Laos

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Laos
  4. Comment circuler

Laos : Comment circuler

Transports au Laos

Avion

Compagnies aériennes au Laos

Lao Airlines est le principal transporteur aérien du Laos, assisté pour des destinations moins fréquentées par Lao Air et Lao Capricorn. Tous les vols domestiques passent par l'aéroport de Vientiane. Pour connaître les derniers tarifs en date, consultez le site de Lao Airlines (www.laoairlines.com).
Les prix ont assez peu changé ces dernières années et s'avèrent généralement intéressants. Les billets doivent obligatoirement être réglés en dollars et en espèces, sauf dans les agences de Lao Airlines à Vientiane et à Luang Prabang, qui acceptent les paiements par cartes de crédit pour les vols internationaux et nationaux.
Les vols nationaux, notamment au départ de petits aéroports tels Boun Neua (Phongsali) et Nathong (Sam Neua), sont assez souvent annulés en raison du brouillard (mars) ou d'épaisses fumées pendant la saison des brûlis. Certains de ces vols ne sont confirmés que quand l'avion est en vue ! En période de vacances, où les vols affichent souvent complet, il est conseillé de réserver. Le reste de l'année, où les risques d'annulation sont les plus importants, faites-vous confirmer un ou deux jours à l'avance que le vol est bien maintenu.
Issue de Lao Aviation (qui avait mauvaise réputation), Lao Airlines est aujourd'hui une compagnie « plutôt sûre ». Avions, maintenance, pilotes, tout s'est amélioré, et aucun accident sérieux n'est survenu depuis plusieurs années. Des avions français ATR-72 desservent la plupart des lignes internationales, mais certains vols intérieurs sont encore assurés par des avions russes ou chinois plus vieux et moins sûrs.

Bateau

Les fleuves et les rivières, qui totalisent plus de 4 600 km de voies navigables, constituent le réseau traditionnel de communication du Laos. Le Mékong, la Nam Ou, la Nam Khan, la Nam Tha, la Nam Ngum et la Se Kong en forment les principaux axes. Navigable toute l'année (en théorie, mais plus en pratique) de Luang Prabang au nord à Savannakhet au sud (soit sur environ 70% de son cours), le Mékong est la voie fluviale la plus longue et la plus importante. Toutes sortes de petites embarcations sillonnent les rivières plus modestes, des canoës creusés dans des troncs d'arbres aux « bateaux bombes » fabriqués avec les carcasses de bombes larguées pendant la guerre du Vietnam.
Toutefois, avec le bitumage des routes et la concurrence des bus, les transports fluviaux de passagers sont en voie de disparition. L'ouverture d'une nouvelle route prive à chaque fois de leur travail des mariniers incapables de rivaliser avec les prix et la rapidité de ces transporteurs de masse que sont les bus et les sâwngthâew. Ces routes rendent manifestement les transports plus faciles et moins chers pour la population locale. Les touristes, en revanche, ne pourront que déplorer cette disparition progressive du transport fluvial : circuler sur un bateau lent qui accoste de village en village, d'une rive à l'autre, en embarquant au passage villageois, denrées et animaux revêtait un charme inoubliable.
Les bateaux réguliers ont quasi disparu sur le Mékong, mais, avec un peu d'esprit d'aventure, on peut encore circuler en bateau sur de petites rivières dans des endroits plus reculés, et c'est toujours là un moment mémorable. En tout cas, que vous empruntiez un bateau touristique de Huay Xai à Luang Prabang ou un bateau local dans une région reculée du pays, ne manquez pas de faire une excursion au fil de l'eau lors de votre séjour au Laos.

Ferry (bateau lent) et taxi fluvial

Particulièrement apprécié, le bateau lent entre Huay Xai et Luang Prabang circule tous les jours. Il reste relativement bon marché, à environ 24 $US par personne pour deux jours de voyage. Au départ de Huay Xai, les bateaux affichent souvent complet, et sont parfois même surchargés, tandis que, dans l'autre sens, vous avez toutes les chances de trouver des places. Sachez toutefois que le confort sera sommaire. La plupart des ferries étaient conçus au départ pour l'acheminement des marchandises, et les aménagements, lorsqu'ils existent, sont des plus rudimentaires. On voyage, on mange et on dort sur le pont. Les toilettes (quand il y en a) se limitent à un simple trou pratiqué dans le pont à l'arrière du bateau.
Pour les petits trajets, de Luang Prabang aux grottes de Pak Ou, par exemple, mieux vaut prendre un taxi fluvial. Les plus courants sont les héua hang nyáo (bateaux traditionnel), mais, pour les traversées très courtes, on peut également prendre un héua phái (bateau à rames) ou un petit ferry improvisé. Les héua hang nyáo pouvant transporter de huit à dix personnes coûtent environ 10 $US l'heure.
Sur le cours supérieur du Mékong, entre Huay Xai et Vientiane, circulent beaucoup de héua wái (hors-bord) de fabrication thaïlandaise capables de couvrir en 6 heures des distances pour lesquelles le ferry met deux jours ou plus. Il faut compter au moins 30 $US l'heure. Toutefois, pour les hors-bord qui assurent un service régulier, il est possible de partager les frais entre passagers. Ces bateaux présentent toutefois un danger.

Circuits organisés

Vu la raréfaction des bateaux publics, les agences de voyages proposent de plus en plus des expéditions en kayak ou en raft sur certains tronçons de rivières particulièrement beaux. Pour organiser ce genre d'expédition, adressez-vous de préférence à des prestataires de Luang Namtha, Luang Prabang, Nong Khiaw, Vang Vieng, Tha Khaek ou Pakse.
Pour un voyage plus luxueux, Asian Oasis (www.asian-oasis.com), Luang Say (www.luangsay.com), Mekong Cruises (www.mekong-cruises.com) et Mekong River Cruises and Mekong Islands Tours (www.cruisemekong.com) proposent des croisières de plusieurs jours sur le Mékong à bord de bateaux tout confort.

Bus et sâwngthâew

Les transports publics longue distance au Laos sont assurés par des bus ou par des sâwngthâew (littéralement, « deux rangées »), des camions ou camionnettes reconvertis en véhicules pour passagers par l'adjonction de bancs de chaque côté. Les bus se font plus réguliers et les liaisons routières se multiplient. On peut désormais rallier en bus des endroits pratiquement inaccessibles il y a quelques années. Sur certains itinéraires fréquentés – essentiellement sur la Rte 13 et sur les axes internationaux –, des opérateurs privés offrent des bus climatisés plus rapides et plus luxueux, qu'on appelle les bus VIP, pour deux fois le prix d'un bus normal. Mieux vaut réserver sa place. Pour cela, rendez-vous à la gare routière locale ou adressez-vous aux pensions, de plus en plus nombreuses à vendre des billets moyennant une petite commission.
Les sâwngthâew assurent en général la desserte des itinéraires plus courts à l'intérieur d'une province donnée. Les villages d'une relative importance disposent en majorité d'au moins un sâwngthâew qui effectue un aller-retour à peu près quotidiennement vers la capitale de la province. Comme les bus locaux, ils s'arrêtent à la demande, mais sont habituellement plus lents, car ils circulent en général sur des routes non bitumées.

En stop

Le stop est un moyen de transport possible au Laos, voire courant, mais jamais entièrement sûr. Il est particulièrement déconseillé aux femmes : le fait de se poster sur le bord de la route pour faire signe aux voitures risque d'être mal interprété. Si vous décidez de vous déplacer de cette façon, tâchez de cibler les voitures portant une plaque d'immatriculation rouge sur fond jaune (véhicule privé) ou bleue sur fond blanc (organisations internationales et ambassades), ou encore les camions de marchandises. Sachez toutefois que certaines organisations humanitaires interdisent formellement à leur chauffeur de prendre des auto-stoppeurs. Les poids lourds longue distance sont votre meilleure chance.
Gardez à l'esprit que le stop n'est jamais tout à fait sûr dans aucun pays, et que nous le déconseillons. Les voyageurs décidant de faire du stop doivent savoir qu'ils prennent un risque, faible mais réel. Mieux vaut dans ce cas voyager à deux et prévenir quelqu'un de votre destination.

Transports urbains

Bien que la plupart des centres-villes soient assez modestes pour être explorés à pied, souvent les petites localités ont une gare routière à plusieurs kilomètres de distance, construite sans doute exprès pour fournir du travail aux chauffeurs de túk-túk.

Bus

Vientiane est la seule ville dotée d'un réseau de bus.

Jumbo, sâam-lâaw, sakai-làep et túk-túk

Les taxis à trois roues que l'on voit à Vientiane et dans les capitales de province changent de nom selon l'endroit où l'on se trouve. Les plus grands s'appellent jumbo (jąmboh) et peuvent prendre de quatre à six passagers sur deux bancs latéraux. À Vientiane, ils sont parfois baptisés túk-túk, comme en Thaïlande (même si au Laos ce nom désigne traditionnellement des véhicules un peu plus grands que les jumbo), tandis que dans le Sud (à Pakse et à Savannakhet, par exemple), on les désigne parfois sous le nom de sakai-làep (Skylab) en raison de leur vague ressemblance avec la fameuse capsule spatiale qui s'est écrasée sur la Terre. Mais il arrive aussi que ces triporteurs soient appelés simplement thaek-sii (taxi) ou, dans le cas de ceux qui ressemblent à des motos avec side-car, sâam-lâaw (samlor ou « trois roues »). Rassurez-vous, quel que soit le nom que vous utiliserez, on comprendra en général ce que vous cherchez. Les traditionnels sâam-lâaw (cyclo-pousse), appelés cyclo dans le reste de l'ancienne Indochine, sont une espèce en voie de disparition au Laos.

Taxi

À Vientiane, des taxis (en petit nombre) transportent une clientèle d'hommes d'affaires étrangers et de touristes. Dans les autres villes, il est possible de s'arranger pour en trouver un. Ils se louent à la course, à l'heure ou à la journée. Comptez entre 35 et 45 $US la journée pour circuler dans une ville, en fonction du véhicule et de vos talents de négociateur.

Vélo

Les routes et la lumière superbes, la circulation relativement lente dans la majorité des villes et sur la plupart des grandes routes font probablement du Laos le pays qui se prête le mieux au vélo en Asie du Sud-Est.

Location

On peut louer des vélos à une seule vitesse, répandus dans la plupart des lieux relativement touristiques, moyennant 10 000 LAK la journée.
Ces vélos, le plus souvent de fabrication thaïlandaise ou chinoise, étant plus ou moins bien entretenus, vérifiez soigneusement celui que l'on vous propose avant de le louer. Assurez-vous en particulier que la selle et le guidon tiennent bien et que la sonnette fonctionne. Demandez qu'on vous ajuste la selle à votre taille, ce qui peut en général se faire.

Achat

Un vélo neuf vous coûtera entre 70 et 100 $US. Les bicyclettes chinoises sont plus solides, les thaïlandaises plus confortables. Les VTT, de fabrication chinoise ou taïwanaise et de qualité médiocre, valent plus cher.

Circuits organisés

Plusieurs tour-opérateurs et pensions organisent des circuits à VTT allant de quelques heures à plusieurs semaines.

Voiture et moto

Conduire au Laos est plus facile qu'on ne le pense. Certes, les infrastructures routières n'ont rien de très sophistiqué, mais, en dehors des grands centres urbains, la circulation est très clairsemée et prendre le volant est une partie de plaisir par comparaison avec le Vietnam, la Chine ou la Thaïlande.
Les motards trouveront quantité d'informations sur le site web de Golden Triangle Rider (www.gt-rider.com). Faire un périple à moto est de plus en plus prisé par les voyageurs. Vous trouverez quelques conseils.

Assurance

Les sociétés de location de voitures fournissent une assurance, mais lisez soigneusement le contrat. Notez que la plupart des assurances de voyage ne couvrent pas la conduite d'une moto.

Code de la route

Attendez-vous à tout : c'est la règle fondamentale. La conduite se fait à droite, mais les Laotiens ont la fâcheuse habitude de se déporter sur la gauche avant de tourner à droite, ce qui peut être dangereux si l'on ne s'y attend pas. Aux croisements, il paraît normal de tourner à droite sans regarder à gauche au préalable et, lorsqu'ils changent de files, les conducteurs ne regardent pratiquement jamais derrière, car le conducteur du véhicule qui est derrière eux a la responsabilité de veiller à éviter qu'il se passe quoi que ce soit devant lui.

Essence et pièces détachées

Au moment de nos recherches, l'essence coûtait environ 1,12 $US le litre, le diesel un peu moins. Les motards trouveront de l'essence en bidon dans tous les villages du pays, mais cela revient en général plus cher que dans les stations-service. On trouve du diesel dans la plupart des villes. Mieux vaut toutefois faire le plein dans les stations des grandes marques, dans les grandes agglomérations, car la qualité du carburant peut laisser à désirer dans les régions reculées. Sur les routes les plus isolées, les villages avec station-service apparaissent tous les 30 à 50 km. Mieux vaut donc faire le plein de votre moto dès que vous repérez quelque chose – souvent un simple baril de métal avec pompe à main sous une cabane en chaume ou seulement des bouteilles sur l'accotement.
Les pièces détachées pour les véhicules à quatre roues sont chères et rares, même à Vientiane.

État des routes

Malgré la médiocrité générale du réseau routier, les travaux effectués cette dernière décennie ont considérablement amélioré l'état des grandes routes, établies à l'origine par les Français dans le cadre du réseau routier couvrant l'Indochine.
Ailleurs, les chaussées non goudronnées restent la règle. Le Laos compte environ 23 000 km de routes répertoriées, dont plus des trois quarts ne sont pas bitumées. Les routes non asphaltées sont particulièrement dangereuses durant la saison des pluies. Beaucoup sont alors impraticables, sauf en 4×4 ou à moto tout-terrain. Pendant la saison sèche, les nuages de poussière soulevés par la circulation rendent le voyage très inconfortable, surtout en sâwngthâew ou à moto. Prévoyez un masque de protection. Indépendamment des conditions climatiques, le Laos est un pays si montagneux que même les trajets relativement courts peuvent prendre un temps démesuré. À titre d'exemple, il faut compter plus de 10 heures pour parcourir 200 km à l'intérieur du pays.

Location

Dans la plupart des grands centres urbains, et dans certaines villes de moindre importance, on loue des motos de facture chinoise et japonaise de 100 et 110 cm3 pour 40 000 à 90 000 LAK par jour, qui se conduisent sans permis. L'état de ces motos toutefois est très variable. Pour vous déplacer dans la campagne, louez de préférence une moto japonaise. À Vientiane, on peut louer des motos de cross de 250 cm3 moyennant environ 25 $US par jour.
En ce qui concerne les voitures, mieux vaut louer un véhicule avec chauffeur, car non seulement le chauffeur assume la responsabilité en cas d'accident et sait où il va, mais, qui plus est, le prix est le même. On peut ainsi affréter des petits pick-up japonais pour aller un peu partout, moyennant 40 à 100 $US par jour en fonction de la destination. Plus la route est accidentée, plus le coût augmente.
Voici quelques adresses de bonne réputation à Vientiane :

  • Europcar (Asia Vehicle Rental ; /fax 021-223 867 ; www.avr.laopdr.com ; 354-356 Th Samsenthai, Vientiane). Sans conteste la meilleure agence de location de véhicules avec ou sans chauffeur. Propose des 4×4, des camionnettes et des berlines.
  • jules classic rental (020-7760 0813 ; www.bike-rental-laos.com ; Th Setthathirath, Vientiane ; 25 50 $US/jour ; 7h-21h). Spécialisé dans la location de plus grosses cylindrées et de motos tout-terrain, il fournit assurance tous risques, conseils de voyage, équipement et vêtements.
  • LaoWheels (021-223 663, 020-550 4604 ; laowheels@yahoo.co.uk) Très bon conducteur, Christophe Kittirath parle français et anglais et connaît le pays comme sa poche.

Ailleurs, les hôtels relativement importants ont en général une camionnette à louer ou peuvent vous en trouver une, sinon adressez-vous à l'office du tourisme local.

Permis de conduire

Officiellement, pour conduire au Laos, vous devez être en possession d'un permis de conduire international, à faire établir dans votre pays d'origine. Si vous ne louez qu'une moto, on ne vous réclamera jamais votre permis.

Sécurité

Évitez de prendre le volant au crépuscule ou à la nuit tombée : vaches, buffles, poules et chiens, sans compter les milliers de Laotiens qui rentrent chez eux, transforment la moindre route en un dangereux parcours d'obstacles. Vous risquez aussi de tomber sur des travaux non signalisés – souvent sous la forme d'un énorme cratère au milieu de la route –, difficiles à repérer dans la lumière déclinante du soir.

Transporter son propre véhicule

Transporter un véhicule au Laos s'avère assez facile pour autant qu'on ait un « carnet de passage ». Il suffit de faire tamponner ce carnet à chaque passage de frontière – on ne vous demande ni supplément ni permis.
Si vous n'avez pas de carnet – ce qui sera probablement le cas si vous achetez votre véhicule en Thaïlande, pays qui ne reconnaît pas le système du carnet –, il vous faut un permis de transport international, appelé en Thaïlande lêm sîi mûang (cahier violet). Vous l'obtiendrez à l'office des transports terrestres de Nong Khai (Thaïlande 0 4241 1591 poste 103 ; 8h30-16h30), ou dans tout autre office des transports terrestres de Thaïlande, moyennant 55 THB. Vous devrez fournir les papiers d'immatriculation du véhicule, les reçus prouvant que vous avez payé les taxes, votre passeport et votre permis de conduire international (ou la dernière version du permis de conduire thaïlandais).
Du côté laotien, il vous faudra présenter tous les documents mentionnés ci-dessus et souscrire à une assurance automobile laotienne (environ 300 THB/semaine).
Entrer en Thaïlande ou au Cambodge, en venant du Laos, ne pose pas trop de problèmes si tous vos papiers sont en ordre. Pour le Vietnam, c'est une autre histoire. Certains postes-frontière ne disposent pas des documents nécessaires, comme certains voyageurs en ont fait l'expérience (vous pouvez lire leur récit sur www.landcruising.nl, en anglais). En passant à Na Maeo, ils ont dû laisser leur véhicule à la frontière et faire 200 km jusqu'à Thanh Hoa afin de régler la question du permis avec la police, ce qui a pris deux jours et a demandé des copies de leur carnet, de leur permis de conduire, de leur carte d'immatriculation et de leur assurance. En général, le Vietnam ne délivre pas de permis aux véhicules avec la conduite à droite.
Si vous vous rendez en Chine, il est quasi impossible de passer la frontière avec un véhicule plus important qu'un vélo.

Circuits organisés locaux

L’offre ne cesse de s’accroître au Laos et il est plus économique de s’adresser directement aux tour-opérateurs locaux que de passer par une agence de voyages spécialisée dans votre pays d’origine. Des itinéraires sur mesure sont envisageables et des circuits vélo, bateau, moto ou photo sont quelques-unes des thématiques proposées.

Circuits aventure 

Exotissimo (www.exotissimo.com). Circuits visites et expéditions plus aventureuses.
Stray (www.straytravel.asia). Circuits en bus bon marché à travers le Laos. Étapes courtes ou parcours aventures plus long, dans le nord du pays.
Xplore-Asia (www.xplore-asia.com). Prisé des voyageurs indépendants pour ses circuits- aventure bon marché, surtout aux environs de Pakse, de Si Phan Don et de Vang Vieng.

Circuits à moto

Quelques opérateurs proposent des circuits à moto au Laos. Tout y est compris : généralement une 250 cm3 tout terrain avec équipement de protection, hébergement, repas et essence.
Explore Indochina (www.exploreindochina.com). Circuits guidés de la piste Hô Chi Minh Trail sur d’anciennes motos soviétiques.
Remote Asia (www.remote-asia.com/motorbike.html). Circuits à moto auto-guidés, de 4 à 12 jours, plus la location de motos et d’équipement.
Siam Enduro (www.siamenduro.com). Opérateur thaïlandais avec 20 ans d’expérience dans la région. Circuit de 2 semaines dans 
le nord du Laos.

Circuits à vélo

Plusieurs tour-opérateurs et pensions organisent des circuits à VTT allant de quelques heures à plusieurs semaines.
Green Discovery (www.greendiscoverylaos.com). Première agence de circuits aventure au Laos. Grand choix d’itinéraires.
Grasshopper Tours (www.grasshopperadventures.com). Excursions à vélo mais aussi circuits photos axés sur les éléphants du Laos.
Laosabaidee Travel (www.laosabaidee.com). Entreprise familiale spécialisée dans les circuits à vélo.
Spice Roads (www.spiceroads.com). Spécialiste du cyclotourisme.

 

Mis à jour le : 5 février 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.
 

Paramètres des cookies