-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. Les plus beaux villages d'artistes en France
France

Les plus beaux villages d'artistes en France

Mis à jour le : 7 août 2020

Carte

Faites une halte et sortez votre carnet, votre chevalet ou votre appareil photo. Pour qui veut jouer les artistes le temps d'un été, sélection des villages qui ont inspiré les plus grands noms. À votre tour de les immortaliser ! 

1. Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes)

Dès le début du siècle, ce petit village perché, cerné de vignes, était un passage obligé pour de nombreux artistes. Matisse, Modigliani, Jacques Prévert ou Giono ont fréquenté le village, et notamment sa fameuse auberge de La Colombe d'Or. Admirablement préservé, il abrite aujourd'hui dans son lacis de ruelles une concentration impressionnante de galeries d'art. Un conseil : après l'agitation de la journée, à l'heure où le soleil se couche, pourquoi ne pas vous laisser tenter par une promenade le long des remparts jusqu'au cimetière ?La célèbre Fondation Maeght, située à l'écart du centre du village, organise régulièrement des expositions d'art contemporain. 

lea-stander-6viukzyhypy-unsplash.jpg

Dans les rues de Saint-Paul-de-Vence

2. Barbizon (Seine-et-Marne)

Situé entre la forêt de Fontainebleau et la plaine, Barbizon fut, au XIXe siècle, le lieu de prédilection des peintres paysagistes. Le hameau se réduisait à une Grande-Rue bordée de modestes maisons quand, vers 1820, de jeunes peintres parisiens commencèrent à venir y peindre d'après nature. Dès qu'ouvrit l'auberge Ganne, ils y prirent pension en échange de peintures. Parmi ce premier groupe d'artistes, baptisé plus tard école de Barbizon, figurent Corot, Daubigny, Millet, Théodore Rousseau, etc. En 1863, les jeunes impressionnistes Monet, Renoir, Sisley viendront aussi à Barbizon mais n'y resteront guère.Le circuit découverte des peintres de Barbizon (www.barbizon-tourisme.com) mène de l'auberge Ganne et des maisons de Rousseau et de Millet aux futaies et chaos rocheux peints par Corot.

3. Saint-Cirq-Lapopie (Lot)

Chef de file du mouvement surréaliste, André Breton écrit, à propos de ce village médiéval perché au-dessus du Lot, qu'il a découvert par hasard en 1950 « j'ai cessé de me désirer ailleurs ». L'auteur de L'Amour fou y achète, dans la foulée, une ancienne demeure de chevaliers, l'Auberge des Mariniers, dans laquelle il vient tous les ans, jusqu'à sa mort en 1966. Saint-Cirq-Lapopie devient alors, pendant les séjours estivaux de Breton, une plaque tournante du surréalisme, où ses amis artistes, parmi lesquels Man Ray, Dalí, Picabia, Toyen ou encore Max Ernst séjournent régulièrement.Une quinzaine de galeries d'artistes, parfois loin du surréalisme, sont présentes dans les ruelles pavées de Saint-Cirq-Lapopie. 

adobestock_168734112.jpeg

Le peintre André Breton a eu un coup de foudre pour le village de Saint-Cirq-Lapopie, dans le Lot

4. Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise)

« Il y a beaucoup de bien-être dans l'air » écrivait Van Gogh à son frère Théo en parlant d'Auvers-sur-Oise, « assez loin de Paris pour que ce soit la vraie campagne ». Cela reste vrai. C'est en s'installant ici durant la deuxième moitié du XIXe siècle que le peintre Daubigny, puis le docteur Gachet, collectionneur d'art, font d'Auvers le berceau de l'impressionnisme. Suivront Pissaro, Cézanne et Van Gogh qui, avant de se tirer une balle en pleine poitrine, peindra plus de 70 toiles… en 70 jours ! Des tableaux si connus aujourd'hui que les lieux nous semblent familiers.Outre l'atelier de Daubigny et la maison du docteur Gachet, le musée de l'Absinthe vous fait pénétrer dans l'univers intime des impressionnistes.

 

5. Céret (Pyrénées-Orientales)

Le vieux bourg de Céret, tortueux, escarpé, ombragé par des platanes centenaires, reçoit du ciel catalan une lumière abrupte qui scinde le volume des toits et du relief environnant. On comprend qu'il ait abrité le laboratoire du cubisme quand, avant 1914, Picasso, Braque et Juan Gris y prenaient pension. Mais d'autres peintres, comme Chagall et Soutine, l'ont aussi fréquenté. Cette capitale du Vallespir semble avoir noué un pacte avec les artistes, dont le très beau musée d'Art moderne expose des œuvres majeures. Vous y verrez notamment les coupelles de Picasso sur le thème de la tauromachie, une des passions locales.Près du couvent des Capucins, on peut voir la maison Delcros. Picasso et Braque y séjournaient à l'étage. Elle est demeurée en l'état mais ne se visite pas.

6. Pont-Aven (Finistère)

On associe Pont-Aven à Paul Gauguin, Paul Sérusier, Émile Bernard… Autant de grands peintres qui, à la fin du XIXe siècle, charmés par cette petite ville du Finistère Sud, ses lumières et ses effets changeants, par la diversité des paysages de la ria de l'Aven, ses collines boisées, son port, ses chapelles, et les hameaux alentour, y posèrent leur chevalet et leurs tubes de couleur durant une quinzaine d'années. Terre d'inspiration des peintres, Pont-Aven a donné son nom à une école. Et même si cet héritage est aujourd'hui devenu un fonds de commerce, la ville a su garder de son authenticité, dans ses paysages.Le musée municipal des Beaux-Arts de Pont-Aven constitue une excellente introduction aux grands peintres qui forgèrent sa réputation. 

adobestock_281830941.jpeg

Port de Pont-Aven

7. Collioure (Pyrénées-Orientales)

Le port de Collioure, les remparts de l'ancienne résidence d'été des rois de Majorque et le clocher à coupole de l'église Notre-Dame-des-Anges sur fond bleu… Vous entrez dans un tableau. Vous pouvez même suivre un chemin graphique qui rend hommage aux peintres venus planter leur chevalet au milieu des filets des pêcheurs. En parcourant le site, souvenez-vous que Collioure, l'atelier du fauvisme avec Matisse et Derain, visité par Dufy, Marquet et tant d'autres, a d'abord été pour ces artistes l'occasion de se libérer de l'emprise du visible. Alors, oubliez le décor balisé et peut-être saurez-vous découvrir que ce village assis sur les flots, si souvent représenté dans un chatoiement lumineux, doit d'abord sa beauté au dessin de son anse et à la pureté de ses volumes architecturaux.

robin-alves-e7n6z4czop8-unsplash.jpg

Visitez Collioure hors saison, pour ne pas avoir l'impression d'être à Montmartre-sur-Mer.
 

8. Ménerbes (Vaucluse)

Ménerbes possède un charme fou. Lézardant le long d'une échine rocheuse, jardins et demeures raffinées rappellent les personnalités qui vécurent ici. Peintres, poètes, photographes, producteurs, écrivains… De nombreuses âmes d'artistes tombèrent amoureuses du lieu. En 1953, Nicolas de Staël s'installa dans le petit château du Castellet. De 1944 jusqu'à sa mort, Dora Maar, compagne et muse de Picasso, vécut dans la maison que le peintre lui avait achetée. En face, un jardin rend hommage à l'artiste Joe Downing. Et, plus récemment, l'écrivain Peter Mayle y a laissé une forte empreinte en publiant un best-seller : Une année en Provence.La maison de Dora Maar, bien indiquée, se situe non loin de la mairie. Celle de Nicolas de Staël est à la pointe du village, en contrebas. L'écrivain Peter Mayle, quant à lui, s'est depuis réfugié à Lourmarin.

valentin-b-kremer-qn7nekatmd4-unsplash.jpg

 Le petit port de Saint-Tropez a d'abord été la capitale des néo-impressionnistes

9. Saint-Tropez (Var)

Avant la star Saint-Tropez, il y eut la muse. Le premier à être séduit fut Maupassant, en 1888. Le deuxième, Paul Signac, laissa une trace majeure : il fit du petit port endormi la capitale des néo-impressionnistes, et accueillit Matisse, Dufy, Bonnard ou Manguin. Très vite, la presqu'île attire les artistes au sens large. Avec Colette, installée dès 1925 sur la baie des Canoubiers, viennent Kessel, Saint-Exupéry, Guitry, Cocteau, Jouvet… À Marlène Dietrich et Hemingway succèdent Sartre et Beauvoir, Boris Vian, Françoise Sagan. Puis, en 1955, arrive une jeune première : Brigitte Bardot. C'est l'explosion.Ne manquez pas la superbe collection du musée de l'Annonciade. Autour, les paysages (peints sur les toiles) n'ont heureusement pas changé ! 

michael-shannon-uda2slid8ek-unsplash.jpg

Antibes, station balnéaire entre Cannes et Nice, a séduit de nombreux écrivains

10. Antibes (Alpes-Maritimes)

Antibes a inspiré les artistes. Les écrivains, d'abord, au XIXe siècle, avec George Sand, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant ou Jules Verne. Puis des peintres, comme Raoul Dufy ou Claude Monet, qui écrivit : « Ce que je rapporterai d'ici sera la douceur même, du blanc, du rose, du bleu, tout cela enveloppé de cet air féerique. » Dans les années 1920 affluèrent des écrivains américains : F. Scott Fitzgerald (qui organisa avec sa femme, Zelda, des fêtes endiablées), John Dos Passos et Ernest Hemingway. Plus tard succombèrent également aux charmes de la ville Louis Aragon, Jean Cocteau, Jacques Prévert, Pablo Picasso, Marc Chagall ou encore Nicolas de Staël.Ne manquez pas la visite du superbe musée Picasso, dans le château Grimaldi.