1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Ce qu'il ne faut pas manquer à Madagascar
Idées de voyage

Ce qu'il ne faut pas manquer à Madagascar

Mis à jour le : 28 novembre 2019

Carte

Lémuriens, baobabs, plages, forêts et grands espaces, pistes, plongée et randonnée… Le voyage à Madagascar est à la mesure de cette île-continent dont le ravinala, l’“arbre du voyageur”, est devenu le symbole. Heureux présage, non ? Partez à sa découverte à travers ses 16 expériences à ne pas manquer. 

Suivre la RN7

Plus qu’une simple route, ce lien de goudron vital pour de nombreuses populations distille au fil de ses 940 kilomètres toute la diversité de l’île-continent. Paysages agricoles, massifs montagneux, villes et villages aux marchés animés, prémices du Grand Sud… de la capitale à Tuléar, la RN7 est une excellente introduction à Madagascar et à ses peuples.

istock-lubo_ivanko-rn7.jpg

La Route Nationale de 7 traverse les plus beaux paysages de l'île

Traverser les rizières du pays betsileo

Elles rappellent que Madagascar est une terre entre deux continents : l’Afrique et l’Asie. Visibles partout dans le pays, les rizières sont omniprésentes sur les Hautes Terres. Les Betsileo sont en effet les premiers riziculteurs du pays. Vert intense des plants fraîchement repiqués, brun dense des mottes labourées, reflets irisés des rizières inondées… la précieuse céréale règne ici en maître sur les saisons et les paysages.

istock-pierivb-rizieres.jpg

Les rizières des hautes terres de Madagascar

Admirer les Tsingy de Bemaraha

Certains ne vont à Madagascar que pour admirer ces véritables planches de fakir minérales pointées vers le ciel. Classées par l’Unesco sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité, les formations rocheuses des tsingy de Bemaraha sont nées de la succession, au cours de plusieurs millions d’années, de l’accumulation de formations coralliennes, des plissements de terrain, de l’érosion et des pluies. Les tsingy de l’Ankàrana sont (presque) aussi beaux.

istock-mtcurado.jpg

Les formations rocheuses de Tsingy de Bemaraha

S'émerveiller devant la vallée du Tsaranoro

Avec ses vastes paysages ponctués de villages de terre sèche et ses massifs granitiques coiffés par la haute silhouette dorée du pic du même nom, la vallée du Tsaranoro, aux portes de l’Andringitra, compte parmi les plus beaux paysages du pays. Souvent occultée par le massif de l’Isalo, elle offre pourtant des dizaines de kilomètres de sentiers de randonnée.

istock-kirsten_walla-vallee_de_tsaranoro.jpg

Levée du soleil sur la vallée de Tsaranoro

Explorer le parc national de l'Isalo

L’une des étapes les plus appréciées de la RN7, le parc national de l’Isalo (prononcer “ichal”) doit à ses massifs de grès, à ses savanes herbeuses et à ses lémuriens d’être l’un des plus fréquentés du pays. Madagascar abrite plus de 45 aires protégées, remarquables pour leur faune, leur flore et leurs paysages. Nul doute qu’elles compteront parmi vos meilleurs souvenirs de la Grande Île !

istock-dennisvdw-parc_national_de_lisalo.jpg

Couleurs ocre et orange dans le parc national de l'Isalo

Rencontrer des Lémuriens

Ils font quasi figure d’emblème du pays. Parents des singes, les lémuriens ont subi une évolution différente des autres espèces de primates. Présents partout dans l’île, des milieux secs aux plus humides, ils sont plus ou moins faciles à observer selon les espèces, mais il est impossible de revenir du pays sans en avoir vu.

istock-goddard_photography-lemuriens.jpg

Lémuriens de Madagascar

Déambuler dans l'allée des Baobabs au coucher du soleil

C’est certainement l’un des sites les plus photographiés de l’île. Aux portes de Morondava, l’allée des Baobabs est le plus impressionnant rassemblement d’Adansonia grandidieri de l’île. Un spot de choix au coucher du soleil et une halte obligée sur la piste sableuse qui conduit à Belo-sur-Tsiribihina et au parc national des tsingy de Bemaraha.

istock-dennisvdw-allee_des_baobabs.jpg

L’impressionnante allée des baobabs de Madagascar

S'intéresser à l'artisanat

Qu’il s’agisse de la marqueterie, du travail du raphia, de l’aluminium recyclé ou encore de la fabrication de modèles réduits à base de matériaux de récupération, l’artisanat vendu sur l’île est une illustration du “génie de la débrouille” malgache. Au-delà du résultat final, il faut prendre le temps de s’intéresser aux outils et aux procédés qui y ont conduit.

Une excursion sur l'Île Sainte-Marie 

À l’est de la Grande Île, cette longue bande de terre était naguère un repaire de forbans et de pirates. De nos jours, ses longues plages de sable bordées de cocotiers, sa forêt tropicale et ses récifs coralliens font de l’île Sainte-Marie une étape appréciée des amateurs de quiétude et des plongeurs. Les baleines à bosse se donnent rendez-vous chaque année au large de ses côtes.

istock-javarman3-sainte_marie.jpg

Vue aérienne sur les eaux turquoise de l'île de Sainte-Marie

Tester les taxis-brousse

Bondés, lents, aléatoires… les taxis-brousse témoignent de la première réalité du pays à laquelle les voyageurs sont confrontés : à Madagascar, aller d’un point A à un point B demande souvent beaucoup de temps et d’énergie. Autre solution : les compagnies de transport privées, et surtout les voitures de location avec chauffeur, 4x4 ou non, permettent de réduire les durées de trajet et de gagner en confort.

Prendre le train FCE

Partant de Fianarantsoa, le FCE relie en une journée la ville de Manakara, sur la côte est. Tout un programme : inaugurée en 1936, cette ligne de 163 km continue tant bien que mal de fonctionner avec du matériel d’époque, réparé au fil du temps avec les moyens du bord. Mieux vaut ne pas être à cheval sur les horaires pour effectuer ce voyage haut en couleur.

Séjourner sur l'île Nosy Be

Cocotiers, plages de sable, plantations d’ylang-ylang… “l’île aux parfums” cultive son image de douceur tropicale et fait figure d’antidote parfait pour reposer les muscles endoloris par les pistes. Au nord-ouest du pays, Nosy Be doit également son succès au fait qu’elle abrite un large éventail d’hôtels, dans toutes les gammes de prix. C’est aussi le cas des îles alentour, comme Nosy Komba. 

istock-italiansight-nosy_be.jpg

Coucher de soleil sur l''île de Nosy Be

Déambuler dans les marchés

À la fois lieux de rencontre, carrefours d’échange et rassemblements hebdomadaires, les marchés de l’île ont toujours quelque chose à apprendre au visiteur de passage. Au-delà des plus réputés – celui d’Ambositra pour son animation, celui d’Ambalavao pour les zébus, ceux de la capitale –, le plus simple marché de brousse mérite souvent un arrêt, ne serait-ce que pour voir ce qui s’y échange.

Se laisser enivrer par les senteurs de vanille

Au nord-est du pays, la région délimitée par les villes de Sambava, Antalaha, Vohémar et Andapa est surnommée la “côte de la Vanille”. La capricieuse orchidée trouve en effet dans ce périmètre des conditions optimales. La période de récolte, en juillet et août, est idéale pour s’initier aux subtilités de cet “or noir” qui demande un délicat travail d’ébouillantage et de séchage au soleil.

istock-italiansight-vanille.jpg

Gousses de vanille de Madagascar

Explorer le Grand Sud

De longues pistes de sable, d’épiques passages de rivières, la beauté du littoral d’Anakao, d’Ambola ou d’Itampolo… Entre le littoral des pêcheurs vezo et le territoire des Antandroy, Mahafaly et Antanosy, le Grand Sud malgache, vaste périmètre autour de Fort-Dauphin, est le paradis des amateurs de pistes. Un 4x4 est nécessaire, mais rares sont ceux qui regrettent la dépense.

istock-lubo_ivanko-anakoa.jpg

Anakao, village typique vezo

Visiter le village d'Ambohimanga

Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant que “symbole le plus représentatif de l’identité culturelle du peuple malgache”, le village d’Ambohimanga doit à son rova d’être l’un des plus intéressants témoignages historiques du pays. Aux portes de la capitale, la “colline bleue” servit longtemps de capitale à la famille royale merina.


Paramètres des cookies