Mexique

  1. Accueil
  2. Amérique
  3. Mexique
  4. Chiapas et Tabasco
  5. Groupe du Templo de las Inscripciones

Groupe du Templo de las Inscripciones

L'avis de l'auteur Lonely Planet

Après l’entrée, tandis que vous passez au sud de l’immense Templo XI, la végétation laisse soudainement place à une superbe vue sur les plus beaux monuments de Palenque. Une rangée de temples s’élève face à la jungle sur votre droite, dominée par le Templo de las Inscripciones à une centaine de mètres plus loin. El Palacio, avec sa tour caractéristique, se dresse à gauche du Templo de las Inscripciones. Au loin, le Grupo de las Cruce se détache sur un arrière-plan de jungle épaisse.

Le premier temple sur votre droite est le Templo XII, appelé Templo de la Calavera en raison de la sculpture en relief d’un crâne de lapin ou de cervidé figurant à la base de l’un de ses piliers. Le deuxième temple n’a guère d’intérêt. Le troisième, le Templo XIII, renferme une tombe dans laquelle fut découvert, en 1994, un squelette féminin couvert de cinabre. Il est possible d’accéder à cette Tumba de la Reina Roja (tombe de la Reine rouge) pour en admirer le sarcophage. Lors de la découverte du squelette, les archéologues mirent également au jour un masque de malachite et un millier de pièces de jade. Étant donné le résultat des tests ADN et la similitude entre cette sépulture et celle voisine de Pakal, d’aucuns supposent que la “Reine rouge” devait être son épouse Tz’ak-b’u Ajaw. En face du Templo XIII, on remarquera sous les arbres la tombe d’Alberto Ruz Lhuillier, qui a découvert la tombe de Pakal en 1952 et a été enterré sur le site en 1979.

Le Templo de las Inscripciones est sans doute le monument funéraire le plus célèbre des Amériques. Il s’agit en tout cas de l’édifice le plus vaste et le plus imposant de Palenque. Construit sur 8 niveaux, le temple possède un escalier central de 25 m menant à un ensemble de petites salles. La crête faîtière qui couronnait cette construction a depuis longtemps disparu. Les panneaux de stuc entre les portes de devant sont ornés de figures de nobles. Sur le mur arrière, à l’intérieur, trois panneaux sont couverts d’une longue inscription maya, racontant l’histoire de Palenque et de l’édifice (d’où le nom attribué au temple par Alberto Ruz Lhuillier). Du sommet, un escalier intérieur permet de descendre dans la tombe de Pakal (désormais fermée aux touristes pour éviter que les fresques ne soient abîmées par l’humidité dégagée). Le squelette de Pakal, croulant sous les bijoux, et son masque mortuaire en mosaïque de jade ont été transférés au Museo Nacional de Antropología de Mexico, où l’on peut voir une reconstitution de sa tombe. Le masque, d’une valeur inestimable, a été volé en 1985 puis retrouvé quelques années plus tard, mais le fabuleux couvercle de pierre sculpté du sarcophage est resté dans la tombe close (on peut en admirer une réplique au musée du site).

Paramètres des cookies