1. Accueil
  2. Magazine
  3. Cuisine
  4. 8 conseils pour manger à la mode locale en voyage
Cuisine

8 conseils pour manger à la mode locale en voyage

Texte par

Johanna Uy (traduit et adapté de lonelyplanet.com)

Mis à jour le : 8 décembre 2016

Carte

Ce qui fait tout le sel du voyage, c’est d’apprendre à connaître les traditions, l’histoire et la culture d’un peuple. Or, rien de mieux que le contenu de l’assiette pour avoir les trois en un !
Qu’il s’agisse de la cérémonie du thé extrêmement ritualisée du Japon ou des plaisirs simples que proposent les stands de rue de Malaisie, goûter à la cuisine d’un pays et adopter les coutumes culinaires de ses habitants est le meilleur moyen de rendre le séjour encore plus mémorable. Voici quelques conseils pour manger local :

1. D’abord, documentez-vous pour bien manger local !

Aujourd’hui, les sources d’information ne manquent pas, ce qui rend d’autant plus facile une petite enquête bien ciblée avant de partir. Outre les classiques sites Internet consacrés au voyage, les rubriques gastronomiques des journaux locaux, à l’image de la rubrique Dining and Wine du New York Times, vous éclaireront sur les toutes dernières tendances et les restaurants en vogue. N’hésitez pas non plus à consulter les blogs spécialisés. Les petits bijoux culinaires d’Istanbul sont par exemple répertoriés sur istanbuleats.com

2. Descendez dans la rue pour manger comme les habitants

On fait difficilement mieux que les stands et étals de rue pour goûter à une nourriture vraiment authentique et parfois surprenante, dans une ambiance qui l’est tout autant. En Inde, bhajis épicés et jalebi très sucré sont vendus au bord des routes. À Marrakech, plongez dans la frénésie de la fameuse place Djemaa El-Fna pour vous régaler d’escargots extirpés de leur coquille, selon la méthode traditionnelle, avec une épingle, et d’énormes kebabs. Enfin, en Thaïlande, peut-être la meilleure destination au monde pour manger dans la rue, les classiques pad thaï, som tam (salade de papaye aigre-douce) et kuaytiaw sont partout.

3. Faites vos courses comme les habitants à l'étranger

Il suffit de prendre les mêmes habitudes et de faire son marché. Les marchés de poisson et autres produits d’alimentation débordent de saveurs et vibrent d’une belle animation. En soi, c’est déjà un plaisir… Essayez par exemple d’assister à la criée du thon, tôt le matin, au marché au poisson de Tsukiji, à Tokyo. À Bologne, joignez-vous aux clients qui se bousculent chez les traiteurs du Quadrilatero pour acheter tortellinis frais et succulente mortadelle. Ne négligez pas non plus les supermarchés : ils renseignent à merveille sur les habitudes alimentaires des gens, comme en témoigne le choix étourdissant de fromage à raclette et à fondue de l’enseigne Coop City, en Suisse.

4. Demandez conseil à une personne du coin en voyage

Souvent, les chauffeurs de taxi sont ravis d’expliquer aux touristes où les gens du coin aiment sortir les vendredis et samedis soirs – et c’est encore mieux s’ils peuvent vous emmener et vous ramener ensuite ! Au lieu de demander l’adresse des restaurants les plus proches à la réception de votre hôtel, tâchez plutôt de savoir où le, ou la, réceptionniste se rendrait pour un repas entre amis. Et n’hésitez pas non plus à demander conseil pour la suite au barman ou au serveur qui vient de vous apporter un café ou un apéritif.

5. Programmez votre séjour en fonction de dates clés

Les fêtes et grands festivals sont l’occasion rêvée de découvrir en même temps l’histoire et la culture gastronomique d’un lieu. Noël, fête incontournable dans de nombreux pays, en est une bonne illustration. Sur les marchés de Noël allemands, on se régale de kartoffelpuffer (galette de pommes de terre) et de Glühwein (vin chaud), tandis qu’en Norvège, on consomme traditionnellement à cette période de l’année du pinnekjott (carré d’agneau) et des ribbe (côtelettes de porc). Et n’oublions pas la pléthore de festivals culinaires qui mettent à l’honneur un produit, les huîtres à Galway à la fin octobre ou l’ail rose dans le village de Lautrec (France) en août, pour ne citer qu’eux.

6. Faites preuve de curiosité et d’audace pour manger local

Aventurez-vous au-delà des centres-villes dans les faubourgs et les banlieues, car on y découvre souvent des endroits connus pour un certain type de spécialités culinaires. Un court trajet en bus ou en train vous permettra ainsi de vous régaler de kimchi et de bulgogi à Koreatown (à New Malden, dans le district de Londres), ou encore de pâtes et pizzas napolitaines à Little Italy (ville d’Haberfield, dans la banlieue de Sydney).

7. Ouvrez l’œil et laissez-vous guider par vos envies

C’est une évidence mais il est bon de la rappeler : un nombre plus élevé de gens du coin que de touristes armés d’appareils-photos et un menu entièrement rédigé dans la langue locale sont des indicateurs sûrs pour savoir si tel restaurant a bonne presse auprès de la population locale. Et c’est tout aussi valable pour un restaurant du quartier chinois que pour les bouchons lyonnais. Et pourquoi ne pas vous laisser guider par le fumet qui vous paraît le plus appétissant, comme à Cuba, où les habitants servent directement à la fenêtre de leur cuisine les fameuses pizzas tomate/fromage.

8. Faites confiance aux experts de la cuisine locale

Participer à une visite guidée thématique est un moyen facile et rapide d’apprendre à reconnaître les commerces où les habitants aiment faire leurs emplettes, et même de goûter à certains produits. Les formules abondent sur Internet, mais nous avons un faible pour le site www.roadfood.com, qui propose des itinéraires à suivre en indépendant en Amérique du Nord, comme le “circuit barbecue” à Memphis, ou encore les meilleures adresses où déguster un sandwich au homard dans le Maine.


Vizeat
Paramètres des cookies