-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 10 voyages au centre de la Terre
Idées de voyage

10 voyages au centre de la Terre

Mis à jour le : 28 janvier 2019

Carte

Descendez quelques pieds sous terre pour admirer grottes, galeries ou... stations de métro.

1. Grottes du Pathet Lao (Laos)

En 1964, le mouvement communiste du Pathet Lao a déplacé son quartier général dans des grottes proches de Vieng Xai au Laos. Dissimulées le long d’une vallée étroite et escarpée, ces cavernes étaient quasi imprenables.
Six d’entre elles se visitent aujourd’hui. On y découvre les lieux qui faisaient office de salles de réunion, de bureaux, mais aussi de marchés, de temples, d’imprimeries, d’hôpitaux et de casernes. Des parois en bois ou les formations rocheuses séparent ces différentes “pièces”, où l’on remarque toujours des photos de Lénine et de Che Guevara. Devant les grottes ont été aménagés des façades incongrues et des jardins.
Des camionnettes assurent la navette (50 minutes) entre Sam Neua, principale ville de la province de Houaphanh, et Vieng Xai.

2. Catacombes de Paris (France)

Pour faire face à la saturation des cimetières, il fut décidé en 1785 de vider le cimetière des Innocents, plus ancienne nécropole parisienne, et d’en déplacer les ossements dans des carrières désaffectées, à 20 m sous terre à Paris. On recense aujourd’hui 300 km de carrières, dont quelquesunes bordées de ces crânes, tibias et fémurs soigneusement empilés. Le tronçon de 2 km ouvert au public abriterait les restes de six millions de personnes. Sous l’Occupation, les catacombes servirent à la Résistance. Des individus en arpentent encore, en toute illégalité, des tronçons instables. 
L’entrée se situe avenue du Colonel-Henri Rol-Tanguy, près de la station Denfert-Rochereau ; seuls 200 visiteurs sont admis à la fois. Consultez www.catacombes-de-paris.fr.


Sculpture dans les catacombes de Paris. Alex Hansford

3. Parc national des grottes de Carlsbad, Nouveau-Mexique (États-Unis)

En raison des processus géologiques, notamment de l’effet de l’acide sulfurique sur le calcaire, certaines de ces 117 grottes sont devenues de vastes chambres souterraines, ornées de stalactites et de draperies. Bien moins fréquentés que les grandes salles, certains goulets sont réservés aux plus intrépides. Accessible depuis le labyrinthe principal après une marche dans le désert, la grotte de Slaughter Canyon abrite la Christmas Tree Room (“salle de l’Arbre de Noël”), dont les parois sont couvertes de cristaux scintillants.
Les grottes de Carlsbad sont accessibles en bus Greyhound. Visites individuelles ou guidées par un ranger (ces dernières sur réservation). Consultez www.nps.gov/cave.


Intérieur des grottes de Carlsbad. Margaret Killjoy

4. Grottes funéraires de Sagada (Philippines)

Pour accéder à la grotte de Sumaging, la plus vaste et la plus connue des grottes de Sagada aux Philippines, il vous faudra ramper le long d’étroites fissures, traverser à gué et escalader les flancs de profonds ravins. Dans certains tronçons, les roches karstiques sont si glissantes qu’il faut se déchausser. Des guides vous éclaireront à l’aide de lampes à gaz, ce qui vous permettra d’apercevoir les superbes formations calciques. On rejoint ensuite la grotte funéraire de Lumiang, réputée pour abriter des cercueils en bois vieux de plusieurs siècles. D’autres sont suspendus le long des parois rocheuses.
Sagada se situe dans la province de Mountain, sur l’île de Luzon. Des jipneys (minibus) rallient les grottes depuis la bourgade voisine de Bontoc.

5. Shaft 14, Crown Mines (Afrique du Sud)

Cette ancienne mine d’or de Johannesburg en Afrique du Sud, appelée Shaft 14, se visite dans le cadre d’un parc d’attractions assez kitsch. Elle abrite un pub situé à 226 m sous terre. Lorsque la mine a été inaugurée en 1897, les ouvriers s’éclairaient à la bougie et travaillaient par une température atteignant parfois 40°C, au milieu du bruit et des émanations. Parmi eux figuraient de nombreux migrants qui communiquaient en frappant des pieds en rythme. C’est ainsi qu’est né l’isicathulo (la “danse des bottes en caoutchouc”).
La Shaft 14 est l’une des attractions du parc de Gold Reef City (www.goldreefcity.co.za), dans la banlieue sud de Johannesburg.


Panneau de mise en garde, Shaft 14, Crown Mines. John Karwoski

6. Hôtel Sidi Driss, matmata (Tunisie)

Le village de Matmata, à flanc de montagne, dans le Sahara de Tunisie, est remarquable pour ses habitations berbères troglodytes, aménagées autour de cours très encaissées et de puits. Grâce à leur architecture, ces pièces conservent toute l’année une température convenable tout en étant lumineuses. Certaines maisons comportent plusieurs cours et des couloirs souterrains. L’hôtel Sidi Driss offre un atout supplémentaire aux cinéphiles, puisqu’il s’agissait de la demeure de l’oncle Owen et la tante Beru dans le film de George Lucas, La Guerre des étoiles.
L’hôtel se trouve à 40 km de Gabes en taxi collectif ou en bus ; précisez “Matmata l’Ancienne”, car certains services desservent Matmata Nouvelle, à 15 km.

7. Grotte des Nageurs, Gilf Kebir (Égypte)

Des peintures rupestres représentant des nageurs en plein désert ? La mer de sable qui s’étend autour de Gilf Kebir, plateau isolé à l’extrême sud-ouest de l’Égypte, n’a peut-être pas toujours été là. En 1933, l’explorateur László Almásy a découvert ici une grotte aux parois couvertes de peintures rupestres, dont les fameux “nageurs”. Les auteurs de ces chefsd’oeuvre réalisés il y a 10 000 ans auraient donc vécu à proximité d’un lac. Ces grottes splendides apparaissent à plusieurs reprises dans le film Le Patient anglais, mais sachez qu’elles avaient pour l’occasion été recréées sur un lieu de tournage en Tunisie.
Le Gilf Kebir se trouve à la frontière libyenne et est difficile d’accès. Faites appel à un prestataire expérimenté.


Vue du plateau de Gilf Kebir. Ilan Molcho

8. Maïakovskaïa, métro de Moscou (Russie)

Le métro de Moscou en Russie, dont les tunnels ont été creusés sous Staline et qui fut inauguré en 1935, compte 182 stations, empruntées quotidiennement par 9 millions de Moscovites. Nombre de ces stations sont dotées de colonnes en marbre, de panneaux de mosaïques et de lustres scintillants, et évoquent davantage un palais que les transports publics. La station Maïakovskaïa, sur la ligne Zamoskvoretskaïa, est la plus éblouissante de toutes. Elle s’enorgueillit d’une plate-forme de style Art nouveau dont la voûte, de couleur rose et chromée, est décorée de fresques représentant de joyeux paysans soviétiques au travail dans les champs.
Les 12 lignes de métro (http://engl.mosmetro.ru/) sont ouvertes quotidiennement de 6h à 1h (aller 26 RUB).

9. Actun Tunichil Muknal, Montagnes mayas (Belize)

Pénétrez dans la jungle infestée de serpents du Belize, traversez trois rivières à gué et enfoncez-vous dans une grotte sombre et mystérieuse. Rampez entre les stalactites et les vestiges et suivez une rivière souterraine. C’est alors seulement que vous pourrez découvrir la Demoiselle de cristal, qui repose dans cette grotte depuis 1 100 ans. Les archéologues estiment que la jeune fille aurait fait l’objet d’un sacrifice rituel maya dans cette cavité, où ont été retrouvés d’autres restes humains comparables. La dépouille n’a été mise au jour qu’en 1989. Le squelette gît depuis si longtemps sur le sol que ses os se sont calcifiés et scintillent comme du cristal.
Seuls deux tour-opérateurs ont l’autorisation d’organiser des excursions jusqu’à la grotte, à 12 km au sud du village de Teakettle.


Entrée de la grotte Actun Tunichil Munkal. elevenamx

10. Grotte de Font-de-Gaume (France)

La vallée de la Vézère, en Dordogne, est le berceau de l’art rupestre préhistorique. La grotte de Font-de-Gaume abrite l’une des plus belles collections de peintures et, surtout, demeure ouverte au public. Vous pourrez admirer environ 25 des 230 peintures pariétales, tracées sur ses parois par les hommes de Cro-Magnon il y a 14 000 ans. De nombreux animaux sont sculptés dans la roche ou habilement peints avec des pigments ocre et noir.
La grotte se situe à 1,5 km des Eyzies. Réservez car le nombre de visiteurs par jour est limité – consultez www.monuments-nationaux.fr.