1. Accueil
  2. Magazine
  3. Cuisine
  4. Cuisine : 10 spécialités locales inattendues
Cuisine

Cuisine : 10 spécialités locales inattendues

Mis à jour le : 28 mars 2018

Carte

Régalez-vous de ces spécialités traditionnelles peu connues pour goûter, au propre comme au figuré, à l’authentique culture locale .

1. Hot-dog, Chicago, États-Unis

Jetez aux orties toute appréhension que vous pourriez avoir à l’égard du plébéien hot-dog. À Chicago, ce grand classique américain est cuisiné uniquement avec du boeuf, assaisonné de moutarde, de relish (condiments au vinaigre) et de sel au céleri. On agrémente le tout de rondelles de tomate fraîche, d’oignons grillés, d’une tranche de cornichon et de petits piments marinés. Cette spécialité typiquement locale aurait été inventée par les habitants de la ville des Vents qui auraient puisé dans leurs racines européennes, juives et méditerranéennes. On est loin du hot-dog ordinaire. Saucisse de Francfort pur boeuf et salade dans un pain aux graines de pavot, voilà de l’en-cas haut de gamme !
>>> Régalez-vous d’un authentique hot-dog de Chicago à l’un des nombreux stands Vienna Beef de la ville ; www.viennabeef.com.

adobestock_196555583.jpeg

Hot dog

2. Vincisgrassi, Les Marches, Italie

Les lasagnes à la mode des Marches ne sont pas pour les estomacs délicats. Les 12 couches de pâtes parfumées au vino cotto (vin cuit typique des Marches et des Abruzzes) sont généreusement garnies de ragoût de veau, de foies de volailles, de ris d’agneau, de truffes et de champignons sauvages, le tout nappé d’une onctueuse sauce béchamel et saupoudré de parmesan râpé. Leur nom inusité viendrait de celui d’un général autrichien, Windisch Graetz, dont l’armée aida à libérer la capitale régionale, Ancône, du joug français au XVIIIe siècle. Évidemment, ce plat cuit au four aux proportions gargantuesques est aujourd’hui réservé aux grandes occasions, et préparé spécialement en pleine saison des truffes.
>>> Les charmantes osterie de Macerata servent des versions plus simples de la recette originale.

3. Adobo, Philippines

On a peine à croire qu’un plat uniquement composé de quatre ingrédients soit aussi délicieux et si unanimement apprécié dans tout le pays. Bien que constitué de plus de 7 000 îles, l’archipel philippin dans son ensemble a une passion pour son plat national, l’adobo, savoureux ragoût de viande à l’ail, à la sauce soja et au vinaigre. Servi avec du riz vapeur, l’humble adobo se déguste au déjeuner ou au dîner, et figure classiquement au menu des cantines de bureau et autres carinderias (étals de rue) dans tout le pays. Chaque foyer, ville ou province décline sa propre variante au poulet ou au porc en ajoutant selon les goûts des foies de volaille, du poivre en grains ou des feuilles de laurier. Mais l’adobo au poulet reste le plus classique et le plus apprécié.
>>> Vous trouverez la recette du poulet adobo sur www.marmiton.org.
 

adobo.jpg

Abodo au poulet

4. Langouste, Cuba

Malgré la pauvreté de son économie, Cuba est riche de sa culture, d’une histoire politique peu commune et de ses impressionnants systèmes de santé et d’éducation. De quoi attirer encore et toujours les touristes sur cette île mystérieuse, surtout connue pour sa musique, ses cigares et son rhum. La gastronomie étant reléguée au second plan par la majorité des Cubains, les amateurs de bonne chère sont souvent surpris lorsqu’ils découvrent à quel point la langouste, mets fin souvent réservé aux grandes occasions en Occident, est des plus courantes sur l’île. Charnue, on la fait griller coupée en deux dans sa carapace, puis on l’assaisonne de citron et de beurre. Autre bonne surprise : les langoustes, énormes, coûtent trois fois rien dans les restaurants d’État.
>>> Cap sur l’emblématique restaurant Los Nardos à La Havane pour de généreuses langoustes à des prix défiant toute concurrence.

5. Fideuà, Catalogne, Espagne

La fideuà est la version catalane de la célèbre paella espagnole. Les Catalans remplacent le riz par de petites pâtes ressemblant aux vermicelles, les fideus, qu’ils cuisent dans un fumet de poisson au safran et à la tomate. À cela s’ajoutent des fruits de mer frais, notamment des crevettes, du poulpe et des coquillages, le tout accompagné d’aïoli. La fideuà enchante les sens, à la fois par son alléchante couleur dorée et par son appétissante odeur d’ail et de saveurs marines. On la mange le plus souvent à l’heure du brunch ou du déjeuner, et les Catalans n’aiment rien tant que partager ce plat en famille et entre amis. Avec sur la table des pots de cava ou de vin blanc, ambiance joyeuse et conviviale garantie !
>>>Cambrils et Palamos sont particulièrement réputées pour leur fideuà. Essayez Bell Port au 1 Passeig del Mar à Palamos.

6. Incir dolması, Turquie

Surnommées non sans malice par les Turcs le “Viagra turc”, ces figues farcies aux noix sont un des desserts les plus appréciés. Les étals de rue en vendent d’ailleurs dans tout le pays. Les figues séchées, dans lesquelles on a planté des clous de girofle, sont garnies d’une noix entière, puis pochées dans un sirop parfumé à la cannelle. Comme leurs cousins salés, les dolma (légumes garnis de riz ou de viande), les incir dolması sont un peu l’étendard des spécialités farcies dont la gastronomie ottomane, très aimée, a le secret. Que ces figues aient les fameux pouvoirs associés à leur surnom, voilà qui est discutable. Une chose est sûre en revanche : elles se marient à la perfection avec un café turc.
>>> Apprenez à faire des incir dolması à l’école de cuisine A La Turka d’Istanbul (www.cookingalaturka.com).

7. Oden, Japon

Tout le monde connaît les ramen, udon et autres soba, mais quand les Japonais veulent manger un bon plat chaud et réconfortant, ils préparent un oden. Cette spécialité hivernale est une soupe dans laquelle mijotent divers ingrédients, notamment du tofu, des croquettes de poisson, des oeufs, des légumes et de la viande. Que la couleur brune du plat, due à la sauce soja, ne vous rebute pas : un oden se distingue par son bouillon aux parfums délicats, et par la diversité des goûts et des textures des ingrédients. Vous pourrez vous en régaler dans de nombreux et pittoresques restaurants spécialisés. En revanche, mieux vaut éviter les oden vendus en supérette.
>>> Goûtez aux délices japonaises à l’Otafuku, l’un des plus anciens restaurants à oden de Tokyo.

oden.jpg

Oden

8. Khachapuri, Sotchi, Russie

Ceux qui se presseront à Sotchi (Russie) pour les Jeux olympiques d’hiver de 2014 goûteront nécessairement à la spécialité locale, le khachapuri. Sorte d’hybride entre la pide turque et la pizza, cette galette géorgienne traditionnelle au levain est pétrie deux fois, puis cuite dans un four en terre très chaud. Garni et nappé de sulguni, un fromage assez salé, un authentique khachapuri a des contours boursouflés, une texture un peu caoutchouteuse et le goût délicieux d’une galette au fromage fondu. Le khachapuri se déguste seul ou accompagné d’une salade aux noix et à l’estragon. Parfois, il fait aussi office de copieux plat d’accompagnement.
>>> Le Cafe Natasha, à Sotchi, sert un khachapuri copieusement garni de beurre, de fromage fondu, et surmonté d’un oeuf.

khachapuri.jpg

9. Nems, Nouvelle-Calédonie

Surnommée la “France tropicale” ou le “Paris du Pacifique sud”, la Nouvelle-Calédonie a une réputation de destination gourmande. Ses influences françaises, mélanésiennes et du Pacifique donnent en effet une cuisine fusion créative des plus originales, avec comme spécialités la viande de cerf, les crevettes, le poisson et le bougna (spécialités cuites à l’étouffée). La capitale, Nouméa, réserve quelques surprises ; qui sait que que les nems, cousins de l’humble rouleau de printemps, ont la cote auprès des citadins à l’heure du déjeuner ? Les feuilles de riz ou de pâte à wonton, farçies de riz ou de vermicelles, de viande hachée, de légumes émincés, puis façonnées en forme de cigare, sont cuites dans un bain de friture.
>>> Un délice ! Les nems se mangent tout chauds. On peut en acheter partout dans les snacks.

10. Poulet à la parmigiana, Australie

Certes, ce poulet au fromage et au jambon est originaire du sud de l’Italie, mais les habitants de Melbourne (Australie) l’ont adopté avec un tel enthousiasme que c’est devenu un grand classique des pubs de la ville. Le “chicken parma” est une escalope de blanc de poulet panée croustillante à souhait, surmontée d’une tranche de jambon et de mozzarella fondue, le tout nappé de sauce tomate maison. Les vrais amateurs font la tournée des meilleurs pubs servant cette spécialité mais, pour plonger complètement dans l’ambiance, rien de tel que de discuter des mérites comparés de telle ou telle recette autour d’une bonne bière.
>>> Mrs Parma’s (25 Little Bourke St), sert un choix de poulets à la parmigiana classiques ou plus modernes.


Vizeat
Paramètres des cookies