Inde du Nord : Comment circuler

Se déplacer en Inde du Nord

 

Avion

 

Compagnies aériennes en Inde du Nord

Énormément de personnes prennent l’avion chaque année en Inde et le secteur de l’aviation intérieure est très compétitif. Les principales compagnies aériennes sont Air India, IndiGo, Spice Jet et Jet Airways.
En dehors des sites Web de ces compagnies, vous pourrez réserver via les portails Cleartrip, Make My Trip et Yatra. Par mesure de sécurité, vous devrez présenter votre passeport et votre billet pour entrer dans l’aéroport. Les bagages à main doivent être étiquetés ; ils seront tamponnés lors des contrôles de sécurité (étiquettes disponibles à l’enregistrement). Les vols vers des destinations sensibles (comme le Cachemire ou le Ladakh) sont soumis à des restrictions sécuritaires plus sévères. Il arrive que les bagages cabine soient contrôlés sur le tarmac avant que les passagers montent dans l’avion. Vu l’affluence aux heures de pointe, il est recommandé de procéder à l’enregistrement 2 heures avant le départ pour les vols intérieurs – vous ne pourrez plus le faire au-delà de 45 minutes avant le départ. Le poids des bagages autorisés est fixé à 20 kg (10 kg pour les petits avions) en classe économique.

Bateau

Des ferries relient régulièrement le continent indien aux îles Andaman (Port Blair) depuis Kolkata ; consultez le site www.andamans.gov.in. Il existe de nombreux services permettant de traverser des cours d’eau : barges, coracles, bateaux de croisière…

Bus

  • Les bus vont presque partout en Inde du Nord et sont souvent la seule option dans les régions montagneuses. Ils offrent généralement le mode de transport le plus économique, avec des liaisons rapides et fréquentes.
  • Certaines routes se révèlent périlleuses, et la conduite est souvent musclée.
  • Évitez de voyager de nuit.
  • S'ils permettent de se dégourdir les jambes et de se restaurer, les arrêts peuvent rallonger le temps de parcours.
  • Dans les régions montagneuses, des Jeeps collectives complètent le service de bus.

Bagages

Les bagages sont entreposés dans les soutes (moyennant parfois une somme modique) ou bien transportés sur le toit du bus. Arrivez au moins 1 heure avant le départ car, sur certains véhicules, les bagages entassés sur le toit sont couverts d’une grande bâche, de sorte qu’il n’est pas pratique, voire impossible, d’y installer un sac ou une valise à la dernière minute. S’ils doivent aller sur la galerie, fermez vos sacs avec un cadenas et vérifiez qu’ils sont solidement arrimés – sous peine de les perdre sur les routes accidentées. Gardez un oeil sur vos affaires pendant les arrêts (même si le vol n’est pas
un risque majeur) et ne les laissez jamais sans surveillance à l’intérieur du bus.

Tarifs

  • Les moins chers sont les bus publics ordinaires, mais les prix varient d'un État à l'autre (reportez-vous aux chapitres régionaux).
  • Les billets deluxe reviennent environ 50% plus cher. Le prix double pour la climatisation et triple ou quadruple pour les bus à rangées de deux sièges.

En stop

Dans certaines régions reculées, en particulier au Ladakh, au Lahaul et au Spiti, les chauffeurs de camion complètent les services de bus moyennant rétribution. Mais ces chauffeurs parlant rarement anglais, vous risquez d'avoir du mal à expliquer où vous voulez aller et à savoir quel est le prix juste. De plus, tous ne font pas preuve d'une prudence exemplaire. En Inde comme ailleurs, nous déconseillons fortement aux femmes seules de faire du stop.

Jeeps collectives

  • Dans les régions montagneuses, des Jeeps collectives complètent le service des bus à des tarifs équivalents – voyez les chapitres régionaux pour les itinéraires et les prix.
  • Prévues pour 5 à 6 passagers, elles en transportent souvent beaucoup plus. Les sièges à côté du chauffeur et juste derrière lui sont plus chers que les banquettes à l'arrière.
  • Les Jeeps ne démarrent que quand elles sont pleines ; les passagers quittent souvent un véhicule à moitié vide pour s'entasser dans un autre qui semble prêt à partir. Les chauffeurs partiront sur-le-champ si vous payez pour les sièges restés vides.
  • Les Jeeps circulent depuis des stations officielles ou des stations improvisées au croisement des principaux axes. Renseignez-vous auprès des habitants.
  • Dans certains États, les Jeeps sont appelées Sumo, du nom du Tata Sumo, le 4×4 favori du pays.
  • Les routes de montagne étant propices au mal des transports, vous devrez peut-être céder votre place près de la fenêtre à des voyageurs mal en point.

Moto

Malgré les affres de la circulation, parcourir l'Inde à moto offre une grande liberté de mouvement et de formidables sensations. De plus, les motos se prêtent souvent mieux aux routes accidentées que les voitures. D'excellents circuits organisés vous éviteront de voyager seul.
La plupart des motards partent de Delhi, et beaucoup mettent le cap sur le Rajasthan et le Ladakh, voire le Sud. Avant de partir, il convient de s'informer du climat. Reportez-vous à l'encadré Quand partir situé au début de chaque chapitre régional pour connaître la période la plus propice à la visite d'un État. Pour venir en Inde par voie terrestre depuis les pays voisins, renseignez-vous sur les dernières réglementations en vigueur, les papiers nécessaires et les démarches à effectuer auprès des autorités compétentes.

Permis de conduire

Un permis de conduire international en cours de validité est en théorie exigé en plus de votre permis classique pour circuler à moto en Inde. Dans les zones touristiques, certaines boutiques ne vous demanderont que l'un ou l'autre, voire aucun des deux, mais sachez qu'aucune assurance ne vous couvrira en cas d'accident.
 

Location

  • En Inde, l'Enfield Bullet, inchangée depuis 1940, a la faveur des motards. Ces motos, au ronflement agréable, se réparent facilement (vous trouverez des pièces détachées partout). Toutefois, elles se révèlent souvent moins fiables que les nouvelles marques japonaises.
  • Il existe de nombreux loueurs de motos. Les japonaises et les indiennes de 100 à 150 cm3 sont moins chères que les Enfield de 350 à 500 cm3.
  • Vous devrez laisser une somme importante en liquide comme dépôt de garantie (faites-vous remettre un reçu stipulant le montant remboursable), ainsi que votre passeport ou votre billet d'avion. Nous déconseillons fortement de laisser ces documents, notamment votre passeport que vous aurez besoin de présenter dans les hôtels ou à la police si elle vous le demande.
  • Pour 3 semaines, comptez 22 000 ₹ pour une Enfield 500 cm3, 23 000 ₹ pour une moto japonaise et 15 000 ₹ pour une 350 cm3. Ce tarif est accompagné de bons conseils et d'un cours intensif sur la mécanique et les réparations des Enfield.
  • Vous trouverez d'autres adresses de loueurs et leurs tarifs dans les chapitres régionaux.

Achat

  • Pour les circuits longue distance, envisager l'achat est une bonne idée.
  • Les motos d'occasion se trouvent aisément, et leurs papiers s'obtiennent plus facilement que pour une moto neuve.
  • Si vous souhaitez acquérir une moto d'occasion, il suffit de demander autour de vous, à des mécaniciens ou à d'autres motards, et de consulter les panneaux d'annonces.
  • Une Enfield 350 cm3 d'occasion, en bon état, vaut entre 25 000 et 50 000 ₹. Une moto occidentale plus moderne coûte entre 45 000 et 60 000 ₹. Pour une 500 cm3, comptez entre 60 000 à 85 000 ₹. La souscription d'une assurance est obligatoire.
  • Avant de prendre la route, faites réviser votre moto d'occasion.
  • À la revente, vous récupérerez entre la moitié et les deux tiers du prix d'achat si vous avez pris soin de votre véhicule.
  • Expédier une moto en Europe se révèle coûteux et compliqué – le revendeur vous expliquera la procédure à suivre.
  • Vous n'aurez aucun mal à trouver casques (500-2 000 ₹) et accessoires – panier, porte-bagage, barre de protection, rétroviseur, bouchon de réservoir verrouillable, filtre à essence, etc.
  • En équipant votre moto d'un réservoir plus grand, vous pourrez espacer les pleins. Une Enfield 500 cm3 consomme 1 litre/25 km ; une 350 cm3, un peu moins.
  • Consultez le site www.royalenfield.com pour les prix des Enfield neuves.

À Delhi, des dizaines de boutiques de motos et de pièces détachées se concentrent autour de Hari Singh Nalwa St, dans Karol Bagh, mais il y a aussi beaucoup de vendeurs louches. Voici quelques adresses recommandées :

  • Delhi Tenu par Lalli Singh, aussi enthousiaste que compétent, Lalli Motorbike Exports (011-28750869 ; lallisingh.com ; 1740-A/55 (rdc), Hari Singh Nalwa St, Abdul Aziz Rd, Karol Bagh Market) loue et vend des Enfield, fournit des pièces détachées et donne aux acheteurs un cours intensif sur la manière de conduire et d'entretenir ces adorables mais capricieuses motos. Il pourra aussi vous recommander d'autres boutiques de bonne réputation.
  • JaipurRajasthan Auto Centre (0141-2568074 ; Sanjay Bazaar, Sanganeri Gate) est également recommandé pour louer, réparer ou acheter une moto. Comptez 400 ₹/jour pour louer une Bullet 350 cm3 (casque compris).
Papiers d'immatriculation
  • Les formalités pour l'achat d'une moto sont nombreuses. Les démarches sont complexes, n'hésitez pas à demander conseil aux concessionnaires. Comptez deux semaines pour avoir les papiers.
  • Les papiers d'immatriculation, visés par le service d'immatriculation local, doivent être transmis à la revente du véhicule. Il vous faudra donc les réclamer si vous achetez une occasion.
  • En tant que ressortissant étranger, vous ne pourrez pas faire modifier le nom sur les papiers. Vous devrez néanmoins remplir ces documents pour le transfert de propriété et de l'assurance.
  • Pour les véhicules neufs, c'est au concessionnaire de se charger des formalités, dont le coût s'ajoutera au prix de vente.
  • Le renouvellement de l'immatriculation est obligatoire tous les 15 ans (environ 5 000 ₹). Vérifiez que sa viabilité (roadworthiness) est bien stipulée et qu'aucune dette ou procédure n'est rattachée au véhicule.

Essence, pièces détachées et autres accessoires

  • Essence et huile de moteur se trouvent sans problème dans les plaines, mais les stations-service sont plus rares en montagne. Pour voyager dans des régions reculées, prévoyez une réserve de carburant suffisante – avant de partir, renseignez-vous sur les possibilités de trouver de l'essence. Au moment de notre enquête, l'essence coûtait environ 55 ₹/litre.
  • Si vous partez dans des régions reculées, prévoyez aussi des pièces détachées (valves, tuyaux de carburant, segments de pistons, etc.), faciles à trouver dans les villes de plus ou moins grande importance. À Delhi, Karol Bagh est un bon endroit pour se procurer des pièces de motos indiennes et étrangères.
  • Vérifiez et resserrez régulièrement vis et boulons, car l'état des routes indiennes et la vibration du moteur ont tendance à les desserrer rapidement.
  • Contrôlez fréquemment le niveau d'huile du moteur et de la boîte de vitesses (au moins tous les 500 km) et nettoyez le filtre à huile tous les 1 000 km.
  • Vous aurez sans doute recours plusieurs fois aux services d'un puncture-wallah (réparateur de crevaison ; 1 500 ₹ environ). Commencez tout de même le voyage avec des pneus neufs et procurez-vous les outils nécessaires pour démonter les roues.
  • Apportez vos propres vêtements de protection (veste, etc.).

 
 

Assurance

  • Vérifiez que les motos de location sont bien couvertes par une assurance au tiers, essentielle en cas d'accident corporel. Les bonnes agences la proposent ; celles qui ne le font pas manquent de sérieux.
  • L'assurance est aussi obligatoire en cas d'achat. Voyez avec le concessionnaire.
  • Il vous en coûtera 300-600 ₹ par an pour une police de base (au tiers) avec responsabilité civile. Il est toutefois conseillé de souscrire une formule tous risques, dont le coût annuel commence à partir de 800 ₹.

État des routes

  • Vu les risques encourus sur les routes indiennes, la moto est réservée aux conducteurs chevronnés. Le danger peut prendre des formes diverses : animaux traversant la route, véhicules en panne, piétons surgissant de nulle part, nids-de-poule ou ralentisseurs non signalés. À la campagne, les récoltes sont parfois abandonnées sur la chaussée pour être battues par le passage des véhicules, un système dangereux pour les motards.
  • Évitez les trop longs trajets en une journée et la conduite de nuit, de nombreux véhicules circulant sans lumière et les phares des motos alimentés par une dynamo n'étant pas assez puissants pour naviguer au milieu des nids-de-poule.
  • Sur les nationales, toujours chargées, comptez une moyenne de 40 à 50 km/h ; sur les petites routes et les chemins de terre, cela peut descendre à 10 km/h.

Circuits organisés

Un certain nombre d'agences proposent des circuits à moto en Inde du Nord, avec guide et voiture d'assistance. Les agences suivantes jouissent d'une bonne réputation. Vous trouverez leurs coordonnées, leurs itinéraires et leurs tarifs sur leur site Internet (en anglais).

 

Train

Un périple en Inde ne serait pas complet sans un voyage en train. Plus qu'un simple moyen de transport, le train offre une véritable expérience culturelle : la multitude des images et des odeurs, le défilé des chai-wallah (vendeurs de thé), les gares surpeuplées, les paysages pittoresques, etc. L'Inde dispose de l'un des réseaux ferroviaires les plus vastes et les plus fréquentés. Indian Railways est le deuxième employeur du monde, avec 1,5 million de salariés. Près de 6 900 gares ferroviaires sont disséminées dans tout le pays.
Dans ce guide, nous indiquons quelques liaisons utiles, mais il en existe des centaines d'autres. Le meilleur moyen de se tenir au courant des dernières informations réactualisées consiste à consulter des sites Internet comme Indian Railways et www.seat61.com/India.htm. Pour plus d'informations, l'indicateur Trains at a Glance (35 ₹), disponible dans les gares, en kiosque et en librairie, contient les horaires des trains des lignes principales ; il est édité une fois par an et n'est pas toujours aussi à jour que les sites web.
 

Réservations en Inde

Vous pourrez réserver vos billets par l’intermédiaire d’une agence de voyages ou d’un hôtel (moyennant une commission) ou vous rendre en personne à la gare. Vous pouvez également réserver
sur Internet via IRCTC (Mastercard et Visa acceptées), la billetterie en ligne d’Indian Railways, ou via les portails Cleartrip, Make My Trip, Yatra et Redbus (bus uniquement) ; le mieux est d’avoir un numéro de téléphone portable indien, mais vous devriez pouvoir entrer un numéro au hasard puis réserver avec une adresse e-mail. L’excellent site The Man in Seat 61, en anglais, explique en détail comment créer un compte IRCTC sans numéro de téléphone portable indien.
L’achat de billets sur Internet connaît parfois des ratés : des voyageurs rapportent avoir rencontré des difficultés pour s’enregistrer sur certains sites et payer avec une carte de crédit étrangère. Dans les grandes gares, vous trouverez toujours un employé parlant anglais pour effectuer vos réservations. Dans les gares moins importantes, seuls le chef de gare et son adjoint parlent généralement anglais. N’hésitez pas à prendre conseil auprès des offices du tourisme. Chaque compte permet de réserver un maximum de 6 billets de train par mois, après quoi il faut les acheter en personne. Si vous réservez un billet sur liste d’attente et que celui-ci n’est pas confirmé avant le départ du train, l’argent est remis sur votre compte et votre billet n’est plus valable.

En gare

Pour effectuer une réservation en gare, il suffit de remplir un formulaire retiré au guichet des renseignements en précisant les gares de départ et d'arrivée, la classe dans laquelle vous souhaitez voyager, le nom du train et son numéro (d'où l'intérêt de la brochure Trains at a Glance). Vous n'avez plus ensuite qu'à prendre place dans la longue file d'attente, pour faire imprimer votre billet. Une file d'attente est réservée aux femmes. S'il n'y en a pas, il faut passer en tête de la file d'attente classique.
 

Dans les bureaux de réservations pour touristes

Les grandes villes et les principaux centres touristiques possèdent un bureau ou un guichet pour les touristes étrangers, qui permet de réserver les billets dans une tranquillité relative – la liste des gares concernées se trouve sur www.indianrail.gov.in.

Réservations

  • Pour des détails sur les différentes classes.
  • Les réservations sont ouvertes 90 jours avant le départ et obligatoires pour les classes chair car, sleeper, 1AC, 2AC et 3AC. Il est inutile de réserver pour les compartiments classiques de 2e classe.
  • Les trains étant souvent bondés, réservez le plus longtemps possible à l'avance, surtout pour les trajets de nuit. Des services supplémentaires sont mis en place pour certaines destinations en période de fêtes, mais mieux vaut toutefois s'y prendre bien à l'avance.
  • Les billets indiquent les numéros de la place/couchette et de la voiture. Ce dernier est inscrit sur les flancs du train (demandez au personnel de la gare ou du train en cas de doute). La liste des noms et des couchettes est collée sur les voitures avec réservation.
  • Tous les billets sont remboursables, même après le départ, moyennant une pénalité – les règles sont complexes, vérifiez-les à la réservation.
  • Les trains peuvent être retardés à toute étape du trajet ; prévoyez une bonne marge de manœuvre dans vos projets.
  • Faites attention aux problèmes de drogue et de vol.

Si le train que vous désirez est plein, renseignez-vous sur les possibilités suivantes :

Quotas touristiques

Sur certaines lignes très empruntées, un (petit) nombre de places est attribué aux étrangers. Ces sièges ne se réservent qu'auprès de bureaux de réservation spécifiques des villes principales (voir chapitres régionaux), sur présentation d'un passeport et d'un visa. Les billets sont payables en roupies (certains bureaux demandent à voir le certificat de change des devises – le reçu du DAB suffit), en dollars, en euros ou en chèques de voyages Thomas Cook et American Express.

Billets Taktal

Indian Railways garde un très petit nombre de places sur les principaux trains et les met en vente à 8h deux jours avant le départ. Des frais de 10-300 ₹ s'ajoutent au prix du billet. Ce système ne s'applique pas aux classes 1AC et executive chair.
 

Liste d'attente (WL)

Les trains affichent souvent complet, mais les annulations sont fréquentes et certains passagers ne se présentent pas au départ. En achetant un billet sur liste d'attente (waitlist, WL), vous avez de bonnes chances d'obtenir un siège même si plusieurs autres personnes sont inscrites avant vous. Vérifiez l'état de votre réservation sur www.indianrail.gov.in/pnr_stat.html en saisissant le numéro de votre billet. Si vous ne pouvez pas monter, le billet vous sera remboursé – voyez les modalités à la billetterie.
 

Réservation sous réserve d'annulation (RAC)

Même quand un train est plein, Indian Railways vend quelques places dans chaque classe sous l'appellation Reservation Against Cancellation (réservation sous réserve d'annulation). Si vous détenez un billet RAC et qu'un passager annule son voyage avant le départ, on vous attribuera son siège (ou sa couchette). Vérifiez la liste des réservations à la gare le jour du départ pour voir si vous avez obtenu une place. Même si personne n'annule, le détenteur d'un billet RAC peut monter dans le train et voyager debout.
 
 

Tarifs

Les prix sont calculés en fonction de la distance et de la classe ; les trains express Rajdhani et Shatabdi coûtent un peu plus cher, mais les repas y sont fournis. Un service de restauration est souvent prévu dans les compartiments climatisés. Pour les autres, prévoyez des en-cas. Les seniors (plus de 60 ans) bénéficient d'une réduction de 30% sur toutes les classes dans tous les types de train. Les enfants de moins de 5 ans voyagent gratuitement, ceux de 5 à 12 ans paient moitié prix.
 

Transports locaux

  • L'Inde du Nord est dotée d'un maillage de bus, de cyclo-pousse, d'auto-rickshaws, de taxis et de trains.
  • Les tarifs des transports publics varient d'une ville à l'autre.
  • Pour tout type de transport sans tarif fixe, la règle est de s'entendre sur le prix avant de monter. Assurez-vous que le prix s'applique à l'ensemble des passagers et aux bagages
  • Si le chauffeur refuse d'enclencher le compteur et demande une somme exorbitante, adressez-vous à quelqu'un d'autre.
  • Les tarifs augmentent la nuit (ils peuvent même doubler). Certains chauffeurs demandent quelques roupies de plus pour les bagages.
  • Prévoyez suffisamment de petites coupures car les conducteurs ont rarement la monnaie.
  • De nombreux conducteurs de taxi et d'auto-rickshaws sont des rabatteurs – pour plus d'informations.

Auto-rickshaw, tempo et vikram

  • Typiquement indien, l'auto-rickshaw est un triporteur couvert d'une capote en toile ou en métal. Il comporte deux places à l'arrière (mais accueille parfois beaucoup plus de monde !) et un espace limité pour les bagages.
  • On l'appelle parfois scooter, auto, riks ou túk-túk.
  • Il a l'avantage de coûter moins cher qu'un taxi. La plupart sont équipés de compteurs, mais décider le chauffeur à le mettre en marche peut relever du défi.
  • Voyager en auto-rickshaw est amusant mais l'absence de vitres expose au bruit, aux odeurs et à la chaleur.
  • Semblables à de grands auto-rickshaws, les tempo et les vikram font office de minibus sur des itinéraires déterminés (à prix fixe).
  • À la campagne, vous pourrez aussi croiser des véhicules à trois roues hybrides, croisement entre un tracteur et un tempo, dont la roue avant se situe au bout d'un bras articulé.

Bateau

De nombreuses embarcations permettent de traverser ou de descendre les rivières, du ferry au coracle en osier en passant par la barque de bois – voir les chapitres régionaux pour plus de détails. La plupart des bateaux de grande taille acceptent vélos et motos moyennant un supplément.

Bus

Dans les grandes villes, les bus sont surpeuplés et roulent à tombeau ouvert en crachant une fumée noire, sauf aux heures de pointe quand ils se retrouvent coincés dans un embouteillage. Mieux vaut donc se déplacer en auto-rickshaw ou en taxi, plus avantageux et confortables.
 

Cyclo-pousse

  • Les cyclo-pousse (cycle-rickshaws) sont des vélos à trois roues équipés d'un siège pour les passagers. La plupart sont dotés d'une capote qui peut être abaissée par temps pluvieux ou pour laisser plus de place aux bagages.
  • Si les grandes agglomérations ont réduit leur nombre, ils restent très fréquents dans les autres villes.
  • Accordez-vous sur le tarif avant de monter. Renseignez-vous auprès des locaux. Vu l'effort fourni par les conducteurs, un pourboire est toujours apprécié.
  • Kolkata est le dernier bastion des tana rickshaws, des carrioles à deux routes tirées par un rickshaw-wallah.

 

Taxi

  • Dans la plupart des villes, vous trouverez des taxis, souvent équipés de compteurs. Obtenir la mise en marche d'un compteur est une autre affaire. Si le chauffeur refuse d'enclencher le compteur, trouvez un autre taxi.
  • Pour éviter les entourloupes, préférez les taxis prépayés quand c'est possible (c'est indiqué dans les chapitres régionaux).

Autres moyens de transport

Dans certaines villes, des attelages tirés par des chevaux, tels les tonga (à deux roues) et les victoria (à quatre roues), circulent encore. Kolkata dispose de tramways et de métros. Delhi possède un métro et des trains de banlieue, qui utilisent les gares ferroviaires. Reportez-vous aux chapitres régionaux.
 

Vélo

Vous pouvez emporter votre vélo en Inde sans problème, mais sachez que les vélos envoyés par bateau peuvent rester bloqués à la douane quelques semaines. Mieux vaut donc les faire voyager par avion. Cela dit, il est sans doute plus économique (et plus facile) d'en louer ou d'en acheter un sur place. Les magazines et les clubs spécialisés constituent une bonne source d'information. Vous pouvez aussi vous adresser à la Cycle Federation of India (011-23753529 ; 12 Pandit Pant Marg, Delhi ; 10h-17h lun-ven).
 

Achat

  • Au marché aux vélos de Jhandewalan, à Delhi (carte), on trouve des vélos neufs ou d'occasion, indiens ou étrangers, ainsi que des pièces détachées.
  • Les prix d'un VTT de bonne marque comme Hero (www.herocycles.com) et Atlas (www.atlascyclesonepat.com) débutent à 3 500 ₹.
  • La revente d'un vélo ne pose pas de problème ; adressez-vous à un magasin de vente ou de location, ou mettez une annonce dans une agence de voyages.
  • Vous récupérez au moins la moitié du prix d'achat neuf si le vélo est encore en bon état.

Code de la route

  • Les véhicules roulent à gauche ; à part cela, le respect du code de la route est quasi inexistant.
  • Soyez très prudent si v ous devez rouler en ville et sur les nationales ; préférez les routes secondaires.
  • Attention aux distances : un cycliste expérimenté parcourt en moyenne 60 à 100 km par jour en plaine, 40 à 60 km en montagne sur route goudronnée et moins de 40 km sur des chemins de terre.

Location

  • Il est particulièrement aisé de trouver des vélos à louer dans les centres touristiques – demandez autour de vous.
  • Comptez entre 10 et 100 ₹ la journée pour un vélo indien fiable (350 ₹ pour un VTT).
  • Certains loueurs demandent une caution en espèces (ne laissez pas votre billet d'avion ou votre passeport).

 

Pratique

  • Un VTT est particulièrement approprié aux routes indiennes qui comportent de nombreux nids-de-poule.
  • Les réparateurs ne manquent pas, mais mieux vaut apporter son propre kit de réparation.
  • La plupart du temps, les vélos sont transportés gratuitement ou pour quelques roupies sur le toit des bus publics.
  • Renseignez-vous auprès de votre compagnie aérienne pour le transport de votre vélo et les formalités douanières.

 

Voiture

Rares sont les visiteurs qui optent pour la location d'une voiture sans chauffeur. Louer une voiture avec chauffeur se révèle très abordable, surtout à plusieurs. Les ceintures de sécurité sont rarement opérationnelles. On trouve en Inde des agences de compagnies internationales comme Budget ou Hertz.
 

Location avec chauffeur

  • La plupart des villes disposent de stations de taxis ou d'agences de location où vous pourrez réserver sans vous ruiner un circuit ou une excursion (voir chapitres régionaux).
  • Certaines voitures ne sont pas autorisées à quitter leur État. Celles qui le font paient une taxe qui est ajoutée au prix de la location.
  • Demandez un chauffeur parlant anglais et connaissant la région que vous souhaitez visiter. Demandez à voir la voiture et à rencontrer le chauffeur avant de payer quoi que ce soit.
  • Les voitures Ambassador ont belle allure mais sont lentes et inconfortables sur les trajets longue distance – restreignez-les à la visite des villes.
  • Pour plusieurs jours, obtenez par écrit la confirmation que le tarif inclut les frais de gîte et de couvert du chauffeur. L'endroit où celui-ci dormira et se restaurera relèvera de son choix.
  • Il est essentiel d'établir les règles dès le départ ; faites savoir poliment mais fermement au chauffeur que c'est vous qui décidez, afin d'éviter des désagréments ultérieurs.

 

Tarifs

  • Les prix varient selon la distance et le terrain (la conduite en montagne consomme plus de carburant, ce qui se répercute sur le coût).
  • Un aller peut coûter aussi cher qu'un aller-retour, pour couvrir les frais du retour.
  • Les tarifs varient selon les États. Certains syndicats de taxis fixent un forfait horaire ou kilométrique journalier ; son dépassement entraîne un supplément.
  • Afin d'éviter tout malentendu, faites mentionner par écrit le détail des prestations (carburant, arrêts touristiques, destinations desservies, repas et hébergement du chauffeur). Si en route, un chauffeur vous demande de payer l'essence parce qu'il est à court de liquidités, exigez un reçu afin de vous faire rembourser plus tard.
  • Un circuit touristique à la journée dans une ville donnée coûte un minimum de 800/1 000 ₹ pour un véhicule sans clim/climatisé dans la limite de 8 heures et 80 km/jour (au-delà, prévoyez des suppléments).
  • Il est d'usage de donner un pourboire au terme du périple. Une somme de 125-150 ₹/jour est tout à fait correcte, mais rien n'empêche de donner plus si vous êtes particulièrement satisfait de votre chauffeur.

 
 

Mis à jour le : 21 février 2018

Articles récents

Guide de voyage

Le guide qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur de l’Inde

Paramètres des cookies