1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les plus beaux monastères du monde
Idées de voyage

Les plus beaux monastères du monde

Carte

Petite immersion dans quelques hauts lieux de la spiritualité.

1. Skellig Michael (Irlande)

Appartenant au petit archipel des Skelligs, au large des côtes sud de l’Irlande, dans le comté de Kerry, cet îlot rocheux très isolé aurait accueilli une communauté monastique dès le VIe siècle. Les moines vivaient particulièrement reclus, dans des conditions difficiles, exposés à la rudesse du climat et des vents de l’Atlantique. L’ensemble monastique accroché sur les pentes abruptes de l’îlot fut abandonné vers 1100. Il est aujourd’hui peuplé de colonies de macareux. L’isolement de Skellig Michael a permis un état de préservation exceptionnel de ces maisons construites en pierres plates, sans mortier, évoquant des ruches, et de la chapelle tout en haut de l’île.
La traversée en bateau la plus rapide (45 minutes) jusqu’à Skellig Michael se fait au départ de Portmagee, sur la péninsule d’Iveragh.

2. Couvent de Novodievitchi, Moscou (Russie)

Novodievitchi a été érigé aux XVIe et XVIIe siècles dans le style baroque moscovite, et figure à ce titre sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. À la fois couvent et forteresse, il abrite des églises en brique rouge, dont la cathédrale Notre-Dame de Smolensk, surmontée de clochers aux dômes dorés. Dans les années 1920, les bolcheviks le firent fermer et le transformèrent en musée, ce qui permit sans doute à ces trésors d’échapper à la destruction. Jouxtant le monastère, un cimetière accueille les hauts personnages de la Mère Russie. D’illustres artistes (Tchekhov, Prokofiev) côtoient ainsi des hommes politiques (Khrouchtchev, Eltsine) pour l’éternité.
La station de métro la plus proche est Sportivnaya. En hiver, vous pourrez patiner ou effectuer une sortie en traîneau sur le lac voisin.


Couvent de Novodievitchi, Russie. cercamon

3. Selime (Turquie)

La vallée d’Ihlara, en Cappadoce (Turquie), abrite des villages et une soixantaine de chapelles, d’églises et de monastères rupestres, dont certains remontent au IVe siècle. Le tuf volcanique de la région était si malléable qu’il était facile de creuser des habitations dans la roche. Selime est un site si impressionnant et si vaste qu’il a été qualifié de “cathédrale” : les moines occupaient ici tout un réseau troglodyte réunissant dortoirs, cuisines, étables et lieux de prière. Lorsque cet ensemble fut découvert au XIIIe siècle, les murs étaient encore ornés de fresques lumineuses, de style byzantin – la plupart sont aujourd’hui effacées. Pénétrer dans ce sanctuaire est une expérience magique. On en ressort en clignant des yeux, ébloui par la lumière et par la beauté de cette vallée au paysage lunaire.
Comptez 7-8 heures de marche entre le village d’Ihlara (au sud) et Selime (au nord). Par souci de préservation, beaucoup de sites sont fermés à la visite.

4. Taktshang (Bhoutan)

Le Bouddha Padmasambhava, connu sous le nom de Guru Rinpoché (“précieux maître”), aurait volé sur le dos d’un tigre jusqu’à ce monastère, situé à plus de 3 000 m d’altitude, sur les contreforts de l’Himalaya. Au Bhoutan, pays empreint de mysticisme, Taktshang (“Nid du Tigre”) est l’un des monastères les plus vénérés. Cet ensemble de temples aux toits évasés et aux murs blancs – est accroché à une paroi de granit, à 900 m au-dessus de la vallée de Paro. On s’y rend à pied – une ascension à couper le souffle, au propre comme au figuré.
Le point de départ du sentier menant à Taktshang se situe à 2 600 m d’altitude (comptez 1 heure 45 de marche).


Taktshang, Bhoutan. Stefan Krasowski

5. Vat Xieng Thong, Luang Prabang (Laos)

Emblème religieux de l’ancienne capitale royale du Laos et haut symbole du bouddhisme, le Vat Xieng Thong, fondé au XVIe siècle, est quasiment le seul monastère de Luang Prabang à avoir été épargné lors du pillage orchestré par les Pavillons noirs en 1887. Le “monastère de la Cité d’or”, sans doute le plus beau du pays, porte bien son nom, avec ses intérieurs décorés de nombreuses dorures. Le temple principal est orné de motifs chatoyants s’inspirant du Ramayana (poème épique indien), sous le regard tranquille d’un bouddha en or. Ne manquez pas la procession quotidienne des aumônes, effectuée à l’aube par les moines.
La meilleure période pour une visite se situe entre novembre et janvier ; de février à mai, l’air de Luang Prabang est enfumé par l’agriculture sur brûlis.

6. Monastère de Rila (Bulgarie)

Niché au pied du massif de Rila, ce merveilleux monastère orthodoxe de Bulgarie, fondé au Xe siècle, a subi moult attaques et incendies au cours des siècles. Symbole de la spiritualité slave dans les Balkans, l’édifice actuel date en grande partie de la Renaissance nationale et culturelle bulgare au XIXe siècle, après des siècles de domination ottomane. Avec ses arches et ses colonnades rayées, ses massives coupoles et sa vaste superficie, le monastère frappe les esprits. Ses fresques – on y découvre notamment de multiples représentations du Jugement dernier –, ainsi que l’iconostase en bois sculpté de la cathédrale, éblouissent.
L’excursion peut se faire à la journée depuis Sofia ; les bus locaux effectuent le trajet en 2 heures 30.


Monastère de Rila, Bulgarie. abac077

7. Abbaye de Montserrat (Espagne)

Cette abbaye bénédictine, accrochée à un affleurement rocheux à 1 230 m d’altitude, à 40 km de Barcelone, renferme plusieurs trésors. En premier lieu, La Moreneta, petite statue d’une Vierge noire qui, diton, ne peut être déplacée. Une chapelle, érigée pour l’accueillir, est devenue un lieu de pèlerinage où vit encore une communauté monastique. La culture tient ici une grande place – en témoignent la riche bibliothèque, le musée et l’Escolania, une manécanterie (choeur d’enfants), accueillant une cinquantaine de jeunes garçons.
Tâchez de visiter la basilique à 13h (12h le dimanche) pour écouter le choeur de l’Escolania.

8. Santa Catalina, Arequipa (Pérou)

Ce beau et gigantesque couvent de style mudéjar a été fondé en 1580 par une riche veuve, qui n’y acceptait que des novices issues de l’aristocratie locale, celle des colons espagnols, et les autorisait à s’entourer de servantes. Dans les années 1870, une supérieure mit fin à cette vie de nonnes menant grand train ! Un siècle plus tard, le gouvernement autorisa l’ouverture du couvent aux visiteurs et ceux-ci sont aujourd’hui bien plus nombreux que les nonnes dans la citadelle fortifiée. Une trentaine de religieuses occupent encore une partie du couvent, tandis que les allées colorées, les cours fleuries, les escaliers secrets et même la cour du Silence (où les nonnes priaient et récitaient leur chapelet) sont accessibles à tous.
Santa Catalina, Arequipa, Pérou (www.santacatalina.org.pe) est ouvert tous les jours, de 9h à 17h ; son petit café propose des en-cas.


Santa Catalina, Pérou. dongyuan

9. Monastère suspendu, Datong (Chine)

Construit à flanc de montagne, le Monastère suspendu est soutenu par des étais à la paroi du Heng Shan, un mont sacré du taoïsme, dans le Shanxi. Avec ses avant-toits caractéristiques, ses passerelles branlantes, ses escaliers en pierre et un ensemble rare d’éléments confucéens, taoïstes et bouddhistes, son architecture étonne. En dépit de son apparence fragile, il faut saluer sa longévité : l’édifice est presque intact depuis 1 500 ans. Le monastère est à 65 km de Datong, situé dans le Nord-Est de la Chine.
Les grottes de Yungang, à 16 km de Datong, sont le plus ancien ensemble de sculptures bouddhiques de Chine.


Monastère suspendu, Chine. Pierre-Mary Thibault

10. Monastère Sainte-Catherine (Égypte)

C’est l’un des plus anciens monastères chrétiens encore en activité ! Il a été édifié au VIe siècle au pied du mont Sinaï (Djebel Musa) en Égypte, où Moïse aurait reçu les Dix Commandements. Il renferme une église dédiée à la Vierge puis à sainte Catherine, la chapelle du Buisson ardent, haut lieu de pèlerinage, une bibliothèque riche en manuscrits précieux, et des icônes de toute beauté. Au coeur d’un site sacré pour les musulmans et les chrétiens, ce monastère orthodoxe, d’architecture byzantine, a tout d’une forteresse, derrière ses murs d’enceinte de 11 m de haut ! Le sommet du mont Sinaï (2 285 m) est un merveilleux endroit pour regarder le jour se lever sur cette terre biblique, parée de teintes ocre rose.
Pour assister au lever du soleil au sommet (couvrez-vous bien en toute saison car les températures sont glaciales), le moins fatigant est de suivre le chemin des chameliers pour monter et les marches du Repentir pour redescendre.


Monastère Sainte-Catherine. Égypte. Bruno!
 
1000 choses à voir

D'autres lieux historiques dans le livre 1000 choses à voir dans le monde publié chez Lonely Planet. 

 
Source de l'image

evaneos