1. Accueil
  2. Magazine
  3. Randonnée
  4. Trek : 10 ascensions accessibles à presque tous
Randonnée

Trek : 10 ascensions accessibles à presque tous

Mis à jour le : 19 janvier 2017

Carte

Ces merveilles ne sont ni l'everest ni le k2, certes. Mais elles n'ont pas grand–chose à voir non plus avec les vertes collines de votre enfance. Vous voilà prévenu !

1. Mont Elbrouz (Russie)

À des lieues des sommets célèbres des Alpes, les pics jumeaux du discret Elbrouz (5 642 m) sont pourtant le point culminant de l'Europe. À cheval sur la frontière russo-géorgienne, l'Elbrouz domine le Caucase et en impose aux alpinistes : il surplombe les sommets environnants de près de 1 000 m et des glaciers grignotent ses abords. Il ne présente cependant pas de véritable difficulté technique et est même doté d'un télésiège à 3 800 m, d'où partent la plupart des ascensions. Non loin du télésiège se trouve le camp 11 : de là, comptez encore huit heures pour atteindre le sommet.
Le téléphérique part d'Azau et monte jusqu'aux refuges Garabashi. Ne prenez pas l'aventure à la légère, l'Elbrouz fait régulièrement des victimes.

2. Mont Olympe (Grèce)

C'est une ascension proprement divine qu'offre le toit de la Grèce, domaine mythique des divinités grecques. L'Olympe a toujours ses pèlerins dévots, les randonneurs, qui font en deux jours l'ascension de son sommet le plus haut, le Mytikas (2 917 m). La voie d'ascension la plus prisée part du petit village de Prionia, à 18 km de Litochoro. Il faut ensuite 2 heures 30 pour atteindre le refuge A, et environ 3 heures supplémentaires jusqu'au sommet du Mytikas. Une fois en haut, n'oubliez pas de signer le registre des visiteurs !
On peut faire l'ascension en un aller-retour sur 2 jours en partant du refuge A près de Prionia. L'hébergement en dortoir coûte 20 €.

3. Bromo (Indonésie)

Du massif volcanique du Tengger, sur l'île de Java, émergent trois volcans. Le sommet fumant du Gunung Bromo (2 392 m) est le plus modeste des trois, mais c'est lui dont on vient faire l'ascension. La route la plus facile et la plus fréquentée part de Cemoro Lawang, sur les bords de la caldeira de Tengger, qu'on rejoint par la ville de Probolinggo. Vous passerez par la « mer de sable » et, dans l'heure, aurez atteint le sommet du Bromo, où vous apprécierez la vue sur son cratère fumant. Comme sur toutes les montagnes de la planète, l'idéal est d'arriver au sommet au lever du soleil.
Les agences de voyages de Solo et de Yogyakarta peuvent réserver des minibus (assez médiocres) pour Bromo pour 100 000 à 150 000 roupies indonésiennes.

4. Djebel Toubkal (Maroc)

Le toit de l'Afrique du Nord, à 4 167 m, est étonnamment accessible. Du début du sentier dans le village d'Imlil, à deux heures de voiture de Marrakech, il faut cinq heures de marche pour rejoindre le refuge de Toubkal situé à environ 3 200 m, juste en contrebas du versant ouest de ce géant du Haut Atlas. De là, les trekkers font généralement un aller-retour rapide vers le sommet et rentrent à Imlil dans la journée. Les passages les plus difficiles consistent à grimper dans de longs éboulis : effet sables mouvants garanti.
Prenez un taxi de Marrakech à Imlil et comptez une demi-journée de marche facile pour rejoindre le camp de base.

5. Mont Cervin (Suisse)

L'imposant Cervin (Matterhorn en allemand) est aussi photogénique que séduisant pour l'alpiniste digne de ce nom. La silhouette du « Doigt de Dieu », ainsi qu'on le surnomme, se mérite au terme d'une ascension technique. Si sa forme pyramidale a mis en échec les premiers alpinistes, l'arête du Hörnli, la plus empruntée, est considérée aujourd'hui comme une voie relativement facile. L'ascension débute généralement en haut du téléphérique du Schwarzsee. Les alpinistes passent la nuit au refuge du Hörnli avant de partir pour atteindre le sommet à l'aube.
Rejoignez en train la ville de Zermatt, excellent camp de base pour l'ascension, à bord du Glacier Express. Des véhicules électriques (les seuls autorisés ici) vous conduiront jusqu'aux sentiers.

6. Montagne de la Table (Afrique du Sud)

Ce sommet plat, à 1 086 m d'altitude, sert de sublime toile de fond à la ville du Cap et abriterait plus de 300 sentiers de randonnée. Pourtant, beaucoup les ignorent au profit de l'ascension, et au pas de course s'il vous plaît. Pour ce faire, la voie passant par la Platteklip Gorge est la plus directe. La progression est cependant plus facile en suivant la Jeep Track, qui traverse les montagnes de la Back Table, mais le faible dénivelé fait que c'est aussi l'une des voies les plus longues. Comptez deux à trois heures par la Platteklip Gorge. Au retour, battez tous les records en revenant en quatre minutes par le téléphérique.
Au sommet se trouve un café bien fourni (mais cher). Les tricheurs empruntant le téléphérique au retour devront débourser environ 70 rands.

7. Adam's Peak (Sri Lanka)

Ce sommet (2 243 m) alimente l'imaginaire sri lankais depuis des siècles. Lieu de pèlerinage millénaire, l'Adam's Peak serait l'endroit où Adam posa le pied sur terre après avoir été chassé du paradis et où le Bouddha laissa son « empreinte sacrée » sur le chemin du paradis. D'innombrables marches attendent les pèlerins. Janvier et février sont les mois les plus animés. Le reste de l'année, le temple au sommet est déserté. Lorsque l'aube illumine la montagne sacrée, une ombre parfaite du pic se projette sur les nuages en contrebas.
Au choix, deux ascensions : l'une de trois heures, au départ du village de Dalhousie, l'autre de sept heures, à partir de Ratnapura.

8. Mont Sinaï (Égypte)

Parti les mains vides, Moïse rapporta de son ascension quelques tablettes de pierre. Il vous faudra pour votre part emporter un sac de couchage et des vêtements chauds pour attendre l'aube au sommet du point culminant de la péninsule du Sinaï. L'ascension commence au monastère Sainte-Catherine, d'où vous pouvez suivre la piste chamelière ou bien expier vos péchés en grimpant les Marches du Repentir. Par la première, il faut deux bonnes heures pour atteindre le sommet, à 2 285 m d'altitude, avec à la clé une vue spectaculaire sur le désert, les montagnes déchiquetées et les profondes vallées alentour.
Montez par la piste qui zigzague à flanc de montagne, et revenez par les bien nommées Marches du Repentir (au nombre de 3 750). Des hébergements sont installés autour du monastère.

9. Mont Fuji (Japon)

Bienvenue sur ce mont emblématique du Japon pour l'ascension, dit-on, la plus fréquentée de la planète. S'élevant à 3 776 m derrière Tokyo, le mont Fuji est le point culminant du pays du Soleil-Levant. La saison officielle des ascensions s'étend de juillet à août, mais vous seriez bien avisé de venir un peu avant ou après pour éviter une foule parfois aussi imposante que la montagne elle-même. La montée à partir du point de départ habituel prend environ 4 heures 30. Partez à temps pour arriver à l'aube et assister au lever du soleil avant que les nuages ne vous importunent.
De Tokyo, prenez le bus express au départ de Shinjuku : le voyage dure 2 heures 30, coûte 2 600 yens et vous laissera à la cinquième étape de Kawaguchiko.

10. Half Dome (États-Unis)

Surplombant la vallée de Yosemite telle une déferlante pétrifiée, le Half Dome est un fascinant chef-d'œuvre géologique et un rêve pour les grimpeurs. Le sentier s'ouvre dans la vallée à Happy Isles, pour une ascension avec plus de 1 000 m de dénivelé ; le dernier tronçon, l'ascension de la face nord-est, est facilité par des câbles. Le sommet, sorte de plaine rocheuse de 2 ha, offre une vue splendide sur tout le Yosemite, en particulier depuis la face nord-ouest, en saillie. L'ascension peut se faire en une longue journée, mais vous pouvez camper sur le versant nord-est.
Si vous êtes novice, préparez-vous soigneusement : emportez une lampe torche et de l'eau en quantité, car les rangers ne viennent chercher que les randonneurs gravement blessés.