1. Accueil
  2. Magazine
  3. Voyage en famille
  4. Voyager pendant sa grossesse : conseils et précautions à prendre
Voyage en famille

Voyager pendant sa grossesse : conseils et précautions à prendre

Texte par

Emilie Filou (traduit de l'anglais par Maud Combier-Perben)

Mis à jour le : 13 janvier 2020

Carte

Étant journaliste et auteur de guides de voyage, je me déplace autant dans le cadre de mon travail que pour mon propre plaisir (je ne fais pas ce métier par hasard !). Alors, quand je suis tombée enceinte, si j’ai eu conscience du fait que j’allais devoir procéder à quelques ajustements, je n’ai, en revanche, jamais pensé à arrêter de voyager. Ainsi, au cours de ma première grossesse, je me suis rendue en Côte d’Ivoire, au Brésil ainsi que plusieurs fois en France, où j’ai même effectué deux longs voyages de recherches en vue de la rédaction d’un guide Lonely Planet sur le pays. Et je n’ai pas rencontré le moindre souci au cours de ces séjours. Avec le recul, je me suis même aperçue que voyager avec un gros ventre est bien plus facile qu’avec un bébé ou un enfant en bas-âge ! Alors, si je peux donner un conseil aux futurs parents : profitez-en un maximum avant l’arrivée de votre chère tête blonde !

Avertissement : je suis en bonne santé et j’ai eu la chance de vivre une grossesse simple sans problème particulier. Si cela n’avait pas été le cas, je n’aurais pas été en mesure d’en faire autant durant cette période. Mais si votre grossesse se déroule sans complication, vous n’avez aucune raison de ranger votre sac à dos et votre passeport jusqu’à la naissance de votre enfant. De manière générale, avec un peu d’organisation et quelques petites concessions (qui, pour beaucoup, font de toute façon déjà partie du quotidien lorsqu’on est enceinte), il est tout à fait possible de faire de beaux voyages au cours de ces neuf mois.
 

Formalités

Bilan de santé 

Chaque femme et chaque grossesse étant différentes, consultez votre médecin ou votre sage-femme pour vous assurer qu’il n’existe aucune contre-indication aux voyages dans votre cas (les professionnels de santé qui me suivaient à l’époque n’y ont vu aucun inconvénient, au contraire). Ils vous indiqueront également les médicaments que vous pourrez prendre ou non, les vaccins à faire avant le départ ainsi que les autres précautions à prendre (voir ci-dessous pour plus d’informations à ce sujet).

Assurance 

Les polices d’assurance pouvant varier en fonction de votre lieu de résidence, il est important de vous assurer que vous disposez d’un contrat adapté. Pour cela, tournez-vous vers votre assureur pour vérifier que votre contrat couvre bien la période de la grossesse. Sinon, il existe plusieurs comparateurs d'assurance en ligne qui pourront vous aider à trouver le meilleure prestataire. 
De manière générale, toutefois, si vous voyagez en Europe, la plupart des polices vous couvriront dans le cadre d’une grossesse sans complication (comme pour tout autre problème, vous serez couverte en cas d’imprévu, et non pour vos rendez-vous de routine). Pensez à emporter votre dossier médical avec vous au cas où vous seriez amenée à consulter.  Quoiqu’il en soit, surtout, pensez bien à contacter votre prestataire avant votre départ, car voyager sans assurance peut se révéler extrêmement onéreux si vous accouchez à l’étranger avant la date prévue.  

Trajets en avion

De nombreuses compagnies aériennes appliquent des restrictions à l’égard des femmes enceintes à partir du troisième trimestre de grossesse, lesquelles varient en fonction de la durée du vol (court ou long-courrier). Vérifiez les conditions d’acceptation requises par la compagnie avant de réserver. En Europe, la limite pour voyager est généralement fixée à 36 semaines pour une grossesse simple et à 32 pour une grossesse multiple. Au-delà de 28 semaines, certains transporteurs aériens vous demanderont de leur remettre une lettre de votre médecin ou de votre sage-femme confirmant la date de votre accouchement et l’absence de complications durant votre grossesse. Parallèlement à cela, les conseils usuels s’appliquent : buvez beaucoup, bougez régulièrement et portez des bas de contention (les femmes enceintes courent un risque un peu plus élevé de thrombose veineuse profonde, en particulier sur les vols long-courriers).

Trajets en ferry ou croisières 

En général, les compagnies de ferry sont plutôt conciliantes et acceptent les femmes enceintes même au cours de leur troisième trimestre de grossesse (les restrictions peuvent varier d’une compagnie à l’autre mais il n’est pas rare qu’elles autorisent des femmes à embarquer jusqu’à la 38e semaine, même si, parfois, une lettre du médecin ou de la sage-femme est nécessaire). En revanche, les compagnies de croisière sont beaucoup plus restrictives en raison de la durée du voyage. Ainsi, la limite pour voyager sur un bateau de croisière est fixée à 24 semaines de grossesse. Bien que certains opérateurs acceptent de dépasser ce seuil lorsque le trajet se déroule non loin des terres, cette règle ne prévaut pas de manière universelle. Veillez donc à bien vérifier les conditions avec votre opérateur avant de réserver.

lookingout_cs.jpg

Quels que soient vos projets de voyage, pensez à prendre conseil auprès d’un médecin avant de partir

 

Prévention contre le paludisme, Zika et la dengue

Il s’agit du problème le plus délicat auquel j’ai été confrontée. Les professionnels de santé déconseillent aux femmes enceintes de voyager dans les zones où le paludisme est présent car la grossesse diminue l’immunité contre la maladie. Si vous devez toutefois vous rendre dans un endroit à risque, sachez que vos options en matière de prophylaxie seront limitées puisque certains médicaments sont déconseillés durant la grossesse, alors que d’autres ne peuvent être prescrits qu’au cours des six derniers mois ou ne fonctionnent que sur certaines souches de la maladie (et, par conséquent, uniquement dans certaines zones/certains pays).
En règle générale, je suis un traitement préventif contre le paludisme lorsque je voyage dans un pays à risque comme la Côte d’Ivoire (certains voyageurs n’en prennent pas, mais c’est un autre débat). Mais malheureusement, lorsque je m’y suis rendue pendant ma grossesse, je n’ai pu prendre aucun médicament prophylactique. J’ai donc décidé de tout miser sur la prévention.
Le recours au puissant répulsif DEET n’étant pas recommandé au cours du premier trimestre de grossesse, consultez un professionnel de santé pour trouver d’autres insectifuges adaptés. Pour se protéger au mieux, il est essentiel de se couvrir le corps le plus possible : j’ai donc porté des manches longues, des pantalons longs et des chaussures fermées et n’ai dîné qu’en intérieur. J’ai par ailleurs dormi dans une chambre climatisée. L’idéal aurait été d’avoir un lit équipé d’une moustiquaire, mais étonnamment, ces dernières sont rares dans les hôtels de gamme moyenne à Abidjan. J’ai également acheté la crème Skin So Soft d’Avon, ayant entendu qu’elle fonctionnait à merveille contre les moustiques (il s’agit d’une crème hydratante). Si ses propriétés ne sont pas scientifiquement prouvées, les témoignages vantant son efficacité sont légion. J’ai donc décidé de faire un essai, et cela a particulièrement bien fonctionné pour moi, puisque j’ai quitté la Côte d’Ivoire après mon séjour de quatre jours sans aucune piqûre.

Au Brésil, j’ai dû me prémunir contre la dengue. À cette époque, le virus Zika n’avait pas encore fait son apparition en Amérique du Sud. Depuis 2015 en revanche, les voyageuses se rendant en Amérique centrale et du Sud (ainsi que dans un certain nombre d’autres pays) doivent non seulement prendre des dispositions contre la dengue mais aussi et surtout contre Zika puisque ce dernier peut entraîner des anomalies congénitales. En France, l'Institut Pasteur renseigne très bien sur le sujet avec un article sur le virus Zika.  Et aux USA, le centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) recommande que les femmes enceintes et les couples cherchant à concevoir consultent un professionnel de santé pour connaître les risques liés à un voyage dans des zones ayant signalé des cas de transmission du virus par le passé. Certaines assurances accepteront de vous indemniser si vous avez réservé un séjour dans une zone touchée par Zika avant de savoir que vous étiez enceinte ou dans un endroit où la présence du virus a été signalée postérieurement.

La dengue et Zika sont transmis par les Aedes, des espèces de moustiques piquant aussi bien le jour que la nuit. Zika est également transmissible sexuellement. Aucun vaccin ou traitement prophylactique n’existant pour ces deux maladies, la prévention est primordiale. Au Brésil, j’ai pris les mêmes précautions qu’en Côte d’Ivoire, et si j’ai malgré tout été piquée quelques fois lors de nos deux semaines de voyage, je ne suis pas certaine qu’il s’agissait de moustiques…
Outre les maladies liées aux moustiques, d’autres mesures de précaution peuvent s’appliquer en fonction de votre destination, comme certains vaccins par exemple. Quoiqu’il en soit, parlez de votre projet de voyage à votre médecin afin d’être informée sur les dispositions à prendre avant, pendant et après. 

lyingdown_cs.jpg

Si, lorsqu’on voyage, la grossesse impose de prendre quelques précautions avec la nourriture, celles-ci ne sont pas aussi contraignantes qu’on pourrait le penser

Alimentation

Je dois avouer que durant ma grossesse, ce sont les restrictions liées à l’alimentation qui ont engendré mes plus grandes frustrations (#problèmesdepaysprivilégiés). Étant très gourmande et ayant un gros faible pour les cocktails, j’ai vécu comme une véritable punition le fait d’être privée de fromage au lait cru et de charcuterie en France et de caïpirinhas au Brésil !
Cela étant, j’ai trouvé les gens extrêmement arrangeants. En Corse, par exemple, certains serveurs ont fait l’effort d’aller demander en cuisine s’ils avaient du fromage pasteurisé à me proposer. Au Brésil, des amis ont mitonné spécialement pour moi de la viande bien cuite au barbecue et dans le Sud de la France, un restaurant a insisté pour me préparer un apéritif sans alcool.
En dehors de ces quelques restrictions, j’ai suivi les mêmes précautions que d’habitude pour réduire au maximum tout risque d’intoxication alimentaire : j’ai bu de l’eau filtrée ou en bouteille lorsque l’eau du robinet n’était pas sûre, consommé des aliments cuits à haute température, et mangé de la salade uniquement dans les endroits dans lesquels j’avais 100% confiance. J’avais également emporté avec moi des en-cas (barres de céréales, fruits ou bananes séchées) pour parer aux fringales liées à la grossesse.

Activités

Certes, il vous faudra peut-être changer vos projets de canyoning pour un trek et repousser votre cours de plongée à plus tard, mais sinon, en ce qui me concerne, être enceinte ne m’a pas empêchée de pratiquer des activités au cours de mes voyages. Ainsi, pendant mes séjours en France, j’ai effectué plusieurs randonnées en Corse et dans la Riviera et découvert les alentours de Nice en vélo et de l’Île Rousse en Kayak. Au Brésil, j’ai pu nager, pratiquer la plongée libre et faire des randonnées sur l’Ilha Grande.
Il ne m’est arrivé qu’une seule fois de ne pas me sentir à l’aise, lors d’un trajet sur une horrible route du Parque Nacional do Itatiaia au Brésil. Le lendemain, lorsqu’il a fallu emprunter le chemin en sens inverse, j’ai préféré parcourir la portion de route la plus cahoteuse à pied pour éviter les désagréments. De manière générale, comme pour les précautions liées aux maladies, si vous avez le moindre doute concernant une activité, demandez conseil à votre médecin ou à votre sage-femme.

emilie.jpg

Être enceinte n’a pas empêché Emilie Filou de nager, de pratiquer la plongée libre et de faire des randonnées sur l’Ilha Grande lors de son séjour au Brésil

Vêtements

Lorsqu’on voyage enceinte, il est primordial de porter des vêtements confortables. Si j’ai continué à porter mes vêtements habituels jusqu’à la fin de mon premier trimestre de grossesse, j’ai regretté en revanche de ne pas avoir investi dans un pantalon de maternité lors de mon périple de 2 000 km en voiture sur les routes françaises (le plan B ? Déboutonner et dézipper mon jean pendant les trajets – pas super glamour, j’en conviens !).
Je me suis cependant rattrapée au Brésil, où j’avais glissé dans mes valises un jean de grossesse, un pantacourt de maternité en lin, des shorts amples taille basse et plein de robes. Les robes longues étaient vraiment agréables à porter, tout comme les robes courtes assorties d’un legging (une tenue qui, en version plus épaisse, fonctionne aussi en hiver et pour les climats plus frais).
Concernant les maillots de bain, si vous n’êtes pas à l’aise à l’idée de dévoiler votre ventre, optez pour un tankini ou un maillot une pièce. Et si vous vous envolez pour un pays froid, assurez-vous que votre manteau ferme bien au niveau du ventre afin d’éviter les courants d’air sur cette zone !

Différences culturelles

Si votre grossesse est visible, préparez-vous à ce que certaines personnes, y compris celles que vous ne connaissez pas, vous touchent le ventre, en particulier dans les pays méditerranéens et latins. Dans certains endroits, vous vous ferez même reprocher de voyager. Mais vous ferez également l’objet de nombreuses attentions et d’une gentillesse inattendue : ainsi, par exemple, nous avons reçu nos premiers cadeaux pour le bébé au Brésil de la part de personnes que nous venions tout juste de rencontrer.  


 


Paramètres des cookies