Amsterdam : Si vous aimez

De l'extérieur, les demeures historiques au bord des canaux d'Amsterdam se ressemblent toutes. Mais à l'intérieur, c'est la surprise : il peut tout aussi bien s'y cacher un bœuf de jazz, une soirée gay, un restaurant romantique ou bien un hôtel génial. Ces zooms vous aideront à découvrir ce qui fleurit derrière leurs portes.

Cuisine

Peut-être est-ce dû à des siècles de commerce, ou à des plats traditionnels néerlandais très centrés sur le binôme viande/pommes de terre, mais les Amstellodamois adorent les cuisines du monde. Le plus modeste eetcafé (un café proposant des repas simples) peut servir saté indonésien, couscous marocain ou curry indien – le tout accompagné de frites, évidemment. Vous pourrez tous les soirs dîner éthiopien, thaïlandais ou africain, mais c'est la cuisine indonésienne épicée qui est la plus prisée : la rijsttafel (table de riz), à plats multiples, est une création néerlandaise.
Les meilleurs restaurants d'Amsterdam s'inspirent de la cuisine française mais travaillent avec des produits locaux, du poisson de la mer du Nord à l'agneau de l'île du Texel. Résultat : une cuisine typiquement néerlandaise, telle la salade de pommes de terre à l'anguille fumée chez Greetje, ou un morceau de gibier cuit à la perfection chez Marius. Mais les Néerlandais ont beau railler leur cuisine, les tables traditionnelles ont beaucoup à offrir. Lorsque la météo fait grise mine, rien de tel qu'un steak chez Loetje ou un grand bol de soupe aux pois chez Moeders.
Amsterdam se distingue par un grand nombre de restaurants ne proposant qu'un ou deux menus fixes par soir. Pliez-vous aux caprices du chef : gastronomie en provenance directe du jardin chez De Kas, élégance cosmopolite à la Gare de l'Est ou convivialité chez Balthazar's Keuken. Les adresses ayant une carte plus étendue proposent elles aussi un ou deux menus à trois plats à prix fixe, souvent d'excellent rapport qualité/prix.
Pour dîner, il faut souvent un peu d'organisation. Hormis les eetcafés, presque tous les restaurants sont sur réservation, et pour la moindre adresse un peu recherchée, mieux vaut appeler au moins deux jours avant. Il est même conseillé de téléphoner systématiquement, ne serait-ce que quelques heures à l'avance. Sans compter qu'il n'y a le plus souvent qu'un service par soir. Les Amstellodamois dînent relativement tôt et, une fois à table, ils y restent une bonne partie de la soirée.
Le déjeuner est en revanche sans chichis. Les Néerlandais adorent leurs sandwichs au fromage et n'ont guère pris l'habitude d'un véritable repas. La ville ne manque pas de cafés charmants où prendre un en-cas, mais parmi les meilleures options figurent les humbles boutiques à broodje (sandwich) comme Van Dobben ou Dop, pour un sandwich au beurre et aux fines tranches de viande.
Les végétariens ne sont pas en reste, avec au moins un plat sans viande à la carte dans à peu près tous les établissements. La ville compte aussi plusieurs excellents restaurants végétariens.
Un mot sur le service, source de consternation tant pour les Néerlandais que pour les visiteurs : votre serveur/euse risque d'être tête en l'air, grognon, voire négligent. Essayez de ne pas y penser et mettez cela sur le compte des différences culturelles : cela n'est jamais personnel. L'usage veut que vous demandiez l'addition quand vous souhaitez partir ; le personnel ne vous l'apportera jamais spontanément, sous peine d'avoir l'air de vous mettre dehors.

Meilleures douceurs

  • Chocolat et gâteaux Unlimited Delicious
  • Bonbons fantaisie Papabubble
  • Glaces IJscuypje
  • Stroopwafels Lanskroon
  • Réglisse et délices Het Oude-Hollandsche Snoepwinkeltje

Meilleurs en-cas

  • Sandwich au rosbif Van Dobben
  • Frites et mayonnaise belge Vlaams Frites Huis
  • Loempias Albert Cuypmarkt
  • Sandwich au hareng frais Rob Wigboldus Vishandel
  • Vieux gouda De Kaaskamer

Architecture

Impossible de ne pas être fasciné par la beauté admirablement préservée d'Amsterdam : les canaux représentés sur des tableaux plusieurs fois centenaires n'ont guère changé. L'historien Geert Mak a décrit Amsterdam comme « une Cendrillon sous verre », épargnée par les ravages de la guerre et, pour une large partie, par ceux des promoteurs. Le centre-ville ne compte pas moins de 7 000 monuments historiques, plus de ponts que Venise et davantage d'arbres par habitant que Paris.
À première vue, les étroits édifices se ressemblent tous. Mais certains détails, comme les pignons (les décorations au niveau du toit), trahissent leur âge : le pignon simple, en pointe, est le plus ancien (fin du XVIe siècle), tandis que le XVIIe siècle se caractérise par ses redents (pignons en escalier), le pignon en cloche dénotant le XVIIIe siècle.
Des constructions plus récentes se sont glissées entre ces témoignages du Siècle d'or. La plupart de ces bâtisses (en brique également), du début du XXe siècle, illustrent le style dit de l'école d'Amsterdam (encadré). Visitez de véritables chefs-d'œuvre, comme la Scheepvaarthuis, et admirez les ponts sur les canaux, notamment sur Leidsestraat, ornés d'étranges animaux et de belles volutes en fer forgé. Même les urinoirs verts disséminés dans la ville sont l'œuvre de l'école d'Amsterdam.
Une intéressante architecture contemporaine est à voir dans les faubourgs d'Amsterdam. L'exposition d'urbanisme à la Zuiderkerk vous donnera une vue d'ensemble avant de quitter le dédale du centre médiéval pour rejoindre les vastes docks de l'Est. Seul point commun entre ces deux quartiers, leurs canaux. Dans le port, le NEMO, édifice en forme de navire bâti en 1997, est déjà un classique, tandis que l'OBA (Bibliothèque publique d'Amsterdam) revisite depuis 2007 le concept de bibliothèque. Le Muziekgebouw aan 't IJ s'élance vers l'eau. Pour de nouvelles constructions plus innovantes encore, direction le quartier De Bijlmer, où les conséquences de l'architecture sur la vie locale sont très palpables.
Quels que soient vos goûts architecturaux, l'ARCAM, musée d'architecture d'Amsterdam, lui-même dans une étonnante structure, est incontournable. Au rez-de-chaussée, une excellente chronologie retrace l'histoire de la construction de la ville. Le personnel vous recommandera des quartiers à explorer et organise régulièrement des visites guidées.

Icônes architecturales

  • Westerkerk
  • Rijksmuseum
  • NEMO
  • Het Schip
  • Beurs van Berlage

Les plus beaux intérieurs

  • Tuschinskitheater
  • Koninklijk Paleis
  • Museum Van Loon
  • Rembrandthuis
  • Oude Kerk

Avec des enfants

Malgré sa réputation sulfureuse, Amsterdam est un paradis pour les enfants. Sa taille humaine, ses bâtisses pittoresques, sa circulation automobile quasi inexistante et ses canaux en font une destination merveilleuse. Et les Néerlandais semblent inventer sans cesse de nouveaux moyens d'amuser les petits. Musée des Sciences interactif comme le NEMO, spectacle gratuit de marionnettes sur la place du Dam ou visite pensée pour les petits de la maison de Rembrandt ou de l'Ons' Lieve Heer op Solder, l'objectif est d'occuper intelligemment les enfants afin de permettre aux parents de se détendre et (eux aussi) de s'amuser. La plupart des musées proposent une visite pour les plus jeunes, et le Rijksmuseum est gratuit pour les moins de 18 ans.
Quand vous serez au NEMO (incontournable, ne serait-ce que pour l'architecture de ce grand bidule étrange ou pour sa terrasse sur le toit, idéale pour admirer le centre médiéval), n'oubliez pas de visiter le navire Amsterdam pour ses recoins et son équipage de pirates exubérants. Les ados ayant lu le Journal d'Anne Frank voudront sûrement visiter la maison d'Anne Frank, mais si vous devez satisfaire tous les âges, le Tropenmuseum a des collections colorées et cosmopolites aptes à captiver petits et grands.
Les enfants ont parfois simplement besoin d'espace où batifoler. Direction le Vondelpark et en particulier l'Het Groot Melkhuis, un café jouxtant une aire de jeux très fréquentée. À moins que vous ne préfériez une journée entière à l'Amsterdamse Bos, avec son adorable ferme aux chèvres, où les enfants peuvent caresser et nourrir les bêtes.
Manger au restaurant peut être plus compliqué ; beaucoup d'adresses sont petites et calmes, voire romantiques. Mais tous les eetcafés conviennent parfaitement aux jeunes convives ; nous recommandons en particulier Loetje, Bazar et Los Pilones. Autre option à succès, la balade gratuite en ferry pour rejoindre l'IJ-kantine (enfants bienvenus) au NDSM-werf. L'été, les petits se régaleront de poffertjes (minicrêpes saupoudrées de sucre glace) vendues sur des stands temporaires (stand sur le thème du cirque sur Leidseplein près de Stadhouderskade) ; l'hiver, ils préfèrent les oliebollen (sorte de beignets). Les enfants adorent aussi les crêpes néerlandaises : le minuscule Pannenkoekenhuis Upstairs a des airs de conte de fées, et Pancakes ! une carte gargantuesque.
Les hôtels haut de gamme ont des services de baby-sitting. Pour trouver vous-même quelqu'un, contactez Oppascentrale Kriterion (carte, D6 ; 624 58 48 ; www.oppascentralkriterion.nl, en néerlandais ; Roetersstraat 170) ; il vous faudra vous enregistrer à l'avance et débourser de modiques frais d'adhésion.

Au bonheur des enfants

  • Patin à glace sur Museumplein
  • Bateau sur les canaux
  • Ferry sur l'IJ
  • Miam, des crêpes
  • TunFun

Meilleures visites en famille

  • Amsterdamse Bos
  • Zoo Artis
  • NEMO
  • Tropenmuseum
  • Vondelpark

Shopping

Amsterdam regorge de boutiques spécialisées qui semblent ignorer la loi de l'offre et de la demande. Si les échoppes remplies de boutons, de perles ou de nœuds papillons ne vous intéressent pas, sachez qu'il arrivera un moment où, en tournant dans une rue, vous verrez la boutique dont vous avez toujours rêvé (consciemment ou pas).
Chaque quartier a son propre visage commerçant. Dans le Centrum, la longue artère formée par Kalverstraat et Nieuwendijk (carte, B8-D3) a un nombre incalculable de boutiques H&M, ainsi que de vastes librairies, sur le Spui. À De Wallen, les vitrines des sex-shops sont pour le moins osées. Mais là où faiblissent les lumières rouges, le Zeedijk (carte, E4) aligne de charmantes boutiques alternant avec des bars établis de longue date et des épiceries chinoises, tandis que Oude Hoogstraat et Nieuwe Hoogstraat (carte, D6-E6) offrent une autre enfilade de commerces éclectiques.
À l'ouest, Haarlemmerstraat et Haarlemmerdijk (carte, C1-F3) sont bordées de boutiques branchées et de commerces de bouche, alors que juste au sud, les Negen Straatjes sont l'épicentre d'adresses insolites. Mais ne faites pas exploser votre budget avant d'avoir flâné dans les petites rues alentour et dans le Joordan, bien connu pour ses objets vintage. Le désordre peut y dissimuler des objets fabuleux sous une couche de poussière.
Autre ambiance et des articles plus précieux dans le Spiegelkwartier, le quartier des antiquaires qui s'étend sur Spiegelgracht et Nieuwe Spiegelstraat, dans la ceinture des canaux sud (carte, C4) : si vous cherchez un magnifique petit bibelot XVIIIe à poser sur la cheminée de votre maison de campagne, cela doit être votre première destination.
La rue des commerces de luxe est aujourd'hui Pieter Cornelisz Hooftstraat (carte, E2), alignant Dolce & Gabbana et autres enseignes prestigieuses. Même si vous ne cherchez pas un sac Vuitton, l'endroit vaut pour son intérêt sociologique : la consommation tapageuse est vue d'un mauvais œil à Amsterdam, et ces quelques rues sont les seules où on semble lui laisser libre cours. Dans le vieux sud de la ville, la clientèle élégante fréquente aussi la jolie Cornelis Schuytstraat (carte, D3), près du Vondelpark.
Quand vous trouvez votre bonheur, préparez vos billets et votre monnaie : un nombre étonnant d'établissements n'acceptent pas la carte bancaire.

Meilleurs articles pour la maison

  • Droog
  • Frozen Fountain
  • & Klevering
  • Wonderwood
  • HEMA

À la pointe de la mode

  • Van Ravenstein
  • Young Designers United
  • Marlies Dekkers
  • Hester van Eeghen
  • SPRMRKT

À offrir

  • T-shirt Mark Raven Grafiek
  • Chocolats Unlimited Delicious
  • Sabots en feutre Shirdak
  • Housse pour selle de vélo Kitsch Kitchen
  • Sucrier De Emaillekeizer

Antiquités et vintage

  • Waterloopleinmarkt
  • Laura Dols
  • De Looier
  • Bebob Design
  • Brilmuseum

Communauté gay

Dire qu'Amsterdam est une capitale gay ne suffit pas à rendre compte de la chaleur et de l'ouverture d'esprit de cette ville. C'est tout de même elle qui a donné au monde le magazine Butt… C'est ici aussi qu'aurait été créé le premier bar gay et lesbien au monde, 't Mandje, étape incontournable de toute sortie sur Zeedijk. Amsterdam accueille aussi l'une des plus grandes et des plus flamboyantes Gay Pride qui soit, et sans aucun doute la seule à défiler sur des bateaux.
La scène gay amstellodamoise est hétéroclite, Warmoesstraat étant sans doute l'artère la plus connue pour ses nombreux bars SM et backrooms. Reguliersdwarsstraat en est l'exact opposé, tout en baisers lancés au vol et T-shirts moulants – sans pour autant que l'on s'y ennuie. La communauté lesbienne est moins visible mais compte plusieurs très bons bars – Vivelavie est probablement le plus sexy. La jeune génération gay et lesbienne est plus mixte : en témoignent le très ouvert Getto, à De Wallen, ou la fête mensuelle U.N.K. du Club 8 où dominent l'électro et la mode des années 1980.
Pour plus d'informations (et bien plus d'adresses que ce guide ne pouvait en couvrir), rendez-vous au Pink Point (carte, D5 ; 12h–18h mars-août, horaires restreints sept-fév), sur Keizersgracht, derrière la Westerkerk. Mi-kiosque d'information, mi-boutique de souvenirs, c'est l'adresse idéale pour se renseigner sur les soirées et les associations, et trouver un exemplaire du très candide Bent Guide.

Musées

En cours de rénovation, le Rijksmuseum ne donne à voir qu'une partie de ses trésors, en particulier des Rembrandt. Vous aurez ainsi plus de temps pour visiter d'autres merveilleux musées d'Amsterdam, comme la superbe collection du musée Van Gogh, découvrir l'art contemporain saoudien ou l'étonnant musée dédié aux représentations du chat dans les arts.
Au bord des canaux, de majestueuses demeures abritent d'extraordinaires collections, tel le Bijbels Museum, où l'on peut voir une maquette sculptée de l'Arche d'Alliance et d'autres curiosités du XIXe siècle, ou le Tassenmuseum Hendrikje, temple dédié aux sacs à main. Une petite maison abrite l'Ons' Lieve Heer op Solder, une église catholique cachée aux étages supérieurs ; dans l'opulent et chaleureux Museum Van Loon, il semble que les habitants viennent tout juste de quitter leur résidence.
Mais visiter des musées ne veut pas dire déambuler dans de vastes salles poussiéreuses pleines de vieux objets. L'Amsterdams Historisch Museum et le Verzetsmuseum, consacré à la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, font tous deux un usage judicieux du son et de la vidéo. Dans l'immense Tropenmuseum, visite fascinante des anciennes colonies néerlandaises et autres contrées exotiques, vous pourrez faire retentir de la pop égyptienne et admirer des danses africaines. À la Rembrandthuis ont lieu des démonstrations d'artisanat et de gravure, tandis qu'à bord de l'Amsterdam, amarré près du NEMO, des matelots dépenaillés entonnent des chants marins. Ce navire appartient en fait au Scheepvaartmuseum, un musée fermé jusqu'à la fin de 2011. Comment ne pas avoir le souffle coupé face à de telles richesses ?

Gezelligheid

Cette qualité intrinsèquement néerlandaise est l'une des meilleures raisons d'aller à Amsterdam. L'adjectif peut être traduit par cordial, confortable, jovial, sociable, douillet ou convivial, mais on ne peut vraiment comprendre la gezelligheid (« ce qui est gezellig ») qu'en la vivant : sorte d'instant hors du temps, plaisir d'être ici et maintenant, oubli de tous les soucis – du moins jusqu'au lendemain.
Vous ressentirez sans doute cette sensation douce et diffuse dans de nombreuses situations, mais la découvrirez plus facilement dans un bruin café. Ces « cafés bruns » traditionnels, tout en boiseries et murs roussis par des siècles de fumée, sont pour ainsi dire des réservoirs à gezelligheid – et à bière, cela va sans dire (d'ailleurs, si les verres à bière sont si petits ici, c'est parce que c'est plus gezellig). Autour d'une table de lecture jonchée de journaux, quelques habitués boivent un café ou entament des discussions sur l'actualité. Si le chat du patron passe et demande des caresses, c'est encore mieux. Le soir, sous les lumières dorées, la bière coule à flots. Les bruin cafés les plus traditionnels ne passent pas de musique et encouragent leurs clients à jeter leurs coquilles de cacahuètes par terre.
On trouve aussi une ambiance gezellig dans des cafés plus aérés bénéficiant d'une jolie vue et dans la majeure partie des restaurants après le dîner, où vous êtes invité à vous détendre et à bavarder (c'est le natafelen, « après la table », en néerlandais) à la lumière des bougies (il y en a presque toujours).
Il serait un peu arbitraire de dresser la liste des adresses les plus gezellig, mais vous trouverez ci-dessous quelques lieux où vous êtes sûr de trouver de la gezelligheid.

Bars Gezellig

  • De Zotte
  • 't Arendsnest
  • 't Mandje
  • 't Smalle
  • Welling

cafés et Restaurants gezellig

  • De Jaren
  • Festina Lente
  • Kapitein Zeppo's
  • Latei
  • Van Kerkwijk

Drogues douces

Le commerce appliqué aux drogues douces à Amsterdam est très surprenant. Les coffee shops vendent des joints dans des boîtes en plastique et présentent des « menus » aussi riches qu'une carte des vins. Les « smartshops », elles, proposent psychotropes bio et hallucinogènes naturels : comme dans une pharmacie, le personnel est là pour conseiller sur les effets variés des produits, mais aussi de leur dosage.
Le coffee shop Greenhouse est orné de belles mosaïques. L'accueillant Abraxas est apprécié des novices, la déco minimaliste de Kadinsky plaît aux fumeurs non hippies, La Tertulia est une adresse très agréable et Rokerij, un régal pour les yeux. Les coffee shops des zones résidentielles ressemblent souvent à de petits bars de quartier.
Vous n'êtes pas obligé d'acheter de l'herbe pour prendre place dans un coffee shop, les bonnes adresses proposent des repas et des jus de fruits frais. Vous trouverez également à disposition pipes, bangs et vaporisateurs.
L'usage exige que l'on ne fume le cannabis que dans les coffee shops, les bars qui l'acceptent ou dans les coins isolés des parcs. Mise en garde indispensable : ici, la marijuana est particulièrement puissante, alors allez-y doucement. Écoutez attentivement les conseils des experts qui vendent des « truffes » (alternative légale aux champignons magiques) ; chaque année, les infirmières des urgences doivent tenir la main de consommateurs qui se retrouvent à faire un « mauvais trip » pour ne pas avoir respecté le dosage recommandé. Enfin, même si cela va sans dire, n'achetez pas dans la rue. Non seulement les produits sont plus que douteux, mais les vendeurs à la sauvette essaient souvent d'attirer les acheteurs potentiels dans des coins obscurs pour les dépouiller (seule criminalité liée à la drogue à Amsterdam).

Prendre un verre et sortir

Malgré sa réputation de ville permissive, Amsterdam ne vit pas toute la nuit ; d'excellentes adresses comme Brouwerij 't IJ ou Wynand Fockink ferment d'ailleurs dès le coucher du soleil. Ce qui ne veut pas dire que les Amstellodamois ne savent pas s'amuser.
Ils commencent leurs soirées dans des bars très différents les uns des autres : cafés bruns gezellig, lounges chics où mixent des DJ et où des cocktails sont concoctés au bar, ou adresses spécialisées dans les bières belges. Rendez-vous dans les paisibles proeflokalen (maisons de dégustation) pour du jenever (genièvre) et autres alcools aromatisés souvent distillés sur place et servis dans des flûtes remplies à ras bord.
Les clubs sont ici à l'honneur – les Pays-Bas ont tout de même vu naître DJ Tiësto et le gabber (techno hardcore). Amsterdam accueille en permanence des têtes d'affiche internationales, et de longues fêtes comme 5 Days Off et Amsterdam Dance Event. Dans les nombreux clubs de la ville, la musique prime sur tout le reste, barrières et salons VIP étant assez rares. Vous trouverez des prospectus et des billets en prévente dans les boutiques de disques.
Autre atout d'Amsterdam, ses nombreuses salles artistiques à vocations multiples. Dans des établissements comme le Melkweg, le Studio K et De Badcuyp, on peut manger, voir un film, écouter un concert, voire admirer des œuvres d'art. Et dès la fin du concert, l'endroit se transforme en discothèque. Option originale, les squats (pour beaucoup légalisés aujourd'hui) comme le OT301 et Zaal 100 ont une programmation plus éclectique encore.

les meilleurs bars pour…

  • la vue Canvas op de 7e
  • une clientèle éclectique Schuim
  • une bière belge De Zotte
  • un cocktail Door 74
  • dugenièvre Wynand Fockink

meilleures discothèques

  • Air
  • Club 8
  • Paradiso
  • Studio K
  • Sugar Factory

Multiculturalisme

Non, Amsterdam n'est pas une ville composée exclusivement de blonds mesurant 1,80 m ! Avec près de la moitié de ses habitants originaires de pays étrangers, elle affiche une diversité étonnante. Les Amstellodamois venus des anciennes colonies néerlandaises – Indonésie et Surinam en tête –, forment la plus importante minorité, aux côtés d'une forte population turque et marocaine, aujourd'hui composée pour beaucoup d'immigrés de deuxième génération. Les quelque 170 autres nationalités recensées représentent toute la planète.
Amsterdam a son lot de problèmes raciaux et culturels (qui ont fait les gros titres en 2004 après l'assassinat du réalisateur Theo Van Gogh par un jeune Néerlandais d'origine marocaine), mais, comparé à d'autres grandes villes européennes, l'intégration y est remarquable. Les immigrés ne sont pas relégués dans des banlieues (en flânant dans De Pijp, on peut entendre parler plusieurs langues différentes) et les films comiques comme Shouf Shouf Habibi remplissent les salles. Le multiculturalisme d'Amsterdam est une source de fierté, et depuis le meurtre de Theo Van Gogh, nombre d'Amstellodamois raillent les hommes politiques nationalistes, comme le parlementaire Geert Wilders, qui avait assimilé le Coran à Mein Kampf.
Les Amstellodamois sont toujours prêts à sympathiser autour de leurs marchés : l'Albert Cuypmarkt et le Dappermarkt, très bigarrés, sont de fantastiques endroits pour le constater. Pour une visite plus approfondie de l'histoire de l'immigration à Amsterdam, direction le Bijlmer, un quartier au riche passé. Rendez-vous aussi dans des salles multiculturelles comme De Badcuyp ou Podium Mozaïek pour entendre le son de l'Amsterdam de demain.

Musique

Amsterdam produit des passionnés de musique. À l'image des boutiques ultraspécialisées, presque tous les genres jouissent d'une scène bouillonnante : contentez-vous de traîner dans votre rayon favori chez Concerto et vous ne tarderez pas à échanger des infos avec d'autres fans. La musique improvisée d'avant-garde est ici à l'honneur dans de petites salles comme Zaal 100 (encadré) et dans des grandes comme Bimhuis, nouvelle et élégante adresse sur l'IJ qui conserve l'esprit d'un vieux club déjanté.
Si ces sons ne vous parlent guère, direction un club de jazz plus traditionnel. Dans la ville où mourut Chet Baker, il y a des concerts tous les soirs. Parmi les piliers figurent le Jazz Café Alto, où le saxophoniste fusion Hans Dulfer joue tous les mercredis, et De Engelbewaarder, pour sa session dominicale, véritable institution. Des artistes de passage jouent souvent au Bimhuis.
Les amateurs de classique ne sont pas en reste, entre le parfait Concertgebouw et le spectaculaire Muziekgebouw aan 't IJ. Les concerts à l'heure du déjeuner et les performances d'étudiants au Conservatorium van Amsterdam sont souvent gratuits.
Amsterdam adore aussi la dance, avec des DJ qui rivalisent de talent – consultez la rubrique Prendre un verre et sortir pour nos adresses de clubs. Le rock néerlandais n'est guère connu au-delà de feu Herman Brood, disparu brutalement en 2001, mais les vedettes en tournée jouent souvent dans de petites salles comme Melkweg et Paradiso. Si l'une de vos idoles est là, offrez-vous ce grand plaisir.
Mis à jour le : 1 août 2014
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir les Pays-Bas

Paramètres des cookies