1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. France : les chefs-d'œuvre du gothique
France

France : les chefs-d'œuvre du gothique

Mis à jour le : 9 janvier 2017

Carte

Né dans le nord de la France avant d'essaimer dans toute l'Europe, le style gothique, flamboyant, rayonnant ou tardif, habille la plupart des belles cathédrales et a marqué l'architecture aussi bien religieuse que civile.
 

1. Basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

La reconstruction de l'abbaye royale de Saint-Denis, menée à partir de 1122 par l'abbé Suger, constitue l'acte fondateur de l'art gothique, diffusé ensuite dans toute l'Europe. La nouvelle basilique fut le champ d'expérimentation de nouvelles techniques architecturales qui allaient faire école, telles les voûtes sur croisées d'ogives ou les roses et autres grands vitraux, d'où tombe cette lumière colorée qui baigne l'édifice. À ces premières innovations s'en ajoutèrent d'autres lors de la reconstruction du XIIIe siècle, qui, entre autres, agrandit la nef et le transept, ajouta les arcs-boutants et multiplia les baies jusqu'à faire disparaître les murs.
Saint-Denis fut la nécropole des rois de France. On peut y admirer plus de 70 tombeaux sculptés (www.tourisme93.com/basilique).


 
 

2. Cathédrale Notre-Dame de Laon (Aisne)

D'où que l'on vienne en Picardie, on distingue de très loin sa silhouette massive et les cinq tours (il en était prévu sept) qui la rendent si spécifique. Construite au XIIe siècle (en moins de 50 ans) au sommet de la « montagne » de Laon, elle est l'un des tout premiers bâtiments gothiques de France et a influencé la construction de Notre-Dame de Paris, Reims, Chartres, Dijon ou encore Lausanne. Observez la superbe rosace au-dessus de l'orgue : la mise en scène et l'expression des personnages est typique de ce style « gothique primitif », qui s'affranchit peu à peu de l'art roman.
Au mois d'août, à 22h30, un spectacle son et lumière à voir en famille anime le parvis de la cathédrale (www.tourisme-paysdelaon.com).


 
 

3. Sainte-Chapelle (Paris)

Joyau du gothique rayonnant, la Sainte-Chapelle fut érigée en un temps record (1241–1248) au sein du palais de la Cité, sur ordre de Saint Louis, pour abriter les reliques du Christ. De nouvelles techniques, dont l'utilisation du fer caché dans la maçonnerie, permirent d'en faire un vaisseau de pierre et de verre d'une finesse aérienne. Sa chapelle basse, qui servait de paroisse, conserve un plan basilical très simple. Sa chapelle haute, qui servait de reliquaire et d'oratoire pour le roi, est somptueusement décorée de sculptures et de 15 immenses verrières du milieu du XIIIe siècle (en partie restaurées au XIXe siècle), ainsi que d'une rose du gothique flamboyant.
Visitez la Sainte-Chapelle par temps ensoleillé : c'est alors un fabuleux écrin de lumière. Pour observer les scènes des verrières de la chapelle haute, munissez-vous de jumelles.


 
 

4. Palais de justice de Rouen (Seine-Maritime)

Véritable musée à ciel ouvert du gothique, le centre-ville de Rouen ne se limite pas aux expressions religieuses de cette architecture : l'actuel palais de justice, construit dans un style mêlant gothique flamboyant et Renaissance, accueillait la Bourse de commerce et l'Échiquier, devenu parlement de Normandie au début du XVIe siècle. La rue-aux-Juifs permet d'apprécier la cour de l'édifice, les pinacles et balustrades Renaissance du corps central, et la tourelle à pans coupés qui s'avance sous le regard des gargouilles. Les éclats d'obus laissés à dessein sur les façades ouest et nord témoignent des bombardements de 1944 qui avaient endommagé l'édifice.
Visite guidée, le mardi à 15h, d'un étonnant monument juif souterrain du XIIe siècle, dont on ignore toujours la fonction (sur réservation 02 32 08 32 40).


 
 

5. Cathédrale Notre-Dame de Coutances (Manche)

Cette grandiose cathédrale est identifiable par sa large façade hérissée de deux tours couronnées de flèches, hautes de 76 m. La construction, au XIIIe siècle, de l'édifice gothique plaqué sur la cathédrale romane du XIe siècle, qui n'a pas été démolie, n'a duré que 70 ans, ce qui explique l'homogénéité du style. Perchée à 51 m au-dessus de la nef se trouve une majestueuse tour-lanterne octogonale.
Une visite guidée (1 heure 30) permet d'accéder aux parties hautes ; on peut ainsi admirer les vitraux de plus près.
 
 

6. Palais des Papes d'Avignon (Vaucluse)

C'est l'édifice gothique le plus important au monde et pourtant, il ne vient pas spontanément à l'esprit lorsque l'on évoque ce style, souvent assimilé aux cathédrales. Le palais des Papes domine fièrement le Rhône de ses tours crénelées. Sa noblesse architecturale, ses murs massifs et sa couleur ocre en font un chef-d'œuvre unique. Construit à partir de 1335 par les papes installés à Avignon, il est le fruit de l'imbrication de deux bâtiments : le palais vieux de Benoît XII, à l'aspect de citadelle, et le palais neuf de Clément VI, plus fastueux, qui recèle de superbes fresques du Siennois Matteo Giovanetti.
Si vous pouvez, offrez-vous la passionnante visite guidée « Palais secret » (www.palais-des-papes.com).


 
 

7. Palais Jacques-Cœur, bourges (Cher)

Construit à Bourges au XVe siècle, ce palais est un superbe témoignage du style gothique. Édifié pour l'enfant du pays, Jacques Cœur, il illustre bien la personnalité originale de « l'ami des papes et des princes », qui fut aussi le grand argentier du roi Charles VII. Il est caractérisé par l'élégance et le raffinement de sa façade (celle qui donne sur la rue), décorée admirablement par une multitude de personnages sculptés évoquant thèmes religieux et voyages de ce marchand. Le très bel agencement des salles à l'intérieur témoigne d'un grand souci de confort et d'hygiène.
Jacques Cœur n'aura finalement utilisé qu'une seule fois son palais, pour fêter la nomination de son fils Jean comme archevêque de Bourges.


 
 

8. Basilique de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle)

Édifié au XVe siècle pour abriter une relique de saint Nicolas (saint-patron des Lorrains), ce chef-d'œuvre du style gothique flamboyant impressionne d'emblée par son éclairage exceptionnel, en raison notamment de la hauteur des baies et des nombreux vitraux. La pierre blanche des murs accentue encore la luminosité de l'édifice. Sa monumentale façade à deux tours en impose également, ainsi que les magnifiques orgues de style néogothique. La basilique a été restaurée dans les années 1980, grâce au legs de Camille Croué-Friedman, d'origine portoise, émigrée aux États-Unis.
Depuis Nancy, prenez la départementale D400 pour rejoindre la commune de Saint-Nicolas-de-Port, à 13km. Depuis l'autoroute A33 en direction de Strasbourg/Colmar/Lunéville, prenez la sortie n°4 (Saint-Nicolas-de-Port/Varangéville).


 
 

9. Collégiale Saint-Thiébaut de Thann (Haut-Rhin)

À Thann, la tour de 78 m et l'insolent débordement d'ornements et de statuaires laissent peu de doute : la collégiale Saint-Thiébaut a été construite sous influence du « style français », chose rare dans la région rhénane. Les pèlerins étaient accueillis par les tympans du portail, une véritable bande dessinée religieuse du XIVe siècle contant la vie de la Vierge, la Nativité, la visite des Rois mages et la passion du Christ avec, pour figurants, 500 personnages de pierre diablement expressifs. Ne manquez pas non plus, à l'intérieur, les sublimes stalles sur lesquelles, pays des fées oblige, l'on retrouve même un gnome à lunettes !
À l'ouest de Mulhouse, suivez le cours de la Thur. Arrivé à Thann, attablez-vous devant un bon cru des vignes du Rangen (www.ot-thann.fr).


 
 

10. Église des Jacobins, Toulouse (Haute-Garonne)

Avec ses 72 m de longueur, 20 m de largeur et 28 m de hauteur, l'église des Jacobins est l'un des monuments les plus remarquables du gothique méridional. À l'intérieur, un alignement de huit colonnes de 22 m de haut sépare les deux nefs. Parmi elles se trouve l'une des attractions des lieux : le fameux « palmier » (1275–1292), le pilier principal. La construction de cette église, sous l'égide des Dominicains, débuta en 1229 et s'acheva en 1385. Elle comporte tous les éléments d'un ensemble conventuel et abrite en outre la dépouille de saint Thomas d'Aquin.
Un miroir circulaire horizontal entoure le palmier à son pied : il est amusant de regarder le reflet de celui-ci dans le miroir. Vertige garanti !


Paramètres des cookies