1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les phénomènes optiques les plus troublants
Idées de voyage

Les phénomènes optiques les plus troublants

Mis à jour le : 30 janvier 2014

Carte

Vous n’en croirez pas vos yeux ! Pourtant, ces étranges phénomènes, qui ont longtemps inquiété, sont désormais décryptés par les scientifiques et garantis 100% naturels. 

1. Fata Morgana (Antarctique)

Ce phénomène optique se produit dans les régions polaires, par une superposition des couches d’air chaud et d’air froid. Les mirages sont provoqués par les reflets renvoyés par l’eau, la glace ou la neige. La perception des reliefs est altérée et le monde apparaît en deux dimensions. Le phénomène se conjugue à une inversion des rayons lumineux et l’observateur a l’illusion de formes solides et précises là où il n’y a rien. Des objets lointains semblent alors tout proches. Ainsi, les premiers explorateurs avaient-ils fait figurer sur leurs cartes des îles, des caps et des chaînes de montagne que nul ne revit jamais. Le joli nom de Fata Morgana fait référence à la fée Morgane (fata morgana en italien), personnage de la légende arthurienne, à qui l’on a attribué la paternité de ces phénomènes au Moyen Âge.
Pour un voyage en Antarctique, choisissez un prestataire membre de l’International Association of Antarctic Tour Operators (www.iaato.org), qui promeut le tourisme responsable.


Fata Morgana en Antarctique. Sandwichgirl

2. Feux de saint-Elme (Écosse)

Ces manifestations électriques sont dues à un conflit entre des masses d’air de températures très différentes. Elles prennent la forme d’un halo scintillant, observable notamment à l’extrémité des mâts des bateaux par temps d’orage. Les marins se réjouissaient en général de cette vision, signe que la tempête s’apaisait. C’est leur saint patron, Elme, qui a donné son nom au phénomène. L’auteur de Moby Dick, l’écrivain Herman Melville y voyait le “doigt brûlant de Dieu”. Ces halos sont fréquemment observés sur les hauteurs du château d’Édimbourg, perché sur un éperon rocheux.
Empruntez le Royal Mile jusqu’au château qui domine la ville d’Édimbourg.

3. Rayon vert (France)

Le “rayon vert”, déjà évoqué par Jules Verne, est un phénomène optique rare et complexe, que l’on observe parfois immédiatement après le coucher du soleil (ou le lever), lorsqu’une tache verte semble flotter juste au-dessus de l’astre. Cette vision résulte d’une combinaison de facteurs liés à la réfraction de la lumière, l’épaisseur de l’atmosphère et la courbure de la Terre. Aimé des âmes romantiques, qui cherchent volontiers à l’apercevoir, le rayon vert est associé à la nature ineffable et transitoire de l’existence, comme pour les personnages du film Le Rayon vert, d’Éric Rohmer (1986), dont l’action se déroule à Saint-Jean-de-Luz, sur la Côte basque.
En attendant le coucher du soleil, dégustez poissons et fruits de mer sur le port de Saint-Jean-de-Luz. Vous pourrez guetter le rayon vert à chaque lever ou coucher du soleil devant l’Océan.


Rayon vert. Genista

4. Aurore boréale (Norvège)

Ces lumières polaires, appelées aurores boréales dans l’hémisphère Nord et aurores australes dans l’hémisphère Sud, constituent un spectacle magique lors des longues nuits d’hiver dans les régions proches des pôles. Ce phénomène provient de l’interaction entre les particules solaires (dues aux éruptions du soleil) et le champ magnétique de la Terre. Les particules entrent en collision avec les gaz atmosphériques et émettent des photons (particules de lumière), qui créent ces voiles lumineux aux nuances de vert, de rouge, de blanc, de bleu ou de violet.
À une latitude de 69°N, la ville d’Alta en Norvège est un bon point d’observation des aurores boréales.


Aurore Boréale, Haukur Herbertson

5. arc-en-ciel, chutes d’iguazÚ (argentine/brésil)

Certes, vous avez déjà vu un arc-en-ciel, phénomène optique et météorologique assez répandu, lorsque le soleil, par exemple, fait son apparition après une belle pluie. Mais que diriez-vous de vous approcher plus près de l’arc-en-ciel jusqu’à pouvoir – presque – le toucher ? Pour cela, rien de mieux qu’une chute d’eau ; en tombant, elle vaporise de l’eau dans l’air. La lumière, réfractée et partiellement réfléchie par les gouttes d’eau, est dispersée ; ainsi se forme l’arc-en-ciel, qui dépend de votre angle de vision. Les chutes d’Iguazú (Brésil), par leur nombre et leur force fracassante, sont particulièrement propices à ce phénomène qui reste toujours magique. L’eau en suspension dans l’air et le soleil très présent vous auréolent des soi-disant  sept couleurs – en fait, le spectre lumineux entier.
La chute la plus impressionnante est la Garganta del Diablo. Afin de mieux apprécier l’effet d’optique, prenez un bateau pour vous en approcher.


Arc-en-ciel sur les chutes d'Iguazú, Terry Feuerborn

6. Spectre de Brocken (Allemagne)

Cet extraordinaire phénomène optique tire son nom du plus haut sommet du massif du Harz, qui culmine à 1 141 m, dans la province allemande de Saxe-Anhalt, près de Goslar en Allemagne. Il se produit en général près de hauts sommets, lorsque l’atmosphère est humide et le soleil bas. Ceux qui en font l’expérience peuvent alors voir leur ombre nimbée d’un halo lumineux, en général au niveau de la tête. On imagine aisément les pouvoirs que devait conférer une telle aura, considérée comme une manifestation divine dans des temps plus anciens.
La compagnie Berlin Linien Bus (www.berlinlinienbus.de) dessert Goslar, porte d’entrée du Harz, pour environ 40 €. 


Spectre de Brocken, Gerald Davidson

7. Colline magnétique (Inde)

Terres de hauts cols enneigés et de gompas (monastères) isolés, les paysages du Ladakh, aux portes du Tibet (Inde du Nord), enflamment l’imagination. C’est ici que se produit parfois le phénomène dit de la “colline magnétique”, où la gravité s’inverserait et où des véhicules remonteraient des pentes en étant au point mort. Des récits relatent même que des avions auraient été entraînés hors de la piste par la force magnétique. Il s’agit en réalité d’une illusion d’optique : la pente est en fait une très légère descente que l’on ne perçoit pas, car les paysages environnants et l’horizon montagneux brouillent les points de repère habituels.
Signalée par une pancarte, la “colline magnétique” est à 30 km de Leh, capitale du Ladakh, et accessible par la nationale Leh-Kargil-Baltic.

8. Mirage, désert du sahara (tunisie)

Il s’agit d’un phénomène courant, consistant à percevoir une image déformée d’un objet réel beaucoup plus éloigné. Le mirage est dû à un effet d’optique, lié aux différences de température de l’air et à la propagation des rayons lumineux issus de l’objet distant. Ainsi, la chaleur du désert semble faire trembler l’air et miroiter l’eau sur la route. Le mirage de l’oasis en plein désert est bien connu du voyageur épuisé. La région du Chott-El-Djerid est célèbre pour ses mirages ; cette zone saline et humide du Sahara, extrêmement chaude, crée des conditions parfaites pour apercevoir des images trompeuses à l’horizon.
La ville de Tozeur (Tunisie) est une des portes du Sahara. Faites étape ici et préparez votre excursion accompagnée en 4x4.


Mirage, Egypte. Michael Gwyther-Jones

9. Démons de Paasselkä (Finlande)

Également appelé flammerole ou feu follet, ce phénomène lumineux fait référence à une petite flamme qui apparaît de nuit, souvent dans des zones marécageuses. Le feu follet semble parfois reculer lorsque celui qui l’observe s’approche ou, au contraire, suivre le visiteur. Le lac Paasselkä (Finlande) est réputé pour accueillir ces flammeroles, qui ont même été filmées. Si, dans le folklore finlandais, elles signalaient les lieux où étaient cachés des trésors, la plupart des cultures y voyaient une manifestation de revenants ou d’esprits maléfiques, visant à entraîner les voyageurs à leur perte ou annonciatrice d’une catastrophe.
Les Finlandais considéraient jadis le début de l’automne comme la meilleure période pour la quête des trésors indiqués par ces feux follets...

10. Faux soleils (Mali)

Ce phénomène connu sous le nom scientifique de parhélie est un halo ou une tache lumineuse (un “faux soleil”), visible de part et d’autre du soleil, parfois pendant une période de plusieurs heures. Il s’agit en réalité de cristaux de glace, contenus dans des nuages de haute altitude, formant des prismes dans les airs, que l’on aperçoit surtout lorsque le soleil est proche de l’horizon. Jadis, les Anciens les considéraient comme un mauvais présage. Dans le nord du Sahel, aux franges du Sahara, la ville de Tombouctou (Mali), avec son architecture en adobe, offre un cadre idéal pour observer les parhélies. 
Pendant la saison sèche, des 4x4 fatigués relient Mopti à Tombouctou presque tous les jours (environ 14 € par personne).

1000 choses à voir

Retrouvez encore plus de paysages incroyables dans le livre 1000 choses à voir dans le monde publié chez Lonely Planet. 

Photo : Gerald Davidson


Paramètres des cookies