Israël : Culture

Langue

L'hébreu est la langue officielle, et la plus parlée. Vient ensuite l'arabe. L'anglais est également très répandu. Les panneaux de signalisation importants sont rédigés dans les trois langues. Les Juifs venant en Israël du monde entier, d'autres langues sont couramment comprises, comme le français, l'allemand et le yiddish, l'espagnol et le russe.
Quelques expressions utiles :
Bonjour : sha-LOM/Bo-ker tov (hébreu) – a-halan/mahr-haba/sabah-al-kheir (arabe)
Bonsoir : erev tov (hébreu) – masa'al-kheir (arabe)
Bonne nuit : lie-la tov (hébreu)
Au revoir : sha-LOM (hébreu) – salaam aleicham/ma-ah-salameh (arabe)
S'il vous plaît : be-va-ka-SHA (hébreu) – min fadlach (arabe)
Merci : to-DAH (hébreu) – shoo-khran (arabe)
Oui : ken (hébreu) – ay-wah (arabe)
Non : loh (hébreu) – la (arabe)
Excusez-moi : slee-KHA (hébreu)
Où se trouve...? : AYE-fo...? (hébreu)

Nourriture

Les habitudes alimentaires des Israéliens sont en partie dictées par des lois religieuses : les juifs ne peuvent pas manger en même temps des produits laitiers et de la viande ; ils ne peuvent pas consommer de volaille ou de poisson "souillés" ; ni les juifs ni les musulmans ne mangent de porc. Les immigrants ont apporté avec eux leurs traditions culinaires. Découvrez la cuisine juive yéménite : viande grillée au feu de bois, légumes farcis et étonnant choix d'abats ; ou les traditionnels plats juifs d'Europe centrale : escalope panée (schnitzel), goulash et carpe farcie (gefilte fish). Les juifs pratiquants ne préparent pas de nourriture le samedi, jour du sabbat.
Au menu des restaurants arabes, vous trouvez des falafel (boulettes de pois chiches concassés, parfumés aux épices), accompagnées de tahina (pâte de sésame), du houmous (purée de pois chiches à l'ail et à l'huile d'olive), du foul (purée de fèves à l'ail), dont vous garnissez la pita, pain rond et plat. Poulet, agneau et bœuf se préparent différemment selon les régions et se dégustent avec du riz et des légumes. L'islam interdit aux musulmans de consommer de l'alcool ; les juifs orthodoxes s'en abstiennent également. Le thé à l'arabe (à la menthe et avec beaucoup de sucre) et le café sont les boissons les plus courantes. Les Palestiniens fabriquent des jus de fruits au tamarin, aux dattes et aux amandes.

Religion

Pour deux des trois grandes religions monothéistes, c'est dans l'actuel Israël que tout a commencé : aucun pays au monde ne revêt plus de signification religieuse pour autant de croyants. Leur nombre a varié dans l'histoire, mais les juifs y vivent depuis l'époque de l'Ancien Testament et la religion juive prédomine en Israël. Le christianisme est né en Terre sainte il y a 2000 ans : l'Église orthodoxe grecque y est plus influente que l'Église catholique romaine ; l'Église arménienne possède un tiers des lieux saints de Jérusalem ; les coptes et les orthodoxes syriens ont également leur évêque. Les musulmans, quant à eux, révèrent Jérusalem comme troisième lieu saint de l'islam.
Jusqu'à récemment, la culture israélienne était avant tout religieuse, qu'il s'agisse du judaïsme, du christianisme ou de l'islam. Si l'esprit boy-scout des kibboutzim est encore palpable et si le judaïsme est toujours religion d'État, la société israélienne s'ouvre rapidement au cosmopolitisme et au consumérisme. La plupart des Israéliens juifs mènent une vie essentiellement séculaire mais prennent part aux cérémonies religieuses ponctuelles. Ce qui ne veut pas dire que l'orthodoxie a disparu : au contraire, les groupes orthodoxes tendent à se renforcer et appellent à plus de religiosité. Juifs orthodoxes et hassidiques portent des vêtements sombres, la barbe et les traditionnelles boucles de cheveux.
Dans les Territoires palestiniens, la culture musulmane prédomine : vous verrez moins de femmes, et elles seront vêtues plus modestement. Les sunnites constituent le courant majoritaire de l'islam. La famille et l'hospitalité sont des valeurs primordiales pour les Palestiniens, extrêmement accueillants vis-à-vis des étrangers qu'ils n'hésitent pas à inviter chez eux.

Arts

Israël est renommé pour ses musiciens classiques, comme le violoniste Yitzhak Perlman, qui court les scènes du monde, ou l'Orchestre philharmonique d'Israël. Le klezmer, musique traditionnelle yiddish aux accents tour à tour mélancoliques ou endiablés, connaît une grande popularité en Israël et dans les communautés juives partout dans le monde. Les fondateurs du mouvement sioniste étaient des écrivains et il existe un courant littéraire vigoureux, représenté notamment par Amos Oz et David Grossman. Les Palestiniens possèdent une forte tradition littéraire, née de l'adversité et de la lutte politique. Mahmoud Darwish et Émile Habibi, disparu en 1996, figurent parmi les auteurs les plus estimés.
Depuis quelques années, le cinéma israélien a acquis une dimension international, avec des cinéastes de premier plan comme Amos Gitaï, très controversé en Israël.Une nouvelle génération de cinéastes (Avi Mograbi, Keren Yedaya, Joseph Cedar, Gidi Dar ou Eran Riklis) a pris le relais, capable d’exceller dans tous les genres (film de guerre, comédie, mélodrame, essai...).
En matière d'architecture, les Israéliens ont appliqué dans leur nouvel État les idées les plus progressistes venues d'Europe : l'école du Bauhaus a donné à Tel-Aviv presque autant de bâtiments qu'à Berlin, et le "style international" est né de l'idée que la fonction détermine la forme. Peu d'édifices islamiques ont survécu, mais le vieux Jérusalem abrite de superbes témoignages de l'architecture mamelouke.

Mis à jour le : 16 mai 2013
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies