-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 9 arbres incroyables
Idées de voyage

9 arbres incroyables

Mis à jour le : 30 janvier 2014

Carte

Emblèmes nationaux, icônes spirituelles et oeuvres d’art : les arbres sont bien plus qu’un entrelacs de racines, de branches et de feuilles.

1. Chêne-chapelle, Allouville-Bellefosse (France)

Les arbres ont bien d’autres usages que de servir de bois de chauffage ou de construction. En Australie, certains ont servi de prison, alors qu’en Afrique du Sud, on a installé un bar dans l’un d’eux. Dans la France du XVIIe siècle, c’est la religion qui inspirait les bâtisseurs. En 1696, le curé de la paroisse d’Allouville-Bellefosse, en pays de Caux, aménagea deux chapelles dans le tronc devenu creux du chêne de ce village normand. Depuis, la chapelle de Notre-Dame-de-la-Paix et la cellule de l’Ermite sont des lieux de pèlerinage. Le chêne, plus que millénaire et sans doute le plus vieux de France, est classé monument historique depuis 1932.
Allouville-Bellefosse se trouve à quelque 43 km au nord-ouest de Rouen, au croisement des D33 et D34.

2. Cèdres de Dieu (Liban)

Depuis la nuit des temps, les cèdres du Liban suscitent l’admiration, alimentent les conversations, servent pour la construction ou la fabrication de remèdes. Les Phéniciens en ont fait des bateaux, les Égyptiens momifiaient leurs morts avec leur résine et le premier temple de Salomon fut construit avec leur bois. Bien qu’il orne toujours le drapeau du Liban, ce conifère jadis très répandu dans le pays a pratiquement disparu. Il en reste un précieux bosquet, dit des cèdres de Dieu (Arz er-Rab), sur les hauteurs du nord du Liban, au-dessus de Bcharré. Derniers vestiges d’une vaste forêt, certains de ces arbres ont plus de 1 000 ans.
Vous pouvez aussi visiter les grottes de la vallée voisine de Qadisha, qui ont abrité les premiers monastères chrétiens.

3. Jōmon Sugi, île de Yakushima (Japon)

Les plantes n’ont pas de visage, mais ce cryptomeria (cèdre du Japon, un conifère de la famille des cyprès) antédiluvien en a pourtant plusieurs. On l’estime vieux d’au moins 2 000 ans, et certains avancent jusqu’à plus de 7 000 ans. Voilà pourquoi il est devenu si tortueux, noueux et grisâtre. Son tronc bulbeux, couvert de nez, de mentons, de plis et de rides, évoque la face grimaçante d’un vieux troll. Mais sans doute garderez-vous ces réflexions pour vous en voyant ce colosse (plus de 25 m de hauteur et 16 m de circonférence), le plus grand et le plus ancien cèdre du Japon.
Comptez 4 heures de marche depuis le point de départ le plus proche sur le sentier d’Arakawa.


Jōmon Sugi, Japon. Frontriver

4. Tane Mahuta, forêt de Waipoua (Nouvelle-Zélande)

Les grandes forêts de kauris de l’extrême nord de la Nouvelle- Zélande donnent l’impression d’entrer dans un royaume divin : les arbres s’élancent à plus de 50 m de hauteur, écrasant ceux qui s’aventurent à leurs pieds. Deux vénérables dominent la forêt de Waipoua : le Te Matua Ngahere (“père de la forêt”) règne sur sa clairière, concurrencé au nord par le Tane Mahuta. Baptisé en l’honneur du dieu maori de la forêt, le plus gros kauri vivant atteint 51 m, pour un âge estimé à 1 200 ans au moins. Impossible de ne pas succomber à l’impressionnante beauté silencieuse de cette forêt. Les kauris, malgré leur aspect, sont fragiles : évitez de marcher sur les racines.
Emblèmes nationaux, icônes spirituelles et oeuvres d’art : les arbres sont bien plus qu’un entrelacs de racines, de branches et de feuilles.

5. Allée des Baobabs (Madagascar)

Magagascar, l’“île Rouge”, abrite une faune et une flore uniques, semblant sorties d’une imagination débridée. Caméléons roulant leurs gros yeux et sifakas (lémuriens) à la robe rouge et or dansant sur le sable y côtoient d’incroyables baobabs, surnommés “arbres à l’envers” en raison de leur silhouette (un tronc poli et des racines en l’air), ou “arbres bouteilles” en raison de leur tronc rempli d’eau. Sur les 8 espèces existantes (le baobab pousse également en Afrique et en Australie), 6 sont endémiques à la “Grande Île” de l’océan Indien. Ne manquez pas une promenade parmi ces géants dans l’allée des Baobabs, à l’est de Morondava (centre-ouest).
Pour éviter la foule et faire de belles photos, arrivez à l’aube, lorsque ces grands arbres ventrus prennent des couleurs de feu.


Allée des baobabs, Madagascar. Helen Graham

6. Sri Maha Bodhi, Anuradhapura (Sri Lanka)

Bien souvent, la vue d’un bel arbre rend pensif, à l’instar de Siddhartha Gautama. C’est en méditant sous un figuier séculaire, sur le site de l’actuelle Bodhgaya, en Inde, que le Bouddha a trouvé son inspiration et atteint l’éveil. Ce Ficus religiosa est devenu sacré et l’on vénère toujours la bouture de cet “arbre de l’éveil” plantée à Anuradhapura au Sri Lanka par la princesse Sangamitta au IIIe siècle av. J.-C. Coeur spirituel et géographique de la ville sainte d’Anuradhapura, le Sri Maha Bodhi (arbre sacré de la Bodhi), un des huit lieux saints du bouddhisme, est aussi la pièce maîtresse d’un ancien et fascinant temple-palais.
Louez un vélo (150-200 Rs/jour) pour explorer les nombreux temples, palais et dagoba d’Anuradhapura.

7. Arbre du Coton, Freetown (Sierra Leone)

Un arbre peut représenter bien plus qu’un arbre. En tant que symbole d’un mouvement, d’un peuple ou d’un pays – tout à la fois durable et fragile –, il peut exprimer une grande palette de sentiments. C’est le cas de l’arbre du Coton, site historique majeur de la capitale du Sierra Leone. En 1792, les esclaves afro-américains qui avaient gagné leur liberté durant la guerre d’Indépendance américaine, en combattant auprès des Britanniques, ont rejoint leur nouvelle colonie et pris l’habitude de se rassembler sous cet arbre pour rendre grâce à Dieu. Aujourd’hui, après la guerre civile qui a déchiré le pays, c’est toujours un puissant symbole d’espoir.
Allez voir l’arbre du Coton juste avant le crépuscule pour assister à l’envol des milliers de chauves-souris qu’il héberge.

8. El Árbol del Tule, Santa María del Tule (Mexique)

Avec l’âge, il n’est pas facile de garder la ligne. Voilà qui explique peut-être le fait que cet arbre monumental, vieux de 2 000 ans (3 000 ans selon certains), soit presque plus large que haut : quelque 36 m de circonférence pour 41 m de hauteur. Situé devant l’église d’une petite localité de l’État d’Oaxaca au Mexique, ce cyprès de Montezuma de plus de 600 tonnes, appelé El Gigante, reçoit de nombreuses visites ; il serait aujourd’hui le plus gros arbre du monde.
Des bus desservent Santa María del Tule depuis la ville d’Oaxaca, à environ 10 km à l’ouest, toutes les 30 minutes.


El Árbol del Tule, Mexique. Ronald Woan

9. Chêne majeur, nottinghamshire (Angleterre)

Selon la légende, Robin des Bois parcourait la région à la tête d’une joyeuse troupe qui détroussait les riches au profit des pauvres, provoquant l’ire du roi (peut-être le mauvais roi Jean). La forêt de Sherwood, elle, est toujours là (sur une surface toutefois réduite), avec son Chêne majeur. Le tronc creux de cet arbre âgé de 800 ans aurait caché le hors-la-loi et ses compères. Que l’histoire soit vraie ou non, on ne peut qu’admirer ses majestueuses branches tombantes.
Le chêne se trouve à quelques minutes du centre d’accueil de la forêt de Sherwood, près du village d’Edwinstowe.


Chêne majeur, Angleterre. Irenicrhonda
1000 choses à voir

Retrouvez encore plus de choses incroyables dans le livre 1000 choses à voir dans le monde publié chez Lonely Planet.