Afrique du Sud : Santé

Vaccins et soins médicaux en Afrique du Sud

En étant à jour dans vos vaccinations et en prenant quelques mesures préventives de base, il y a peu de risque de contracter l’une des maladies décrites dans ce chapitre.

En effet, si les voyageurs se rendant en Afrique du Sud sont exposés à une grande variété de maladies tropicales, les risques ne sont pas très élevés.

Outre les vaccinations nécessaires, veillez à vous protéger contre le paludisme (malaria), qui sévit dans la partie nord-est de l’Afrique du Sud.

Avant le départ

  • Faites-vous vacciner par un médecin ou dans une clinique spécialisée, au moins 6 semaines avant le départ. 
  • Si vous souffrez d’une maladie chronique et suivez un traitement de façon régulière, consultez votre médecin avant de partir.
  • Souscrivez une assurance-voyage couvrant frais médicaux et rapatriement, car sans garantie de paiement, vous risquez de vous voir refuser l’entrée d’un établissement de santé. Sachez en outre que les dépenses de santé hors UE ne sont pas remboursées (sauf, éventuellement, les soins médicaux d’urgence).
  • Préparez une trousse médicale de premiers secours, surtout si vous prévoyez de randonner ou de loger dans les parcs nationaux et les réserves naturelles.
  • Si vous passez du temps dans des régions isolées, notamment certaines parties du Cap oriental, il sera utile de suivre un cours de secourisme avant votre départ.
  • Emportez vos médicaments dans leur emballage d’origine, sur lequel figure bien l’étiquette.
  • Il est utile d’avoir une ordonnance de votre docteur décrivant votre pathologie et les médicaments qu’il vous prescrit (avec les noms des génériques).
  • Si vous emportez des seringues et des aiguilles, une ordonnance est indispensable.
  • Si vous partez pour un long voyage, faites contrôler l’état de vos dents.

Assurance santé

  • Une assurance est essentielle. N’oubliez pas que les dépenses de santé peuvent représenter des sommes considérables, surtout en cas de rapatriement. Prenez avec vous tous les documents relatifs à l’assurance, ainsi que les numéros de téléphone à appeler en cas d’urgence.
  • Vérifiez avant de partir si votre assurance réglera directement les frais médicaux encourus à l’étranger ou s’ils seront remboursés après. Gardez précieusement les reçus détaillant les soins et les coordonnées de l’hôpital ou du médecin.
  • Si vous comptez excursionner au Lesotho et au Swaziland, vérifiez que votre assurance couvre ces pays.
  • Avant de souscrire une police d’assurance, vérifiez que vous ne bénéficiez pas déjà d’une assistance par le biais d’une carte de crédit, d’une mutuelle ou d’une assurance automobile.

vaccins à faire pour l'afrique du sud

Plus vous vous éloignez des circuits classiques, plus il faut prendre des précautions. Faites inscrire vos vaccinations dans un carnet international de vaccinations que vous pourrez vous procurer auprès d’un médecin ou d’un centre. Planifiez vos vaccinations à l’avance (au moins 6 semaines avant le départ), car certaines demandent des rappels ou sont incompatibles entre elles. Les vaccins ont des durées d’efficacité très variables ; certains sont contreindiqués pour les femmes enceintes. Le ministère français des Affaires étrangères (www.diplomatie.gouv.fr/voyageurs) effectue une veille sanitaire et met régulièrement en ligne des recommandations concernant les vaccinations.

Quelques centres de vaccination :

  • Centre médical de l’Institut Pasteur (0 890 71 08 11 ; www.pasteur.fr/sante ; 209-211 rue de Vaugirard, 75015 Paris)
  • Air France (01 43 17 22 00 ; centredevaccinationairfrance-paris.com ; 148 rue  de l’Université, 75007 Paris)
  • Centre de vaccinations ISBA (04 72 76 88 66 ; www.isbasante.com ; 7 rue Jean- Marie-Chavant, 69007 Lyon). Autres centres en France. Coordonnées sur le site Internet.
  • Hôpital Nord – centre de santé des voyageurs (04 91 96 89 11 ; www.ap-hm.fr/mit ; Pavillon des maladies infectieuses et tropicales, chemin des Bourrely, 13915 Marseille Cedex 20).
  • Vous trouverez la liste complète de ces centres en France sur le site du ministère des Affaires étrangères.

L’Organisation mondiale de la santé (www.who.int/fr) conseille aux voyageurs de se prémunir contre la diphtérie, le tétanos, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la polio, ainsi que l’hépatite B , quelle que soit leur destination. Vérifiez que vos vaccins sont à jour avant de partir : personne n’est à l’abri de ces maladies, parfois très graves. Le ministère français des Affaires étrangères (www.diplomatie.gouv.fr) recommande les vaccins suivants pour l’Afrique du Sud : fièvre typhoïde et hépatites A et B. La vaccination contre la rage peut également s’avérer utile.

Trousse médicale de voyage

  • antibiotiques (voyage hors des sentiers battus)
  • antidiarrhéique
  • antihistaminique en cas de rhume, d’allergie, de piqûre d’insecte, de mal des transports
  • antipaludéens (pour certaines zones)
  • antiseptique ou désinfectant pour les coupures, les égratignures superficielles et les brûlures, ainsi que pansements gras pour les brûlures
  • aspirine ou paracétamol (douleurs, fièvre)
  • anti-inflammatoire (comprimés ou crème, en cas d’irritations allergiques cutanées)
  • crème solaire
  • produit contre les moustiques, un écran total et une pommade pour soigner les piqûres
  • bande Velpeau et pansements pour les petites blessures
  • paire de ciseaux à bouts ronds, pince à épiler et thermomètre à alcool 
  • petite trousse de matériel stérile comprenant une seringue, des aiguilles, du fil à suture, une lame de scalpel et des compresses
  • sels de réhydratation
  • thermomètre
  • comprimés pour désinfecter l’eau, comme le Micropur
  • préservatifs

Services médicaux

  • Les services médicaux sont de bonne qualité dans tous les grands centres urbains d’Afrique du Sud.
  • Les hôpitaux privés sont en général excellents.
  • Les hôpitaux publics souffrent souvent de pénurie d’équipement et sont surchargés.
  • Les services médicaux sont rarement fiables dans les régions reculées, comme dans une grande partie du Lesotho et du Swaziland.
  • Votre hôtel devrait pouvoir vous recommander un médecin ou un centre médical proche.
  • Les sites Internet des ambassades occidentales donnent souvent une liste de docteurs et de cliniques. Votre assurance peut aussi vous conseiller.
  • En cas d’urgence, contactez votre ambassade ou votre consulat.
  • La plupart des docteurs s’attendent à être payés immédiatement après la consultation.
  • Dans certains hôpitaux, le règlement se fait au moment de l’admission du patient.
  • Emportez vos médicaments si vous avez une maladie chronique.
  • Les centres de transfusion sanguine procèdent à des tests pour déceler les hépatites B et C, la syphilis et le VIH. Il existe toutefois un risque infime de contracter le VIH via une transfusion de sang contaminé.
  • Le Swaziland dispose de bons centres de soins à Mbabane, Manzini et dans l’Ezulwini Valley. Comptez autour de 350 E pour une consultation avec un généraliste, et jusqu’à 500 E avec un médecin spécialiste.

Voyager avec des enfants

  • Les personnes voyageant avec des enfants doivent pouvoir soigner des affections mineures, et savoir quand avoir recours aux services médicaux. Bien avant le départ, assurezvous que les vaccinations des enfants sont à jour, et sachez que certains vaccins ne conviennent pas aux enfants de moins de 1 an.
  • Dans les zones chaudes et humides, la moindre égratignure peut s’infecter. Toute blessure doit être parfaitement nettoyée et tenue au sec.
  • Soyez particulièrement vigilant en évitant de boire l’eau du robinet et en ne prenant aucun risque concernant la nourriture et les boissons.
  • Pensez à emporter des poudres réhydratantes à utiliser avec de l’eau bouillie si votre enfant est sujet à des vomissements ou à des diarrhées. Demandez conseil à votre médecin.
  • Afin d’éviter les risques de rage ou d’autres maladies, les enfants doivent être tenus à l’écart des chiens et des mammifères en général. Les morsures, griffures ou coups de langue d’un animal à sang chaud et à fourrure doivent être immédiatement et soigneusement nettoyés. S’il y a un risque, même infime, que l’animal soit contaminé, il convient de chercher immédiatement une assistance médicale.
  • Il faut également prévoir un traitement antipaludéen adapté.

Précautions élémentaires

Faire attention à ce que l’on mange et à ce que l’on boit est la première des précautions à prendre. Les troubles gastriques et intestinaux sont fréquents, même si la plupart du temps ils restent sans gravité. Ne soyez cependant pas paranoïaque et ne vous privez pas de goûter la cuisine locale, cela fait partie du voyage. N’hésitez pas également à vous laver les mains fréquemment. L’eau du robinet estparfaitement potable en Afrique du Sud, à l’exception de certaines zones rurales.

Maladies infectieuses en Afrique du sud

Choléra

Contamination Eau contaminée. Le risque de le contracter est faible. Il sévit par périodes surtout dans les zones rurales du Limpopo, du Mpumalanga, du KwaZulu-Natal, du Cap oriental et du Swaziland.

Symptômes Diarrhée liquide et claire, qui cause une déshydratation rapide contre laquelle il faut lutter immédiatement.

Prévention et traitement Dans les zones rurales de l’est de l’Afrique du Sud, ne buvez pas l’eau du robinet et pelez les fruits et les légumes crus. Le traitement consiste à remplacer le liquide perdu (par voie orale ou par transfusion) ; parfois des antibiotiques sont nécessaires. Il faut absolument consulter un médecin. 

Dengue

Contamination Piqûres de moustiques. Les zones concernées sont l’Elephant Coast, au nord du KwaZulu-Natal, l’est du Swaziland, et toute la région de l’Afrique du Sud s’étendant au-delà de la frontière nord-est avec le Swaziland jusqu’aux confins septentrionaux du Kruger National Park.

Symptômes Fièvre, maux de tête et douleurs musculaires (faisant penser à la grippe), accompagnés parfois d’une éruption cutanée.

Prévention et traitement Protégez-vous contre les piqûres de moustiques. Auto-médication : paracétamol (pas d’aspirine ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène), beaucoup de liquides et repos. La dengue hémorragique (avec fièvre élevée), qui affecte principalement les enfants, est plus sévère et exige de consulter immédiatement un médecin.

Hépatites

L’hépatite est un terme général qui désigne une inflammation du foie. Elle est le plus souvent due à un virus. Dans les formes les plus discrètes, le patient n’a aucun symptôme. L’hépatite peut parfois se résumer à un simple épisode de fatigue sur quelques jours ou semaines.

Hépatite A

Contamination Eau, coquillages et, d’une manière générale, tous les produits manipulés à mains nues. De manière très occasionnelle, par contact physique avec une personne contaminée.

Symptômes et effets indésirables Peau et blanc des yeux prennent une teinte jaune (ictère), urines très foncées, fièvre et douleurs abdominales. La fatigue peut être intense et la guérison relativement lente.

Prévention et traitement Vaccination. Si vous contractez l’hépatite A, abstenez-vous totalement de toute boisson alcoolisée pendant au moins 6 mois.

Hépatite B

Contamination Voie sexuelle ou sanguine (piqûre, transfusion).

Symptômes et effets indésirables Peau et blanc des yeux prennent une teinte jaune (ictère). Dans un faible pourcentage de cas, elle peut évoluer vers des formes chroniques dont, dans des cas extrêmes, le cancer du foie.

Prévention Évitez de vous faire percer les oreilles, tatouer, raser ou de vous faire soigner par piqûres si vous avez des doutes quant à l’hygiène des lieux. La vaccination est très efficace.

VIH

Contamination Par rapport sexuel (hétérosexuel ou homosexuel – anal, vaginal ou oral) avec un individu contaminé ; par le sang, les produits sanguins et les aiguilles contaminées. L’infection au VIH, agent causal du sida, est épidémique en Afrique du Sud, au Lesotho et au Swaziland.

Symptômes et effets indésirables Défaillance progressive du système immunitaire, menant à la mort. 

Prévention et traitement Soyez prudent si vous avez des rapports sexuels avec la population locale, peu importe le milieu social ; et évitez les rapports d’un soir. Si vous pensez avoir été contaminé, procédez à un examen sanguin ; sachez qu’il faut attendre 3 mois avant de pouvoir détecter les anticorps dans le sang. Si la guérison n’est pas possible, des médicaments contrôlent les effets de la maladie.

Filariose lymphatique (éléphantiasis)

Contamination Piqûre d’un moustique infecté. Les larves déposées sur la peau migrent dans les vaisseaux lymphatiques, où elles se transforment en vers.

Symptômes et effets indésirables Démangeaisons locales et augmentation anormale de certaines parties du corps, le plus souvent les jambes et/ou les parties génitales, causant douleurs et invalidité. Dans les cas sévères, les reins et les systèmes lymphatique et immunitaire peuvent être atteints.

Prévention et traitement Se protéger des moustiques. En cas d’infection, consulter un médecin, de préférence spécialiste des maladies infectieuses ou tropicales. 

Paludisme (malaria)

Contamination Piqûre d’un moustique, l’anophèle femelle, qui infecte le sang de parasites. Les zones à risque se limitent au nord-est de l’Afrique du Sud (nord du KwaZulu-Natal, Mpumalanga, Limpopo et Kruger National Park) et au Swaziland.

Symptômes et effets indésirables Le Plasmodium falciparum, la forme de paludisme la plus dangereuse, est la plus courante en Afrique du Sud. Symptômes : maux de tête, fièvre et douleurs, accompagnés parfois de troubles digestifs, de diarrhée et de toux. Non traité, le paludisme peut avoir des suites graves, parfois mortelles. Attrapé durant la grossesse il est souvent la cause de fausses-couches et d’accouchements prématurés ; le risque pour la mère et le bébé est donc considérable.

Prévention Les taux d’infection variant en fonction de la saison et du climat, vérifiez la situation avant de partir. Pendant les mois d’été, la prévention antipaludique est essentielle. Les médicaments antipaludéens n’empêchent pas la contamination, mais ils suppriment les symptômes de la maladie. Si vous voyagez dans des régions où la maladie est endémique, il faut absolument suivre un traitement préventif. La chimioprophylaxie fait le plus souvent appel à la chloroquine (seule ou associée au proguanil), ou à la méfloquine en fonction de la zone géographique du séjour, mais d’autres produits sont utilisables. Renseignez-vous impérativement auprès d’un médecin spécialisé, car le traitement n’est pas toujours identique à l’intérieur d’un même pays. Contrairement à certaines croyances, une crise de paludisme ne signifie pas que l’on est touché à vie.

Traitement Tout voyageur atteint de fièvre ou montrant les symptômes de la grippe doit se faire examiner, même s’il suit un traitement antipaludique.

Rage

Contamination Morsures, griffures ou même simples coups de langue d’un animal contaminé : chien, singe et chat principalement. De rares cas de rage ont été rapportés d’Afrique du Sud, avec un risque accru dans les zones rurales.

Symptômes et effets indésirables Premiers symptômes : douleur et sensation de picotement à l’endroit de la morsure, accompagnées de fièvre, perte d’appétit et maux de tête. Dans les cas de rage “furieuse” : anxiété croissante, agitation, désorientation, raideur de la nuque, parfois syncopes ou convulsions, et hydrophobie. Dans la forme “paralytique” : atteinte de la moelle épinière, avec paralysie des muscles, puis du cœur et des poumons. Sans traitement, les deux formes sont létales.

Prévention et traitement Toute morsure ou griffure d’un mammifère doit être nettoyée immédiatement et à fond. Frottez avec du savon et de l’eau courante, puis nettoyez avec de l’alcool. S’il y a le moindre risque que l’animal soit contaminé, allez immédiatement voir un médecin. Même si l’animal n’est pas enragé, toutes les morsures doivent être surveillées de près pour éviter les risques d’infection et de tétanos. La vaccination préventive ne dispense pas de la nécessité d’un traitement antirabique immédiatement après un contact avec un animal enragé ou dont le comportement peut paraître suspect.

Bilharziose (schistomiasis)

Contamination Vers minuscules, hébergés par des escargots vivant dans l’eau douce stagnante. Lors d’une baignade, ces parasites pénètrent dans la peau et migrent jusqu’à la vessie ou les intestins. Rejetés dans les urines et les selles, ils contaminent à nouveau l’eau douce. La bilharziose touche le nord-est de l’Afrique du Sud et le Swaziland, répandue au sud jusqu’à la Wild Coast (très occasionnellement) et à l’ouest jusqu’au Senqu (fleuve Orange) au Cap-Nord.

Symptômes et effets indésirables Premiers symptômes : fièvre, manque d’appétit, perte de poids, douleurs abdominales, fatigue, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, diarrhée, nausées, toux, mais le plus souvent l’infection est d’abord asymptomatique. Si elle n’est pas traitée, elle peut évoluer jusqu’à l’insuffisance rénale et des dommages intestinaux irréversibles.

Prévention et traitement Ne vous baignez pas dans des eaux stagnantes ou à faible débit (retenue d’eau, lacs, rivières). Après toute baignade en eau douce, prenez une douche ou un bain chaud et séchez-vous vigoureusement. Un test sanguin permet de détecter le parasite. 

Tuberculose (TB)

Contamination Voie aérienne (toux) ou ingestion de produits laitiers non pasteurisés faits avec du lait de vache tuberculeuse. La tuberculose est endémique en Afrique du Sud, au Lesotho et au Swaziland. Les personnes en contact étroit avec les populations locales, ou en séjour de longue durée, sont les plus sujettes à contracter la maladie.

Symptômes et effets indésirables Parfois asymptomatiques ou toux, perte d’appétit ou de poids, fatigue, fièvre ou sueurs nocturnes, survenant des mois, voire des années après l’exposition. La meilleure façon de déceler la maladie est de pratiquer une radiographie.

Prévention et traitement Éviter les endroits à forte densité et mal ventilés où l’on peut être en contact avec les porteurs de la maladie, comme les hôpitaux et les abris pour personnes sans domicile fixe. Le vaccin bilié de Calmette et Guérin (BCG) est recommandé aux voyageurs amenés à côtoyer la population locale de très près. Il est cependant contre-indiqué pour les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées. Il est conseillé aux voyageurs à risque de faire un test cutané avant de partir, et de refaire un test au retour. Le traitement dure de 6 à 9 mois.

Typhoïde

Contamination Aliment ou eau contaminés par des excréments humains infectés. La fièvre typhoïde est une infection du tube digestif.

Symptômes et effets indésirables Premiers symptômes : maux de tête et de gorge ainsi que fièvre. Ils peuvent être accompagnés de vomissements, de diarrhée ou de constipation. La deuxième semaine, quelques petites taches roses peuvent apparaître sur le corps. Un suivi médical est indispensable, dû au risque de septicémie (empoisonnement du sang). De plus, la typhoïde est très contagieuse.

Prévention Mieux vaut être vacciné, même si la vaccination n’est pas entièrement efficace, car l’infection est particulièrement dangereuse.

Mis à jour le : 26 février 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Afrique du sud

Paramètres des cookies