1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Voyage à vélo : mode d'emploi
Astuces voyage

Voyage à vélo : mode d'emploi

Mis à jour le : 16 décembre 2016

Carte

Comme le disait Albert Einstein, “La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.” Pour faire écho à cette citation, Anick-Marie Bouchard, Nans Thomassey et Guillaume Charroin, auteurs de la Bible du grand voyageur, vous donnent leurs conseils d'experts pour voyager à vélo.

Pourquoi voyager à vélo ?

Voyager à vélo est la manière la plus efficace de se déplacer sur terre sans moyen motorisé. Avec une vitesse de 16 à 32 km/h environ, le vélo n’est pas un sport d’efforts intenses mais d’endurance. Il n’est pas nécessaire d’être un athlète pour faire un tour du monde à vélo : il suffit d’avoir du temps et de rouler à son rythme. C'est également un excellent moyen de voyager pas cher

Intérêt du voyage à vélo

Le voyage en vélo, ou cyclotourisme, demande un investissement de base plus important que la marche. Pour effectuer des voyages de longue durée, il est utile de s’équiper avec du matériel de qualité. La facture peut grimper rapidement : un bon vélo léger et résistant, des outils, des accessoires, de l’équipement de camping, des habits adaptés, etc. Ces coûts peuvent être diminués en cherchant du matériel d’occasion sans toutefois négliger la qualité.
Cependant, une fois ces dépenses initiales effectuées, le vélo devient un mode de voyage extrêmement économique. Pouvant transporter plus de poids qu’un sac à dos, le cycliste est plus autonome, tant pour son alimentation (possibilité de transporter plus de vivres) que pour les possibilités de camping.
Comme tous les voyages lents, voyager à vélo est à la fois une opportunité introspective et une ouverture à la rencontre d’autrui. Vivre “physiquement” le voyage, appréhender les distances, les reliefs et les paysages nous aide à comprendre ce qui façonne les gens qui y vivent. C’est aussi le théâtre de multiples propositions d’accueil spontané de la part des habitants, pour la plupart admiratifs et curieux de connaître votre histoire. Arriver dans un lieu à vélo laisse le temps aux habitants de vous voir venir et les invite à vous rencontrer.

Choisir un vélo 

Le choix, la maintenance et la réparation d’un vélo et de ses pièces demandent un certain nombre de connaissances et d’habiletés. Il vaut mieux ne pas improviser : une panne mécanique peut entraîner beaucoup de difficultés, si elle se produit dans un lieu isolé ou dépourvu de pièces !
Les critères suivants devraient vous guider dans la sélection d’un vélo :

  • Confort : le meilleur vélo est celui sur lequel vous vous sentez bien ! Lors de votre choix, portez une attention toute particulière aux trois points de contact : pédales, guidon et selle. Vérifiez également que vous pouvez y fixer un porte-bagages et des garde-boue.
  • Robustesse : le cadre et le porte-bagages devraient être faits d’acier, facilement réparables n’importe où. Ne lésinez pas sur la qualité et la solidité de ces éléments : l’économie de poids n’est pas la priorité : les matériaux plus légers comme l’aluminium et les composites sont utiles pour gagner de la vitesse en situation de course, mais ils ont le défaut d’être fragiles, tandis que l’acier est souple et absorbe les vibrations.
  • Simplicité : privilégiez toujours la simplicité. Idéalement, vous devriez être en mesure de faire l’entretien et de tout réparer sur votre vélo.

Les différents types de vélos

  • VTT (vélo tout-terrain) : il affiche le meilleur rapport qualité/prix pour un vélo de voyage. Il est robuste et répandu dans le monde entier, mais il faudra trouver un modèle en acier allégé et équipé d’une fourche classique (non télescopique) pour gagner en légèreté et avoir la possibilité d’y installer des porte-bagages à l’avant.
  • Vélo randonneur : parfois appelé cyclotouriste ou vélo de tourisme, il regroupe toutes les qualités nécessaires pour le voyage au long cours (cadre en acier allégé, soudures robustes mais faciles à réparer, porte-bagages avant et arrière en acier, forme un peu allongée du cadre pour optimiser le confort, etc.).
  • Vélo de route : Le vélo de route ou cyclosportif n’est pas recommandé pour de longues distances dans des conditions variables. En effet, il est fragile et il n’est pas simple d’y ajouter des porte-bagages.
  • Tandem : peut être de type tout-terrain, randonneur ou autre. Outre l’économie de poids et l’augmentation d’efficacité, c’est une expérience intéressante mais qui a ses limites. Le tandem est rarement retenu pour un long voyage car il est plus compliqué à ranger et à déplacer dans les lieux étroits et encombrés.
  • Vélo couché : il est encore peu répandu, mais ceux qui l’ont essayé reviennent rarement au vélo classique. C’est qu’il offre beaucoup d’avantages : confort accru au niveau du dos, des mains et des fesses ; meilleure efficacité puisqu’il est de 10% à 25% plus rapide pour un même effort déployé ; plus de sécurité car la tenue de route et le freinage sont meilleurs, en plus de mieux protéger le cycliste en cas de chute. Son prix élevé est un inconvénient de taille puisqu’il coûte de 1 000 € à 2 500 € selon les modèles. 


Avant de partir, veillez à bien connaître votre vélo. © Lonely Planet

Préparation du voyage à vélo

La meilleure manière de se préparer physiquement, techniquement et psychologiquement est de pratiquer avant de partir dans les mêmes conditions qu’en voyage (matériel, poids), si possible en montagne. L’entraînement sera plus efficace s’il est constitué d’étapes courtes mais fréquentes. Vous découvrirez ainsi vos possibilités et vos limites, celles de votre matériel et vous aurez l’esprit plus serein.
D’un point de vue technique, essayez d’anticiper les difficultés en confrontant votre expérience et vos projets avec des personnes expérimentées, en lisant des témoignages de voyages à vélo, etc.
Psychologiquement, c’est la même chose ! Acceptez le fait que vous allez sans doute rencontrer des douleurs physiques, un sentiment d’isolement, des problèmes mécaniques, peut-être allez-vous même vous faire voler, etc. Ce n’est pas souhaitable, mais c’est possible ! Imaginez comment vous pourriez réagir à ce genre de situation, comment vous vous adapteriez. Pensez-les comme des défis : c’est une règle du jeu.

Passer à l’action : accessoires, entretien du vélo

Carte

La carte est la meilleure amie du cycliste. Seulement, tous les pays ne possèdent pas un choix cartographique très développé !

Boussole, altimètre et GPS

Une boussole éventuellement couplée à l’altimètre permet d’optimiser l’usage des cartes. En montagne, l’altimètre permet par exemple de vérifier que l’on est à la bonne intersection, sur la bonne route ou de gérer son effort dans une longue montée.

Prévenir l’usure prématurée

  • Choisissez une vitesse facile Trop souvent, on choisit une vitesse trop dure, bien qu’on n’en ait pas l’impression. La puissance déployée pour faire avancer le vélo exerce des tensions plus importantes sur le matériel, ce qui lui donne du jeu et l’use prématurément. Faites aussi attention de ne jamais tordre la chaîne. 
  • Ayez une bonne position Là aussi, comme votre corps, votre vélo préfère des mouvements doux et réguliers, plutôt que des à-coups.
  • Freinez par périodes de quelques secondes Plutôt que de manière continue. Le freinage sera plus efficace, mais surtout vous préserverez les jantes et les patins de freins.

Entretien du vélo

  • Freins Nettoyez-les régulièrement en les ponçant avec du papier de verre et en dégageant la matière accumulée dans les petites rainures. Évitez tout contact avec de l’huile ou de la graisse !
  • Transmission L’ensemble dérailleurs (avant et arrière), plateaux, pignons et chaîne doit être nettoyé et huilé régulièrement, surtout s’il y a présence de sable, de saleté ou de boue. 
  • Selle Si elle est en cuir rigide, il faut la graisser régulièrement avec de la graisse de phoque prévue à cet effet.

Gérer l’effort et l’avancée

Le voyage à vélo est une activité requérant un effort physique de longue distance au même titre que l’expédition de randonnée pédestre. Choisissez une vitesse facile : comme votre vélo, votre corps souffrira du choix d’une vitesse trop dure. Les toxines s’accumulent alors dans les muscles et on se fatigue 
plus vite.

Désagréments et dangers lors d'un voyage à vélo

  • Accidents de la circulation : le cycliste est très vulnérable comparativement à une voiture. Ne sous-estimez pas les risques liés aux accidents car la culture de la route fait parfois en sorte qu’il n’y a aucun respect pour les vélos. 
  • Chutes : pour prévenir les chutes, accordez-vous suffisamment de temps et d’espace pour freiner. Répartissez bien les charges sur votre vélo pour éviter d’être déséquilibré.
  • Vols : malheureusement, vous serez sans doute confronté à des tentatives de vol durant votre voyage. Votre vélo et vos sacoches sont source de tentations. Autant que possible, mettez votre vélo à l’abri dès que vous devez le quitter des yeux.
  • Chiens : les chiens en liberté sont un des cauchemars du cycliste. Il y en a peu dans les zones urbanisées, mais le problème se pose davantage en campagne, surtout s’il s’agit d’une meute. 
  • Douanes : en général, plus le pays est pauvre, plus le passage en douane risque d’être compliqué. Les douaniers causent parfois des problèmes en espérant obtenir un pourboire. Les douaniers demanderont souvent la facture des objets de valeur pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’importation ou d’exportation illégale. Pour les mêmes raisons, ils prendront peut-être en note dans votre passeport le fait que vous entriez dans le pays avec un vélo afin de vérifier que vous sortirez bien avec. Essayez de privilégier les grands axes pour passer les frontières, c’est beaucoup plus simple !

Traumatologie propres au vélo

Vous aurez assurément des douleurs, du moins au début. Pour les éviter, assurez-vous d’abord de régler correctement votre vélo pour optimiser votre posture. Ayez une bonne posture et variez-la régulièrement :

  • Réglez le vélo correctement.
  • Appliquez une force régulière sur les pédales à chaque tour de pédale : quand un pied est en train de pousser vers le bas, l’autre doit tirer vers le haut.
  • Changez régulièrement la position de vos mains sur le guidon.

D'autres conseils ? Partagez-les avec nous sur Facebook