Hôtels et hébergements en Islande

Se loger en Islande

Les hébergements ne manquent pas en Islande. Le choix est large, allant des hôtels de luxe aux refuges de montagne en passant par les auberges de jeunesse, les fermes, les pensions et les hôtels installés dans les établissements scolaires. La qualité ne correspond pas toujours à ce qu’on pourrait escompter : les chambres, généralement immaculées, sont en revanche souvent petites, et dotées de cloisons fines et d’équipements limités. 
Entre juin et août, nous vous recommandons de réserver tous vos hébergements, à l’avance (sauf pour les campings, pour lesquels c’est rarement nécessaire). 
Les centres d’informations touristiques fournissent généralement les coordonnées de tous les hébergements de leur ville/région. Les centres les plus grands proposent un service de réservation pour les voyageurs (moyennant une modique commission d’environ 500 ISK). Attention, ce service n’est disponible que sur place et non par e-mail.
Attention, les prix augmentent chaque année. Les sites Internet des hébergements donnent toujours les tarifs à jour. 
De septembre à mai, la plupart des pensions et hôtels réduisent leur prix de 20 % à 50 %. Là encore, consultez les sites Internet.
Beaucoup d’hôtels et pensions ferment en hiver, et de nombreux autres entre Noël et le Jour de l’an. Nous indiquons les périodes de fermeture. Si aucune date de fermeture n’est mentionnée, cela signifie que l’adresse ouvre toute l’année.
Certains hôtels donnent leurs prix en euros uniquement, nous avons donc fait de même.
Beaucoup de pensions et fermes proposent plusieurs choix d’hébergement : camping, chambres avec/sans sdb, lits avec ou sans draps (duvet à apporter), cottages avec/sans cuisine et/ou sdb.

Camping

Il y a des tjaldsvæði (campings aménagés) dans quasiment toutes les villes, dans des fermes en zone rurale et le long des principaux chemins de randonnée. Les meilleurs sont équipés de machines à laver, d’espaces pour cuisiner et de douches chaudes, d’autres disposent uniquement d’un robinet d’eau froide et de toilettes. Certains sont rattachés à la sundlaug (piscine municipale), avec accès aux douches moyennant une somme modique.
La météo en Islande est très changeante, et si vous comptez camper, il est conseillé d’investir dans une tente de bonne qualité. Quelques boutiques de Reykjavík proposent du matériel de camping à louer, et certains loueurs de voitures peuvent aussi fournir tentes, matelas et matériel de cuisine.
Avec l’augmentation du nombre de visiteurs, les campings sont de plus en plus bondés, et les sanitaires pourvus de seulement une ou deux douches suffisent à peine à satisfaire aux besoins des dizaines de campeurs.
Il est rarement nécessaire de réserver dans les campings. Ceux des petites villes sont souvent dépourvus de personnel : le numéro de téléphone du gardien est affiché dans les sanitaires, ou bien une note indique d’aller payer au centre d’information touristique ou à la piscine. Il arrive aussi que le gardien passe en soirée pour percevoir les paiements.
Le camping sauvage est généralement découragé, bien qu’il soit envisageable dans certaines régions. Dans les parcs nationaux et les réserves naturelles, vous devrez utiliser des emplacements signalés. Partout ailleurs, il faut obtenir la permission avant de camper sur un terrain clos.
Lorsque vous campez dans les parcs nationaux et les réserves naturelles, les règles d’usage s’appliquent : laissez le site dans l’état où vous l’avez trouvé, utilisez du savon biodégradable et emportez tous vos détritus.
Les feux de camp sont interdits, vous devez donc amener votre réchaud. Les stations-service vendent des cartouches de butane et du combustible liquide. Les cartouches bleues pour Campingaz ne sont pas disponibles partout ; les grises type Coleman sont plus répandues.
Un emplacement pour un camping-car ou une caravane coûte généralement 1 000-1 400 ISK/pers. Comptez 800 ISK supplémentaires pour l’électricité. La douche est souvent payante.
Il y a quelques années, une taxe de séjour de 107 ISK par emplacement a été introduite. Certains campings l’incluent à leur tarif par personne, d’autres la font payer en plus.
Il est possible d’acheter une Camping Card (www.campingcard.is), qui coûte 105 € (en 2015) et donne droit à 28 nuits de camping dans 44 sites à travers tout le pays, pour deux adultes et quatre enfants maximum (mais qui n’inclut pas la taxe de séjour, ni les suppléments pour les douches ou l’électricité). Consultez le site Web pour plus de détails.
La plupart des campings ouvrent de mi-mai à mi-septembre. Les grands campings avec bungalows et cottages sont parfois ouverts toute l’année.
Áning (disponible dans les offices du tourisme) est un annuaire gratuit des hébergements recensant beaucoup de campings en Islande – mais il n’est pas exhaustif.

Refuges d’urgence

Des refuges d’urgence, orange vif, sont situés dans les cols de haute montagne et les secteurs isolés du littoral (ils sont généralement indiqués sur les cartes). Ces refuges contiennent des rations de survie, du combustible, des couvertures et une radio pour appeler à l’aide. Sachez qu’il est illégal de les utiliser en dehors d’une situation d’urgence. 

Séjours à la ferme 

Partout en Islande, de nombreuses fermes offrent diverses possibilités : camping, duvet, chambres classiques et bungalows. Certaines fermes sont même devenues de vrais grands hôtels ruraux.
Les équipements sont variables : certaines servent des repas ou disposent d’une cuisine pour les hôtes, certaines sont dotées de hot pots ou d’une piscine géothermique ; la plupart organisent des balades à cheval ou des activités telles que la pêche. Sur la route, des pancartes signalent les fermes assurant un hébergement et indiquent les services offerts.
Les tarifs sont similaires à ceux des pensions en ville : environ 6 000 ISK avec l’option duvet et 9 000-14 000 ISK/pers pour un lit classique. Comptez 1 500-2 000 ISK pour le petit-déjeuner (s’il n’est pas compris) et 7 000 ISK pour le dîner (généralement servi à heure fixe).
L’organisme Icelandic Farm Holidays (www.farmholidays.is) regroupe quelque 180 fermes proposant un hébergement et des services variés ; son annuaire, appelé Discover Rural Iceland, est disponible gratuitement dans la plupart des centres d’information touristique.

Pensions

Le terme islandais gistiheimilið (pension) recouvre une large gamme d’établissements, des maisons familiales avec quelques chambres à louer aux véritables minihôtels. 
On en trouve de tous genres, de la pension contemporaine stylée à celle au décor anonyme ou suranné. La sdb est souvent commune.
La plupart du temps confortables, ces établissements à l’ambiance familiale mettent à disposition une cuisine, un salon TV et un buffet de petit-déjeuner (soit inclus, soit en supplément pour 1 500-2 000 ISK).
Certaines pensions proposent l’option duvet à un prix très réduit. Il arrive que cette option ne soit pas présentée ; aussi posez la question.
En général, l’option duvet coûte 6 000 ISK, une chambre double entre 14 000 et 20 000 ISK, et un logement indépendant à partir de 15 000 ISK la nuit.

Auberges de jeunesse

Hostelling International Iceland (www.hostel.is) gère 32 excellentes auberges de jeunesse. Reykjavík et Akureyri comptent également plusieurs auberges indépendantes. La réservation est vivement conseillée, surtout de juin à août.
La moitié des auberges de jeunesse d’Hostelling International sont ouvertes toute l’année. Vérifiez sur Internet leurs périodes d’ouverture.
Toutes possèdent des douches chaudes et une cuisine ; elles proposent l’option duvet et la plupart du temps des chambres individuelles. Si vous n’avez pas votre duvet, vous pouvez louer des draps (environ 1 500 ISK par séjour).
Lorsqu’il est proposé, comptez 1 500-2 000 ISK pour le petit-déjeuner.
Adhérez à Hostelling International (www.hihostels.com) dans votre pays, avant le départ, pour bénéficier de 700 ISK de réduction par personne. Les non-membres paieront environ 4 100 ISK en dortoir et 6 900/11 200 ISK pour une chambre simple/double (plus cher avec sdb privée). Les enfants de moins de 12 ans ont droit à une réduction de 1 500 ISK.

Hôtels

Toutes les grandes villes possèdent au moins un hôtel d’affaires, généralement doté de chambres confortables mais quelconques, avec sdb privative, téléphone, TV et parfois un minibar. Les hôtels se doublent de restaurants corrects servant des plats internationaux et islandais. 
En été, les tarifs des simples/doubles commencent autour de 16 000/22 000 ISK, buffet du petit-déjeuner inclus. Une chambre double dans un hôtel confortable mais sans luxe d’une région touristique peut au plus fort de l’été facilement dépasser 30 000 ISK. 
Les trois plus grandes chaînes d’hôtels se nomment Icelandair Hotels (www.icelandairhotels.is), Fosshótel (www.fosshotel.is), en plein développement, et Keahotels (www.keahotels.is). De nouvelles chaînes émergent aussi, comme Stracta Hótels (www.stractahotels.is), basée à Hella, et qui projette de s’étendre au-delà.

Hôtels d’été

Pendant les vacances scolaires, beaucoup d’écoles, d’universités et de centres de conférences se transforment en hôtels d’été. La plupart sont ouverts de début juin à fin août (certains plus longtemps), douze d’entre eux font partie d’une chaîne baptisée Hótel Edda, chapeautée par Icelandair Hotels.
Le plus souvent, l’hébergement est simple (chambres fonctionnelles avec lits jumeaux, lavabo et sanitaires partagés), mais certains ont des chambres avec sdb, et les quelques chambres “Edda Plus” comprennent sdb privée, TV et téléphone.
Quelques hôtels Edda proposent l’option duvet, et la plupart ont un restaurant.
Comptez autour de 5 000 ISK pour un hébergement avec option duvet (le cas échéant) ; 15 000/25 000 ISK pour une chambre double sans/avec sdb privative.

Refuges de montagne

Des clubs de randonnée et des prestataires touristiques privés assurent l’entretien des skálar (refuges de montagne ; skáli au singulier) le long des principaux chemins de randonnée. Ces refuges sont ouverts à tous ; on y dort en sac de couchage, dans des dortoirs sommaires. Certains disposent d’une cuisine et d’un terrain pour camper, et il y a parfois un gardien durant la saison estivale.
On peut gagner les refuges de Landmannalaugar, de Þórsmörk (Thórsmörk) et d’Askja en 4x4, et ceux du Hornstrandir en bateau. Pour la plupart, les autres ne sont accessibles qu’à pied.
Les coordonnées GPS des refuges sont indiquées dans les différents chapitres de ce guide.
Principale organisation dans ce secteur, la Ferðafélag Íslands (Iceland Touring Association ; 568 2533 ; www.fi.is ; Mörkin 6, Reykjavík) possède 38 refuges en Islande. Les meilleurs sont gardés et possèdent des douches, une cuisine et l’eau potable ; les plus modestes offrent des lits, des toilettes et un espace rudimentaire pour cuisiner. Comptez 4 500-6 500 ISK pour les non-membres. On peut parfois camper pour environ 1 200 ISK/personne.
Citons également Ferðafélag Akureyrar (Touring Club of Akureyri ; 462 2720 ; www.ffa.is ; Strandgata 23, Akureyri), qui gère des refuges dans le Nord-Est (notamment sur la piste d’Askja), et Útivist (562 1000 ; www.utivist.is ; Laugavegur 178, Reykjavík), présent à Básar et au col de Fimmvörðuháls à Þórsmörk.
Dans tous les cas, mieux vaut réserver auprès de l’organisme concerné, car les dortoirs affichent souvent complet.

Mis à jour le : 22 février 2017
Paramètres des cookies