Inde du Nord : Santé

Vaccins et soins médicaux en Inde du Nord

L’Inde du Nord offre une immense variété géographique, d’où un large éventail de problèmes de santé potentiels en lien avec l’environnement (chaleur, froid, altitude). Les conditions d’hygiène étant généralement mauvaises, les affections liées à la nourriture et à l’eau sont courantes, de même que les maladies propagées par les insectes. Les soins médicaux dispensés étant parfois rudimentaires, il est impératif de bien se préparer. 
Les voyageurs redoutent souvent les maladies infectieuses, or celles-ci provoquent peu de troubles graves. Les problèmes médicaux préexistants et les accidents de la route sont à l’origine de la plupart des soucis sérieux. Maladie et indisposition n’en demeurent pas moins le lot commun de bien des personnes. Fort heureusement, la plupart des troubles peuvent être prévenus avec du bon sens et une trousse à pharmacie bien pourvue – n’hésitez pas à consulter sur place, car l’automédication a ses limites.

Vaccins

Aucune vaccination n’est obligatoire pour entrer en Inde, sauf pour les voyageurs en provenance d’une zone infectée par la fièvre jaune (consultez l’encadré ci-contre).
Plus vous vous éloignez des circuits classiques, plus il faut prendre vos précautions. Faites inscrire vos vaccinations dans un carnet international de vaccination que vous pourrez vous procurer auprès de votre médecin ou d’un centre.
Planifiez vos vaccinations à l’avance (au moins 6 semaines avant le départ), car certaines demandent des rappels ou sont incompatibles entre elles. Les vaccins ont des durées d’efficacité très variables ; certains sont contre-indiqués pour les femmes enceintes.

Vaccins recommandés

Le seul vaccin obligatoire est celui de la fièvre jaune si vous avez visité une zone infectée dans les 6 jours précédant votre entrée en Inde. Si vous arrivez d’Afrique ou d’Amérique du Sud, vérifiez si vous avez besoin de ce certificat.
L’Organisation mondiale de la santé recommande les vaccins suivants pour les voyageurs qui se rendent en Inde (vérifiez aussi que vous êtes à jour de vos rappels pour la rougeole, les oreillons et la rubéole) :

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite À mettre à jour systématiquement (rappel tous les 10 ans à l’âge adulte).
  • Hépatite A À faire pratiquer systématiquement. Il existe un vaccin combiné hépatite A et B.
  • Hépatite B Recommandé pour des séjours longs ou répétés (validité : consultez votre médecin).
  • Typhoïde Recommandé en cas de séjour prolongé et dans des conditions d’hygiène précaires (validité : 3 ans).
  • Les vaccinations suivantes sont recommandées pour les longs séjours (plus d’un mois) ou les voyageurs présentant des risques particuliers (demandez conseil à votre médecin) :
  • Encéphalite japonaise Pour les personnes expatriées ou devant séjourner en zone rurale pendant la période de transmission – saison des pluies – (rappel : 12 à 24 mois après la première injection).
  • Méningite À envisager (validité : 3 ans), notamment pour les moins de 25 ans en long séjour.
  • Rage Recommandée en cas de séjour prolongé dans des zones reculées. Un traitement reste obligatoire en cas de contact avec un animal enragé ou dont le comportement paraît suspect (rappels : 1 an après les 3 premières injections, puis 5 ans).
  • Tuberculose Pour les voyages à haut risque et de longue durée, il est recommandé aux adultes de se faire faire un test cutané avant et après le voyage, plutôt que la vaccination. Le vaccin n’est administré qu’une seule fois au cours de la vie.

Trousse médicale de voyage 

Veillez à emporter avec vous une petite trousse à pharmacie contenant quelques produits indispensables. Certains ne sont délivrés que sur ordonnance. Attention, les liquides et les objets coupants sont interdits en cabine et doivent obligatoirement être placés en soute.

  • des antibiotiques, à utiliser uniquement aux doses et aux périodes prescrites. Il n’est pas absurde de demander à votre médecin traitant de vous en prescrire pour le voyage
  • un antidiarrhéique, en cas de forte diarrhée, surtout si vous voyagez avec des enfants
  • un antihistaminique en cas de rhumes, allergies, piqûres d’insectes, mal des transports
  • un antiseptique ou un désinfectant pour les coupures, les égratignures superficielles et les brûlures, ainsi que des pansements gras pour les brûlures
  • de l’aspirine ou du paracétamol (douleurs, fièvre)
  • une bande Velpeau et des pansements pour les petites blessures
  • une paire de lunettes de secours (si vous portez des lunettes ou des lentilles de contact) et la copie de votre ordonnance
  • un produit contre les moustiques, de l’écran total
  • une pommade pour soigner les piqûres et les coupures et des comprimés pour stériliser l’eau
  • une paire de ciseaux à bouts ronds, une pince à épiler et un thermomètre à alcool
  • ​une petite trousse de matériel stérile comprenant une seringue, des aiguilles, du fil à suture, une lame de scalpel et des compresses
  • des préservatifs (norme CE)

Précautions élémentaires

Faire attention à ce que l’on mange et à ce que l’on boit est la première des précautions à prendre. Les troubles gastriques et intestinaux sont fréquents, même si la plupart du temps ils restent sans gravité. Ne soyez cependant pas paranoïaque et ne vous privez pas de goûter la cuisine locale, cela fait partie du voyage. Lavez-vous souvent les mains.

Problèmes de santé et traitement

L’autodiagnostic et l’autotraitement sont risqués ; aussi, chaque fois que cela est possible, adressez-vous à un médecin. Ambassades et consulats pourront en général vous en recommander un, ainsi que les hôtels de catégorie supérieure, mais les honoraires risquent d’être élevés. 
Demandez conseil aux habitants : s’ils vous disent qu’il ne faut pas vous baigner ici ou là, suivez leur avis.
Si vous achetez des médicaments en pharmacie, contrôlez la date de péremption, et vérifiez que les boîtes sont bien fermées et qu’elles ont été conservées convenablement (pas en plein soleil, par exemple).

Disponibilité des soins médicaux

Certaines villes d’Inde du Nord disposent de cliniques spécialement destinées aux touristes et aux expatriés. Ces établissements sont souvent plus chers que les hôpitaux publics, mais ils offrent des soins de qualité supérieure. De plus, ils disposent des informations nécessaires pour vous orienter au besoin vers les hôpitaux publics les plus sûrs ou vers les meilleurs spécialistes. Ils peuvent aussi éventuellement joindre votre compagnie d’assurance si vous devez être rapatrié.
En zone rurale, il est parfois difficile de trouver des services médicaux fiables. 

Eau potable

  • Règle d’or : ne buvez jamais l’eau du robinet, même sous forme de glaçons.
  • Préférez les eaux minérales et les boissons gazeuses, tout en vous assurant que les bouteilles sont décapsulées devant vous.
  • Évitez les jus de fruits, souvent allongés à l’eau.
  • Attention au lait, rarement pasteurisé. Pas de problème pour le lait bouilli et 
  • les yaourts. Thé et café, en principe, sont sûrs, puisque l’eau doit bouillir.
  • Par prudence, évitez les crudités, qui sont bien souvent lavées avec de l’eau du robinet.
  • Pour stériliser l’eau, la meilleure solution est de la faire bouillir durant 15 minutes. N’oubliez pas qu’à haute altitude elle bout à une température plus basse et que les germes ont plus de chances de survivre.
  • Si vous ne pouvez faire bouillir l’eau, traitez-la chimiquement avec des comprimés ou des gouttes, comme le Micropur (vendu en pharmacie), très efficace.
  • Brossez-vous les dents avec de l’eau traitée. 

Santé au féminin

Pour des problèmes gynécologiques, consultez de préférence un médecin femme.

Contraception

Mieux vaut emporter avec vous votre contraceptif habituel, en quantité suffisante pour votre voyage.

Grossesse

La plupart des fausses couches ont lieu pendant les trois premiers mois de la grossesse. C’est donc la période la plus risquée pour voyager. Pendant les trois derniers mois, il vaut mieux rester à distance raisonnable de bonnes infrastructures Les femmes enceintes doivent éviter de prendre inutilement des médicaments. Cependant, certains vaccins et traitements préventifs (contre le paludisme, par exemple) peuvent être nécessaires. Avant de prendre quoi que ce soit, consultez un médecin.

Problèmes gynécologiques

Une nourriture pauvre et une résistance amoindrie par l’utilisation d’antibiotiques contre des problèmes intestinaux peuvent favoriser les infections vaginales dans un climat chaud. Respectez une hygiène intime scrupuleuse, et portez jupes ou pantalons amples et sous-vêtements en coton. Les champignons, caractérisés par une éruption cutanée, des démangeaisons et des pertes, peuvent se soigner facilement. En revanche, les trichomonas sont plus graves ; pertes blanches et sensation de brûlure lors de la miction en sont les symptômes. Le partenaire masculin doit également être soigné. Il n’est pas rare que le cycle menstruel soit perturbé lors d’un voyage.

Protections hygiéniques

On trouve facilement des serviettes ; les tampons sont plus rares.

Mis à jour le : 26 février 2018

Articles récents

Guide de voyage

Le guide qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur de l’Inde

Paramètres des cookies