Japon

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Japon
  4. Sécurité

Japon : Sécurité

Désagréments et dangers au Japon

L’archipel connaît son lot de catastrophes naturelles − séismes, tsunamis, éruptions, typhons et glissements de terrain. Il existe d’excellents systèmes de prévention publique et les procédures d’évacuation pour parer à ces désastres sont bien rôdées – malheureusement, ils ne sont pas infaillibles (le grand séisme de mars 2011 et le tsunami qui en a résulté en ont témoigné). En cas d’urgence, le personnel de votre hébergement constituera une bonne source d’informations. Vous pouvez aussi télécharger une application spécifique sur votre Smartphone.

Assurances

La souscription d’une assurance couvrant le vol, les pertes et les frais médicaux est à considérer. Certains contrats ne couvrent pas les “activités dangereuses” telles la plongée, la moto et la randonnée. 

Mieux vaut souscrire une police d’assurance qui prenne directement en charge les frais de visites médicales et d’hospitalisation sur place. Si votre contrat implique un remboursement ultérieur, conservez précieusement tous les justificatifs. Certaines compagnies demandent que vous appeliez (en PCV) un standard dans votre pays, afin que votre problème soit évalué. Vérifiez que votre contrat prenne en charge les frais d’ambulance et de rapatriement.

Certaines compagnies vous offrent le choix d’être assuré pour les soins médicaux de base ou pour les soins plus onéreux. Dans le cas du Japon, il est préférable d’opter pour la deuxième solution. Pensez à apporter avec vous votre carte d’assuré ainsi que tous les certificats nécessaires. Certains hôpitaux japonais ont en effet refusé des étrangers ne pouvant attester d’une couverture médicale.

Attention aux ours

Le Japon compte deux espèces d’ours, l’ours noir d’Asie et l’ours brun (higumi), toutes deux recensées dans les montagnes de Honshu et de Hokkaido. Habituellement, l’ours n’est pas un prédateur de l’homme, mais des attaques peuvent survenir si l’animal se sent menacé ou si le manque de nourriture le pousse à s’approcher des villages ou des chemins forestiers empruntés par les randonneurs.

Quelle conduite adopter ? Prenez garde aux empreintes au sol et aux touffes de poils ; faites du bruit et agitez une clochette pour que l’animal s’enfuie (certains guides japonais en accrochent à leur bâton de marche ou leur sac à dos). Des chemins comportent d’ailleurs des panneaux signalant la présence de l’ours, ainsi que des cloches, à agiter. Enfin, si vous croisez un représentant de la famille ursidée, reculez lentement, sans lui tourner le dos.

Mis à jour le : 11 février 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Japon

Paramètres des cookies