1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les 10 meilleures expériences de voyage responsable
Idées de voyage

Les 10 meilleures expériences de voyage responsable

Mis à jour le : 6 mars 2017

Carte

Si pour vous voyager signifie se libérer de la civilisation et retourner (en toute conscience) à la nature, vous avez l'embarras du choix ! Les destinations de rêve ne manquent pas : faire du kayak de mer aux îles Fidji, aller rendre visite aux gorilles du Rwanda ou encore vous lancer dans une croisière blanche en Antarctique... On vous aide à voyager responsable. 

1. Être bénévole dans un parc national (États-Unis)

En travaillant comme bénévole dans un parc national aux États-Unis, vous pourrez vous endormir bercé par le hurlement des loups et compter les ours en cas d’insomnie. Les emplois confiés aux bénévoles vont de guide touristique à chercheur scientifique. Ils constituent surtout une occasion unique de s’immerger dans une nature sauvage. Le bénévolat est une aide précieuse pour les parcs nationaux, éternellement à cour d’argent.
Consultez le site www.nps.gov/getinvolved/volunteer.htm. Des résidences d’artistes sont également possibles.

fotolia_63147895_subscription_monthly_xl.jpg

Travailler en tant que bénévole dans un parc national aux Etats-Unis vous permettra de vous immerger en pleine nature sauvage.

2. Rencontrer les grands carnivores (Roumanie)

C’est sur les alpages de Roumanie qu’on trouve la plus importante concentration européenne de grands carnivores comme l’ours, le lynx ou le loup. Le Carpathian Large Carnivore Project organise, en partenariat avec des agences de voyages, des circuits écotouristiques visant à protéger l’habitat et le développement des petites communautés. Ces circuits à faible impact environnemental profitent à l’économie locale (les participants sont logés en chambres d’hôtes) et font la preuve que grands carnivores et humains peuvent coexister.
Infos sur www.lcie.org.
D’autres voyages “écovolontaires” sur www.goeco.org

 

3. Partir à la découverte de la mangrove (Guadeloupe)

La réserve naturelle du Grand Cul-de-Sac marin abrite plusieurs écosystèmes, dont une mangrove (eau salée). Forêt relativement pauvre en espèces végétales, elle est le milieu favori de certaines espèces animales comme les crustacés, le grand héron ou le balbuzard. Il est possible de la visiter en VTT de mer, des engins qui ressemblent à des pédalos mais bien plus légers et au moins 5 fois plus rapides. En compagnie d’un guide naturaliste, on pénètre dans les endroits les plus sauvages et reculés de la mangrove, sans déranger les dizaines d’oiseaux qui s’y logent.
Rendez-vous sur le site www.belmangrove.com, recommandé par le parc national de Guadeloupe.
 

4. Faire du kayak de mer (Fidji)

Pagayez dans des bas-fonds turquoise dignes d’une carte postale, au milieu des récifs, des bancs de poissons et des tortues qui font surface de temps à autre. Se déplacer en kayak de mer sur les eaux des îles Fidji, en plein milieu du Pacifique, et bivouaquer dans les villages traditionnels vous permet d’avoir un impact quasi nul sur cet environnement splendide. Pour l’excursion de neuf jours que propose Southern Sea Ventures, il est nécessaire d’avoir une certaine endurance et d’aimer le kava – une boisson locale au goût particulier.
Renseignements sur le site de Southern Sea Ventures.

fotolia_40173034_subscription_monthly_m.jpg

Découvrir un environnement splendide sans impact ou presque ? On craque pour une excursion en kayak dans les îles Fidji.

5. Se surpasser lors d'une randonnée (Bhoutan)

Au Bhoutan, dernier royaume bouddhiste de la planète, la réussite se mesure en termes de bonheur national brut. Dans un tel pays, la préservation de l’environnement, tant culturel que naturel, n’est pas une vue de l’esprit. Votre voyage en ces terres passera obligatoirement par un circuit avec un opérateur approuvé par le gouvernement (www.tourism.gov.bt). Celui-ci vous emmènera probablement marcher dans les pâturages des yacks, tout là-haut dans l’Himalaya. Isolé du reste du monde par son relief, le Bhoutan est encore couvert de forêt à 70%.
Préparez-vous physiquement en arpentant les rues de Thimphu, la capitale. Plus d’infos sur www.trekkinginbhutan.com.
 

6. Observer des cétacés (France, Italie, Monaco)

Le sanctuaire Pélagos est un espace maritime de préservation des cétacés qui s’étend de la presqu’île de Giens à la Toscane en passant par la Corse et la Sardaigne. On recense dans cette zone plus de 8 500 espèces animales macroscopiques. En été, entre 300 et 1 000 rorquals communs et environ 25 000 dauphins bleu et blanc fréquentent le périmètre. Si vous souhaitez partir à la rencontre de ces grands mammifères marins, contactez l’une des sociétés qui proposent des sorties d’observation respectueuses de l’environnement.
L’association Souffleurs d’écume, qui œuvre à la protection des cétacés en Méditerranée, pourra vous fournir les informations nécessaires.

fotolia_9371702_subscription_monthly_l.jpg

Partez à la découverte du sanctuaire Pélagos, situé en mer Méditerranée, entre la Sardaigne, la Corse et la Toscane.

7. Embarquer pour une croisière blanche (Antarctique)

Nulle part ailleurs que dans la blancheur sauvage de l’Antarctique vous ne verrez régulièrement des baleines faisant trempette entre les icebergs, des pingouins par centaines de milliers, des albatros caquetant au-dessus de vos têtes et des éléphants de mer rotant négligemment. Environ 30 navires de croisière opèrent dans l’Antarctique, tous tenus de respecter les règles pour un impact environnemental minimal édictées par l’International Association of Antarctic Tour Operators (IAATO).
Avant de réserver, vérifiez que votre opérateur suit les directives de l’IAATO. L’annuaire de l’IAATO répertorie plus de 100 opérateurs dans le monde. 

fotolia_66973845_subscription_monthly_m.jpg

Pour voyager en Antarctique, les navires sont tenus de respecter des règles strictes afin de respecter l'environnement.

8. À la découverte des Indiens d’Amazonie (Bolivie)

Situé au cœur de la Bolivie amazonienne, le Chalalán Lodge est un groupe de bungalows installé dans un secteur regroupant 11% des espèces animales et végétales de la planète. Il est entièrement géré par les Indiens Quechua, une partie des profits réalisés servant à financer des projets sanitaires et éducatifs. La plupart des hôtes de ces lieux partent explorer quelques-uns des 14 sentiers bien balisés le matin et passent l’après-midi dans un hamac.
La saison sèche (mai à octobre) est la meilleure période de l’année pour s’y rendre. Depuis Rurrenabaque, prenez la direction du parc national Madidi, 30 km à l’ouest.
 

9. Vivre au rythme des Bochimans de Kalahari (Namibie)

Si vous logez au Tsumkwe Lodge, vous devrez participer aux activités quotidiennes des San (Bochimans de Kalahari), ces hommes qui survivent dans le désert de Kalahari, en Namibie, depuis 40 000 ans au bas mot. Les sorties matinales peuvent être consacrées à la cueillette des “fruits” du désert (baies et tubercules) ou à l’observation d’une belle chasse à l’antilope. Expert Africa, au Royaume-Uni, travaille en partenariat avec le lodge et peut conseiller les voyageurs indépendants.
Les voyages ont généralement lieu entre juillet et octobre.
 

10. Découvrir les gorilles dans la brume (Rwanda et Ouganda)

Partager une heure avec les gorilles dans la jungle est une expérience inoubliable qui demande tout de même un petit effort. Votre guide virtuose de la machette et vous-même risquez de passer une bonne partie de la matinée à pister une famille de gorilles et le coût peut être prohibitif. Ce type de tourisme est limité au Rwanda et à l’Ouganda et soumis à des règles strictes.
Steppes Travel a mis au point un itinéraire de 5 jours en collaboration avec des ONG œuvrant pour la préservation des gorilles.

fotolia_50853160_subscription_monthly_m.jpg

Vivez un moment privilégié en pistant des gorilles au Rwanda !

Paramètres des cookies