1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. Où passer des vacances à la ferme ?
France

Où passer des vacances à la ferme ?

Mis à jour le : 9 janvier 2017

Carte

Les tout-petits adorent voir les animaux de la ferme, mais les adultes aussi. Parce que découvrir les animaux élevés dans les régions françaises, c'est un peu comme retomber en enfance, mais c'est aussi déguster les meilleurs produits du terroir au sein de paysages préservés.
 

1. Vaches de Salers (Cantal)

Les grandes vaches couleur d'automne, au regard mélancolique et aux fines cornes, font la fierté des paysans du cru – tout comme le fromage fermier salers, version brute et nature du cantal, labellisé Slow Food. Rendez-vous dans les monts du Cantal, à proximité de Salers, un des plus beaux villages de France. Perché sur un mamelon basaltique, le centre historique voit cohabiter Moyen Âge et Renaissance, roman et gothique. Dans les plateaux voisins, entre mai et septembre, vous pourrez vous faire expliquer, dans des fermes, le processus depuis la traite jusqu'au fromage et assister aux principales étapes de cette tradition gastronomique. Ces démonstrations édifiantes sont suivies d'une dégustation qui fera oublier aux nez les plus délicats les fortes émotions passées.
Le site www.aop-salers.com tient à jour une liste de fermes qui accueillent les amateurs de fromage.


 
 

2. Fermes-auberges des Vosges

On dénombre à travers les Vosges une dizaine de fermes-auberges : touristes et promeneurs qui arpentent les sentiers du Club vosgien y trouvent toujours une ambiance chaleureuse. Rien de tel, après une bonne marche dans des paysages somptueux, que de s'arrêter dans une ferme-auberge, d'y passer la nuit, de s'y sustenter de repas traditionnels savoureux qui tiennent toujours bien au corps, et de profiter du silence des sommets et d'un ciel étoilé. Ces fermes, en pleine nature, sont toujours tenues par des familles d'agriculteurs sympathiques.
Il vaut mieux réserver et emporter son sac de couchage : ronfleurs bienvenus malgré tout !


 
 

3. Fermes du pays d'Auge (Calvados)

Le pays d'Auge est le cœur de la Normandie, géographiquement, et culinairement. Il suffira de citer les villages de Camembert, de Pont-l'Évêque ou de Livarot, de goûter à son cidre et à son calvados, pour comprendre que c'est dans ces paysages de vergers et de vertes prairies, où paissent les célèbres vaches laitières de Normandie, que sont nés les produits les plus fameux de la région. Dans ce terroir parsemé de charmants villages, qui a su rester dans son jus (de pomme) sans se caricaturer, le meilleur moyen de découvrir ces traditions est d'aller à la ferme, pour se régaler tout en apprenant beaucoup.
Petits et grands pourront apprécier les fermes pédagogiques du Domaine du Houvre, à Pierrefitte-en-Auge, ou du Domaine de Saint-Hippolyte, à Saint-Martin-de-la-Lieue.


 
 
 

4. Percheron (Orne, Eure-et-Loir, Sarthe, Loir-et-Cher)

La légende veut que ce soient les comtes du Perche, partis en croisade à Jérusalem, qui aient ramené des coursiers arabes pour les croiser avec leurs propres montures. Le percheron est un grand cheval, puissant et docile. Il a été utilisé pendant la Première Guerre mondiale avant que l'on s'aperçoive qu'il était beaucoup plus utile dans les campagnes pour le tractage de lourdes charges. Cette race de cheval de trait est la plus connue des races françaises de chevaux. Il était exporté dans le monde entier, surtout en Angleterre et aux États-Unis pour tirer les diligences.
Lors du week-end de l'Ascension, le percheron est la vedette de « Percheval », une fête populaire médiévale à Nogent-le-Rotrou, la capitale du Perche.


 
 

5. Oies du Gers

Le bonheur est dans le pré pour les 120 000 oies du Gers, toutes issues de souches locales, comme l'oie grise du Gers ou l'oie de Toulouse. Nourries exclusivement au maïs blanc, les oies fermières du Gers disposent généralement de vastes parcours herbeux. Destiné essentiellement à la production de foie gras, l'élevage des oies est concurrencé dans le Gers et dans tout le Sud-Ouest par un autre palmipède, le canard. Résultat : la part du foie gras d'oie dans la production de foie gras en France ne dépasse plus 5% aujourd'hui.
Un site Internet qui éveille les papilles : celui de l'association gersoise pour la promotion du foie gras (www.foie-gras-gers.com).


 
 

6. Agneau de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence)

Issu des élevages traditionnels de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et de la Drôme provençale, l'agneau de Sisteron provient exclusivement des races mérinos d'Arles, mourérous ou Préalpes du Sud. Élevé de manière extensive – au maximum 10 brebis à l'hectare et au minimum 10 hectares de parcours –, il n'est pas rare qu'il se déplace lors d'une transhumance estivale pour aller brouter de l'herbe un peu plus verte en montagne. Reconnu pour ses valeurs gustatives, l'agneau de Sisteron est par ailleurs allaité sous la mère pendant deux mois au moins.
Outre une page Facebook, l'agneau de Sisteron a aussi son site Internet (www.agneaudesisteron.fr).
 
 

7. Cochon sauvage (Corse)

Difficile de ne pas les croiser sur les routes de Corse ! Les cochons sauvages, en général des porcs domestiques, parfois issus de croisements avec des sangliers, se déplacent en liberté et en horde. On en dénombrerait près de 50 000 dans toute l'île. Livrés à eux-mêmes, ils se nourrissent de glands, de châtaignes, de racines et d'arbustes du maquis. Leur mode d'élevage extensif et leur alimentation sont à l'origine de la renommée de la charcuterie corse. Ils sont abattus dans des élevages familiaux après avoir grandis entre 12 et 24 mois.
Afin de combattre la coppa ou le lonzo corse fabriqués à base de porcs d'importation, un projet d'AOP est à l'étude pour la charcuterie corse.


 
 
 

8. Plateau du Bénou (Pyrénées-Atlantiques)

Hormis en été, c'est sur ce splendide plateau de montagne, en vallée d'Ossau, que vous pourrez vous glisser dans la peau d'un berger ou d'une bergère. Parsemé de granges et de cromlechs, c'est aussi le royaume des moutons, brebis, vaches et chevaux broutant une herbe bien grasse et verte, sous l'œil vigilant des vautours. Mais, pour rencontrer de vrais bergers et acheter en direct leur fromage ossau-iraty, rendez-vous chez Anne Rolland et Joseph Paroix, deuxième grange à droite en continuant sur la piste (05 59 82 64 24).
Après le village de Bilhères-en-Ossau, continuez vers le col de Marie-Blanque puis, dès que vous apercevrez une toute petite chapelle, garez-vous à côté et suivez la piste vers la gauche pour accéder au plateau.


 
 

9. Camargue (Bouches-du-Rhône)

Chevaucher Crin-Blanc sur les rives des étangs, jouer au cow-boy devant de fiers taureaux noirs ou monter en calèche pour admirer le ballet des flamants roses… Non, ce ne sont pas des scènes de film, mais bien des expériences à tenter au cœur de la Camargue. Une promenade à cheval à travers ce pays envoûtant est un must à ne pas manquer. Le temps d'une journée, certaines manades ouvrent aussi leurs portes pour partager quelques-unes de leurs traditions ancestrales : ferrade (triage et marquage des jeunes taureaux), dressage, jeux de gardians et courses à la cocarde. Pour conclure en beauté, on se régale autour d'une table d'hôte aux senteurs du terroir !
Faites attention au choix des prestataires, très nombreux, et de qualités diverses. De manière générale, privilégiez l'écotourisme.
 
 

10. Fête de la Transhumance, Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône)

Chaque année, au printemps, une marée blanche envahit Saint-Rémy-de-Provence. Des milliers de moutons au pelage ondulé font la ronde autour du cours central. Ils sont accompagnés de quelques chèvres, ânes et chiens de bergers. Faisant par deux fois le tour de la ville, tout ce beau monde perpétue la tradition de la transhumance. À l'arrivée de l'été, et avec lui, de la chaleur et la sécheresse, les bergers menaient leur troupeaux vers les alpages, quittant la Provence à pied. Leur voyage pouvait durer 10 jours. Aujourd'hui, le trajet est motorisé, mais la coutume est restée, et, avec elle, l'organisation de cette grande et belle fête.
La fête a lieu chaque année le lundi de Pentecôte. Attention, la circulation est bloquée et le stationnement interdit en centre-ville : il est conseillé de se garer sur les parkings périphériques.


Paramètres des cookies