Niger

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Niger
  4. Les Incontournables

Niger : Les Incontournables

Le meilleur du Niger

Informations sur les sites à visiter au Niger : villes, lieux historiques, curiosités naturelles... 

Niamey

Niamey s'est surtout développée au cours des vingt dernières années. L'argent rapporté par l'exploitation de l'uranium au début des années 1970 permit notamment de construire nombre de bâtiments administratifs, de goudronner les rues et de les doter de lampadaires. La ville n'a toutefois rien perdu de son charme ni de son atmosphère typiquement africaine. Le soir, à la fraîche, il est ainsi facile de s'asseoir dehors pour discuter tranquillement avec quelqu'un ou dîner à la belle étoile, moments particulièrement inoubliables.
L'Internet est largement accessible à Niamey, beaucoup moins à Maradi, Zinder et Agadez.
L'un des plus spectaculaires d'Afrique de l'Ouest, le grand marché a été intégralement reconstruit dans le courant des années 1980 à la suite d'un incendie. Bâtiments modernes et fontaines murmurantes ont remplacé l'architecture à l'ancienne d'antan. La profusion d'articles présentés ne manquera pas de vous tenter ! Difficile de choisir entre les articles en cuir, les bijoux en argent, les habits, l'artisanat, le batik, sans parler des extraordinaires couvertures djermas, composées de larges bandes de coton cousues entre elles qui constituent de somptueuses tentures murales.
Autre bâtiment récent, la grande mosquée, financée par la Lybie, accueille hommes et femmes. Visitez aussi le Musée national du Niger. Les costumes des Touaregs, des Haoussas, des Djermas, des Foulanis et des Toubous sont présentés sur des mannequins en grandeur réelle. On découvre aussi leur habitat traditionnel, ainsi que leurs techniques artistiques. Il est également possible d'acheter des bijoux ou des objets en argent.
On se perd très facilement dans Niamey, ville tentaculaire. Pour vous repérer, partez du marché et souvenez-vous que les deux principales artères s'y rejoignent. La plupart des hôtels, restaurants ou bâtiments qui vous intéressent se situent au sud-ouest de ce carrefour. En continuant à marcher vers le sud-ouest, vous parviendrez au fleuve. De l'autre côté du carrefour, vers le sud-est, un rond-point marque le point de départ des routes à destination de l'aéroport et de l'extérieur de la ville.

Parc W

L'une des plus intéressantes réserves d'Afrique de l'Ouest, le parc national du W (ou simplement Parc W) renferme de nombreuses espèces de fauves, lions, léopards, guépards, hyènes ou chacals, qui côtoient leurs proies favorites, antilopes, duikers, babouins, oiseaux, sans oublier les éléphants et les crocodiles. Le parc occupe une région de savane au sud du pays. Mieux vaut le visiter à la fin de la saison sèche (de mars à mai), lorsque les animaux se rassemblent autour des trous d'eau à l'aube et en fin d'après-midi.
La visite du parc se fait exclusivement en voiture. Moto et marche à pied sont interdites à cause des fauves. Si vous n'êtes pas motorisé, joignez-vous à un groupe pour l'occasion ou essayez de partager un véhicule avec d'autres voyageurs résidant à l'hôtel du parc. Il est interdit de camper dans le parc ou dans les réserves attenantes. Autrement dit, seul le lodge du parc, à 30 $US la nuit, permet de passer la nuit sur place. Il revient nettement moins cher de camper juste avant l'entrée du parc, au bord du fleuve.
Rejoindre le parc en transport en commun relève de l'expédition. Prenez un premier taxi-brousse de Niamey à Say, puis un second jusqu'à Tamou. Avec beaucoup de chance, vous trouverez un véhicule à Tamou ou à Say qui vous conduira à La Tapoa. Vous devrez plus vraisemblablement effectuer les derniers 4 km de Tamou au lodge du parc en stop. La Tapoa, à l'entrée du parc, se trouve à une centaine de kilomètres de Niamey.

Agadès

Avec ses rues sablonneuses et ses maisons d'architecture soudanaise, Agadès possède un cachet particulier. L'évolution de cette ville étrange a suivi son développement historique. Située à la lisière du désert, elle prospéra à l'époque médiévale grâce aux caravanes et aux caravansérails, au commerce des esclaves et aux marchands d'or. Lorsque ces échanges commerciaux périclitèrent au milieu du XIXe siècle, elle était encore en plein essor. Au siècle suivant, sa population augmenta de manière significative, une première fois lors de la découverte des gisements d'uranium, puis après les sécheresses des années 1970, nombres d'habitants des régions sahéliennes n'ayant plus d'autre choix que de s'y réfugier. Son avenir dépend aujourd'hui de l'accord de paix signé il y a quelques années par le gouvernement et les rebelles touaregs qui se cachent dans le massif voisin de l'Aïr.
Totalement reconstruite en 1844, la grande mosquée avec son minaret pyramidal hérissé de pieux en bois est un magnifique exemple de l'architecture soudanaise. Les efforts que nécessite l'ascension du minaret sont amplement récompensés par la vue superbe sur le massif de l'Aïr qui vous attend en haut. Si vous n'êtes pas totalement épuisé, baladez-vous sur le grand marché, particulièrement animé. Les camelots, les articles exposés et les badauds forment un spectacle à eux seuls. Pour retrouver un peu de calme, optez pour le vieux quartier, au rythme beaucoup plus lent. Vous pourrez flâner à loisir dans les ruelles biscornues et les minuscules échoppes et observer tranquillement les maisons soudanaises décorées de motifs d'inspiration haoussa. Très pittoresque également, le marché aux chameaux attire une foule nombreuse très tôt le matin.
Des charters intérieurs, relativement onéreux toutefois, desservent Agadès. Des bus et des taxis-brousse effectuent le trajet depuis Niamey, mais ce service peut être suspendu à tout moment en raison des tensions avec les Touaregs. Vous pouvez essayer de monter à bord des camions qui quittent le marché, à condition d'offrir un peu d'argent au chauffeur. Le stop est également possible. Inutile toutefois de vous placer au bord de la route : il vous faudra plutôt faire le tour des hôtels, campings et bars pour dénicher un véhicule susceptible de vous emmener. Agadès est au nord de Niamey à 1 023 km.

Zinder

Ancienne capitale, Zinder reste aujourd'hui la deuxième plus grande ville du pays. Sa situation entre Agadès et Kano lui conféra au milieu du XIXe siècle une grande importance commerciale. À cette époque, la splendeur du palais du sultan et de son harem côtoyait la brutalité et la sauvagerie des marchands d'esclaves, ces derniers n'étant d'ailleurs pas étrangers à la richesse du sultan.
La ville se divise en deux quartiers distincts : Zengou au nord, abrite bâtiments commerciaux et maisons en torchis et Birnin, au sud-est, plus pittoresque. Le centre commercial s'étend entre les deux. Birnin se compose d'un entrelacs de ruelles étroites parsemées de petits jardins et de magnifiques exemples d'architecture haoussa. On repère facilement les vieilles maison en terre à leurs motifs géométriques de couleurs vives. La grande mosquée et le palais du sultan, édifiés au milieu du XIXe siècle, se trouvent dans les environs. Les habitants vouent toujours un grand respect au sultan, un Kanouri musulman, et le consultent pour les mariages, les divorces ou tout autre événement de la vie.
Des bus relient deux fois par semaine Niamey et Zinder, des taxis-brousse, tous les jours. Zinder se situe à 909 km de la capitale, sur une route toute droite.

Le Sud

Situées dans un périmètre d'environ 200 km, plusieurs villes du Sud méritent le détour. Dosso (qui doit son nom à l'esprit djerma Do-Do) joue un rôle prépondérant pour les musulmans. C'est en effet la ville du djermakoye, le chef religieux djerma le plus important. Sa demeure de style soudanais se visite uniquement sur autorisation. Sur la route du Bénin et du Nigeria occidental, c'est aujourd'hui surtout une ville de transit. Elle organise toutefois les festivités du jour de la République.
À une centaine de kilomètres, Dogondoutchi, petite bourgade endormie, se tient au pied d'une colline qui offre un panorama magnifique sur les reliefs alentours. Quelque 200 km plus loin, la quatrième grande ville du pays, Tahoua constitue une halte fréquente entre Niamey et Agadès. Le dimanche, son marché attire une foule nombreuse. Enfin, plus près de la frontière nigériane, Maradi, a été détruite en 1945 et reconstruite en plus grand. Les marchandises s'avèrent souvent moins chères que partout ailleurs au Niger, mais beaucoup font l'objet de contrebande avec le Nigeria tout proche.
Niamey se trouve à 140 km de Dosso, 277 de Dogondoutchi, 574 de Tahoua et 657 de Maradi. Ces villes sont desservies par des taxis-brousse, des bus et des minibus.

Désert du Ténéré

À 500 km à vol d'oiseau au nord-est d'Agadès, le désert du Ténéré couvre plus de 700 km. Parfois surnommé le désert des déserts, il abriterait les plus belles dunes de tout le Sahara. En partant vers l'est, en direction de Bilma, on découvre le cimetière des dinosaures, dont les fossiles s'éparpillent sur 150 km, entre des dunes en perpétuel mouvement. Au cœur du désert et dans un cadre époustouflant, le plateau du Djado recèle des vestiges de villages et des peintures rupestres. Après les oasis du plateau de Kaouar et les villages de Bilma et Fachi, des paysages de bout du monde s'étendent à perte de vue.
Mieux vaut s'adresser à un spécialiste fiable de ce type de voyage, qui vous permettra de découvrir le massif de l'Aïr et le désert du Ténéré. Il est également possible de louer un véhicule et les services d'un guide, mais veillez dans ce cas à bien définir à l'avance les conditions du voyage. Nous vous déconseillons vivement d'entreprendre une traversée en solitaire. Enfin, rappelons qu'il faut obtenir du gouvernement l'autorisation de se rendre dans le désert. Niamey se tient à plus de 1 500 km du désert du Ténéré.

Massif de l'Aïr

Au sud du Ténéré, le massif de l'Aïr, pays des Touaregs, marque le point de départ des caravanes de sel. C'est la dernière étape en terre hospitalière avant le vide absolu du Ténéré. Très spectaculaire, il se compose de hauts rochers noirs surmontés d'étonnants pics. Il recèle des sources thermales à Tafadek, des oasis à Timia et Iferouâne, ainsi que d'extraordinaires chutes d'eau juste après Timia.
Les circuits dans la région s'effectuent en fonction des éventuels actes de rébellion des Touaregs. Pour vous rendre sur place, rejoignez Agadès depuis Niamey en avion, en bus ou en taxi-brousse, puis joignez-vous à un groupe ou louez un véhicule avec un guide. Le massif le plus haut de l'Aïr est à 1 163 km de Niamey.

Arlit

À l'extrême nord du pays, Arlit a été créée de toutes pièces par les compagnies minières qui exploitaient les gisement d'uranium. Après des débuts plutôt ternes, elle a réussi à devenir une ville animée, centrée autour d'un marché où tout se vend et se négocie dans une atmosphère sympathique et exubérante.
Taxis-brousse et bus parcourent les 1 263 km entre Niamey et Arlit.

 

Articles récents