho et Swaziland
Il revient généralement moins cher de louer un véhicule en Afrique du Sud pour passer ensuite la frontière. Il vous faudra une lettre d’autorisation de l’agence pour pouvoir passer la frontière, mais certaines agences facturent ce service (environ 500 R). Au Lesotho, on trouve des agences de location à Maseru et à l’aéroport international Moshoeshoe I. Au Swaziland, des agences de location se trouvent à Mbabane et à l’aéroport international King Mswati III.
Agences de location 
En plus des agences répertoriées ci-dessous, voyez les auberges de jeunesse et les agences de voyages, qui offrent fréquemment des formules intéressantes. Les compagnies locales sont souvent moins chères, mais elles sont éphémères et leurs véhicules sont souvent plus anciens.

  • Argus. Afrique du Sud, Lesotho et Swaziland. Moteur de recherche en ligne.
  • Around About Cars. Afrique du Sud et Swaziland. Agence petits budgets recommandée qui obtient des tarifs intéressants auprès des autres prestataires, comme Budget, Tempest et First. L’une des rares à proposer un kilométrage illimité.
  • Avis. Afrique du Sud, Lesotho et Swaziland.
  • Budget. Afrique du Sud et Swaziland.
  • Europcar. Afrique du Sud, Lesotho et Swaziland.
  • First. Afrique du Sud.
  • Hertz. Afrique du Sud.
  • Sixt. Afrique du Sud.
  • Tempest. Afrique du Sud.
  • Thrifty. Afrique du Sud.

Camping-cars, 4x4 et motos 
Certaines locations de camping-cars/mobil-homes incluent le matériel de camping.
Il n’est pas toujours possible de les louer dans une ville et de les rendre dans une autre.
Les camping-cars “Bakkie”, avec deux couchettes à l’arrière d’un pick-up couvert, sont moins chers.
On peut louer mobylettes et scooters au Cap et autres lieux touristiques.
Au Lesotho et dans les provinces comme Le Cap- Nord et Le Cap-Occidental, envisagez un 4x4 pour pouvoir vous déplacer sur les routes de gravier et dans les nombreux parcs nationaux.
Outre les agences de location classiques, voir aussi Britz au Cap, à Johannesburg et dans d’autres villes pour des 4x4, Drive South Africa au Cap, pour des 4x4 et des camping-cars, et Maui au Cap et à Johannesburg pour des mobil-homes. 

Péages

Sur certaines autoroutes sud-africaines, il faut s’acquitter d’un péage en fonction de la distance parcourue. On peut généralement payer en espèces ou par carte bancaire. Beaucoup de voitures de location sont équipées d’un “badge” de télépéage : au moment de passer le péage, le dispositif émet un “bip” et la barrière s’ouvre automatiquement. Le prix du péage est ensuite ajouté à la facture de location. Vous apercevez facilement les panneaux indiquant le début d’une section à péage : un “T” noir dans un cercle jaune. Un itinéraire de remplacement, gratuit, est normalement indiqué par un “A” noir dans un cercle jaune. Calculez le prix du péage pour un trajet donné sur le site dédié.

Permis de conduire

  • Vous pouvez utiliser votre permis de conduire, à condition qu’il soit traduit en anglais (traduction assermentée). Sinon, vous pouvez toujours vous procurer un permis de conduire international auprès des autorités de votre pays.
  • La police demandant généralement à voir le passeport des conducteurs étrangers, ayez-en une photocopie dans votre voiture.
  • Les conducteurs dans l’incapacité de montrer leur permis de conduire, leur passeport ou autres papiers d’identité risquent d’être verbalisés.



Signalisation

L’Afrique du Sud dispose d’une signalisation de qualité. Les panneaux sont plus rares sur les routes secondaires et tertiaires. Ils n’indiquent parfois que le numéro de la route ou la direction des agglomérations des environs, au lieu d’indiquer la prochaine grande ville. Les routes sont en principe numérotées (comme la R44). Quand vous demandez votre chemin, la majorité des gens se réfèrent aux numéros des routes seulement. Au Lesotho, les principales routes sont numérotées, à partir de la A1 (Main North Rd). Les routes secondaires qui en partent portent la lettre B.

Mis à jour le : 25 février 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Afrique du sud

Paramètres des cookies