1. Accueil
  2. Magazine
  3. Culture et voyage
  4. 10 romans pour voyager depuis son canapé
Culture et voyage

10 romans pour voyager depuis son canapé

Texte par

Marie Dufay

Mis à jour le : 20 mars 2020

Carte

C’est décidé : puisqu’on ne va pas pouvoir prendre l’avion ou le train pendant quelques temps, on profite du confinement pour se remettre à bouquiner. Car la littérature est l’un des plus beaux et efficaces moyens de s’évader ! Marie Dufay, l’une de nos auteures Lonely Planet France, vous livre sa liste des 10 romans et récits de voyage qui lui ont donné envie de parcourir le monde pour écrire des guides de voyage. 
 

Mar morto, de Jorge Amado (1936)

Amado est l’un des écrivains brésiliens les plus connus. Avec cet émouvant et poétique récit, écrit alors qu’il n’avait que 24 ans, il nous plonge dans la vie quotidienne des marins de Salvador de Bahia, narrant une poignante histoire d’amour entre la jeune Livia et son époux Guma, qui vénère la déesse de la mer Jemanjà. Tout en sensualité et générosité, comme rédigé sur un rythme tropical, voici un texte enivrant et bouleversant.
 

Siddhartha, de Hermann Hesse (1922)

Ce remarquable roman philosophique écrit par l’allemand Herman Hesse, prix Nobel de littérature, célèbre la spiritualité orientale en racontant le parcours initiatique du héros Siddharta, prénommé comme le fondateur du bouddhisme. L’Inde du Vème siècle avant J.-C. y est superbement évoquée, avec ses brahmanes, ses courtisanes, son rapport harmonieux à la nature. Une lecture qui donne forcément envie de se mettre à la méditation !
 

Le Lion, de Joseph Kessel (1958)

Parce qu’il raconte la relation magique entre Patricia, 10 ans, et un lion, on croit souvent à tort que ce classique de la littérature française est destiné à un public jeune. Pourtant, il ferait verser des larmes d’émotion aux adultes les plus insensibles… Le Kenya, la faune de la savane, les Maasaï, le Kilimandjaro, sont magnifiés par la plume de Kessel, passé maître dans l’art de décrire le caractère sauvage des hommes et de la Terre. Grandiose.

david-lezcano-1xzsalzuvsc-unsplash.jpg

La longue route, de Bernard Moitessier (1971)

C’est l’un des récits de tour du monde à la voile les plus populaires, et le livre de chevet de tous les plaisanciers. Le marin français relate dans son journal de bord les 10 mois passés en solitaire sur son bateau Joshua, qui participe à une course sans escale par les trois caps. Alors qu’il arrive en tête, en totale communion avec les éléments, il décide de ne pas franchir la ligne d’arrivée, et continue sa route vers le Pacifique « pour sauver son âme ».
 

Désert, de J.M.G Le Clézio (1980)

Parmi la foisonnante et dépaysante œuvre de cet écrivain d’origine mauricienne, également prix Nobel de littérature, Désert fait figure de jalon incontournable. Ode aux immenses étendues mystiques du Sahara, il raconte les touaregs chassés par les français au début du XXème siècle, dont la fierté viscérale survit chez Lalla, petite maure vivant dans un bidonville. Elle connaîtra un destin singulier avant de retrouver ses racines.
 

L’usage du monde, de Nicolas Bouvier (1963)

Un classique des récits de voyage, qui vous emmène de Genève à l’Afghanistan dans les années 50. Au volant de leur Fiat Topolino, Nicolas Bouvier et Thierry Vernet découvrent sur un périple de 16 mois Belgrade, Prilep, Istanbul, Tabriz, Téhéran, Quetta et Kaboul. Fuyant le matérialisme occidental, l’un écrit et photographie, l’autre peint et dessine, illustrant avec lyrisme leur road-trip, même quand la malaria et la faim s’en mêlent. 
 

Un anthropologue en déroute, de Nigel Barley (1992)

Désopilant, décapant, le premier livre de l’anthropologue anglais Nigel Barley raconte le fiasco de sa mission d’étude parmi les Dowayo, tribu montagnarde du Cameroun. S’il prend au départ son rôle très sérieusement, il se retrouve confronté à une culture aux antipodes de la sienne, ce qui lui vaut d’accumuler les quiproquos, les angoisses et les situations les plus absurdes. Ses fantasmes exotiques n’y survivront pas !

kinga-cichewicz-s4aopaj4v0e-unsplash.jpg

Jack London : romans, récits et nouvelles

Paru en 2016 chez Gallimard, ce coffret de la Pléiade regroupe en 2 volumes l’intégrale du légendaire écrivain américain, dont la vie est elle-même un roman. Né à San Francisco en 1876, il sera tout à tour braconnier, matelot, pêcheur, vagabond, chercheur d’or, avant de devenir l’un des plus grands écrivains au monde. Il meurt à 40 ans, laissant derrière lui de fabuleux récits d’aventure, du Japon au Klondike, de l’Australie au Cap Horn.
 

Saveurs vagabondes, de Frances Mayes (2008)

Professeure de littérature en Californie, Frances Mayes part pour une année sabbatique en Europe, et plus particulièrement dans les pays bordant la Méditerranée. Elle décrit merveilleusement les parfums, les lumières, les traditions culinaires, les plantes ou l’architecture de l’Andalousie, du Portugal, du Maroc, de l’Italie ou de la Grèce. Elle livre aussi avec bonheur ses émerveillements esthétiques en Bourgogne ou au Royaume-Uni. Un réjouissant kaléidoscope sensoriel !
 

L’homme qui marche, de Jiro Taniguchi (1995)

Premier opus publié en français du fameux auteur de manga, « L’homme qui marche » séduit par son doux réalisme et son graphisme onirique. Dans les pas d’un homme qui prend le temps de déambuler en silence pour observer les ruelles de son quartier ou le mont Fuji, on s’immerge dans un quotidien hors du temps, où l’émotion naît de la contemplation. Le Japon contemporain livre ici un peu de son âme, tout en retenue et élégance.
 
 
 



Paramètres des cookies