1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Préparer son road trip en Mongolie
Astuces voyage

Préparer son road trip en Mongolie

Mis à jour le : 5 décembre 2016

Carte

Un périple mongol à bord de son propre véhicule a tout pour devenir l’aventure d’une vie. Avant de parcourir les steppes immenses de la Mongolie et d'aller à la rencontre de ses peuples nomades, voici quelques conseils pour préparer votre road trip.

Conditions de circulation

Ce qui s’apparente à un axe principal sur une carte se révèle souvent n’être qu’un vulgaire sillon laissé par les pneus de vos prédécesseurs dans la terre, le sable ou la boue. Les panneaux indicateurs se comptent sur les doigts de la main.
Ainsi des pistes isolées se muent-elles fugacement en autoroutes de terre à huit voies, dénuées de circulation, ce qui complique encore la navigation. Attendez-vous à vous égarer. 
Les conditions de circulation sont donc difficiles dans la majeure partie du pays. Néanmoins, le gouvernement s’est employé à faire goudronner les routes entre Oulan-Bator et les capitales d’aïmag. La totalité des 1 000 km entre la frontière nord, à Altanbulag, et la frontière sud, à Zamyn-Üüd, est désormais bitumée. D’autres axes goudronnés relient Oulan-Bator à Tariat (Arkhangaï), Bayankhongor, Bulgan/Erdenet et Chinggis Khot (Öndörkhaan).
Les pénuries d’essence et de pièces détachées sont rares, sauf dans les régions reculées. En revanche, les accidents sont assez répandus. Si possible, évitez de rouler de nuit, lorsque les nids-de-poule invisibles, les conducteurs ivres et les animaux sont susceptibles de causer des ravages. Du reste, la conduite de nuit est également la meilleure façon de se perdre. 


 

Préparation du voyage 

Matériel 

Nourriture : les chauffeurs fournis par les agences partiront du principe que vous les nourrirez tout au long du périple. Lors d’un circuit prolongé, il est plus simple que tout le monde cuisine, mange et fasse la vaisselle ensemble. Si cela ne vous convient pas, vous devrez vous entendre avec le chauffeur sur un forfait nourriture, ou lui fournir vous-même de quoi manger. Il ne devrait pas vous en coûter plus de 15 000 T par jour. 
Matériel de cuisine : les conducteurs chevronnés possèdent leur réchaud à essence de l’ère soviétique. Il est néanmoins conseillé de prévoir son propre appareil, pour dépanner ou faire bouillir de l’eau tandis que l’autre réchaud sert à préparer le dîner. Si vous cuisinez pour le groupe, prévoyez un grand récipient et une louche. Il est recommandé d’apporter son canif, ses couverts, son bol et sa lampe torche. Évitez de boire à la même bouteille, afin de prévenir la propagation des microbes. 
Matériel de camping : en cas de panne, vous serez peut-être contraint de dormir à proximité de votre véhicule : faites en sorte d’avoir le matériel nécessaire. 
Autres équipements : pour les expéditions au long cours, prévoyez également les articles suivants (la plupart d’entre eux seront disponibles sur le marché Naran Tuul, à Oulan-Bator) : jerricans, pour disposer d’une réserve de carburant bidon à eau, bidon en plastique évasé (utile pour stocker les produits alimentaires, car les emballages cèdent rapidement) sachets refermables (utiles pour le sucre, les pâtes, etc.) housses imperméables et anti-poussière (pratique pour emballer vos sacs à dos et ne pas trop les salir) tendeurs/sangles (pratiques pour stocker du matériel sur une galerie) cric et clé en croix lampe torchecâbles de démarrage trousse à outils standard câble en acier avec crochets (pratique pour sortir une jeep de la boue) extincteur

Faire le plein

Trois sortes de carburants russes, ainsi qu’une variété mongole, sont disponibles. Les stations-service sont désignées par les initiales “ШТС” (“station-service” en mongol). 
“95” : utilisé par les jeeps japonaises, ce carburant est le meilleur mais n’est habituellement disponible qu’à Oulan-Bator. 
“92” : moins coûteux et d’une qualité légèrement inférieure, mais acceptable pour la majorité des véhicules.  
“76” : tous les véhicules de fabrication russe utilisent cette essence, qui est souvent la seule que l’on trouve dans les secteurs reculés.  
“Mongol 93” : le dernier carburant en date, fabriqué à partir de brut mongol (quoique raffiné en Chine).  


 

Réparations et entretien

Crevaisons : aléa mongol par excellence, le pneu crevé requiert un minimum de prévoyance et de maîtrise. Le mieux, bien entendu, est d’avoir à bord une roue de secours de bonne qualité. Il est même judicieux de disposer de deux roues de rechange : en effet, il n’est pas impossible que vous subissiez deux pertes avant de trouver un garage. Testez le cric avant de prendre la route. 
Réparation des pneus : la quasi-totalité des localités rurales possèdent un atelier de réparation ; on en trouve même dans les hameaux le long des axes principaux.  
Garages : À Oulan-Bator, l’Oasis Café & Guesthouse est une bonne adresse ; il s’occupe des véhicules tout-terrain et dispose d’une grande cour pour stationner. 

Pannes 

Les gros incidents mécaniques constituent une éventualité à prendre très au sérieux. Si votre véhicule tombe en panne fatale dans une zone rurale, il vous faudra regagner la civilisation à pied (déconseillé), en auto-stop, ou de quelque autre manière. 
La solution la plus sûre consiste à voyager avec un petit groupe et deux jeeps. Assurez-vous que votre conducteur possède bien une trousse à outils, et au moins une roue de secours. 
Attention : le moteur des jeeps russes manifeste une tendance à la surchauffe. Il n’existe pas de solution miracle, mais mieux vaut voyager de bon matin ou en fin d’après-midi, quand les températures sont relativement basses. 

S’embourber

La Mongolie est majoritairement composée de prairies, de désert et de montagnes. On pourrait croire que la conduite en altitude est la plus problématique, mais ce sont bien les forêts qui représentent le véritable défi. En effet, on y trouve souvent un terrain alpin spongieux, avec des herbes en décomposition gorgées d’eau qui s’accumulent sous les pneus et réduisent rapidement toute prairie à fleurs sauvages en gadoue. 
Les conducteurs mongols réagissent de deux manières lorsque leur véhicule se retrouve embourbé. Certains s’accroupissent, fument une cigarette puis font savoir au village le plus proche qu’ils ont besoin d’un tracteur pour les sortir de là. D’autres sortent une pelle et commencent à creuser ; aidez-les en rassemblant des pierres plates à placer sous les pneus (les conducteurs essaient généralement de mettre la voiture sur cric directement dans la boue). 

Navigation 

Lignes téléphoniques : les lignes téléphoniques tendues à travers les steppes figurent parmi les meilleurs outils de navigation. En effet, elles conduisent (presque) toujours à la ville la plus proche.  
Habitants : les chauffeurs mongols aiment s’arrêter et s’informer sur les directions et les conditions de circulation auprès des familles croisées en chemin, afin de ne pas commettre d’erreurs, certes, mais aussi pour se reposer et bavarder avec les habitants. 
 
GPS : bien entendu, le GPS constitue l’outil de navigation le plus fiable ; prévoyez un système de fixation. Cependant, le GPS n’est pas infaillible et nécessitera de constantes corrections : il est notamment incapable de vous avertir d’un passage marécageux ou d’une rivière en crue. Les bonnes cartes, fondamentales, sont disponibles à Oulan-Bator.

Règles de circulation

Conduite à droite : les Mongols conduisent à droite sur les routes goudronnées. 
Véhicules avec volant à droite. Plus de 50% des voitures en circulation sont équipées d’un volant à droite (en raison du nombre de véhicules japonais importés). Sachant que les Mongols conduisent à droite, cela peut rendre les dépassements passablement dangereux sur l’autoroute (les autorités veulent interdire l’importation de voitures équipées d’un volant à droite à compter de 2015). 
Code de la route : à Oulan-Bator, la police de la route est susceptible de vous arrêter pour diverses violations du code de la route (bien que la plupart des habitants se moquent fréquemment des réglementations). Dans ce cas, soyez prêts à présenter permis de conduire, carte grise et assurance. 
Amendes : les chauffards et les manœuvres interdites sont monnaie courante dans les rues d’Oulan-Bator. Généralement, les amendes vont de 5 000 à 15 000 T. 
Accidents : si vous êtes impliqué dans un accident, ne déplacez pas votre voiture. La police finira par arriver et établir un rapport basé sur la position des véhicules.  

Sur la route

Faites vos courses en groupe lorsque vous arrivez dans une agglomération. Si vous voyagez en compagnie d’inconnus, pensez à changer de place de temps à autre afin que chacun (y compris le guide) puisse s’asseoir à l’avant. 
Ne poussez pas le chauffeur ou le guide à dépasser ses limites ; permettez-leur (ainsi qu’au véhicule) de se reposer. À noter cependant que les pauses fréquentes et prolongées, pour bavarder ou fumer une cigarette, peuvent sérieusement allonger le trajet. 
Enfin, en cas de voyage au long cours, une halte aux bains publics (de l’eau chaude, enfin !) d’une capitale d’aïmag regonflera le moral des troupes. De même, une pause occasionnelle dans un guanz (cantine) correcte fera le plus grand bien à tout l’équipage. Si vous campez régulièrement, prévoyez au moins une nuit dans un hôtel correct pour vous laver et ranger vos affaires. 

Raccourcis

Sachant que la ligne droite est le plus court chemin, seules une énorme chaîne montagneuse et une rivière en furie pourront empêcher un conducteur mongol de prendre un raccourci. Si vous louez une jeep au kilomètre, vous apprécierez les raccourcis, surtout si les conditions de route sont difficiles.  
Si votre chauffeur est chevronné, laissez-le prendre un raccourci s’il estime que cela en vaut la peine. N’insistez pas pour autant – c’est lui le spécialiste. L’inconvénient du raccourci tient au risque de tomber en panne sur des routes plus isolées que la moyenne.

Conduire soi-même ou louer les services d'un conducteur ?

Voyager par ses propres moyens est une mission difficile et potentiellement dangereuse. Il faut affronter l’éventualité de tomber en panne, de s’embourber et de s’égarer encore et encore.
La plupart des voyageurs louent une voiture avec chauffeur. En termes de prix, cela revient souvent au même, voire moins cher, qu’une simple location de véhicule.  
Voir cette page pour plus d'informations sur la location de voiture en Mongolie.
 


Paramètres des cookies