1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 10 châteaux de légendes à visiter
Idées de voyage

10 châteaux de légendes à visiter

Mis à jour le : 8 février 2019

Carte

Retrouvez votre âme de Prince charmant et de Cendrillon... sans craindre que votre carrosse soit changé en citrouille d’un coup de baguette magique !

1. Château de Prague (République Tchèque)

Bien plus qu’un palais, le Pražský hrad est une véritable ville fortifiée qui surplombe la vieille ville de Prague. Derrière les murailles se dressent la cathédrale Saint-Vitus et la basilique Saint-Georges, un palais royal, des jardins et des maisonnettes le long de la ruelle d’Or. Au fil des siècles, les souverains ont renforcé les fortifications du IXe siècle et construit de nouveaux édifices, mêlant des ornements de style roman, gothique, Renaissance et baroque. Le meilleur endroit pour admirer le Pražský hrad se situe en contrebas. Un panorama remarquable se déroule depuis les statues du pont Charles jusqu’à la redoute de la colline.

Le palais renferme aussi de remarquables pinacothèques. Plus d’informations sur www.hrad.cz.

2. Predjama (Slovénie)

Difficile de trouver cadre plus pittoresque pour bâtir un château du Moyen-âge que cette grotte à flanc de colline. Contruit au XIIIe siècle en Slovénie, il nous apparaît aujourd’hui dans son habit du XVIe siècle. Et rien ne lui manque pour combler les rêves des enfants de tout âge : le pont-levis enjambant un cours d’eau déchaîné, les meurtrières au niveau de la herse pour déverser de l’huile bouillante sur les intrus, un donjon bien humide… sans oublier son réseau de galeries et de grottes, qui s’étend sur 6 km et 4 niveaux. Son occupant le plus célèbre fut Érasme Lueger, sorte de Robin des Bois du XVe siècle, qui prit le parti des Hongrois dans les guerres qui les opposèrent aux Autrichiens.

À la mi-juillet, le château organise le tournoi d’Érasme, une journée médiévale avec duels, joutes et tir à l’arc. Plus d’informations sur le site www.postojnskajama.eu.

Predjama, Slovénie. Trent Strohm

3. Neuschwanstein (Allemagne)

Personnage romantique, fervent admirateur des opéras de Richard Wagner et amateur des épopées chevaleresques, le roi “fou” Louis II de Bavière a fait construire des châteaux exubérants, dignes des contes de fées. Le plus grandiose se trouve en Bavière : Schloss Neuschwanstein (“château du cygne”), érigé à partir de 1869 sur un affleurement boisé, possède de belles tourelles crénelées, un salon pour les ménestrels et une magnifique salle du trône. Pour apprécier cette folie royale, inutile de suivre la foule des visiteurs à l’intérieur : arrêtez-vous au Marienbrücke (“pont de Marie”), qui surplombe une cascade dans la gorge de Pöllat, pour une vue inoubliable sur le palais.

Pour arriver au château en grande pompe, montez en carrosse depuis le village voisin de Hohenschwangau.

Schloss Neuschwanstein, Allemangne. Nite Dan

4. Castell de Púbol (Espagne)

Si vous croyez aux contes de fées, pourquoi ne pas y ajouter un peu de surréalisme ? En Catalogne, à La Pera, ce château de styles gothique et Renaissance était déjà fascinant avant son acquisition par Salvador Dalí, en 1968. Après y avoir installé sa femme, Gala, le peintre remeubla le château à son goût et en modifia l’apparence. C’est aujourd’hui un château-musée. Des fioritures excentriques guettent les visiteurs curieux. La tombe de Gala dans la crypte souterraine, par exemple, est gardée par une girafe empaillée. Malgré – ou grâce à – ces bizarreries, c’est un lieu charmant, en surplomb d’un village où il fait bon se promener.

Des bus circulent entre Palafrugell et Girona de La Pera, à 2 km du Castell. Voir le site www.salvador-dali.org.

5. Tintagel (angleterre)

Vous connaissez l’histoire de Merlin l’Enchanteur et du jeune Arthur qui sortit l’épée du rocher. La légende du roi Arthur a été si longtemps associée à l’île de Tintagel qu’elle a probablement inspiré le comte de Cornouailles lorsqu’il a commandé la construction de ce château, en 1233. Aujourd’hui, ce bastion est en ruine. En traversant le pont qui le relie au continent, le visiteur se fait une idée de l’atmosphère qui règne sur les falaises fouettées par les vagues. Même les cris des mouettes ont ici une résonnance légendaire.

Sur le chemin du château, arrêtez-vous à l’ancienne poste de Tintagel (www.nationaltrust.org.uk), une charmante maison du XIV e siècle.

6. Palácio Nacional da Pena (Portugal)

À Sintra, ville classée au patrimoine mondial, les palais sont légion : le Castelo dos Mouros (château des Maures) dont les ruines dominent la ville, le palais blanc qui veille sur la place centrale, la merveilleuse Quinta da Regaleira au milieu de jardins verdoyants, et le palais de Monserrate, avec son exotisme d’inspiration mauresque. Mais la palme dans la catégorie “conte de fées” revient au Palácio Nacional da Pena et à ses tourelles de couleurs vives, dressé au sommet de la Serra de Sintra. Chef-d’oeuvre de l’architecture éclectique, ce palais est né grâce à Ferdinand II de Portugal (1816-1885), qui le fit édifier sur les ruines d’un monastère. Romantique à souhait !

Des trains de banlieue quittent Lisbonne toutes les 15 minutes pour Sintra (45 minutes), que l’on peut aisément visiter en une journée depuis la capitale.

Palácio Nacional da Pena, Portugal. Celine Aussourd

7. Peyrepertuse (France)

Du haut de leur éperon calcaire, les vestiges des forteresses médiévales semblent encore veiller sur le Languedoc. Au XIIIe siècle, après les guerres contre les cathares, considérés comme hérétiques par l’église, et la prise de leurs villes et forteresses, le roi de France consolida plusieurs citadelles pour veiller sur sa frontière méridionale face au royaume d’Aragon, outre- Pyrénées. Ces bastions, situés au sud de la ville languedocienne, furent appelés les “cinq fils de Carcassonne” puisqu’ils participaient au même système de défense. Le château de Peyrepertuse, la plus grande de ces citadelles, est aussi celui qui occupe le site le plus élevé. On peut y voir des démonstrations de fauconnerie et de combat médiéval, mais c’est en se promenant jusqu’aux remparts, depuis la petite ville de Duilhac, que l’on imagine le mieux la vie des anciens occupants de la forteresse.

On peut découvrir les cinq citadelles en une journée de voiture (195 km) par les petites routes sinueuses entre Carcassonne et Perpignan. Voir aussi le site www.chateau-peyrepertuse.com.

8. Hunedoara (Roumanie)

Au sud-ouest de la Transylvanie (Roumanie) – patrie de Vlad l’Empaleur qui a donné corps au mythe de Dracula (voir l'itinéraire consacré) –, ce château gothique pâtit de ces histoires de vampires... Libre à vous de frissonner en approchant du pont et de la rivière fougueuse en contrebas de sa muraille, certes impressionnante. Des siècles durant, il a servi de bastion à la puissante famille des Corvin, qui l’a fait édifier au XVe siècle. Plus récemment, le dirigeant Nicolae Ceauşescu avait construit des édifices en acier le long de la forteresse – ce qui n’a pas amélioré l’image de Hunedoara.

La ville la plus proche est Deva, à 18 km au nord, d’où les bus desservent le château de Hunedoara en 30-40 minutes.

Hunedoara, Roumanie. Alex Bikfalvi

9. Egeskov Slot et le Palais de Titania (Danemark)

Egeskov serait le modèle scandinave du château enchanté : niché dans de magnifiques jardins parcourus par les paons, ce bastion du XVIe siècle garni de tours et entouré de douves est accessible par un pont-levis. Ses murs renferment un vrai trésor. Au 1er étage, le visiteur découvre une étonnante maison de poupées, appelée palais de Titania. Meublé avec soin et minutieusement décoré, ce palais miniature a été réalisé pour la fille d’un officier de l’armée anglaise afin d’abriter les fées du parc. Une véritable prouesse !

Egeskov possède plusieurs musées, ainsi que des jardins et quatre labyrinthes – comptez au moins une demi-journée pour explorer le château et son domaine (voir aussi le site www.egeskov.dk).

Egeskov Slot, Danemark. Susawindkind

10. Marienbourg (Pologne)

Désireux de s’implanter en Europe orientale, les chevaliers de l’ordre Teutonique érigèrent au XIIIe siècle une solide bâtisse qui s’étoffa au fil des quelque 175 ans que dura sa construction. Marienbourg, aujourd’hui Malbork, devint le plus vaste château gothique d’Europe, surtout après 1309, lorsqu’elle devint la capitale de l’ordre. Les moines soldats édifièrent en fait trois châteaux (haut, intermédiaire et bas), réunis derrière une même enceinte ! Mais la taille ne fait pas toujours le poids, et la forteresse n’empêcha pas la ville de tomber aux mains des Polonais (XVe siècle), puis des Prussiens (XVIIe siècle). Détruite pendant la Seconde Guerre mondiale puis restaurée, elle abrite désormais un grand musée.

Malbork (www.zamek.malbork.pl) est à 45 minutes en train de Gdańsk, dont le centre médiéval a été merveilleusement restauré.

 

Photo Marienbourg : Alan Zwegers


Paramètres des cookies