1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Les trésors enfouis de Djibouti
Sports et activités

Les trésors enfouis de Djibouti

Texte par

Jean-Bernard Carillet (traduit de l'anglais par Anna Alvarez)

Mis à jour le : 13 juin 2018

Carte

Pour le snorkeling en compagnie des requins-baleines, Djibouti n’a pas son pareil. Nager aux côtés de ces majestueuses créatures est une expérience incomparable. Une foule d’aventures sous-marines vous attend là-bas, le pays comptant nombre d’épaves et de récifs à découvrir lors de sorties plongée adaptées à tous les niveaux. Cerise sur le gâteau : vous n’aurez pas à jouer des coudes pour profiter de l’expérience.

Golfe de Tadjourah : l’Île Moucha et l’île Maskali

Les meilleurs spots de plongée de Djibouti sont situés au large des îles Maskali et Moucha, dans le golfe de Tadjourah, qui renferme de nombreux sites adaptés à tous les niveaux. La superbe biodiversité marine, les récifs resplendissants (un véritable Jardin d’Éden !) et la rareté des plongeurs sont des atouts majeurs. Dans les îles comme sur le continent, Djibouti est empreint d’un goût de l’aventure qui pimente la plongée. Comptant parmi les plus beaux récifs, Tombant Point arbore des coraux florissants et une vie marine prolifique, tandis que le Canyon est un spot reposant, idéal pour les débutants. Le site des Patates Air France mérite aussi le détour. Il est connu pour ses bancs de mérous, surtout en période de reproduction (mars-avril).

gaterin-fish-coral-diving-djibouti-f.bassemayousse-fe0d06644e28.jpg

Banc de gaterins longeant un récif aux coraux chatoyants.

La présence d’épaves bien préservées est un autre argument de poids. Les amateurs raffolent du gigantesque Faon, un cargo de 120 m de long reposant sur le fonds sableux à 27 m de profondeur, totalement envahi par les créatures marines. L'Arthur Rimbaud, un remorqueur sabordé en 2005, est également prisé, tout comme le Nagfa, non loin, petit bateau éthiopien reposant à environ 32 m de fond.
 

La baie de Ghoubbet

Et maintenant le clou du spectacle : les requins-baleines qui fréquentent la baie de Ghoubbet, à l’extrémité ouest du golfe de Tadjourah. Ces animaux massifs et silencieux abandonnent chaque année leur zone d’alimentation habituelle pour les eaux chaudes de Djibouti le temps de s’accoupler et de mettre bas. En haute saison (novembre à janvier), il ne s’agit pas de savoir si vous en verrez ou non, mais combien vous en verrez. On peut observer jusqu’à dix individus à la fois près de la côte. Une séance de snorkeling parmi ces mastodontes vous laissera à coup sûr un souvenir indélébile. Leur grâce, leurs taches éclatantes (qui leur valent parfois le surnom de “dominos”) et leur taille surnaturelle vous ramèneront au temps des dinosaures et du Léviathan.

djibouti-whale-shark-diving-gettyimages-535101223-a497e7909c56.jpg

Les motifs complexes ornant le dos des requins-baleines leur ont valu le surnom de “dominos” au Djibouti.

Le fait d’approcher de si près la faune marine suscite forcément une polémique. Dans le monde entier, les agences non-professionnelles proposant des sorties d’observation des requins-baleines sont légions. Toutefois, un certain nombre d’agences djiboutiennes réputées ont mis en place des bonnes pratiques pour ces excursions. Ne faites appel qu’à des établissements reconnus, respectueux de l’environnement et des normes en vigueur, comme Dolphin. Les visiteurs doivent porter un gilet de sauvetage ou une combinaison de plongée, rester à distance respectueuse des plus grands poissons du monde, et s’abstenir de les nourrir ou de nager juste en dessous d’eux. Quant à chevaucher leur aileron, n’y songez même pas.
 

L’archipel des Sept Frères

Si vous voulez observer un fascinant banc de poissons pélagiques, rien ne vaut l’archipel des Sept Frères. Prisonniers du goulot formé par la mer Rouge et le golfe d’Aden, les “Sept Frères” encaissent de plein fouet les courants déchaînés qui balaient la côte deux fois par jour. L’eau froide verdâtre est projetée vers les plateaux rocheux et va alimenter les coraux mous colorés, ainsi que d’autres créatures qui se nourrissent du plancton. Les sept récifs sont d’une grande variété, de Rhounda Dhabali, en grande partie aride, à Rhounda Khomaytou qui grouille littéralement de vie. On y trouve des jardins en surface comme les jardins japonais de Kadda Dhabali, fréquentés par des danseuses espagnoles (nudibranches) et, la nuit, par des dizaines de homards.

les-sept-freres-archipelago-diving-djibouti-cf.bassemayousse-834491bb3be9.jpg

Coucher de soleil sur les Sept Frères, archipel comptant de nombreux spots de plongée à explorer de préférence à bord de bateaux de croisière de plongée.

On y trouve aussi de profonds dénivelés. La crête est de Rhounda Khomaytou, par exemple, est peuplée de mérous géants, de bancs de madeleineaux et de barracudas, et d’énormes nudibranches introuvables ailleurs dans la mer Rouge. Les espèces de l’océan Indien sont également bien représentées, avec des murènes nid d’abeille, des balistes océaniques et des tambours géants en abondance. Un autre site intéressant permet d’explorer une épave, La Dame Blanche, qui repose à 25 m au fond. Sachez que la plongée aux Sept Frères ne convient pas aux âmes sensibles à cause des eaux agitées et des forts courants. En raison de la distance, les excursions aux Sept Frères sont généralement organisées à bord de bateaux de croisière.
 

Conditions de plongée

Si on peut pratiquer la plongée toute l’année à Djibouti, la meilleure saison reste de novembre à mars. En juillet-août, la mer est parfois trop agitée pour la plongée. Il faut savoir que la visibilité est rarement supérieure à 10-15 m (et peut être réduite à 5 m sur quelques sites à certaines périodes de l’année). Les courants sont plus ou moins forts, mais restent généralement imperceptibles ou modérés, sauf dans l’archipel des Sept Frères, où les forts courants ne sont pas rares. La température de l’eau varie de 25 à 27°C pendant les mois les plus frais (de décembre à mars), et de 27 à 29°C en été. Vous n’aurez besoin que d’une combinaison de plongée de 3 mm d’épaisseur.

djibouti-diving-wreck-faon-cfrederic-bassemayousse-80d122ce0c94.jpg

Le Faon, cargo de 120 m de long échoué à 27 m au fond.

Équipements et services

À Djibouti, sur le contient, Dolphin est la seule agence de plongée professionnelle opérant hors de Djibouti-ville. Elle est affiliée à la CMAS et la PADI, deux organismes de formations internationalement reconnus. Le matériel est bien entretenu, les locaux bien équipés et le personnel, sympathique et chevronné, parle très bien anglais. On y propose des sorties plongée et snorkeling, ainsi que des circuits d’observation des requins-baleines (de novembre à janvier).
Pour en profiter le plus possible, optez pour un bateau de croisière : vous pourrez ainsi plonger plusieurs fois par jour, et quelquefois la nuit. Une croisière de plongée de six nuits dans le Golfe de Tadjourah et l’archipel des Sept Frères est un excellent moyen de profiter des meilleurs sites de plongée de Djibouti, d’éviter les longs trajets en bateau depuis/vers Djibouti-ville et de profiter au maximum de vos vacances de plongée. Des mini-croisières de 2 à 4 nuits sont également proposées. Parmi les agences professionnelles organisant de telles excursions, nous vous recommandons notamment Dolphin et Siyyan Travel & Leisure. Toutes deux disposent de yachts très confortables avec appartements privés. À la saison des requins-baleines, les excursions combinent en général plongée et observation des requins-baleines. Outre les sorties plongée, ces agences proposent des excursions de snorkeling.


Guide de voyage

Un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Éthiopie

Paramètres des cookies